//img.uscri.be/pth/8f946041fe516f1ffcb63a73c8fc1fc8efdb513e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Lourdes dans l'Histoire

De
384 pages
Ce livre se présente sous la forme d'une petite encyclopédie qui permettra au lecteur de découvrir par entrée thématique tous les aspects (Eglise, culture et société) de Lourdes de 1858 à nos jours. S'appuyant sur une large documentation, Journal de la grotte, Annales de Notre-Dame de Lourdes, etc. l'auteur voit dans Lourdes un bon exemple de la tradition, voire de la Tradition : fidélité à un noyau constitutif et développements cohérents avec la grâce initiale.
Voir plus Voir moins
,
,
Série Études
Mgr Jacques Perrier
Lourdes dans l’Histoire
Église, Culture et Société de 1858 à nos jours
Lourdes dans l’Histoire
Religions et Spiritualité fondée par Richard Moreau, Professeur émérite à l’Université de Paris XII,dirigée par Gilles-Marie Moreau et André Thayse, Professeur émérite à l’Université catholique de Louvain.La collectionReligions et Spiritualité rassembledivers types d’ouvrages: des études et des débats sur les grandes questions fondamentales qui se posent à l’homme, des biographies, des textes inédits ou des réimpressions de livres anciens ou méconnus. La collection est ouverte à toutes les grandes religions et au dialogue interreligieux. Derniers titres parus:Francis Lapierre et Pierre Watremez,Les prières de l’Ancien Testament: mille ans de dialogue avec Dieu, 2015. Fr. Etienne Goutagny (moine de Notre-Dame de Cîteaux),Les impératifs de Dieu, 2015. Francis Weill,Judaïsme, christianisme, islam : lire la Bible après la Shoah, 2015.Jean-Paul Le Guillou,Saint Yves de Tréguier: l’enquête de canonisation. Préface de Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier, 2015.Philippe Beitia,Le sens de l’épreuve chez sainte Thérèse d’Avila, 2015.Hidulphe Bilali Bonazebi,Défense des droits subjectifs des fidèles : équité et légalité au canon 221 CIC 83. Préface de Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, 2015. Jean Reaidy,Naissance mystique et divinisation de l’homme intérieur chez Maître Eckhart et Michel Henry. Préface de Marie-Anne Vannier, 2015.Christian Gallot,Un maître d’autrefois: Monseigneur Jean Calvet (1874-1965), recteur émérite de l’Institut Catholique de Paris. Préface de Mgr Philippe Bordeyne, recteur de l’Institut Catholique de Paris, 2015.François et Michèle Guy,Un couple au service de la vie. Entretiens avec Gilles-Marie Moreau, préface de Mgr Guy de Kerimel, postface du P. Patrick Gaso, 2015. Jean-Marie Vernier,De l’homme à Dieu et retour: propédeutique à la foi chrétienne, 2015. Jacques-Yves Pertin,Justice et gouvernement dans l’Eglise d’après le Registrum Epistularum de saint Grégoire le Grand. Préface de Mgr Dominique Rey, évêque de Toulon-Fréjus, 2015. Robert Culat,Méditations bibliques sur les animaux, 2015.Stanislas Longonga,Saint Paul, un apôtre contre les femmes ?, 2015. Han Hyung-Mo,Déconstruction d’une image de Jésus : l’historicité et la nature, 2015. Philippe Beitia,Pour vivre son couple dans la foi, 2014. Jacques Assanvo Ahiwa,Jésus et la maladie dans l’évangile de Jean. Préface de Michèle Morgen, 2014.Rodolphe de Borchgrave,De veritate : vérité et langages de la foi, 2014. Albert Rey,Henri Reymond (1737-1820), évêque constitutionnel de l’Isère (1793-1802), évêque concordataire de Dijon (1802-1820). Préface de Mgr Guy de Kerimel, postface de Mgr Roland Minnerath, 2014. Gérard Leroy,A la rencontre des Pères de l’Eglise, 2014. Véronique Gay-Crosier,Plongée dans l’enseignement social de l’Eglise. Préface du frère Tanguy-Marie Pouliquen, 2014.Martine Digard,Lettre à tous ceux qui cherchent Dieu. Préface de Marguerite Léna, sfx, 2014. Francis Lapierre,L’Evangile oublié (nouvelle édition), 2014. Don-Jean Belambo,La réception de la théorie de l’évolution dans la théologie catholique du XXe siècle. Préface de François Euvé, 2014.Francis Weill,Le jour où Dieu pleurera, 2014.
Mgr Jacques PERRIER Evêque émérite de Tarbes et Lourdes Lourdes dans l’Histoire Eglise, Culture et Société de 1858 à nos jours Préface de l’abbé René Laurentin
Du même auteur, sur Lourdes et Bernadette : Expliquez-moi: Guide des Sanctuaires, 11 fascicules, NDL Editions, 2010-2016.Lourdes, pourquoi je l’aime,Bayard, 2007. Lourdes aujourd’hui. Et demain ?NDL Editions/Nouvelle Cité, 2007.L’Evangile de Lourdes,NDL Editions/Edifa-Mame, 2008.Lourdes, le miracle depuis 150 ans,Michel Lafon, 2008.100 prières de Lourdes,NDL Editions/Salvator, 2009.Bernadette, pourquoi je l’aime,NDL Editions, 2009.-© L’Harmattan, 20155-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08141-0 EAN : 9782343081410
Préface A l’origine de Lourdes se trouve un pauvre logis : le cachot. Pendant un temps, cette ancienne prison avait servi d’abri, pour quelques nuits, aux émigrés espagnols. Le cachot abrite depuis novembre 1856 la famille Soubirous ; les parents et leurs quatre enfants dans cette petite pièce unique : la fenêtre donnant sur du fumier que renouvelait, chaque jour, une petite colonie de poules. Quand il travaille - et, le 11 février 1858, il n’avait pas trouvé d’employeur - le père gagne 1 franc par jour, alors que la journée d’un cheval est payée 1 franc 50. On connaît la suite : Bernadette, sa sœur et Jeanne Abadie, partent chercher du bois, du côté de Massabielle. Bernadette hésite à traverser le canal et reste seule car ses parents lui interdisent de se baigner les pieds dans l’eau froide à cause de son asthme chronique. Elle entend le vent, se retourne : les arbres ne remuent pas. Alors dans la niche de la Grotte apparaît une silhouette blanche mais qui ne l’éblouit pas : « une jeune fille blanche avec un chapelet ». Bernadette qui a un chapelet veut faire le signe de croix mais elle n’y parvient pas, sa main est comme retenue. Alors l’apparition fait le signe de croix avec son chapelet et Bernadette peut le faire à sa suite. Tout le nouveau Lourdes est déjà là, venant du Ciel : Bernadette et la Dame, merveilleuse, étonnamment jeune, lumineuse, transparente, sainte. Plus tard, elle révèlera son nom : « Je suis l’Immaculée Conception. » Quatre ans auparavant, le 8 décembre 1854, le pape Pie IX avait proclamé que Marie, dès sa conception, est exempte de toute trace de péché, déséquilibre ou penchant au mal moral. C’est un dogme défini par la Constitution ApostoliqueIneffabilis Deus, 8 décembre 1854 (Catéchisme de l'Eglise catholique, n° 491). A Lourdes, c’est une désignation personnelle : « Je suis l’Immaculée Conception. » Marie a bénéficié d’une grâce exceptionnelle. Lourdes est un lieu de grâce et de révélation. Tellement exceptionnel que Rome a joint le nom de Lourdes à celui du diocèse où la Vierge est apparue : depuis 1912, le successeur de Mgr Laurence est « évêque de Tarbes et Lourdes ». Auparavant, Rome n’avait jamais accordé ce privilège à aucune apparition.
5
Depuis plus d’un siècle et demi, la ville de Lourdes est le refuge des malades et des malheureux. Elle attire les pèlerins les plus divers, les plus éloignés. C’est un lieu de prière, de réconciliation, de fraternité : sanctuaire de miséricorde pour les pécheurs que nous sommes. Tant et tant de miracles, discrets ou reconnus, s’y sont réalisés. Mais beaucoup de pèlerins ou visiteurs ramènent de Lourdes, dans leur cœur, pour le reste de leur vie, un miracle public ou caché. Mgr Jacques Perrier a été l’héritier et le garant de cette belle et longue histoire. Il a été, pendant près de quinze ans, « évêque de Tarbes et Lourdes » et il a souhaité que j’écrive cette préface comme historien des apparitions. Je sais comment il a géré ce diocèse et ce pèlerinage en évêque et combien il a aimé ce lieu saint qu’il garde dans son cœur depuis son départ en 2012. Ce livre en témoigne, il m’honore de le préfacer. Touchant Lourdes, mes premiers souvenirs personnels sont anciens. Avec ma famille, nous nous y étions arrêtés vers 1930, quand j’avais douze ou treize ans. En 1950, Mgr Théas, évêque de Tarbes et Lourdes, me demanda une « Théologie de Lourdes » pour préparer le Congrès marial de Rome en 1954, centième anniversaire du dogme de l’Immaculée Conception. Pour cela, j’ai visité toutes les archives de Lourdes malgré les difficultés de l’heure, y compris les archives des descendants d’Henri 1 Lasserre, premier auteur d’un livre sur Lourdes.Le rapport a été remis à 2 Rome en 1954 puis je l’ai amplifié dans le livrede Lourdes . Sens C’était, de ma part, la première de bien d’autres publications au service de Notre-Dame de Lourdes. Avec Mgr Théas, nous avions souhaité que des artistes traduisent, en œuvres contemporaines, la description que Bernadette a donnée de la Dame. Je me souviens, en particulier, d’un sculpteur, M. Dubos. Il parcourait Paris, avec sa charrette, pour trouver de vieilles poutres, dans des maisons en destruction. Il avait ainsi réalisé un diptyque en bois, de loin le plus fidèle à ce qu’avait dit Bernadette dans sa simplicité. Le sens et l’esprit de Lourdes s’y trouvaient aussi. Il m’en fit cadeau et je le gardai de longues années dans ma salle à manger à Grand Bourg. J’ai fait don de ma bibliothèque et de ce diptyque à la bibliothèque du Sanctuaire, qui accueillera le livre « Lourdes dans l’Histoire ».
Abbé René Laurentin
1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Lasserre « » paru enNotre Dame de Lourdes 1868.2 Editions Lethielleux, 1955.
6
Remarques
Ce livre n’est pas une histoire chronologique des Sanctuaires. Celle-ci a été, pour une bonne part, publiée en trois volumes, dus à Mgr Branthomme et Mme Touvet. Il s’agit plutôt d’une petite encyclopédie. Selon ses centres d’intérêt, le lecteur se portera vers tel ou tel article. Ce parti-pris éditorial entraîne quelques redites que repèrera celui qui aurait le courage de tout lire. Les autres, s’ils veulent élargir leurs informations, pourront se servir des renvois et de l’index. Pour parler de Lourdes et de ses responsables, l’évêque, le recteur, l’économe, l’auteur a choisi d’écrire : « les Sanctuaires ». Au pluriel, car, dans le vaste « Domaine de la Grotte », certains lieux sont plus particulièrement des « sanctuaires » : la grotte elle-même et les trois basiliques. Dans d’autres lieux, depuis toujours, il est admis que le pèlerin puisse manger son casse-croûte (voir page 356) : ce qui ne conviendrait guère dans un « sanctuaire ». Dans la typographie, il a été fait un usage restreint des majuscules, contrairement à l’inflation actuelle. Ainsi, « pape », « évêque », « recteur », « directeur » sont écrits sans majuscule, quel que soit le respect qui leur est dû. Il en est de même pour le mot « apparition », sauf s’il désigne la personne même de la Vierge. Cependant, quand il s’agit d’une citation, l’orthographe de l’original a été conservée. Les Sanctuaires ont toujours publié le coût des multiples constructions qui se sont succédé depuis l’origine. Le lecteur voudrait connaître l’équivalent dans notre monnaie d’aujourd’hui. Des tables de conversion permettent de donner un chiffre. Mais l’équivalence est trompeuse, comme il est expliqué page 121 : le coût de la vie et les salaires ont tellement changé !
7
Apologétique et Polémiques L’apologétique et la polémique sont deux démarches distinctes. La première plaide en faveur de la foi et elle ne doit pas hausser le ton pour faire valoir ses arguments. La polémique porte sur des sujets de moindre importance, mais elle élève la voix ou brandit la plume pour le combat. La frontière entre les deux n’est pas étanche : le « miracle » est, par excellence, un sujet apologétique qui prête à polémique. Chercher la vérité Dans le chapitre sur la Presse, on constate que Lourdes a suscité, d’emblée, la polémique (voir page 295). L’évêque s’est bien gardé d’y entrer. Pressé de prendre parti, il a voulu mener son enquête dans trois directions (voir page 139). Elle porte sur le témoignage et la personnalité de Bernadette : peut-on faire confiance à ce qu’elle dit ? Sur les conséquences spirituelles de l’événement dans la population : si les personnes qui vont à la Grotte se détournaient de la paroisse et des sacrements, ce serait mauvais signe. Enfin, il fallait voir si les guérisons alléguées étaient sérieuses. Pour les deux derniers volets de cette enquête, l’épreuve du temps était nécessaire. Il est normal que l’évêque n’ait fait connaître son jugement que trois ans et demi après la dernière apparition. Au terme de la troisième partie du Mandement de janvier 1862, portant sur les guérisons, Mgr Laurence conclut qu’elles ne sont pas dues à « la puissance de l’organisme ». Il enchaîne : « Ces guérisons sont donc l’œuvre de Dieu. Or, elles se rapportent à l’apparition ; c’est elle qui en est le point de départ ; c’est elle qui a inspiré la confiance des malades : il y a donc une liaison étroite entre les guérisons et l’apparition ; l’apparition est divine, puisque les guérisons portent un cachet divin. Mais ce qui vient de Dieu est vérité ! Par conséquence, l’Apparition (avec une majuscule) se disant l’Immaculée Conception, ce que Bernadette a vu et entendu, c’est la TRES-SAINTE-VIERGE ! » Dans le raisonnement de l’évêque, la conclusion est logique. C’est pourquoi, les gens de Lourdes seront scandalisés quand, à la tribune de la Chambre, un député parlera de Lourdes en termes de « superstition ». L’apologétique ne prétend pas donner la foi. Mais elle demande que sa parole soit prise au sérieux et non pas ridiculisée par le mot de « superstition ».
9