Dictionnaire du Nouveau Testament

De
Publié par

Dans ce dictionnaire, les personnages, les lieux, les moeurs, les institutions, les mots et les idées du Nouveau Testament, ou ayant un rapport avec le Nouveau Testament, font l'objet de plus de mille articles, introduits par ordre alphabétique.



Tout ce qu'on sait de la culture, de la société de l'époque, de l'étymologie, de l'histoire, de l'anthropologie et bien entendu de l'exégèse du Nouveau Testament, est systématiquement mis en oeuvre pour éclairer chaque terme. Des renvois nombreux - aux passages du Nouveau Testament lui-même, aux autres termes du dictionnaire ainsi qu'à l'importante introduction générale - permettent de compléter l'information de chaque mot et de le resituer dans un ensemble de significations plus large.


Publié le : samedi 25 avril 2015
Lecture(s) : 9
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021245127
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture

Du même auteur

AUX MÊMES ÉDITIONS

Les Évangiles et l’Histoire de Jésus

« Parole de Dieu », 1963, 1986

 

Études d’Évangile

« Parole de Dieu », 1965

 

Exégèse et Herméneutique

« Parole de Dieu », 1971, 1976

 

Résurrection de Jésus et message pascal

« Parole de Dieu », 1971, 1985

 

Dictionnaire du Nouveau Testament

« Parole de Dieu », 1975 ; « Livre de vie », 1978, 1996

 

Les Miracles de Jésus selon le Nouveau Testament

(en collaboration)

« Parole de Dieu », 1977, 1978

 

Face à la mort, Jésus et Paul

« Parole de Dieu », 1979, 1982

 

Le Partage du pain eucharistique

selon le Nouveau Testament

« Parole de Dieu », 1982, 1990

 

Lecture de l’Évangile selon Jean (tome I)

(chap 1-4)

« Parole de Dieu », 1988, 1990

 

Lecture de l’Évangile selon Jean (tome II)

(chap 5-12)

« Parole de Dieu », 1990

 

Lecture de l’Évangile selon Jean (tome III)

(chap 13-17)

« Parole de Dieu », 1993

 

Lecture de l’Évangile selon Jean (tome IV)

(chap 18-21)

« Parole de Dieu », 1996

 

Agir selon l’Évangile

« Parole de Dieu », 2002

 

Un bibliste cherche Dieu

« Parole de Dieu », 2003

 

Le Pain de la vie

« Parole de Dieu », 2005

Avant-propos


Il y a sept ans, Paul-André Lesort me confiait un projet : mettre à la disposition du public un instrument maniable qui réponde aux questions soulevées par la lecture du Nouveau Testament. J’étais séduit, et en même temps terrifié. L’expérience du précédent Vocabulaire de théologie biblique n’était-elle pas suffisante ? Mais l’avocat des lecteurs se faisant pressant, j’ai décidé de me mettre à l’ouvrage et de tenter la gageure : le lecteur du Nouveau Testament, croyant ou incroyant, pourrait-il ainsi trouver aisément la réponse aux premières questions que soulève le texte ?

Le Nouveau Testament, domaine d’investigation de ce Dictionnaire, constitue un ensemble littéraire dont la production s’échelonne seulement sur quelque cinquante années ; ce court laps de temps autorise à considérer ce corpus comme un ensemble conceptuel suffisamment unifié ; la difficulté, et l’intérêt aussi, vient de ce qu’il relève de deux civilisations différentes : celle des Sémites et celle des Grecs. Aussi tentons-nous de marquer le rapport de ces deux couches de pensée. Davantage encore, puisque nous interprétons ici le français qui est traduction du grec, nous cherchons à mesurer la distance qui sépare l’esprit du XXe siècle et celui du Ier siècle ; non pas en nous imaginant que ce grand fossé va être comblé, car on ne peut se mettre à la place des premiers chrétiens ; mais afin de se situer mutuellement, condition élémentaire d’une saine intelligence du texte.

Précédant le vocabulaire proprement dit, se trouve une Introduction, entreprise originale dans ce genre d’ouvrage, qui a été projetée par Paul-André Lesort. Elle poursuit deux fins. D’abord, offrir au lecteur la possibilité de découvrir le non-dit du Nouveau Testament. Celui-ci, dans son écriture, suppose connues de nombreuses réalités, parce qu’elles faisaient partie de l’environnement du temps : la terre et les hommes, l’histoire antérieure, le monde méditerranéen et l’héritage culturel, les aspects variés de l’existence : politique, juridique, économique, domestique, culturel, enfin les courants religieux et la foi d’Israël. Toutes ces données, ordinairement non explicitées dans le Nouveau Testament, sont pourtant indispensables au lecteur. Sur cet arrière-fond seulement, le Nouveau Testament cesse de flotter sans attache avec le monde des humains.

L’autre objectif de l’Introduction est d’assembler le contenu des diverses notices éparses dans le vocabulaire. En effet l’un des défauts de tout Dictionnaire provient de son genre même : c’est un recueil de mots rangés dans l’ordre alphabétique qui offre des notices attentives à suivre le sens des mots, mais par là même séparées les unes des autres, sans que leur rapport s’impose immédiatement ; certes les flèches apposées ici au bas des notices invitent le lecteur à grouper un certain nombre de termes ; mais la synthèse n’est pas toujours aisée à reconstituer. Aussi l’Introduction s’efforce-t-elle de donner sous forme synthétique les aspects d’un même sujet, épars dans le vocabulaire : ainsi pour ce qui concerne le mariage au temps de Jésus, ou pour les diverses couches sociales ou la vie culturelle. Voilà pourquoi, très fréquemment, les notices renvoient elles-mêmes à l’Introduction, pour que le lecteur puisse compléter ou situer la notice en question par une vue synthétique.

Quant au vocabulaire lui-même, il demande un mot de justification. D’abord sur le choix des mots. Sur les quelques 5 500 mots grecs du Nouveau Testament, nous avons retenu (sauf les noms de personnes ou de lieux qui ne sont cités qu’une seule fois) tous les termes qui requièrent une explication à quelque ordre qu’ils appartiennent : historico-géographique, archéologique, littéraire ou théologique ; il s’agit donc d’un véritable Dictionnaire, exhaustif à ce point de vue ; en de nombreux cas, nous avons choisi tel ou tel mot français en raison de sa prédominance dans notre parler courant, quitte à mentionner le terme écarté et à renvoyer par une flèche à celui qui a été préféré. De toute manière, nous nous sommes appliqué à indiquer le mot grec employé par le texte du Nouveau Testament, et éventuellement le mot hébraïque de l’Ancien Testament ; parfois même est indiquée l’étymologie des divers mots.

Ordinairement, les mots sont ventilés selon leurs nuances propres, car il importe de dissiper les confusions qu’entraînent souvent ces apparentements. Voici quelques exemples de ces chaînes de mots. Confiance – constance – espérance – fidélité – foi – patience – persécution. Ou encore : Confiance – fierté – gloire – orgueil. – Envie – jalousie. – Agonie – angoisse – crainte – souci.

Parfois, nous avons dû procéder à des regroupements thématiques, afin de ne pas allonger démesurément le nombre des notices et pour conserver une vue synthétique de quelques sujets. Ainsi pour les animaux, les étoffes, les pierres précieuses, les vices, les vertus…

Parfois encore, le mot français recouvre plusieurs mots grecs ou hébraïques, découvrant l’ambiguïté de ces termes. Ainsi pour l’arche, l’abîme, les enfers, la folie, la médisance, le nouveau, le « siècle »…

Enfin de nombreuses notices doivent renseigner le lecteur en divers domaines. Dans l’ordre historique, elles sont très variées : par exemple, adoption, affranchissement, anathème, chronologie, centurion, collecte, concile de Jérusalem, préfet, procurateur, province, tétrarque, autant de notions qu’il est difficile de se remémorer exactement. Je passe ici les notices concernant les lieux et les personnes, pour signaler les nombreux renseignements d’ordre archéologique, comme agora, airain et bronze, miroir, Nag Hammadi ou Qoumrân. Les notions exégétiques élémentaires sont présentes, telles que genre littéraire, critique, unité littéraire, agrapha, apocryphes, canon des Écritures, deutérocanoniques, parabole et allégorie, structure. Nous avons même tenté de fournir en langage moderne l’équivalent de certaines notions délicates, comme l’éternité, le temps, la fin du monde, le mythe, la prédestination. Enfin, comme il se doit, il fallait tracer des pistes dans la forêt de la théologie sur Dieu, le Christ, les anges ou la rédemption, avec toutes les notions connexes.

Les notices comportent deux registres : un texte courant et des séries de références. À celui qui cherche un renseignement rapide, le texte suffira sans doute ; mais celui qui désire approfondir le sens proposé pourra se reporter aux références généreusement indiquées : tantôt il découvrira par les renvois à l’Ancien Testament l’épaisseur du terme, son enracinement dans la tradition biblique, tantôt il justifiera ou complétera les rapides indications du texte.

Au lecteur de feuilleter sans se lasser, à moins qu’il ne préfère se borner à découvrir le sens du mot difficile qu’il a rencontré dans le Nouveau Testament ; mais qu’il ne craigne pas de se laisser emporter par le jeu des flèches qui l’entraîneront bien au-delà de ce qu’il était venu chercher. Tableaux et cartes (dus en grande partie à Bernard Lagaillarde) faciliteront sa tâche, pour saisir d’un seul coup d’œil quels sont les livres de la Bible, quels sont les apocryphes, quelle correspondance peut être établie entre les heures et les veilles du jour et de la nuit…

Pour mener à bien ce projet, il a fallu se garder d’un certain nombre d’écueils. Pour les notices, c’eût été de les transformer en une longue phrase collant bout à bout les textes scripturaires ; c’eût été une Concordance mise en style (à ce propos, je dois dire ici l’immense service rendu par l’incomparable Concordance du Nouveau Testament, publiée au Cerf en 1970). Or les notices ne veulent pas retracer l’histoire de Césarée ou de Pierre selon le Nouveau Testament, mais renseigner le lecteur qui, à tel moment de sa lecture, veut connaître le présupposé de ce qu’il lit. Pour l’Introduction, il était possible d’esquisser les grandes lignes d’une Théologie de l’Ancien Testament, et de l’état de la pensée juive au temps de Jésus. Ainsi a pu être brossé un tableau complet, sinon exhaustif, des connaissances élémentaires dont a besoin tout lecteur du Nouveau Testament.

Pour achever cet ouvrage, démesuré pour un seul homme, il a fallu l’aide et l’appui d’un grand nombre de personnes. Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont assisté. A l’origine, Jacqueline Thevenet qui rédigea une première version des notices de lieux et de personnes, ainsi qu’un bon nombre de celles des noms communs. Puis ceux qui ont rassemblé divers éléments de l’Introduction : Jean-Pierre Berger pour les questions romaines et helléniques, Michel Sales et Bernard Corbin pour les questions juives. Et cependant il restait un immense travail à accomplir qui dura plus de trois ans. C’est alors que Renza Arrighi améliora les ébauches de notices et accumula d’autres documents nécessaires pour l’Introduction. Si je donne ces détails, c’est pour expliquer comment, de fait, il m’a fallu, en plus des notices théologiques qui m’avaient été réservées d’emblée, reprendre et unifier l’ensemble de l’ouvrage. Voilà pourquoi j’assume la responsabilité entière du contenu de ce Dictionnaire. Cependant, pour ne point parler des nombreuses suggestions faites par Paul-André Lesort et Jean-Pie Lapierre, je tiens à nommer deux spécialistes de grande classe : Charles Morel qui a veillé à la sûreté des étymologies et Joseph Trinquet dont la compétence solidement établie s’est jointe à une patiente et minutieuse lecture de l’ensemble du texte.

Après vingt années de grande diffusion, ce Dictionnaire méritait d’être encore amélioré. À l’introduction générale et aux notices relues et complétées, vingt-cinq notices ont été ajoutées. Une liste des notices remplace celle des mots grecs en vue de faciliter l’utilisation du Dictionnaire.

Au lecteur de batifoler dans le jardin des Écritures et de découvrir sous l’écorce des mots la sève de la Parole !

X.L.-D.

Paris, Centre Sèvres, juin 1996

Sigles des livres bibliques

Ab

Abdias

Ac

Actes des Apôtres

Ag

Aggée

Am

Amos

Ap

Apocalypse

Ba

Baruch

1 Ch

1er livre des Chroniques

2 Ch

2livre des Chroniques

1 Co

1re épître aux Corinthiens

2 Co

2épître aux Corinthiens

Col

Épître aux Colossiens

Ct

Cantique des Cantiques

Dn

Daniel

Dt

Deutéronome

Ep

Épître aux Éphésiens

Esd

Esdras

Est

Esther

Ex

Exode

Ez

Ézéchiel

Ga

Épître aux Galates

Gn

Genèse

Ha

Habacuc

He

Épître aux Hébreux

Is

Isaïe

Jb

Job

Jc

Épître de Jacques

Jdt

Judith

Jg

Juges

Jl

Joël

Jn

Évangile selon saint Jean

1 Jn

1re épître de Jean

2 Jn

2épître de Jean

3 Jn

3épître de Jean

Jon

Jonas

Jos

Josué

Jr

Jérémie

Jude

Épître de Jude

Lc

Évangile selon saint Luc

Lm

Lamentations

Lv

Lévitique

1 M

1er livre des Maccabées

2 M

2livre des Maccabées

Mc

Évangile selon saint Marc

Mi

Michée

Ml

Malachie

Mt

Évangile selon saint Matthieu

Na

Nahum

Nb

Nombres

Ne

Néhémie

Os

Osée

1 P

1re épître de saint Pierre

2 P

2épître de saint Pierre

Ph

Épître aux Philippiens

Phm

Épître à Philémon

Pr

Proverbes

Ps

Psaumes (cités selon la numérotation hb.)

Qo

Ecclésiaste (Qohélet)

1 R

1er livre des Rois

2 R

2livre des Rois

Rm

Épître aux Romains

Rt

Ruth

1 S

1er livre de Samuel

2 S

2livre de Samuel

Sg

Sagesse

Si

Ecclésiastique (Siracide)

So

Sophonie

Tb

Tobie

1 Th

1re épître aux Thessaloniciens

2 Th

2épître aux Thessaloniciens

1 Tm

1re épître à Timothée

2 Tm

2épître à Timothée

Tt

Épître à Tite

Za

Zacharie

Abréviations

ap.

après

étym.

étymologiquement

ar.

araméen

g

gramme

AT

Ancien Testament

gr.

grec

auj.

aujourd’hui

hb.

hébreu

av.

avant

Intr.

Introduction

cf

confer : voyez

J.C.

Jésus Christ

ch.

chapitre

lat.

latin

comp.

comparez

NT

Nouveau Testament

env.

environ

p. ex.

par exemple

Ép.

Épître

s.

siècle

Év.

Évangile

s

et verset suivant

Exemples de références

Mt 5,7

Évangile de Matthieu, chapitre 5, verset 7.

Mt 5,7s

Évangile de Matthieu, chapitre 5, versets 7 et 8.

Mt 5,7-10

Évangile de Matthieu, chapitre 5, versets 7, 8, 9, 10.

Mt 5,7–6,9

Évangile de Matthieu, du chapitre 5, verset 7 au chapitre 6, verset 9 inclus.

Mt 5,7.15

Évangile de Matthieu, chapitre 5, versets 7 et 15.

Mt 5,7 ; 8,9

Évangile de Matthieu, chapitre 5, verset 7 et chapitre 8, verset 9.

Autres sigles

*

Le mot qui suit, ou un terme apparenté, fait l’objet d’une notice dans le Dictionnaire et sont cliquables dans l’epub.

Renvoie soit à des notices, soit à des paragraphes de l’Introduction, qui situent ou complètent l’exposé.

indique le caractère exhaustif des références au NT pour le mot objet de la notice.

Indique le caractère exhaustif des références au NT pour le terme désigné par l’appel de note.

[ ]

Enclavent un mot qui n’est pas dans le texte du NT.

=

Désigne les textes parallèles des évangiles.

( )

Les passages du NT ainsi indiqués au cours d’une référence ne sont pas dans tous les manuscrits.

Tableaux & cartes

Années (comput)

Apocryphes de l’Ancien Testament

Les trois Bibles de l’Ancien Testament

Empereurs romains

Grands Prêtres

Les Hérode

Jérusalem (Carte 1)

Journée (division de la)

Légats de Syrie

Mesures (longueur et capacité)

Monnaies

Palestine du Nouveau Testament (Carte 4)

Paul : chronologie

Paul : voyages (Cartes 2 et 3)

Rois et gouverneurs de Palestine

Transcriptions

DU GREC

DE L’HEBREU

α

alpha

a

א

aleph

β

bêta

b

ב

beth

b

γ

gamma

g

ג

guimel

g

δ

delta

d

ד

daleth

d

ε

epsilon

e

ה

h

ζ

dzèta

z

ו

vav

w

η

èta

è

ז

zaïn

z

θ

thêta

th

ח

heth (aspiré)

h

ι

iota

i

ט

teth

th

ϰ

kappa

k

י

yod

y

λ

lambda

1

כ

kaph

k

μ

mu

m

ל

lamed

l

ν

nu

n

מ

mem

m

ξ

ksi

x

נ

nun

n

ο

omicron

o

ס

samek

s

π

pi

p

ע

aïn (aspiré)

ρ

r (rh)

פ

phé

p (ph)

σ,ς

sigma

s

צ

çadé

ç

τ

tau

t

ק

qoph

q

υ

upsilon

y (u)

ר

rech

r

φ

phi

ph

ש

sin

s

χ

khi

kh

ש

chin

ch

ψ

psi

ps

ת

tav

t

ω

ôméga

ô

(esprit rude)

h

vocalisations

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.