Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Les épiphanies de Marie

De
348 pages
Les hommes et les femmes de Jérusalem agitaient des palmes et criaient « Hosannah au Fils de David ». Et nous autres, en procession, chantons des cantiques à Marie. Il fallait que la royauté du Christ soit proclamée à Jérusalem ; il faut que la splendeur de l'Immaculée, aux lieux de ses visites, anime nos ferveurs; mais il nous reste, pour Marie, à déchirer le voile de l'apparence comme il le fut pour Jésus quand se déchira le voile du Temple.

Les apparitions mariales nous sont occasions de piété ; elles doivent devenir émerveillement du Mystère.

Les frontières entre le ciel et la terre ne sont si bien closes qu'elles ne puissent être franchies. De tous temps des saints dans la gloire sont descendus ici dans nos ténèbres : des hommes - était-ce en leur corps ou sans leur corps ? - ont été ravis dans les altitudes divines. Et Marie, cette Mère des hommes, plus que toute autre s'est manifestée aux hommes. Cependant, les apparitions mariales de notre temps offrent un caractère qu'elles n'ont eu en aucun temps. On ne prend pas assez garde à leur nouveauté ; on ne discerne pas leur étrangeté ; on ne pressent pas leur ineffabilité. Sans doute les voit-on plus belles, on ne les voit pas différentes.

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Les p lu s g ra nd s év én e m e n ts, dans Tordre su rna turel,p a s se n t d 'o rd in aire in a p erçus. E t q u i d o nc, il y a v in g tsiè cles , en ten d it le silen ce q u e fit, en to m b a n t da ns lesièc le , le p lu s grand év én em en t d e T h istoire ? Q u el qu esbergers q ui v eilla ie n t sur u n e co llin e, q u elq u e s sa g es,q u elq u es m a g es év eillé s p a rce q u 'a tten tifs à l'heur e q u'ilssa v aien t v en u e et, dit-on, à R om e, l'em p ereu r d u m o n d eà q u i la S ib y lle m o n tra it la n a issa n c e du R oi d u m o nd e,là-bas, en O rient, dans le s m a rch es de l'E m p ire. E t v o ic i, de n o s jo u rs, q u e le c ie l d e n o uv ea u d esc en dsu r la terre. M ais la terre a b so rb ée d ans se s a g ita tio n s n ep erç o it p a s en co r e ce t a u tre tro u de sile n c e q u i v i e n t d es'ouvrir d ans la m a sse ép a isse du tu m u lte d es h o m m e s.Ce co n s id ér a b le év én em e n t, c e so n t le s a p p a ritio n s deM arie. — E h q uo i, direz-vous, n e le sait-on p o in t ? L es fo u le sd e L ourdes et d e F atim a so n t là p o u r d ém en tir im p r o p o stém éra ire. Oui, le s m u ltitu d es s'a sse m b len t ; o u i, e lle s ch a n t en t ;o u i, elles p r ie n t ; e t cela e s t b ien ; m a is e lle s i g n o r en t en ' co re qu'il s'ag it d'un M ystère. Q uand J ésu s tra v ersa it le s b o u rg s d e J u d ée e t d e Ga ' lilée , o n a cco u ra it, o n éc o u ta it sa p a ro le, o n to u c h a it lafra n ge d e so n v êtem en t ; o n v én éra it im p ro p h ète, o nn 'a dora it p a s le F ils de D ieu. C onnu d on c, il é ta it in co nn u .C 'est en c e tte m a n ière q ue M arie, en se s ép ip h a n ies , e llea u ssi e s t in co n n u e.
