Dôgen

De
Publié par

Ce livre relate avec justesse et réalisme la vie de celui qui fut l'introducteur du Zen Sôtô au Japon et qui est considéré comme l'un des plus grands maîtres du Zen : Dôgen Zenji (1200-1253). En complément, suivent une nouvelle qui nous plonge au coeur de l'histoire de Zenkai, moine de l'Ecole Zen sôtô de la fin de l'époque Edo, et trois entretiens avec des moines Zen qui exposent leur vision du bouddhisme.
Publié le : dimanche 1 janvier 2012
Lecture(s) : 36
EAN13 : 9782296479616
Nombre de pages : 244
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

TexteDogenRRMEP.indd 1 26/12/11 10:03TexteDogenRRMEP.indd 2 26/12/11 10:03Dôge n
Lefondateurdel’écoleZenSôtô

TexteDogenRRMEP.indd 3 26/12/11 10:03Composition:SergeLauret
©L’Harmatan,2011
5-7,ruedel’éco lePolytechniqu e
75005Paris
ISBN:978-2-296-55692-8
EAN:9782296556928
TexteDogenRRMEP.indd 4 26/12/11 10:03AsukaRyôko&YannAucante
Dôge n
Lefondateurdel’écoleZenSôtô
Biographie
Suivi
d’Au-delàdelahaine
Puis
d’entretiensavecdesmoinesZen
TexteDogenRRMEP.indd 5 26/12/11 10:03Cetouvrage es lehuitième volume desŒuvresclassiquesdu
bouddhismejaponaisécritestr,aduitese,texpliquéesparAsuka
RyôkoetYannAucante.
TexteDogenRRMEP.indd 6 26/12/11 10:03Préfac e
eplongerdansl’étu dedelaviedemaîtreEiheiDôgenn’étaitSpastâchefacile, comptetenudelacomplexitédesavie, de
l’éclecismedesoncheminementetdeladiversitédesonœuvre.
Cependant,AsukaRyôko a mené cete recherch e
avecbeaucoupd’applicationetellenouslivreiciuneétudetrèscomplète
surEiheiDôgen,illusrepersonnage(1200-1253)dont,enfnde
compte,nousnesavionspasgran d-chosesicen’esàtravers ses
innombrablesouvrageset,toutparticulièrement,leShôbôgenzô,
«Letrésordel’œildelavraieLoi»,sonœuvremaîtress e,ouvrag e
écritouà défautpenséparetà traversuneécritu requirefète
unepenséeetunenouvellepratique,originale,dubouddhisme.
Dôgensevoulaitlerénovateurdubouddhismemoderne.Enefet,
illefut,commeleprouvesalonguelignéedescendantedemoines
ZenSôtôquiontsuivisonenseignement,jusqu’à parveniren
Occidentet,notamment,enFrance.Ilcherch
aconsammentà
repenserlebouddhisme.SanslapréservationdeceShôbôgenzô,
l’œuvredesavie,ilnenousseraitjamaisapparucommelephilosophequ’ilétait.Ilnes’agitpaslàbiensûrdephilosophie« à
7
TexteDogenRRMEP.indd 7 26/12/11 10:03l’oc cidentale».Ils’agitdephilosophiebouddhise,danslalignée
desgrandspenseursindienscommeNâgârjunaouVasubandhu.
LespremiersmanifesesqueDôgencomposa,leFukanzazengi,
«Recommandationsgénéralesconcernantlapratiquedelavoie »
(1227),leBendôwa,«Surlanégociationdelavoie» (1233)etle
Gakudô yôjin shû, «Recueildespointsà observerdansl’étu de
delavoie»
(1234),contiennentdéjàengermenombrededéveloppementsultéruries.Parsadifcultédelecure,Dôgenrese
cependantencorelargementméconnuenOccident.
Qu’es-cequicaracériseleZenSôtôetenquoiconsisel’apport
demaîtreDôgen?Bienqu’ilfûtlesucce ss eurdesonmaître,Tend
ô
Nyojô,quiappartenaitàlalignéeTs’ao-tung,l’unedescinqécoles,
etquidevintleSôtôauJapon,sonintentionn’apasétédetransmetrelaseuletraditiondeceteécoleetdel’yrép andredansson
pays.CelasembleévidentquandonlitleShôbôgenzô:ilrejetetoute
dénominationdesatraditionsous unnomd’école,l’éco leZenou
l’éco leTs’ao-tung,eninsisantsurlefaitqu’untelnom
refèteun
pointdevueunilatéraletnonleDharmaduBouddhaauthentiquementtransmis.IlnesouhaitaitpasparlàrejeterlatraditionduZe n
baséesurlalignéedelatransmiss ion,nidésapprouverlabranch e
delatraditionTs’ao-tung,maisplutôtmetreenvaleurlavéritable
signifcationdesatraditionreligieuse.Iln’utilisaitjamaisleterme
Zen,maisparlaitplutôtduDharmaduBouddhaauthentiquement
transmis,ouparfoissimplementduDharmaduBouddha.
