Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 32,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les calamités imposées aux chrétiens

De
442 pages
Cet ouvrage écrit par le Père Armalet en 1919 décrit les massacres en Mésopotamie de 1895 et 1915. Il est l'un des rares recueils à présenter en détail les massacres et les souffrances des communautés chrétiennes araméennes (syriaques catholiques, syriaques orthodoxes, chaldéens, latins, protestants) et des arméniens catholiques de la région. Il témoigne aussi du passage par cette zone des convois chrétiens venant de plus loin en Turquie, les attaques kurdes et tcherkesses, les rapts et les massacres.
Voir plus Voir moins
Père Isaac Armalet
LES CALAMITÉS IMPOSÉES AUX CHRÉTIENS Par un témoin oculaire
Recueil des événements malveillants, injustices, kidnappings, déportation, massacres, exode, injures et autres actes hideux survenus en Mésopotamie, principalement à Mardin, en 1895 – 1914 – 1919
THÉOLOGIEPLURIELLE
Les calamités imposées aux chrétiens
THÉOLOGIE PLURIELLE
Collection dirigée par Jad Hatem
Jihad Maalouf,Ecologie de l’amour et mystique de fluidité. Jihad Maalouf,Mystique et Révélation,Entrer dans la danse de Dieu.Madalina Vârtejanu-Joubert,Folie et société dans l’Israël Antique. Anca Manolescu,Nicolas de Cues ou l’autre modernité. Bernard Forthomme,Sainte Dympna et l’inceste. De l’inceste royal au placement familial des insensés. Jad Hatem,Extase cruciale et théophorie chez Thérèse d’Avila. —,Hallâj et le Christ. , La Gloire de l’Un. Philoxène de Mabboug et Laurent de la Résurrection. , Le Sauveur et les viscères de l’être. Sur le gnosticisme et Michel Henry. ,Mystique et philosophie mêlées. ,Élément de théologie politique.—,Charité de l’infinitésimal.Variations leibniziennes. ,Majnoun Laylâ et la mystique de l’amour.
Père Isaac Armalet
Les calamités imposées aux chrétiens Par un témoin oculaire
Recueil des événements malveillants, injustices, kidnappings, déportation, massacres, exode, injures et autres actes hideux survenus en Mésopotamie, principalement à Mardin, en 1895 - 1914 - 1919
Traduction et avant-propos Jean Armalet
Traduit de l’arabe Titre arabe : Al Kousara Fi Nakabat Al Nasara ère 1 édition 1919 Imprimerie des Paulistes - Harissa – Liban
© L’HARMATTAN, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique - 75005 Pariswww.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-11960-1 EAN : 9782343119601
Avant-propos ère La 1 guerre mondiale (1914-1918) vient de se terminer. Nous sommes en 1919, les armées française et anglaise sont à Istanbul et en Cilicie. Le sultan ottoman est toujours en place. L’auteur, qui a tenu un journal pendant la guerre, rassemble les informations dans ce livre. Elles concernent presque exclusivement la région du « Tour Abdin » (montagne des serviteurs de Dieu en syriaque) ou pour l’Administration ottomane la wilaya de Diarbékir (Diarbakr) et plus précisément le sanjak de Mardin. Cette région est peuplée par les communautés chrétiennes araméennes° (les premiers chrétiens d’Antioche) et arméniennes et aussi par des communautés musulmanes composées de tribus kurdes, tcherkesses (appelées aussi circassiens) et arabes. L’auteur a tenu son journal dans la ville de Mardin. A la veille de la guerre, Mardin est un des deux sanjaks de la wilaya (province) de Diarbékir (Diarbakr). Le Wali (gouverneur) nommé par le sultan ottoman (Istanbul) est à Diarbékir et il nomme le moutasarref du sanjak de Mardin, qui nomme un kaimakam dans chaque ville qui peut nommer un moudir sur une nahia (commune). Les 6 wilayas catholiques sont : Erzeroum, Van, Batlis, Siwas, Kharpout et Diarbékir°°. Le père Jacques Rhétoré°°° indique 74470 chrétiens vivant dans le sanjak de Mardin à la veille de la guerre, 47675 sont morts en 1916. (Parmi les chrétiens, il ne reste que 1/5 des catholiques qui y vivaient avant la guerre). Le livre°°°° raconte le vécu des communautés chrétiennes, ce que l’auteur a vu, vécu ou ce qu’on lui a rapporté. Ce livre présente la particularité de rapporter en détail et dans le cadre de la vie de tous les jours les souffrances, les déportations et les massacres des communautés chrétiennes araméennes et de la communauté des arméniens catholiques de la Mésopotamie. Il nous donne les noms des chrétiens massacrés ainsi que les lieux et dates des massacres. Il rapporte la situation des missionnaires catholiques occidentaux dont celle des pères dominicains réfugiés à l’évêché syriaque catholique de Mardin. Il témoigne aussi du passage par cette 7