8
L E S E P I P H A N I E S D E M A R I E
J ésu s n 'éta it p o in t v en u p o u r ou vrir le regard d'una v eu g le ou l'o reille d'un sou rd , fa ire m a rcher u n p araly' tiq u e e t res su sc ite r Lazare : ce ci éta it a ffa ire d e thau m a ' turge ; m a is à travers le so u rd e t l'aveugle, le p a ralytiqu eet Lazare, g uérir l'ho m m e co n tra in t par to u s le s m a ux dela ch u te et le r es su sc iter e n fin : e t cec i éta it af fa ire deD ieu. L es g en s de ce tem p s-là v o y a ie n t le p r étex te e t l'ar' g u m en t et co m m e le v êtem en t du M ystère ; ils n e v o y a ientp a s le M ystère. E t n o u s, en n o tre tem p s, n o u s n e v o y o n sq u e le v ê tem en t du M ystère d es ép ip h a n ies d e M arie. Les h o m m es e t le s fe m m es d e J éru salem a g ita ient d esp a lm e s et cria ien t « H o sa n na h au F ils de D avid ! ». E tn o u s a utres, en p ro c essio n , ch a n to n s d es ca n tiq u es à Ma' rie. Il fa lla it q u e la ro y au té du C hrist fû t p ro cla m ée àJ éru sa lem ; il fa u t q ue la sp len d eu r de l'im m a cu lée , auxlieu x d e ses v is ite s, a n im e n o s ferv eu rs ; m a is il n o u sreste , p o u r M arie, à d éch irer le v o ile d e l'apparen ceco m m e il le fu t p o u r J ésu s q uand se d échira le v o il e duT em p le. Les a p p arition s m a ria les n o u s so n t o cc a sio n s d e p ié ' té ; elle s d o iv en t d even ir ém er v eillem en t du M ystèr e.
L es fro n tièr es en tre le c ie l e t la terre n e so n t si b ie nc lo se s q u 'elles n e p u isse n t êtr e fra n ch ies. D e to u s tem p sd es sa in ts d an s la g lo ire so n t d escen d u s ic i dans n o s té ' n èb res ; d es h o m m es — était-ce en leur co rp s o u sa n sleu r co rp s ? — o n t été rav is d an s le s a ltitu d es d iv ines. E tM arie, c e tte M ère d es h o m m es, p lu s q ue to u te au tre s'estm a n ife sté e a ux h o m m es. C ependant, le s a p p aritio ns m a' ria les d e n o tre tem p s o ffr e n t u n cara ctère q u 'elles n 'o nteu en a ucu n tem p s. On n e p ren d p a s a sse z garde à le u rn o u v ea u té ; o n n e d iscer n e p a s leu r étra n g eté ; o n n ep r e sse n t p as leu r in effa b ilité . S a ns d o u te le s voit -on p lu sb e lles , o n ne le s v o it p asd i f f é r e n t e s . A ujourd'hui co m m e h ie r il se ren co n tre d e ces â m es
U A N N O N C E F A I T E P A R M A R I E
9
éb lo u ie s, fa v o risé e s de to u tes so rte s d e m er v e illes . C ertes,les ch a r ism e s d o n t elle s jo u is se n t so n t u n d o n to u t gra' tu it de D ieu ; ils n'en d em eu re p a s m o in s q u'ils so n t u n isà la sa in teté. Avec le s a p p a ritio n s m a ria les d e n o tre te m p s il en v ato u t à co u p to u t a u trem en t. B ru sq u e m en t q uelq u 'u n e s tsa isi, q ue rien n e p réd isp o s a it à ce co n ta ct surn at urel. Lep lu s so u v en t ce so n t d es en fa n ts, e t p a s m êm e fo r cé m e n tpieux, et p a s m êm e pa rés de ces q u a lités h u m a in e s q uia ttiren t le regard ; non, d es en fa n ts o rd in a ires, d e ceux,ju ste m en t, q u e rien n e d istin g u e e t q u e rien, ap pa r em ' m en t, n 'in clin a it à ce s su b lim es ren co n tres. Il en es t, p a rm i eux, a près ce ch o c a v ec le cie l, q u i o n tété ch a n gés ; ils o n t gravi le s ch em in s d e la p er fe c tio n e tso n t en tr és d an s le s d em eu res m y s tiq u es ; m a is ce n 'estp o in t le ca s g én éral. Les a u tres, u n in sta n t co m m e arra' ch és d'eux -m êm es e t d u m o n d e o n t é té rep la cés, a u ss i v iteq u'ils en a v a ien t é té tiré s, da ns leu r éta t co u tu m i er avec,to u te fo is, la b le ssu re d e la b e a u té à ja m a is o u v ert e d an sla ch air d e leu r âm e. M ais ce n 'est p a s en cela, c e tte b ru sq u er ie d e la v isio n ,c ette v io le n ce d e l'év id en ce du ciel q ui se d é p lo ie au re' gard d'un en fa n t, q u e ré sid e la d iffére n c e. E lle e s t enM arie.