LesmaîtresZendel’époqueSongécrivaientpeu.Sonpropre
maître,Rujing, n’alaiss éaucunécrithormisquelquespoèmes.
Dôgen,lui,penselesmotsquideviennentlesupportprivilégié
desapensée.
Sapenséeseréféchitdanssapratiqueetsapratiquesemiredanssapensée,lesmotsservantdejeuxdemiroir.
Celuiqui implantaleZenenFrancefutlemoine Taisen
Deshimaru (1914-1982). Beauco up de sesdisciplesson
taujourd’huilestransmeteursde l’enseignementdu Zen Sôtô
dansdiférentsdojosimplantésenFrance,dontleprincipal
eslechâteaudelaGendronnière.Ceuxquiontconnumaître
Deshimaruprétendentque saseuleprésenceétaituncoupde
Préfac e
TexteDogenRRMEP.indd 8 26/12/11 10:03poingà l’entendementqui répondaitauxbesoinsde
siritualitéetderéfexionintérieuredelafndesannéessoixante-dix.
TaisenDeshimaruappartenaitàl’éco
leZenditeSôtôenjaponaisouCaodongenchinois,dunom desesdeuxfondateurs
éponymes,lesmaîtresHonjakudumontSô(840-901)etRyôkai
dumontTô (807-869);lepremierétaitlediscipleduseco nd.
CeteécolefutimportéeauJaponparDôgen.Elleysurvit
aveclesécolesRinzaietÔbakucomme seuleshéritièresdu
bouddhismeZenchinois.L’écoleSôtô,commelaplupartdes
écolesbouddhisesjaponaises,s’es aujourd’huiséc ularisée.
L’idéalérémitiqu e etascétique
despremièrescommunautés
Zen,commecelledeDôgen,aaujourd’huipourainsidiredisparu.LemaîtreZenn’assumeplusqu’unefoncionhéréditaire
etsociale.Audébutduvingtièmesiècle,unepoignéedemoines
Sôtô,emportésparunidéalreligieux, ess ayèren tdevivre au
quotidienunZenpluspréocc upéderecherch e sirituelleque
de recherch e matérielle. Certainspréférèrent rejoindre le s
rangsdesmonasèresRinzai,célèbrespourle urintransigeance,
commeDaiunHarada(1871-1961) quicréauneformehybride
deZen,empruntantà l’uneetà l’autredestraditionsSôtôet
Rinzai. D’autresseretirèrentpourétudieretméditer,notam -
mentl’abondantelitératurelaiss ée parDôgenet,enpremier
lieu,commenousl’avonsvu,sonœuvremaîtress e,leShôbôgenzô.
Maisparlonsunpeudel’auteur,AsukaRyôko.J’airencontré
Ryôkoen2010àParisetsoncharismem’adesuiteimpressionné,
lagentilless eetlasimplicitédecetegrandedame m’onttouché.
Nousnousétionspromisdereserencontac . C’esdoncavec
leplusgrandplaisirque,à
sademande,j’aiacceptéd’écrirela
préfacedesondernierouvrage.Celivred’AsukaRyôko(lehuitième)eslasuitelogiquedesonprécédentlivre,Solitude,édité
chezL’Harmatanenjanvier2010.Solitudeesunesériedetextes
quiassociedesœuvresmaîtress
esregroupéesautourd’unsujet,
lasolitudedanslesancienstextesjaponais,quen’auraitpasdésavouémaîtreDôgenmalgrésavieagitée,tumultu euse,jamaisen
repos.Danscenouvelouvrage,AsukaRyôkoexposeuneétude
8• 9
TexteDogenRRMEP.indd 9 26/12/11 10:03enprofondeuretfaitmontre debeauco up d’habiletédanssa
recherch eà proposdecegrandpenseuretphilosophequ’était
Dôgen,lefondateurdubouddhismemoderne:leZenSôtô.
AsukaRyôkos’intéresseauxouvragesbouddhiquesdepuis
sonenfance.Aprèsavoirétudié lalanguefrançaiseà
l’universitAoé
yamagakuindeTokyo,ellearéaliséundicionnairefranco-japonaisdestermesbouddhiques,àl’insitutHobogirinde
KyotoEn. 1997,ellefondel’insitutAsukapourfaireconnaître
aupublicfrancophonelasagess eduJapond’aut refois.
