Commentaire sur l'Évangile de Saint Jean

De
A chaque fois, le fait miraculeux est suivi d'une série d'entretiens et de discours en rapport intime avec le signe qui a donné heu et la discussion se poursuit jus-y ; que dans le séjour suivant. Ainsi la lutte engagée au ch. V guérison de l'impotent continue dans leà l'occasion de la séjour de Jésus à la fête des Tabernacles : ch. VU et VIII (comp. VII, 19-24); ainsi encore, les discours qui se rap- portent à la guérison de l'aveugle-né , ch. IX et X (première fonds, à la fête la Dédi-partie), se reproduisent, pour le de partie). Jésus ayant toujours soin decace ch. X (seconde, Jérusalem avant que les choses en viennent auxquitter dernières extrémités, le conflit qui s'est élevé dans un séjour retentit encore dans le suivant., :Voici donc quelle nous paraît être la disposition du récit laAu ch. V, la lutte vaguement annoncée IV, 1. 2 éclate à pour prévenir suite de la guérison de l'impotent. Jésus, imminente , se relire prudemment en Ga-une catastrophe ainsi à la haine des Juifs le temps de selilée et donne calmer. Mais, en Gahlée aussi, il retrouve l'incrédiililé JudéeVI), seulement sous une forme différente : en(ch. on se contenteon hait et on veut faire mourir; en Galilée, Il avait là le stimulant d'une haine ac-de déserter. n'y pas 5CHAP. V-XII. provenait que de l'indiffé-la jalousie; l'incrédulité netive, charnel peuple. Avec lerence naturelle et de l'esprit du Tabernacles (ch.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 54
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 794
Voir plus Voir moins

":-:*•,«^
t
lï*i %,-«
M^f.t^tm\9À<té}Làh^.ViBIBLIOTHÈQUE THÉOLOGIQUE
COMMENTAIRE
SUR
L'ÉVANGILE DE SAINT JEAN
F. aODET
TOME SECOND
rtVKJQOQpafr-m
^PARIS r'
LIBRAIRIE FRANÇAISE ET ÉTRANGÈRE
SAINT-HONORÉ25, RUE ROYALE
1865DEUXIEME PARTIE
V, 1-XII, 50
L'incréilQlité en Israël.
Jusqu'ici , la révélation de Jésus s'est opérée dans un
milieu en général neutre la foi et l'incrédulité ont été; des
faits exceptionnels; l'attitude des masses a été jugée sans
doute par le Seigneur, mais elle ne s'est pas encore nette-
moment la situation change.ment dessinée. Dès ce , Jésus
continue à accomplir l'œuvre messianique , à manifester ce
qu'est le Père et ce qu'il est lui-même pour l'humanité.
Mais ce double témoignage rencontre une incrédulité crois-
loin la vaincre,santé et, bien de contribue plutôt à la ren-
forcer. Le développement de ce fait anormal devient pour
un temps le trait dominant de l'iiistoire (ch. V-XII). La foi,
là où elle se montre, est semblable à un faible remous,
comparativement au puissant et rapide courant qui entraîne
la masse de la nation.
C'est en Judée que s'accomplit ce développement de l'in-
créduHté. Ailleurs, l'antipathie n'existe que d'une manière
sporadique Jérusalem que par; c'est à des raisons faciles,
à comprendre (comp. I, 19 et suiv.), est concentré le prin-
cipe de la résistance. Dans cette capitale , aussi bien que
dans la province qui en dépend, se trouve une armée bien
disciplin(''e , dont le l'anatisme est prêt à soutenir la haine
II. iDEUXIÈME PARTIE.2
de chefs, dans tout ce qu'elle entreprendra plusses de
violent. Jésus connaissait bien cette situation. Il la dé-
peint dans les Synoptiques par cette parole poignante : « Il
ne convient point qu'un prophète meure hors de Jérusalem »
(Luc XIII, 33). Sans doute, Jean-Baptiste périt par le glaive
avons vu IV,d'Hérode; mais nous \ que très-probablement
les pharisiens et les scribes n'étaient pas étrangers à ce
forfait.
Cette observation expli(]ue la place relativement si con-
Jérusalem danssidérable qu'occupent les voyages à le qua-
La tradition générale qui forme le londtrième évangile. ,
narrations synoptiques, avait pour but l'évangéli-des trois
populaire , l'œuvre de la mission elle mettait parsation ;
avaientconséquent en rehef les faits qui positivement con-
la foi nouvelle; ce quitribué à l'établissement de n'avait
pas pour la narration populaire.pas abouti n'existait Or
en Galilée que s'était accomplie l'œuvre duc'était surtout
considérée sous ce point de vue. C'est dans cetteSeigneur,
du centre, que ministèreprovince, plus indépendante son
puissance créatrice et produit des résultatsavait exercé sa
point d'opposition systématique, de résistancepositifs. Ici,
Dans ce milieu, généralement bienveillant, Jésusorganisée.
parler en simple missionnaire; s'il se trouvait danspouvait
plutôtde faire de la polémique, c'était avec desle cas
qu'avec des Galiléens : Matth.émissaires, venus de Judée,
III, Vil, 1 Luc V, 17 (comp. Vl, 1.7).1. Marc 22; ;XV, 12;
donner un hbre essor à ces prédicationsII pouvait donc
quelque scène de la nature , à ces mots heu-inspirées par
paraboles, àpleins d'à-propos, à ces gracieusesreux et
besoins innnédiatsenseignements en rapport avec lesces
à toutes formes de discours,la conscience humaine, cesde
traditiondeviennent de préférence l'objet de laenfin, qui
la plus simple.l'évangélisation sous sa formecl alimentent

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.