D ep uis q u inze siè c le s q u e M arie, la S ile n c ie u se d e sév an g iles, éta it à E p h èse en trée très o ffic ie llem en t,« co n cilia ir em en t », d ans l'E glise, l'E g lise v én éra it laT h éo to k o s, la M ère d e D ieu. A ssise co m m e l'E g lise, ellep o rta it D ieu, D ieu -E n fa nt, le s b ras o u v e rts e t b én i ssa n ts,d eb ou t su r se s ch a stes gen ou x. P lus tard e lle s e d r essap o u r o ffrir so n F ils ; et l'on v it so n so u rire d e V ierg e etde M ère fleu r ir d an s la lu m ière d es ro se s g o th iq u es o udans la s im p le cla r té d es so le ils d e m id i su r le s p o rc h e sd es ca th éd ra le s. On la v o y a it a u ssi, v êtu e d e d o ule ur, au
1 0
L E S E P I P H A M I E S D E M A R I E
p ied d e la croix o ù m o u ra it J ésu s. M arie n 'éta it p o in tse u le : M ère, elle n e se sépa ra it p o in t de so n Fils . E t v o ic i, là, en 1830, en F rance, q u 'elle v in t et s e p ré' sen ta a utrem ent. E lle revint, e t ce fu t à la S a lett e ; ellerev in t enco re, e t ce fu t à L ourdes ; e t to u jo u r s se u le, etb elle, jeu n e d e la je u n e s se d e l'In n o ce n ce étern ell e. A ssu' rém e n t ce n 'éta it p lu s M arie d e n ag uère, ce n 'éta it p lu sla M ère, m a is la F ille du Père, l'im m a c u lé e , e t l'E p ou sed e l'E sp rit-Sa int, la C olom be.
S i M arie v ien t en n o tre tem p s, si M arie n o u s rév èle u nn o u v ea u v isa g e en n o tre tem p s, n e serait-ce p o in t q uen o tre te m p s e s t u n tem p s p a rticu lier d an s le d éro ul em entd es tem p s ? J ésus v int, lui, d an s le ren v ersem en t d este m p s e t le C hrist d o it reven ir à la fin d es tem p s. E tq ua nd J ésu s v in t il fa llu t q ue v în t au-devant de lu i q uel' qu'un, Jean, qu i éta it p lu s grand q u e to u s les p ro p hètes.Or, v ie n t a ujou rd 'h ui C elle q ui e s t le fa îte et le d ép a sse' m en t d e la H a uteur. Que v ie n t d o nc, m a is q ue v ien t d on ca n n o n cer l'im m a cu lé e ? Car le s a p pa ritio n s de M arie so n t u n e A nnonciation.C elle à q ui fu t an no ncé, c'est E lle, à p rés en t, qui ann once.Oui, c'es t cela, le s E p ip h a n ies : l'A nnonce fa ite p a r M arie. E t, to u t d'abord, e lle se p ré sen te : «s u i s V l m m a -J e c u l é e C o n c e p t i o n ,à L r o n o n cer ourdesavant d e p  » M ais c e tte p a role, elle se m o n tre à P aris d an s to u te sa p lén i' tu d e, d an s to u te sa v a stitu d e. C elle du C om m encem en t etC elle d e la Fin. E t qu 'est-elle d o n c ?e m m e ,la F e s t E ll e