Sonpremierouvrage,Verslaterre pure,futpubliéen1997,
sondeuxième volume, Parentsetenfantsselon lebouddhisme
japonais,en1998, sontroisième volume,La
médecinetraditionnelejaponais e,en2000, sonquatr ième,Lesflesde joiedansle
bouddhismejaponais,en2003,soncinquième,Lebouddhismeet
l’État,en2004,sonsixième,Lalongévitéselonlezen,en2006et,
enfn,sonseptième,Solitude,en2010,chezL’Harmatan.
Lavolontéetlarigueurdesrecherch esdel’auteurquantaux
sourceshisoriquessous-jacentesà l’éc riture de cetouvrage,
bienqu’étan tunroman,
refètentdemanièretrèsfdèlelapenséeetl’œuvredeDôgen.Nousnepouvonsqueremercierl’auteur
dontl’intelligence,lasensibilitéetlesavoircontr ibuentà faire
connaîtresous unéclairageparticulier,àlafoisnovateuretfdèl e
àlatradition,lavieetl’œuvredeEiheiDôgen.AsukaRyôko,don t
lacompétenceall iéeàlaconnaiss ancedelalonguetraditiondu
ZenSôtô,s’avèreêtrelapremièreambass adriceenOccident,et
particulièrementenFrance,del’hisoiredubouddhismejaponais.
à l’heureoùnotresoc iétéoccidentaleesashyxiéeparun
matérialismeefréné,oùlesgensson
tdeplusenplussousl’emprisedesbiensdeconsommationetoùl’egodechacunateint
unseuilintolérable,ilesréco
nfortant,voiretonifant,deredécouvrirunpeude siritualitéà traverslesouvragesd’Asuka
Ryôko,notamment:Dôgen,fondateurdel’écolezenSôtô .
Unlivrequejevousinviteàlireavecatention!
JackyAucanteRoy
Préfac e
TexteDogenRRMEP.indd 10 26/12/11 10:03
Introducion
ujourd’hui,leZendeDôgenesrépandunonseulementAauJapon,maiségalementdansdenombreuxautrespays.
EnFrance,ilexiseprèsdecentdojosZen.J’imaginequeDôgen
auraitétésurprisdevoirladifusiondesonenseignementdans
lemonde.
J’aiécritceromanhisoriquecommeunepiècedenôoùlefan-
tômedeDôgenseraitapparupourparlerdelui-même,desavieet
desespensées.J’aiimitélesyled’uneœuvreintituléeKomachie ezoshi,écriteentrelexiv etlexvi siècle,quej’aitraduitedansu n
livrepubliéen2010àL’Harmatan:Solitude(p.39-58).
Chaquescèneesleproduitdemonimagination,maistoutes
lesparolesdeDôgenson
tdefdèlestraducionsdesespropres
textes.Jelesaiinséréesdansdesconversationsetdessermons
pouréclairerleleceursursavisiondumonde,toutenmentionnantenbasdepagel’ouvragequis’yrapporte.
LeleceurdécouvriraensuiteunautremoineZen,Zenkai,
succe ss eurdeDôgen,à traverslatraduciond’uncourttexte
intituléOnshunokanatani («Au-delàdelahaine»).
10•11
TexteDogenRRMEP.indd 11 26/12/11 10:0 3Zenkaivécutàlafndel’époqueEdo.Pendantvingtetun
ans,ilcreusa untunnellongde
troiscentssoixante-quatre
mètres.Avantlamiseenœuvredecetunnel,quisetrouvedans
ledépartementd’Oita,lelieuétaitdangereuxettrèsdifcile
d’accès.Touslesvoyageursetleschevauxquifaisaientletrajet
rencontraientdegrandesdifcultéspourletraverseretbeaucoupperdaientlavieàcetendroit.
L’auteurdecetexte,Kikuch iKan (1888-1948),
étaitunromancieretdramaturgetrèsconnuauJapon.Pendantsesétudes
à l’universitédeKyoto,ilpubliadespiècesdethéâtrecomme
Okujo no kyojin («Lefousurletoit») etChichi Kaer u («Le
pèrerentre»).à lafndesesétudes,ildevintjournalisedans
unerevue, puisromancier.Ilpubliapourlapremièrefoisun
ouvrageintituléBungeiShunju,àsesfrais,quiconnutungrand
succè setluiproc uraunecertainerichess e.
Sesœuvresprincipalesson t:MumeisakkanoNikki («Le
journald’unécrivaininconnu»), Tojuronokoi (« L’amourde
Tojuro»),Shinjuhujin
(«Ladameàlaperle»),Nihonkeibatokuhon («Lelivresurlescoursesdechevaux»),SanninKyodai
(«Lestroisfrère»s).
