//img.uscri.be/pth/78ad4ae845b3ba7d9fbfe452653f5d94a49c4a62
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Traductions bibliques créoles et préjugés linguistiques

De
112 pages
Le présent travail a pour objectifs d'identifier certains des facteurs qui ont influencé les traducteurs bibliques dans le contexte d'Haïti et d'analyser les différents types d'interférence dans la traduction de la Bible en créole haïtien (interférences lexico-sémantiques, interférences morpho-phonologiques et interférences syntaxiques). Notre étude montre les problèmes que pose la traduction en fonction de certains préjugés, traits et/ou habitudes linguistiques du milieu, et elle propose des pistes de réflexion à d'autres études élaborées sur la traduction biblique en créole haïtien.
Voir plus Voir moins
Ronad Chares
Ronad Chares
Traductions bibliques créoles et préjugés linguistiques
Traductions bibliques créoles et préjugés linguistiques
Ronald Charles
Traductions bibliques créoles et préjugés linguistiques
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07419-1 EAN : 9782343074191
Avant-propos
Je dédie ce travail à ma femme qui m’a toujours encou-ragé à poursuivre mes études et mes travaux de recherche en GpSLW GH FHUWDLQHV GLI¿FXOWpV -H YRXGUDLV UHPHUFLHU /HPHWH Zéphyr, mon ami de longue date, pour m’avoir encouragé à entreprendre des études en linguistique et pour sa lecture FULWLTXH G¶XQH SDUWLH GH FH WH[WH -H QH SUpVHQWH GDQV FH WH[WH TX¶XQH DPRUFH GH UpÀH[LRQ VXU XQ VXMHW TXL PH WLHQW j F°XU et j’espère que d’autres chercheurs pourront développer SOXVLHXUV LGpHV pEDXFKpHV GDQV FH WUDYDLO 0RQ UHVSHFW HW PRQ admiration vont au doyen d’âge des linguistes haïtiens, Yves 'HMHDQ 1RV UHQGH]YRXV KHEGRPDGDLUHV j &DUUHIRXU +DwWL  de 2000 à 2003, et nos discussions amicales, d’égal à égal, sur la linguistique théorique, le système éducatif désuet de notre pays, la politique et la bêtise humaine… m’ont fait trouver en OXL OH PDvWUH j FRQWUHFRXUDQW TXH MH FKHUFKDLV <YHV P¶D DLGp j Up pFULUH XQH ERQQH SDUWLH GH FH WH[WH DYHF SOXV GH ULJXHXU 0HUFL j WRXV FHX[Oj TXL RQW OX FULWLTXp HW HQFRXUDJp FHWWH UHFKHUFKH 7RXV OHV GpIDXWV HW HUUHXUV GH FH WUDYDLO UHOqYHQW GH PRQ HQWLqUH UHVSRQVDELOLWp
5
6
Introduction
/D WUDGXFWLRQ GH OD %LEOH UHVWHUD WRXMRXUV XQ WUDYDLO HQ GHYHQLU ,O \ D FRQVWDPPHQW PR\HQ GH O¶DPpOLRUHU SRXU DUUL-ver à cet idéal poursuivi par tout traducteur consciencieux : FRPPXQLTXHU ¿GqOHPHQW OH VHQV GX PHVVDJH GH OD ODQJXH G¶RULJLQH GDQV OD ODQJXH G¶DUULYpH (Q DQDO\VDQW SOXVLHXUV traductions bibliques en créole haïtien, je me suis rendu FRPSWH TXH FHUWDLQHV KDELWXGHV OLQJXLVWLTXHV RQW LQÀXHQFp OH choix des mots, des expressions et des structures syntaxiques GDQV OH WH[WH FUpROH /H WUDGXFWHXU VFRODULVp HQ IUDQoDLV TXL traduit en créole, la langue de tous, fait face à certaines LQWHUIpUHQFHV OH[LFDOHV V\QWD[LTXHV HW VpPDQWLTXHV (Q ELHQ des endroits sa traduction est boiteuse et mériterait d’être UHWUDYDLOOpH &HWWH pWXGH D GRQF SRXU REMHFWLIV:  G¶LGHQWL¿HU OHV IDFWHXUV TXL RQW LQÀXHQFp OHV WUDGXFWHXUV PDQTXH G¶XQ FHUWDLQ HVSULW FULWLTXH IDFH j O¶XWLOLVDWLRQ de la langue de tous les jours ; préjugés de traducteur SULV DX SLqJH GX PLOLHX HW GX ELOLQJXLVPH  'DQV OH FDV G¶+DLWL F¶HVW OH ELOLQJXLVPH WHO TX¶LO DIIHFWH OHV JHQV OHV SOXV LQVWUXLWV FRPPH OHV WUDGXFWHXUV ELEOLTXHV &¶HVW OD VLWXDWLRQ VRFLROLQJXLVWLTXH FRPSOH[H R XQH ODQJXH OH IUDQoDLV HVW UHFRQQXH FRPPH SUHVWLJLHXVH
7
HW O¶DXWUH OH FUpROH KDwWLHQ SHUoXH FRPPH OD ODQJXH GH OD PDMRULWp LOOHWWUpH HWRX SHX LQVWUXLWH /H WUDGXFWHXU vit des contradictions internes de par sa formation/ GpIRUPDWLRQ j O¶pFROH HW j O¶XQLYHUVLWp  G¶LGHQWL¿HU OHV WKpRULHV HWRX SKLORVRSKLHV GH OD WUDGXF-WLRQ TXL RQW LQÀXHQFp OHV GLIIpUHQWHV YHUVLRQV GH OD %LEOH HQ FUpROH HW GH PRQWUHU OH U{OH GHV SULQFLSHV HW techniques de traduction en réponse à des questions du genre « que faut-il primer : la forme, le sens, les deux ? » d’amorcer une étude qui pourrait servir de piste de UpÀH[LRQV j G¶DXWUHV pWXGHV pODERUpHV VXU OD WUDGXFWLRQ ELEOLTXH HQ FUpROH KDwWLHQ À partir de cette étude, des traducteurs haïtiens pourront VH FRQVDFUHU j XQH PHLOOHXUH UpYLVLRQ GH OD %LEOH HQ FUpROH améliorer la qualité des traductions des textes religieux SURWHVWDQWV HW FDWKROLTXHV FDWpFKLVPH FKDQWV WUDLWpV G¶pYDQJpOLVDWLRQ« HW rWUH SOXV VHQVLEOHV DX[ TXHVWLRQV TXH VRXOqYHQW OD OLQJXLVWLTXH HW OD WUDGXFWLRQ HQ JpQpUDO &H WUDYDLO TXL H[SULPH XQH LQTXLpWXGH VXU QRV SUpMXJpV linguistiques et sur l’avenir de la traduction biblique s’inspire d’une collaboration possible entre théologie et linguistique ; GRQF VXU XQH DQDO\VH GX WH[WH TXL GRLW QRXV SDUOHU GH IDoRQ FODLUH HW VLPSOH -H PH OLPLWH j OD WUDGXFWLRQ ELEOLTXH &¶HVW le message tel que traduit, véhiculé dans le texte biblique TXL P¶LQWpUHVVH 0RQ VRXFL Q¶HVW SDV GH MHWHU XQ TXHOFRQTXH regard sur les différents aspects de l’église et des visions GX PRQGH TX¶HOOH SURMHWWH /¶XQLTXH YLVLRQ WKpRORJLTXH GH cette étude serait qu’une église authentiquement chrétienne,
8
1 « authentiquement haïtienne » , devrait éliminer le clivage 2 barbares/civilisés pour s’adresser aux fidèles chrétiens KDwWLHQV GDQV OD ODQJXH GH WRXV OH FUpROH GH IDoRQ FODLUH HW DFFHVVLEOH j WRXV
 /¶H[SUHVVLRQ HVW GH -XOHV &DVVpXV GDQVPour une église authenti-quement haïtienne  3RUWDX3ULQFH +DwWL  3UHVVH (YDQJpOLTXH   )ULW] )RQWXV GDQVLes Eglises protestantes en Haïti : Communication et inculturation 3DULV /¶+DUPDWWDQ  SODLGH SRXU XQH pJOLVH YpULWDEOHPHQW KDwWLHQQH  9RLU O¶RXYUDJH GH /DsQQHF +XUERQLe Barbare imaginaire 3RUWDX3ULQFH  +HQUL 'HVFKDPSV  
9