région des convois de déportés chrétiens venant de plus loin en Turquie ottomane, les attaques kurdes et tcherkesses, les rapts, les massacres… L’auteur nous fait vivre aussi les événements avec les noms des responsables, leur corruption, leur haine du chrétien, à partir de la vie de tous les jours des populations dans les quartiers, les commerces, les souks, les églises et les appartenances religieuses. Il nous parle de la présence des officiers allemands, de leurs visites sur le terrain, de leurs baraquements et du chemin de fer qu’ils construisent. A la fin du livre, en 1919 il est plein d’espoir ; les chrétiens vont pouvoir rentrer dans leurs villes et villages et les reconstruire. L’accord Sykes-Picot prévoit un mandat colonial français pour l’Est de la Turquie, nommé la Petite Arménie. Ce ne sera pas le cas. Il y a eu par la suite le traité de Sèvres en 1920 qui devait leur permettre de revenir dans leurs villes et villages mais l’armée de Mustapha Kemal Atatürk envahit la région et continue le massacre aboutissant ainsi au retrait de l’armée française de la Cilicie en 1922 et au traité de Lausanne en 1923 qui organise la déportation du reste des chrétiens de la Turquie°°°°°. Le procès d’Istanbul (1918-1922) des responsables ottomans a tourné court, mais beaucoup de documents ont été diffusés par la presse turque !
_______________________________________________________ °Chrétiens catholiques : araméens (syriaques catholiques et chaldéens), arméniens catholiques. Chrétiens séparés de Rome : araméens (syriaques jacobites), arméniens grégoriens et protestants. °°Hyacinthe Simon : Mardin ville martyre. °°°Jacques Rhétoré : «Les chrétiens aux bêtes», édition du Cerf. °°°°Ce livre paraitra en arabe la première fois en 1919 et sera réimprimé plus de dix fois en arabe. Deux autres documents conservés au centre du Saulchoir – Paris - et diffusés en 1991 et en 2005, reprendront de façon plus succincte les événements mais avec l’œil organisé d’un Européen, ceux des pères dominicains refugiés à l’évêché syriaque catholique de Mardin de 1914 à 1916 : Celui du père Jacques Rhétoré qui avait laissé un manuscrit retrouvé en 2005 et celui de Hyacinthe Simon des frères prêcheurs. °°°°°Ohvanesse G. Ekindjian : La France et les chrétiens des territoires de l’Est de l’Empire ottoman, édition L’Harmattan-2015.
8
Pour aider à la lecture de ce livre traduit de l’arabe et destiné à des personnes connaissant les lieux et le milieu, voilà un bref aperçu de l’Empire ottoman à la veille de la guerre. Des notes de la rédaction (N.D.L.R.) sous le sigle (°) sont ajoutées au fil des chapitres pour les éclairer sur des sujets particuliers et des références à des sources. Les notes avec le sigle (*) sont celles de l’auteur. Des termes entre parenthèses sont ajoutés pour expliquer, dans la mesure du possible, certains termes turcs relatifs à un poste administratif, un siège ou un lieu, mais ils sont propres au système ottoman, aux églises locales ou aux communautés musulmanes. De même l’auteur utilise certains termes pour définir un poste administratif ou civil ou un religieux, selon l’usage à Mardin, qui ne serait pas le même terme utilisé ailleurs dans l’Empire. (Exemple : Cheikh peut vouloir dire chef religieux ou chef laïc). Dans ce qui suit un développement est fait pour comprendre : Le cadre juridique sous l’Empire ottoman Ce qui a précédé la déclaration de guerre. Un chapitre « Histoire des patriarcats d’Orient » est consacré aux différentes communautés chrétiennes d’Orient suivi de tableaux détaillés pour chaque famille de communautés. Un chapitre « Principales dates ottomanes » reprend enfin ces principales dates, suivies de cartes géographiques pour se situer et d’organigrammes de filiation des langues sémite et araméenne et des tribus arabes. LE CADRE JURIDIQUE Le vaste empire créé par les conquêtes des Ottomans à partir de 1326 regroupait des individus appartenant à plusieurs religions et à différents groupes nationaux. A la tête de l’Empire il y a le sultan autoproclamé Calife des musulmans depuis 1516. Le système mis en place repose sur un fondement : l’islam est la religion de l’Etat et tolère, à côté, d’autres religions monothéistes (chrétiens et juifs) pratiquées par des communautés reconnues dans le Coran sous l’appellation « les peuples du Livre ». L’Empire accorde à
9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin