Géométrie de la Morale

De
Publié par

Réflexions d'un Franc-Maçon Essai sur la morale et l'histoire Une réflexion poussée sur l'aspect évolutif de la morale dans le temps. A travers une étude basée sur l'histoire, l'auteur tente d'élaborer une analyse critique des valeurs qui forment l'homme, dans une optique spirituelle. Très intéressant! Le journaliste Eric Chambard, alias Dariam Berch utilise dans cet essai ses qualités d'écriture pour construire toute une réflexion sur l'évolution d'éléments au fondement de la morale.
Publié le : vendredi 11 avril 2008
Lecture(s) : 105
EAN13 : 9782304019827
Nombre de pages : 161
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

2 Titre
Géométrie de la Morale

3Titre
Dariam
Géométrie de la Morale
Le temps de la conscience
Essai
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit 2008
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-01982-7 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304019827 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-01983-4 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304019834 (livre numérique)

6 8 Avertissement

AVERTISSEMENT
Le texte qui suit est basé sur des planches qui
ont été lues en Loge (les trois premiers mor-
ceaux). Mais les textes lus à leur époque ont
changé, et les mots ci-dessous ont été corrigés
maintes fois. Car la raison de ce travail n’est pas
de figer des mots, mais d’en rechercher de plus
justes, ou tout au moins de plus adéquats à re-
présenter ce que je veux dire. C’est pourquoi je
vous déconseille fortement de les imprimer,
graver ou buriner.

Car, et j’en suis bien heureux, mon opinion
et son expression changent au fil du temps. Ce
temps qui est le diluant de l’erreur !

Si bien qu’on pourrait dire – mais j’en serais
fier- que la somme des erreurs écrites ci-
dessous est en perpétuelle dilution vers, je
l’espère, un peu plus de vrai ou de réel.

A quoi peut bien servir d’écrire des planches,
surtout si on passe son temps à les changer et
9 Géométrie de la Morale
les modifier ? J’ai tendance à penser qu’elles
fixent momentanément le produit des interro-
gations et réponses intimes dont le but ultime
est de fonder des valeurs morales de référence :
mes propres valeurs. Sur quoi se baseraient-elles
sinon ? En quoi serais-je content et convaincu
de celles des autres si je n’étais en mesure de
porter mon propre jugement ? Cette morale est
donc en évolution. Elle est à géométrie variable.

La géométrie de la morale, comme cette
planche, est vivante et variable. Elle n’a cessé de
changer au cours du temps, parfois de régresser,
mais essentiellement de progresser, vers une
conscience plus universelle, qui apporte l’éveil
et le discernement. Ne vous méprenez pas, le
texte ci-dessous vous fera parfois croire que
j’adhère au dessein divin dont l’homme serait
paré, au créationnisme, ou à d’autres formes de
ce que je considère être des bigoteries. Il n’en
est rien, mais les dérives sont bien souvent in-
conscientes, et les intuitions trompeuses…

Je pense en revanche que la sagesse réclame
d’identifier ces « adhérences » aux attractions
communes et de les dénoncer pour s’en libérer.
J’ai le malheureux sentiment que la période des
« lumières » qui prévaut depuis deux siècles et
demi est en passe de décliner sous la pression
d’un obscurantisme en regain, et que s’il est une
10 Avertissement

mission sacrée qu’un Ordre tel que le nôtre doit
s’assigner, c’est de combattre cet obscurantisme
de toutes ses forces, qui plus est lorsque, et c’est
le cas, l’urgence écologique commande que
seule la vérité soit faite.

Nous ne pouvons probablement pas nous
payer le luxe d’un nouveau Moyen-Âge inquisi-
teur et rétrograde. Le balancier de l’histoire
n’aurait pas le temps de revenir avant qu’il ne
soit trop tard. C’est notre rôle, aujourd’hui, de
prendre la main et d’affirmer notre responsabili-
té, peut-être pour l’avènement d’un être qui
nous dépasse et n’est autre que celui qui émane
de la constitution de toutes les consciences en
réseau (entre elles et avec leur biotope) et dont
le fonctionnement commun est bien différent et
supérieur à la somme de toutes ses parties.

C’est pourquoi la dernière partie de cette
étude en neuf planches est un programme
d’action issu des observations et réflexions ex-
posées dans les huit premières. Quels sont en
effet nos moyens d’action, nos devoirs, nos
responsabilités, car, s’il est établi que le libre ar-
bitre existe, alors nous sommes engagés sans
échappatoire possible et notre comportement
individuel sera inscrit dans le bilan général.

11 Géométrie de la Morale
La finalité de notre démarche, ayant laissé les
métaux à la porte du Temple, travaillé de midi à
minuit à notre perfectionnement dans son en-
ceinte protectrice, n’est-elle pas d’apporter au
monde profane une brillance nouvelle ?
12 Premier Grade

PREMIER GRADE
A la gloire du Grand Architecte de l’Univers
ET À VOUS TOUS MES FRÈRES EN VOS GRADES ET
QUALITÉS
Je vous remercie de m’accorder généreuse-
ment quelques instants pour écouter/lire un
travail sur le thème du temps, richesse si pré-
cieuse. Il sera prélevé sur celui que vous allouez,
judicieusement, à votre Loge dans un but initia-
tique, que vous avez par conséquent l’intention
logique de faire fructifier, et que j’ai pour ma
part le devoir de ne pas gaspiller.

erCette planche, basée sur le seul rituel du 1
degré, est une pierre que je polis continuelle-
ment ; elle évolue constamment.

Est-il possible d’affirmer encore, aujourd’hui,
comme Blaise Pascal au 17ème siècle, que nous
sommes placés entre deux infinis de temps et
d’espace, ou bien discernons-nous enfin les li-
mites d’un espace-temps dans lequel, insatisfaits
13 Géométrie de la Morale
de notre brièveté, nous tentons d’étendre notre
présence, en prolongeant l’existence humaine
d’une part et en explorant les espaces jusque
dans leurs extrêmes les plus minuscules et les
plus démesurés de l’autre ?… Il paraît évident
qu’une partie au moins de la démarche humaine
vise à élargir et exploiter ce champ. Et la Ma-
çonnerie, en nous apprenant à organiser le
temps, nous aide à l’optimiser. Mais ne fait-elle
que ça ?

1-Voici tout d’abord un bref résumé de
l’histoire du temps, en 7 jours…

Premier jour : au commencement était
l’Energie. Rien d’autre n’existait. Est survenu
un événement, une « singularité », rupture dans
l’intemporalité de l’énergie. Il y eut un avant, il y
eut un après. Il y eut un lieu. Il est toujours au
centre du tableau de Loge. L’énergie rassemblée
en ce lieu s’est répandue, créant ce qui semble
une infinité de lieux : l’espace ; et une infinité de
d’instants : le temps. L’espace-temps. En chan-
geant d’état, une partie de l’énergie est devenue
matière constituée de particules dont le statut
dual, selon les informations disponibles, fluctue
entre onde et matière tangible, obéissant à une
force physique subdivisée elle-même en quatre
forces fondamentales.
14 Premier Grade

Troisième jour : l’ère de la chimie est arrivée
et avec elle les compositions de plus en plus so-
phistiquées. D’immenses nuages de gaz stellai-
res se sont effondrés sous l’effet de la gravité,
constituant des corps solides, s’effondrant à
leur tour pour allumer des étoiles et agglomérer
des planètes, bientôt bombardées par divers ob-
jets vaquant par le cosmos. Certaines, animées
d’intenses mouvements volcaniques, ont exhalé
des atmosphères qui, se condensant, ont créé
des pluies diluviennes et rempli les océans, rece-
lant de l’oxygène, réunissant peu à peu les
conditions de la vie.

Le cinquième jour, ou peut-être était-ce au
cinquième milliard d’années, la vie est apparue,
végétale, animale, humaine. Elle a évolué de
l’unicellulaire aux organismes les plus architec-
turés sculptés par… le temps, au fil des sélec-
tions naturelles.

Le septième jour, il y a cent mille ans, l’Eve
et l’Adam de la dernière lignée d’homo sapiens
se sont distingués de leurs parents primates gé-
nétiquement proches à 99,9 %, par le dévelop-
pement de la parole et se sont posé les premiè-
res questions, démontrant ainsi leur faculté
d’élévation intellectuelle et leur capacité
d’abstraction, quittant par là même un certain
jardin d’Eden, lequel pouvait devenir alors
15 Géométrie de la Morale
l’objet de tous les regrets. « C’était mieux
avant » !

Ce second degré de représentation a générali-
sé la nomination.

Au commencement de ce qu’on peut désor-
mais appeler l’Homme, fut donc le Verbe. Dé-
signation, dénomination, récit. Et puis, logi-
quement, mémorisation du récit pour le trans-
mettre. Donc : culture, stockage des événe-
ments, et par conséquent : fixation de l’instant
et piège du temps. La parole fut la première
grande invention permettant de conserver
l’instant.

Il y a environ cinq mille ans, fut franchie la
seconde étape importante par l’invention de
l’écriture, moyen décisif de conservation et de
progrès. Ecrire, c’est dessiner des signes, des
symboles, images, formes, cunéiformes, gly-
phes, hiéroglyphes… Alphabets. Maîtriser
l’idéogramme, d’abord, la représentation du
phonème ensuite, le phonème décomposé, en-
fin. Attribuer des significations, donner du sens
aux objets, aux représentations graphiques,
communiquer, voyager à travers l’espace et le
temps au moyen du signe chargé de sens. Mais
aussi : décoder les signes, chercher d’autres sens
16

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.