Oui, C elle du C om m en cem en t e t C elle d e la Fin. E llee s t a p p elée au C o m m en cem en t, e t c 'e st d an s la G enès e ;
U A N N O N C E F A I T E P A R M A R I E
11
e lle e s t m o n tré e à la Fin, et c'est d an s l'A pocalyp se. E llee s t a c tiv e au C om m encem ent, e t c'est à Cana ; e lle es tp ré se n te à la Fin, et c'est au Calvaire. Or, et rem arqu ezb ie n ce ci : d an s ces qu atre o cc a s io n s so le n n elle s, q u i so n tle s q u a tre p o in ts cardinaux, le s q u a tre b o r n e s d e l 'E cri' ture, e lle e s t n o m m ée :f e m m e ! Ah ! q u e ce m o t e s t grand q u i e ffra ie le s p â le s s en si' b ilité s d e n o s ch rétie n s én ervés, to m b és du ciel de latra n scen d a n ce aux m a récag es de la se n tim e n ta lité ! F e m m e q u * y a -t-il d e t o i à m o i , d it D ieu. Il n'y a rien,en e ffet, q ue l'abîm e ; m a is l'ab îm e co m b lé. Il y a l'a' m ou r. Il y a l'am our d e D ieu p o u r le s h o m m es. Il y al'am o ur d e D ieu p o u r la M ère d es h o m m es. F e m m e , v o i c i t o n f i l s ,m o n tra n to m m e, e l'H ils d it le F  d u n h o m m e à C elle q ui d o it en fa n te r le s h o m m es à D ie u,co m m e e lle en fa n ta D ieu aux h o m m es. E n tre ce s deux p a ro les to u t le d ram e d e la R é d em p ti o nse d ép lo ie. Ce n 'est p o in t p o u rta n t ce m y stère d 'a cco m p lisse m en tq u e M arie m a n ife ste en la p r em ière d e s e s ép ip h a n ie s :ce n e so n t p as les d eu x ex tré m ités d e l'E v an g ile qu 'elleévo qu e, m a is de to u te l'E critu re. C o m m en t, en effet , n ep o in t v o ir q u'elle co n d e n se en u n e s eu le im a ge la F em m ede la G enèse, le p ie d sur le S erp en t, la F em m e d e l 'Apo' ca ly pse, la tê te d an s le s do uze é to ile s ? A dm irable rac' co u rci q u i en serr e to u t le d é ro u le m e n t de la C réati onqu 'E v e fit to m b e r e t q u e M arie relèv e. Ave, Eva, N o u v e lleE ve, ô F em m e ! M ais c e n 'est p a s to u t, ce t alph a e t ce t o m éga , cesex trê m es q ui se ré co n c ilien t ex p rim és p a r M arie, en M a' rie, d ès le d ép art d'un cy cle q ui va d éro u ler d es m er' v e ille s : d éjà, o u tre la Fem m e, elle s'y m o n tre l'E p o u se.M ais est-ce b ie n au tre ch o se ? N 'est-elle p o in t F em m e p ou rêtre E p o u se et E p o u se p ou r être M ère ? T riple arcan ed'un u n iq u e p riv ilèg e : elle e s t F em m e d a ns la v is i o n duPère, E p o u se d eva nt l'E sp rit-S ain t e t M ère — ô si m a ter' n e llem en t M ère ! — du F ils. Oui, u n u n iq u e m y stèr e e t u n trip le arcan e, co m m eD ieu qu i e s t u n iq u e en sa T rinité.
12
L E S E P I P H A M I E S D E M A R I E
E t là, à P aris, rue d u B ac, en 1830, a yan t d éfin i T ori-g in e e t le term e, d é sig n é le S erp en t du co m b a t e t p ré' sen té la co u ron n e d e la v ic to ire, d re ssée d an s sa b eau té,e lle sem b le d ire : « R econ n aissez-m o i, m es en fa n ts ;vo yez, j e su is T E pouse. » — La reco nn a ître ? M ais co m m en t la reco n n a ître ? L 'E poux a d écrit l'E p o u se ; e t l'E p o u se p a rle dans l'é-p ith a la m e d e l'Epoux. C 'est le ch a n t d'am our du C an tiqued es ca n tiq u es. V ous v errez q ue le C antique d es ca nt iq u esc'est c ela : la p ro p h étie d e M arie, M arie d es D erni ersT em p s, M arie E p o u se d e l'E sp rit-S ain t. L es a p p a ritio n s de M arie d es ce llen t le C antique ; e t leC antique écla ire les a p p aritio ns d e M arie. Oui, l'E p o use,ici, à Pa ris ; e t to u te v êtu e d'aurore co m m e d an s l e Can' tiqu e. Cela, c'est M arie d e la M édaille. E lle v ien t, en 18 30,n o u s d o n n er la M édaille, a p p o ser so n sceau , n o u s a p porterle S ig n e. Quel sig n e ? C elui qui m arqu era, a fin d e le s d is' tin gu er, ceu x q ui so n t d e D ieu d an s la co n fu sio n du grandcom b a t. Car, d ans ce tem ps-là, q u i sera le tem p s de lap u issa n ce d e la terre — e t n o u s sa v o n s, n o u s, et n o u sép ro u v o n s, n o u s a u tres, q u e ce te m p s e s t v en u — dan sce tem p s-là to u s le s h o m m es d e la B ê te sero n t m a rq u ésd u sig n e d e la B ête. « T ous, p e tits e t g ran ds, rich es e t pau' v res, lib res e t escla v e s, sero n t m a rq u és su r la m a i n d ro itee t su r le fro n t, e t n u l n e po urra a ch e ter n i v en d re s'iln 'est m a rq u é d u n o m d e la B ê te e t d u ch iffre d e so nn o m .» (1) Or, en co r e q u e le s te m p s n e s o ie n t d é jà au term e dele u r a c co m p lisse m e n t, n i la ty ra n nie au p a ro x ysm e d e lafureu r, n o u s a vo n s co n nu , n o u s c o n n a isso n s d e c e s p eu ' p le s d re ssés co n tre D ieu, q ui o n t d écla ré la guerre àD ieu ; e t q u ico n q u e n 'e st p a s du p a rti, p a r o b éd ien c e o up a r o b éissa n ce , e s t r eje té d e la cité . T ou tes ce s g eô les,to u s c e s b a rbelés, to u s ce s ca m p s d es ex clu s e t l'a gonied e s m u ltitu d es da ns le s d éserts du m o n d e ! E t p a rce q u e le s h o m m es, en tra în és d an s la gran de
(1) Apoc., V II, 2.
V A N N O N C E F A I T E P A R M A R I E
13
a p o s ta sie d es n a tio n s, a lla ien t êtr e m a rq u és d u sig n e d ela terre, M arie v in t leu r o ffrir le sc ea u d e la F em m e co u ' ro n n ée d a n s le ciel. «d a i l l eq u i c o n q u e p o r t e r a c e t t e M é E t r e c e v r a d e g r a n d e s g r â c e s , » Car, d a n s ce tem ps-là, le s te m p s co m m en ça ien t q uia lla ien t ê tre ceu x du d iv o rce d e la terre e t d u cie l. Car,d an s ce tem p s-là co m m en ç a it le tem p s d es M auvais te m p s.Ce fu t M arie elle-m êm e, e n Tannée 1830, à P aris, q u i Tan-n o n ç a : «L e s t e m s ,t r è s m a u v a i p s s o n t  » E t M arie p leura.
Il fa u t s'en p én étrer, il fa u t s'en b ie n co nv ain cre , le sa p p a ritio n s d e M arie n e so n t p a s d e sim p le s a ffa ir e s d ecirco n sta n ce s, en co r e q u 'elles s'in scriv en t d a n s le ca dred es fa its e t s'a p pu ient su r l'o cc a sio n d u m o m en t. E tro i' tem en t lié e s a ux a ctu a lités d e l'h isto ire, elle s n e s'écla i' ren t q u e d ans la p é ren n ité d e l'H isto ir e ; p a ra issa n tco n ce rn e r q u elq u e tem p s p a rticu lier, e lle s en tre n t d a ns lem y stèr e d es tem p s ; regarda nt u n év én e m en t p réc is, e lle sn o u s d ésig n en t le grand E v én em en t : le R ègne. Le gr an dE v é n em en t q u i e s t le gra nd A v èn em ent. T o u tes ce s g ran d es ch o ses ex p rim é es là, to u t p e tite ' m en t, so u s n o s yeu x, à n o tre m esu re, d a n s la b a n a li té d um o m en t e t se lo n l'exig en ce d es circo n sta n ce s. Il en e s td e s ép ip h a n ies d e M arie co m m e il e n fu t d e J ésu s e n so ntem p s : lu i q u i d ev a it p a ra ître à B eth lé em n'y p u t n a îtreq ue p a rce q u e César, m a ître d e l'h isto ir e d e s circo n s' ta n c es, o rd o n n a n t le rec en se m e n t d e la terre, co n tr a ig n itJ o sep h à se ren dre au p a y s d e D avid. Q uand, d o nc, M arie p ro cla m e la m a u v a ise té d e s tem p s ,ce n 'éta it p a s seu lem en t — b ie n q u e c e fû t cela a u s si — led éso rd re d a ns la m a iso n e t le tro u b le d a ns la n a tio n , led ésa rro i ch ez le s F illes d e la C harité e t la rév o lu tio n e nFrance, m a is l'a v ertissem e n t so le n n el d e la F em m e à to u sle s p eu p le s d e la terre. Il n e so rta it p a s d e la b o u ch e d eJ ésu s u n e p a ro le qui, to u te sim p le e t to u t h u m a in e, n e
14
L E S E P I P H A M I E S D E M A R I E
ré so n n â t in fin im e n t ; e t M arie n e d it rien, si p au v rem entq u'elle p a rle, q u i n e s o it à la m esu re d e sa grande ur. N ep a s cro ire cela c'est a b a isser M arie e t restrein d re le m es ' sa g e d e C elle d o n t l'h u m ilité e s t le ré ce p ta cle de la su ' b lim ité. On s'o b stin e à en ten d re le s p a r o le s d e M arie co m m ed es p a ro le s d e p ié té e t d 'éd ifica tio n . E t b ie n sûr, q u 'ellesso n t a u s si cela ; m a is ce so n t d'abord p a ro les d'A n noncia' tion , p a ro le s d ivines, p a ro les n éc es sa ire s. Qui don c, ja d is,su r la b erg e d e T ibériade, en ten d a n t J ésu s, savait qu'iléc o u ta it le V erb e ? Qui do nc, a ujou rd 'h ui, d é co n cer té so u ' v en t, sc a n d a lisé p a rfo is, deva nt la « p a u v reté » d e s pa' ro le s d e M arie, co m m en ce à d iscer n e r so u s la chair fra' g ile e t b a n a le d es m o ts le so le n n el a v e rtiss em en t d e l'E' p o u x su r le s lèv res d e l'E p o u se ? Le R o i d es ro is n e n a q u it p o in t d a ns la p ourpre, m a isd an s u n e éta b le ; e t le R o ya um e, le R o ya um e q ui n 'e st pasv en u — a h ! S eign eu r, q u e v o tre R èg ne, « q u e v o tre R ègnearrive » ! — le R oy aum e o ù n 'en trero n t q u e le s p e tit s en ' fa n ts e s t a n n o n cé à d e p e tits e n fa n ts en d es term es quele s p e tits en fa n ts co m p ren n en t m a is q u i tro u b len t l e s d oc' teu rs e t fo n t so u rire le s sa v an ts.
C haque a p p aritio n e s t u n S ig n e e t ch a cu n e p ro m u lg ueu n M essa g e. La p rem ière, en o u tre, a p p o rta it u n o b j e t :u n e M éd aille. E t, d isio n s-no u s, il n o u s p a rut q ue l a Mé-d a i l l epar Ma'm a n ière d e sc ea u a p p o sé  é ta it co m m e u n e rie a fin d e m a rq uer l'a rm ée d e D ieu à l'heure du gr andco m b a t. V oyez, là, co m b ie n c e tte M éda ille e s t so u da into u t a u tre ch o s e qu'une sim p le m éd a ille. M ais qu i p eu td o n c ra iso n n a b lem e n t cro ire q ue M arie s o it v en u e a j o u ' ter u n e m éd a ille à ta n t de m éd a illes ? L es h o m m es, dansim e in te n tio n p ieu se e t selo n u n e lo u a b le co utu m e, o n tfra p p é d es m éd a illes ; q u e le ciel, u n jo u r, daign e lui-m ê' m e d o n n er u n e m éd a ille à la terre, ü sera it b ien té m é-
V A N N O N C E F A I T E P A R M A R I E
15
raire de la rang er p a rm i c e lles q u e p ro d u it T ind ust rie d esh o m m es, en co re qu'il fa ille b ien q u e le s h o m m es la rep ro' d u ise n t e t la p rop a gen t. Oui, u n e M éd aille d 'entre le s m é' d a illes, co m m e M arie e s t la F em m e d'en tre le s fe m m e s . E ton nez-vo us, a p rès cela, qu'ayant été, d ès q u e la n cée,l'o cca sio n d e ta n t d e m ira c les, o n l'ait a p p elé e M i ra' cu le u s e !
U ne d es ca u ses q ui fo n t q u e l'on d is cer n e m a l le ca ' ractère ex ce p tio n n el, g ra n d io se e t co m m en é c e s s a i r e d esa p p a ritio n s m a ria les d e ce tem p s, c'est q u e le s h o m m esd e ce tem p s n e v o ie n t p o in t q u 'ils v iv e n t en d es te m p sto u t p a rticu liers. O utre le g o û t d e la tra n scen d a n c e e t dusu rn a tu rel, le s ch rétie n s o n t a u ssi p erd u ce lu i d e l'esch a ' to lo g ie. A yant re je té l'esch a to lo g ie, ce jo y a u d u t r és o r ca' th o liq u e, le d ia b le l'a ra m a ssé ; il se l'est ap pro p rié, l'afa ço n n é à sa m a n ière e t l'a red o n n é au x h o m m es. P o u r le sm a téria listes, il en fit « le se n s d e l'h isto ir e », p o u r le sâ m es m y s tiq u es, il le so p h istiq u a en c e t « a d v en tis m e »dévo yé, fo n d em en t d e ta n t d e s e c te s d r es sée s co n trel'E g lise e t q u i a tten d e n t, d an s la p rière ex a cer b ée e t lav ertu a g ressiv e, le jo u r très p r o ch e o ù rev ien d ra l eC hrist. Or do nc, d éso rb ité s d u tem p s, ayan t c e s s é d e reg ard erle v érita b le S en s d e l'H isto ire q u i a ch em in e le m o n d e v ersle R oyaum e, b ea u co u p d e ch ré tien s — ce so n t d 'ord in airele s p lu s sa v a n ts — se d em a n d en t ce q u e v ie n t fa ire M ariee t q u elle p eu t b ien êtr e l'u tilité d e ces a p p a ritio n s q u in 'a p p orten t rien n i n 'a jo u ten t rien au d é p ô t sa cré d e laT radition. Ah ! q u e ce s ch ré tien s so u r cilleu x co m p ren n e n t en fi nd e q uel tem p s ils so n t e t ils sa u ro nt p o u rq u o i v ie n t M ariee t ils en ten d ro n t ce q u e d it M arie. E t q ue d it-elle ? E lled it : «t e m L e s s o n t p s m a u v a i t r è s »s . — B ien sûr, v o n t-ils répo n dre, le s te m p s so n t très