Aprèscetenouvelle,suiventlesparolesdemaîtreMiyazaki,
quifutlepatriarch edutempleEihei-ji,âgédecentquatreans.
Unécrivain, Tatematsu,aréaliséuneinterview demaître
Miyazakiàlatélévisionoùilexpliquesavisiondelavieetdu
Zen.
Enfn, l’ouvrage setermine par un entretien avectrois
moinesZenSôtôdutempleSoji-jiàTsurumietavecunmoine
ZenRinzaidutempleKencho-jideKamakura.Ilsofrentleur
visionduZenetrépondentà desquesionsquepourraientse
poserdespratiquantseuropéens.
L’intentiondecelivreesdoncdeprésenterlavieetlapenséede
Dôgen,maisaus sid’aborderl’évolutionduZenjusqu’àaujourd’hui.
Lessécialisesserontsurprisà,lalecuredeceroman,par
unpointparticulier:ladécouvertedelafemme quifnançales
projetsdeDôgen,l’impératriceAnkamonin.
Introducion
TexteDogenRRMEP.indd 1 2 26/12/11 10:03Voicilesdocumentsetlessourcesquej’aiutilisés.
1J’aitrouvé lenom d’AnkamonindansleDôgenzenshi, un
livre de Tatematsu Wahei (1947-2010). Cetécrivain a
découvertl’exisencedel’impératriceAnkamoninaprèsdixansde
recherch
es.Tatematsuparledel’impératricedanslesdeuxvolumesduDôgenzenshi.Voicilespass agesconcernés:
1.En1212(Dôgenaalorstreizeans),ilfutdécidéque laprin -
cess eKuniko(plustard,l’impératriceAnkamonin)deviendrait
safut ureépouse.(Vol.1,p.147. )
2. à lamortdumikadoTobaetdesonépouse,Hachijoin
Shoshi, unede leursflleshéritade
plusieursterresetadoptaYoshisuke, leflsdunobleKujoKanezane quiétaitlefrère
cadetdeMotofusa,legrand-pèredeDôgen.Yoshisukeadopta
parlasuitesonneveuNoriie.Ainsi,DôgenetNoriieavaientun
liendeparenté.à lamortdeHachijoinShoshi, Noriie hérita
d’unepartiedesterresdecelle-ci. Ilrésidaità Fukakusa,au
templeGokuraku-ji,terrainoù,plustard,Dôgenftconsruire
leKosho-ji surlesruinesdutemple. Laplupartdecesterres
(unecentainedanstoutleJapon) furentléguéesaumikado
retiréGotoba-in, puis,à lamortdecelui-ci, aumikadoretiré
Gotakakura-inet,enfn,à saflle,laprincess eKuniko.Quand
sonfrèrecadet,Gohorikawa,devintempereur, elledevintpar
conséqu entimpératrice. Troisresonsablesétaientencharge
desesterres: lehonke (« noble seigneur»), leryoke
(«propriétairenobiliaire»)etlejit o («gouverneur»).à l’époquede
Dôgen,Fukakusas’appelaitencoreSerikawa-shoetappartenait
à l’impératrice.Noriieenétaitleryoke. C’esgrâceà elleetà
2celui-ciqueDôgenputfaireconsruireleKosho-ji.
3. SaitoMotohisaétaitunbushi
etlesecrétairedelacour
impérialeauxfnancesinternationales.Ilgéraitlesdomainesde
l’impératriceAnkamonin.IldevintmoineetpritlenombouddhisedeKakunen.(Vol2,p.90. )
1.Tatemats uWahei,DôgenZenshi(vol.2),éditionTokyoShoseki,2007.
2.Tatemats uWahei,DôgenZenshi(vol.1).
12•13
TexteDogenRRMEP.indd 1 3 26/12/11 10:034. La salle dessermons (hato) du temple Kosho-ji fut
consruiteparlabonzesseShogaku,nom
bouddhisedel’impératriceAnkamonin,etlesiège (hoza)oùs’asseyaitlepatriarch e
futofertparNoriie.(Vol2,p.216.)
L’impératrice Ankamonin apparaîtdansledicionnaire
Kokushi Daijiten (grand dicionnairehisorique du Japon)
pages371et372duvolume1oùilesécrit:
« L’impératriceAnkamoninnaquiten1209 (Dôgenen1200).
Son père,Gotakakurain étaitlefrèreaîné dumikadoAntoku.
Celui-cisesuicidaensejetan tdanslamerdeSetonaikaiàl’âg e
dehuitans,lorsdelachutedelafamilleHeike.Aprèsquoi,ilren -
traàKyotooùilmenauneviedepauvretémalgrésafortuneetsa
nobless e.Ilsemariaavecunefemme noble,Kitashirakawain.Il s
eurentunflsnomméMochihito(plustard,lemikadoGohorikawa )
etuneflle,laprincess eKuniko.Gotakakurainseretirdaumond e
pourdevenirmoinesous lenomdeGyojoShinno.En1221,aumois
denovembre,àl’âgedequatorzeans,elledevintimpératrice.So n
père,Gotakakurain,luidonnaenhéritagetous sesdomaines.
En1224,aumoisdemai,àl’âgededix-septans,ellerédigea
uncataloguedesdomainesqu’elleposs édaitdanstoutleJapon.
Grâceàcetravail,ellereçutlenom honorifqued’Ankamonin.
En1235, à l’âgedevingt-sianx s,l’impératriceAnkamonin
reçutlespréceptesdebosats u,devintbonzessesouslenom de
Shonyogakuetquitasafonciond’impératrice.
Elledécédaen1283,àl’âgedesoixante-quinzeans.»
Tatematsu écritque, en 1212, laprincess e Kunikodevait
devenirl’épouse deDôgen. Celui-ciavaitalorstreize anset
Kunikoquatreans.
J’aicalc ulél’âged’AnkamoninselonleKokushi Daijiten et
celuideDôgenselonsesbiographies.Aprèscesrecherch es,ils’es
avéréque,en1212,Dôgenavaitdouzeansetl’impératriceKuniko
troisans.Ceteannéed’écartaveclesrecherch esdeTatematsu
s’expliqueparunediférencedanslafaçondecalc
ulerdel’époque.
Aumoisdemai1224,àl’âgededix-septans,ellerédigealecataloguedesesdomaines,faisantpreuved’intelligenceetd’aut orité.
Introducion
TexteDogenRRMEP.indd 1 4 26/12/11 10:03Le granddicionnaireKokusho Daijiten explique que, en
1235, l’impératriceAnkamoninreçutl’ordinationdebosats u à
l’âgedevingt-sianx spuisqu’elledevintbonzessesouslenom
deShonyogakuetquitalafonciond’impératrice.
Deuxansplustôten, 1233, letempleKosho-jifutconsruit
comme l’indique Tatematsu. Iles donctrèsprobableque
Dôgenaitpuluidonnerl’ordinationlui-même.
DansleKokushi Daijiten, iles mentionné que lenom
bouddhiquedel’impératriceétaitSho-nyo-gaku-ni,maisdans
lesbiographiesdeDôgen,ilesécritqueSho-gaku-niofritle
hato, lasalledesermon,autempleKosho-jien1236. Le nom
nyo es manquant.Celapeuts’expliquerparlefaitque, dans
lestextesdesœuvresclassiquesjaponaisesil, n’es pasrare
d’ometreunepartiedunom.
Tatematsuécritque FujiwaraNoriie (lecousindeDôgen)
ofritlesiège (hoza) oùlepatriarch etientsesermonsdansle
hato.Noriieservaitl’impératriceAnkamonincommeryoke(le
seigneurnominal).PendantsaretraiteaumontHiei,illaiss aà
Dôgensonermitagedel’Anyoin.
LachroniquedeKenzei(1415-1474),leKenzeiki,notequele
hatofutconsruitavecl’aidedelabonzesseShogakuetquele
hozafutofertparNoriie.
Ilesaus siindiquédanslezukaizatsugakuDôge n,écritpar
NakanoTozenen2004, queletempleAnyoinappartenaitàla
familleFujiwara(p.110).
D’aprèslessécialises,lemécènedeDôgenétaitHatano
1Yoshishige, seigneurd’Izumo.
Vérifonscepoint.Ilesprécisé
danslachroniquedeKenzeiqueletempleKosho-jisetrouvait
prèsdelacourimpériale,cequifavoristaiunva-et-vientincessan tdenoblesetdegensdepalais.Plusdedeuxmilledisciples
reçurentl’ordinationduGrand Véhicule. Dôgen,désirantun
1.HatanoYoshishigeétaitlejitoduterrainEchizen-Shihishooùsetrouve
letempleEihei-ji.La propriétaire duterraindu
templeEihei-jiétaitl’impératriceAnkamonin(d’aprèsleDôgen-zenshi,vol.2,p.406.)
14•15
TexteDogenRRMEP.indd 1 5 26/12/11 10:03lieupluscalme,sevitproposerparundiscipled’utiliserl’unde
sesdouze domaines.Cependant,cesterrainsétaientéloignés
ouenvilleetilsn’étaientdoncpassatisifasan
tspouruneretraitetranquille.HatanoYoshishigeluiproposaalorsd’utiliser
unvieuxtempleàEchizenqu’ildirigeait.
Je penseque cedisciple n’étaitautre que l’impératrice
Ankamonin,carelleposs édaitplusdecentterrainsdanstout
leJapon dontdouze qu’ellegéraitdirecement.Ce terrain
à Echizen appartenaità l’impératrice Ankamonin, Hatano
Yoshishigen’enétait,lui,quelejit o(gouverneur).
Onpeutlireàlapage11duKenzeiki :«HatanoYoshishige
etlemoine Kakunen frentconsruireletemple Eihei-ji à
Echizen. »
D’aprèsNakanoTozen,
HatanoYoshishigeétaitledix-neuvième descendantde FujiwaraKamatariIl. étaitleseigneur
de larégion de Sagami (acuellementdansledépartement
deKanagawa),lejit o duterraindeShihinoshodanslarégion
d’Echizen(acuellementFukui)et,aus si,l’undesmembresdu
RokuharaHyoteishudon, cunchefduBakufudeKamakura.Il
invitaDôgenàEchizenetilyftconsruireletempleDaibutsu-ji
(plustard,letempleEihei-ji)avecKakunen,quiétaitaus side
lafamilledesFujiwaraetauservicedelacourimpérialecomme
bushi.
Aprèsêtre rentré deChine,Dôgenvoulut propagerleZen
qu’ilavaitapprissousladirecion dumoine chinoisNyojo,
avecl’aidedel’état.Maisceteoccasionneseprésentajamais.
Néanmoins,ilputfaireconsruireletemple Kosho-ji etle
templeEihei-ji.
Posons-nouslaquesiondesavoircommentDôgenpouvait
faireconsruiredestemplesetlesentretenir.
NonseulementHatanoparticipaàcetefort,maisaus sitrès
certainementl’impératrice Ankamonin.Kakunen etHatano
Yoshishigen’étaientque desmilitairesetlaconsruciondes
templesKosho-jietEihei-jicoûtaextrêmementcher.Etdequi
venaitceterrain ? Le Kenzeiki mentionne que plusdedeux
Introducion
TexteDogenRRMEP.indd 16 26/12/11 10:03mille disciplesvivaientautemple Kosho-ji (p. 11).
Lamaintenancedel’ensembledutempledemandaitdoncbeauco
upd’argent.Hatanocomme Kakunenn’auraientjamaispu subvenir
fnancièrementauxdiférenteschargessan sl’aide de
l’impératrice.Deplus, aprèssaséparationavecl’impératrice,Dôgen
devinttrèspauvre.Ilétaittrèsdifcilepourluidemainteniren
étatletempleEihei-ji,commejel’expliquedanscelivre.
LaquesiondulieudelamortdeDôgen,chezKakunen,à
Kyoto,malgrésarésolutiondeneplusquiterletempleEihei-ji
aprèsêtrerentrédeKamakura,poseaus sicertainsproblèmes.
Selonl eKenzeiki,DôgenlogeachezsondiscipleKakunenet
ilydécédaen1253(p.21).
Tatematsuafrme que Kakunenétaitunanciensujetde
l’impératriceAnkamoninquiportaitlenom militairedeSaito
Motohisa.
Ilesfortposs iblequel’impératriceAnkamonindemanda
àDôgendevivrechezsonanciensujetafndenepaséveillerde
médisanceoudesusicion.
Même lenom deceteimpératricefuttenucachéjusqu’àla
découvertedeTatematsu.L’onpeutafrmerquecenefutpas
lacommunautédel’éco
leZenSôtôquilecacha,maisl’impéra-
triceelle-même,désireusedeprotégerDôgendesmalentendus
etdenepasnuireàleurréputation.Jepensequ’elleaidafnancièrementDôgen,maisdefaçonanonyme, à traverssonsujet,
SaitoMotohisa.
Je remercie mon collaborateuret traduceur, M. Yann
Aucante,sonpère,M.JackyAucante-Roy,quiaécritlapréface,
etl’équipedeL’Harmatan,dontSergeLauretsan squicelivre
n’auraitpaspuêtrepublié.
AsukaRyôko
16•17
TexteDogenRRMEP.indd 17 26/12/11 10:03•
TexteDogenRRMEP.indd 1 8 26/12/11 10:03Dôge n
Lefondateurdel’écoleZenSôtô
Biographie
18•19
TexteDogenRRMEP.indd 1 9 26/12/11 10:03道元
日本曹洞宗の開祖
伝記
TexteDogenRRMEP.indd 20 26/12/11 10:03omme iles étrangedem’entreteniravecvous ,
cherslec1Cteurs,alorsquej’aivécuilyaplusdehuitcentsan s.Les
semencesduZen,quejemesuiseforcédetransmetretoutema
vie,seson tdoncrépanduesau-delàdel’Asie,jusqu’enEurope!
Certainementgrâceauxefort
sacharnésd’undemeschersdis2ciples,DeshimaruTaizen!
J’aitoujourssouhaitélebonheurdesêtresetj’esèreque
mon enseignementvousapporteralevéritablebonheur. Car,
chersleceurs,lebonheurneréside pasdansl’éphémère,les
honneurs,l’argent,lesbiensmatérielsou lessuccè s,mais
dansl’étadtucœurdebouddha. Nulbesoind’êtrecultivoéu
1.Dôgenvécutde1200à1253.
2. Deshimaru Taisen (1914-1982), héritier desmaîtresde la transmiss ion,
disc ipledemaîtreSawakiKodo,quitesonJaponnataletarriveenEurope
en1967pouryapporterl'essencedel'enseignementduZen.Ilcréeplusde
100zendo(sallesdepratique)groupésenEuropeetfondel'associationZen
internationale.En1979,ilinaugurelegrandtempledelaGendronnièreen
France.
20•21
TexteDogenRRMEP.indd 21 26/12/11 10:03particulièrementintelligent,oumême d’êtreunhomme,pour
ateindrelecœurdebouddha,lesatori.
Lesecretsetrouvedanslasimplepratiquedelaméditation
assise,zazen. Si vouslapratiquez correcement,ne serait-ce
qu’unefois,vousviverezcequeleBouddhaShakyamuniréalisa
sous
unarbredetilleul:l’universentiervousapparaîtraclairement,lesêtresserontlibérésdeleurscarca nsetmontr erontleur
vraivisagepuretclair.Aveczazen,vouspourrezvousafranchir
descontraintesqu’imposentlecorpsetlecœurdel’homme.
Coupez vospenséesparasitepasr leZenetaidez leBouddha
àmontr eràchacunlavoiedusatori, voilàlevéritablebonheur
éternel!
Suivre lechemin bouddhique,
c’esapprendrelebouddhisme. Apprendrelebouddhisme, c’esnousapprendrenous -
mêmes.Nousapprendrenous-mêmes,c’esnousoubliernous -
mêmes.Nousoubliernous-mêmes,c’esêtreexpérimentéspar
desmyriadesdechosesetdephénomènes.Êtreex périmentés
pardesmyriadesdechosesetdephénomènes,c’essedépouil -
lerducorps-esrit (shinjindatsurak u).Enfn,noussommesdans
1laVéritéuniverselle.
Originellement,ceteVéritéuniverselleexisedéjàennous,
maisilsuftdes’enécarterdel’épaiss eurd’uncheveuparune
penséediscriminantepourque lavoie delaVérités’éloigne.
Pourateindrelesrivesdusatori, ilfallutsixansdezazen au
2BouddhaShakyamuni, neufansaumoinechinoisDaruma et
douzeanspourmoi,Dôgen.
3Jenevousrac onteraidanscelivrequemavie,mespensée s
1. J’utilisele terme de Véritéuniverselle, quia la même signifcation que
d’autresexpressionssouventutilisées, tellesqueLoidu Bouddha, Vérité,
ouencoreOrdredelaVéritéuniverselle.
e2.DarumaeslefondateurindienduZenchinois.Audébutduvi siècle,il
partitenChineetenseignaleZen.OnditqueDarumapratiqualezaze n
pendant9ansdevantlemurdutempleShorin-ji.
3.Pourécrireceromanhisorique,j’aiutiliséessentiellementleShôbôgenzô
etleHokyoki,écritsparDôgenlui-même,etleShôbôgenzôZuimonki, écrit
Dôgen,lefondateurdel’écoleZenSôtô
TexteDogenRRMEP.indd 22 26/12/11 10:0 3etmesrencontresimportantes,autantd’élémentsqui on t
exercéuneinfuencesurmonsatori. Jenesouhaitepasparle r
d’hisoireoudepolitique,jevivaisloindecesmilieuxetjene
prêtaisaucuneatentionauxchosesmondaines.L’hisoireetla
politiquesontéphémèress, eulleZeneséternel.
Manaissance
J’aimaisprofondémentma mère; malheureusement,elle
mourutalorsquejen’avaisqueseptans.Elles’appelaitIshiet
étaitlaflledeMats
udonoMotohisa,unancienconseillerimpé1rialappartenantà lanobless e.
HujiwaraMichinaga,legrand
chancelier,étaitl’undesesancêtres.Ondisaitd’ellequ’elledeviendraitimpératricegrâceàsabeautésan ségale.Mais,àseize
par son disc iple Ejo (1198-1280). Celui-ciresera toute savie son
plusfdèlesoutienetdisc iple.Son Zuimonkicouvrelesentretiensinformelsde
Dôgen durantlesannées1235 à 1238. Touteslesconversationsde Dôgen
avecsesamisdansle présentouvrage sontdonctiréesde cesécrits . J’ai
égalementconsultéla chronique de Kenzei (Kenzeiki), écriten japonais
etcomposépar Kenzei (1415-1474), etLe recueilde latransmission de la
lumière (Denkorok u),un ouvrage en japonaiscomposépar KeizanJokin
(1268-1325), quatrième succes seur de Dôgen (en 1300). Ce long recueil
conte etcommentelescirconsancesdu satori de chacun
descinquantedeux patriarches,depuisle Bouddha Shakyamunijusqu’à Nyojo (le
cinquantième)etDôgen(lecinquanteetunième). L’originalduDenkorok u
es perdu etla plusancienne copiees aujourd’huiconservée au temple
du Genkoin (1430). Je me suisauss i référée au Dôgen Zenshi, écritpar
Tatemats uWahei,publiéchezl’éditeurTokyoShosekien2000.Ilareçule
prixIzumiKyokapourceteœuvrelaborieusequ’ilcomposaenplusd’une
dizaine d’années.Enfn, je me suisappuyée sur lesrecherchesde
sécialisesjaponaiscontemporainstraitantdumaître.
e1.La biographiede Dôgenfutconsignée par écritau coursdu xiii etdu
exiv siècle. Elle fgure danstroistextesdontle contenu es presque
identique. L’un d’entre eux, le Denkorok u, a étéécrità la fn de l’époque
Kamakura par le moine Keizan (1268-1325), qui étaitle quatrième
succes seur de maître Dôgen. Il écrivitpeu sur lesparentsde Dôgen, car
celui-ciavaitpour nom profane Genji,le neuvième desc endantdu mikado
Murakami (946-957). Ainsi, l’identitéde sesparentsrese incertaine.
Dôgenlui-mêmeresesilencieuxsursesoriginesfamiliales.
22•23
TexteDogenRRMEP.indd 23 26/12/11 10:0 3ans,elledevintlamaîtress
edugénéralKisoYoshinaka.Après
ledécèsdecelui-ciquelquetempsplustard,elledevintlamaî1tress edel’hommequiallaitêtremonpère,KogaMichichika,
duclanKoga,descendantduprinceMotohira,leflsdumikado
Murakami(946-967).Ilétaitalorsgardedessceauxprivé
(naidaijin). Ateintd’une maladie incur able, ildécédadeuxans
aprèsmanaiss ance .
Pendantsagrossess e, ma mères’agenouilla itjouretnuit
devantlasatue duBouddhapourprierlanaiss ancede son
enfant.Unjour, elleentenditunevoixcélesemysérieuselui
dire:«Cetenfantvivradanscemondeafnd’ypropa gerlaLoi
bouddhique.»Mamèrecru tcethonorableoracle.Enatendant
manaiss ance,ellemenadoncunevietrèspieuse,prenantbien
soindesonétatdesan té.
2Jesuisnéle2janvier1200 .Uncélèbresavantcontemporain
deceteépoqueditàmamère,quandilvitmonvisage:«Cet
enfantn’espasordinaire.Plustard,ilsauverabeauco upd’êtres
ettravaillerapourlapaixdumonde.Lesétincellesquianiment
sonregardannoncentsadesinée.Ilperdrasesparentstrèstôt,
alorsqu’ilneseraencorequ’untoutjeuneenfant.»
Cequelesavantavaitprédits’avérajuse.Quandj’eusdeux
ans,monpèredécédadessuitesd’unemaladiegrave,aprèsquoi
mon demi-frère,MinamotoMichitomo (1170-1227), legrand
conseillerd’étatetpoètecélèbre,mepritencharge.
1.LagénéalogiedelafamileKoga (Kogakekeif u),compiléeen1751suiteà
lademanded’Ogen(?-1761),abbédutempled’Eiheiji,voitdanslepèrede
Michitomo,KogaMichichika(?-1202),levéritablepèredeDôgen.Danssa
Chronique du Kenzei commentée (Teiho Kenzeiki), Menzan Zuiho
(16831769)acceptecetethèseetdésigneMichichikacommesonpèrenaturelet
Michitomocommesonpèred’adoption.Mais,aujourd’hui,denombreux
sécialises,plutôtquedeconsidérerDôgencommeleflsdeMichichika,
leprésententplutôtcommeleflsdeMinamotoMichitomo(1170-1227)et
d’uneconcubine.
2.DôgenappartenaitàlafamilleKoga,duclanMinamoto,delabranche
MurakamiGenji.Sesdesc endantsseséparèrententroisfamilles,lesKoga,
lesChuinetlesKitabatake.
Dôgen,lefondateurdel’écoleZenSôtô
TexteDogenRRMEP.indd 2 4 26/12/11 10:03

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.