Dieu bénisse l'Amérique. La religion de la Maison-

De
Publié par

Au lendemain du 11 septembre 2001, la sympathie pour les États-Unis était presque universellement partagée. Trois ans plus tard, elle s'est largement évaporée. L'une des raisons essentielles de ce désamour, c'est la religion, celle de Bush, celle de ses conseillers, celle de ses électeurs nationalistes et fondamentalistes qui font une lecture manichéenne du Bien et du Mal dans le monde. Qu'en est-il exactement ? L'auteur rappelle le rôle de la " religion civile " aux États-Unis – cette imprégnation de la société dans son ensemble par des valeurs religieuses. Il décrit la montée, depuis une trentaine d'années, des évangéliques et le recul concomitant des autres dénominations protestantes. Il décrit l'impact, en dépit des apparences, de la sécularisation de la société américaine : l'Amérique et son mode de vie remplacent de plus en plus le messie chrétien comme figure du salut. Il pose la question des changements – durables ou non – depuis trois ans : assiste-t-on à une rupture dans l'histoire religieuse américaine ? Et quelles en seraient les conséquences ?


Publié le : jeudi 1 octobre 2009
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021008180
Nombre de pages : 298
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
DIEU BÉNISSE L’AMÉRIQUE
Extrait de la publication
SÉBASTIEN FATH
DIEU BÉNISSE L’AMÉRIQUE
La religion de la Maison-Blanche
ÉDITIONS DU SEUIL e 27, rue Jacob, Paris VI
Extrait de la publication
ISBN 2-02-062973-9
©ÉDITIONSDUSEUIL,SEPTEMBRE2004
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Extrait de la publication
Extrait de la publication
à Sam Lowry
Extrait de la publication
Introduction
Aux lendemains des attentats du 11 Septembre 2001 contre le World Trade Center et le Pentagone, une immense vague d’émotion traverse le monde, l’Europe et la France. Tandis que Jean-Marie Colombani titre, à la une duMonde(13 sep-tembre) : « Nous sommes tous des Américains », un sondage Ipsos-Le Point-BFM% des Français interrogésrévèle que 70 approuvent « l’attitude de George Bush depuis les attentats du 1 11 Septembre ». Dès le 19septembre 2001, Jacques Chirac dépose une gerbe de fleurs à l’Union Square, à New York, en tribut symbolique aux victimes. Il apporte l’hommage des Fran-çais «terriblement choqués et traumatisés par ce qui est arrivé ». Le président de la République est alors le premier chef d’État étranger à rencontrer George W. Bush Jr depuis les atten-tats. Dans les deux semaines qui ont suivi le jour fatidique, huit mille courriels de solidarité parviennent au Mémorial pour la paix de Caen, principal lieu de mémoire des combats pour la libération de la France en 1944-1945. Les images chocs de la skylinenew-yorkaise envahie par la fumée noire ont réveillé, chez une génération de Français, le souvenir du sacrifice des GIs sur les plages de Normandie. Dans les jours d’épreuve, les deux peuples se retrouvent dans une même communauté de valeurs.
1. Sondage par Ipsos pour 2001 auprès de 929 personnes.
Le Pointet BFM réalisé les 21 et 22 septembre
9
D I E U B É N I S S E L ’ A M É R I Q U E
Trois ans plus tard, où sont passées cette sympathie et cette soli-darité (presque) sans nuages? Pour neuf Français sur dix, la Maison-Blanche inspire désormais une méfiance non dissimulée, proportion que l’on retrouve dans bien des pays européens. Dans un virage à 180degrés, Jean-Marie Colombani titre désormais: « Tous non-Américains ? » (Le Mondedu 15mai 2004). Entre-temps, le Rubicon a été franchi. La seconde guerre contre l’Irak (2003), perpétrée sur ordre de la Maison-Blanche malgré l’avis majoritaire du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies, a donné le sentiment que « quelque chose d’irréversible » s’est passé en Amérique (Luizard, 2004, p. 382). Les dix millions de manifestants qui défilèrent sur les cinq continents en faveur d’une solution pacifique, le 15 février 2003, n’ont pas infléchi le cours de l’histoire. Contre l’avis de la plupart des États de la pla-nète, sur la base d’une argumentation fondée pour partie sur des 2 faux grossiers , l’Oncle Sam a envahi un État souverain, détruit ses infrastructures administratives, privatisé son économie, instauré un régime d’occupation militaire, tout cela au nom de la préservation de la sécurité américaine (guerre préventive) et de la démocratie (renverser le tyran Saddam Hussein). Par cette politique du fait accompli, variante à peine maquillée du droit du plus fort, les États-Unis ont dilapidé, en quelques mois, un immense capital de sympathie, s’aliénant la communauté internationale. Comment en est-on arrivé là? La «véritable crise psychique» qui a marqué l’Amérique et le monde après le 11 Septembre (Todd, 2002, p. 12) 3 y est pour beaucoup . Mais à lire la presse française et européenne, l’incompréhension croissante qui s’est développée entre les deux
2.Cf. Hans Blix (ancien chef des inspections de l’ONU en Irak),Irak, armes introuvables, Paris, Fayard, 2004. Voir aussi le rapport accablant du Carnegie Endowment for International Peace,WDM in Iraq. Evidence and implications, New York, 2004. 3. Voir aussi les analyses de Jean Baudrillard, pour qui la guerre de 2003 viserait avant tout à exorciser le 11 Septembre, le « seul événement véritable ». Cf.Jean Baudrillard, « Derrida, Baudrillard et la guerre à venir »,Le Monde, 28 février 2003, et « Le masque de la guerre »,Libération, 10 mars 2003.
10
Extrait de la publication
I N T R O D U C T I O N
rives de l’Atlantique est avant tout liée à une variable clef : la reli-gion. La Maison-Blanche serait « prise en otage » par une caste de religieux exaltés pour lesquels la réalité internationale d’aujourd’hui ne se comprend bien qu’à partir de la Bible.
La piété démonstrative du président Bush, la rhétorique mani-chéenne de son administration laissent perplexe nombre d’observa-teurs, y compris dans son propre pays où il passe parfois pour 4 « l’ayatollah de l’Amérique ». Faut-il y voir une rupture profonde dans l’histoire états-unienne, une crise millénariste passagère, ou de simples effets tribuniciens ? À partir du révélateur qu’a constitué la crise irakienne de 2003, le présent essai explore les enjeux posés par les rapports entre religion et politique aux États-Unis depuis le 11 Septembre 2001. Après ce tournant, il s’interroge sur ce que peut bien signifier le mantra inlassablement répété : Dieu bénisse l’Amé-5 rique . Il recadre les interrogations actuelles dans l’histoire améri-caine, décrypte tour à tour la fonction politique de la «religion civile », la montée des protestants évangéliques, et l’impact crois-sant, en dépit des apparences, de la sécularisation. Il esquisse enfin les contours d’une religiosité nouvelle, encore incertaine, qui érige les États-Unis et son modèle de société en nouvelle divinité tutélaire d’un monde globalisé. Et si le premier dieu de la Maison-Blanche, c’était l’Amérique elle-même ?
Matériaux pour une enquête
Cette réflexion part d’un point de vue : celui des sciences sociales des religions. Ce livre ne constitue ni un essai de géopolitique, ni
4. Richard Cohen, « America’s Ayatollah »,The Washington Postavril, 15 2004, p. A25. « Bush parle comme si seul un athée pouvait demander des preuves, alors que la foi seule est plus que suffisante. Il est l’ayatollah de l’Amérique (He is America’s own ayatollah). » 5. Cette interrogation est celle de millions de citoyens, aux États-Unis et ailleurs.Cf.John Dart, « God blessing America ? »,Christian Century, 10 octobre 2001.
11
Extrait de la publication
D I E U B É N I S S E L ’ A M É R I Q U E
un abrégé d’histoire récente des États-Unis. Il se focalise sur ce nœud gordien des rapports entre religion, société et politique dans les États-Unis de l’après-11 Septembre 2001. Cependant, ce fil directeur n’excluta prioriaucun éclairage. « Fait social total » (Marcel Mauss), la religion ne saurait se comprendre en faisant abstraction du contexte culturel, politique, économique et géo-stratégique dans laquelle elle s’inscrit, ce qui a justifié, dans l’éla-boration de cette analyse, le recours à de nombreux travaux « hors champ ». Trois domaines de recherche ont été particulière-ment exploités : les rapports entre religion, culture et société aux États-Unis (Finke&Stark, 1992; Kaspi, 2003; Noll, 2002; Richet, 2001; Valantin, 2003; Wuthnow, 1989), le protestan-tisme de type évangélique (Ammerman, 1987 ; Ben Barka, 1998 ; Fath, 2002 ; Gutwirth, 1998 ; Noll, 2001 ; Smith, 1998), et la reli-6 gion civile américaine (Anderson, 1983 ; Bellah, 1970 ; Coles, 2002 ; Sheffer, 1999 ; Wuthnow, 1988). Au travers de ces ques-tionnements prioritaires, c’est tout l’enjeu de la gestion sociale et politique du religieux aux États-Unis qui est posé. «Gulliver empêtré » (Hoffman, 1971), comment le géant au drapeau étoilé compose-t-il avec sa force religieuse? Tolère-t-il liens et entraves, ou décuple-t-il au contraire son ardeur conquérante, au risque des « croisades » les plus aventureuses ? À partir de la pro-blématique générale, l’angle de la focale peut être élargi ou res-serré. En ouvrant l’horizon, des pistes plus amples ont été explorées, en particulier la mondialisation (Huntington, 1996; Barber, 1995; Jenkins, 2002) la sécularisation (Davie, 2002; Berger, 1999 ; Bruce, 2002), la mutation des formes contempo-raines du religieux (Hervieu-Léger, 1999; Moskowitz, 1999; Orsi, 1999) et les spécificités posées par la culture protestante (Bruce, 1998; Troeltsch, 1991; Willaime, 1992). Resserrer l’angle d’analyse a par ailleurs permis de traiter des dossiers sen-
6. Pour la définition de cette notion, comme pour tous les termes et expres-sions qui se rapportent à la réalité religieuse américaine, voir le glossaire proposé à la fin de ce volume.
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.