16
L E S E P I P H A N I E S D E M A R I E
m au v a is. U ne rév o lu tio n v a écla ter en F rance — o h ! u n eto u te p e tite rév o lu tio n — e t « le trô n e sera ren ver sé ».M ais c e g ros p e tit b ru it, u n jo u r d e 1830, est-il i m grandtu m u lte dans T h istoire ? — N o n, ce n 'éta it p a s u n év én e m e n t co n sid éra b le ;m a is ce n 'éta it p a s q u e cela . Q uand J ésu s, au jo u r d e s R am eaux, d escen d a n t la co l ' lin e, s'arrêta potir p leurer, co n tem p la n t c e tte J ér u salemd o rée d an s la lu m ière d u m a tin e t qu'il la v o y a it s 'écro u ' le r d a n s sa v isio n , d éjà il d isce rn a it u n e a u tre ru in e so u sc e s ru in es, cep en d a n t qu e, to u t a u fo nd , il y a v ait l'e ffo n ' d rem en t d es u n iv ers. E t le trô n e en F rance q u i se r enversee s t co m m e im e p r em ière p ier re q ui to m b e e t q u i m arq u ele co m m en cem en t du g ran d R en v ersem en t. C om m e J ésu s p leura su r J érusa lem , sa v ille, M ariep leu ra sur la France, so n roya um e, p a rce q u e c'est enF ra nce q ue d eva it s'o uvrir le tem p s d es Mauveds tem p s. C hrétiens, je v o u s en con ju re, com p ren ez en fin q u e le sp a ro le s de M arie, q ui so n t le s m o ts d e to u t le m on d e, so n ten m êm e tem p s v a ste s co m m e le m on d e. Quand M aried it : « Les tem p s so n t tr è s m a u v a is », sa ch ez enten d recela co m m e l'a d it to u t h u m b le m en t l'hu m b le M arie, m a isa u s si très so len n ellem en t, car c e sont a v ertiss em en tsto m b és d es lèv r es d e la R ein e d u m on d e. E t q u'il s' agit dum y s tè re d es tem p s. La ch u te d u trô n e d e F ran ce é ta it le sig n a l d'une p lu sg ra nd e ch ute. «s e r a r e n v e r s éL e m o n d e e n t i e r  », end it p leu ra n t M arie, a p rès q u'elle e u t v er sé d es la rm es su r le sm a lh eu rs de la France. M ais n e v o ir en ce v a ste eff o n d r e' m en t qu'un effro y a b le fra ca s, p rélu d e à u n g ra n d io s e b o u ' lev ers em e n t, ce n 'est p o in t en co r e en ten d re to u t à fa itM arie. Car le s év én em e n ts n e s e m esu r en t p a s se u lem en ten q u a n tité. J éru sa lem q u i b rû le e st, en u n e certa i n e m a ' n ière, u n fa it a u ssi co n sid éra b le q u e le s d e u x q ui s'étei' g n en t ; d e m êm e, le trô n e d e sa in t L ouis q u i se b ri seco m p te a u tan t q u e l'O ccident q u i écla te. E n ten dre M arie, c'est en trer d an s l'H isto ire, c'est re' trou ver, c'est restitu er , c'es t rep ren dre le S e n s d e l'his' to ire q u e S ata n a v olé, c 'e st p én étr er d ans la p ro f o n d eu r
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin