Histoire d'une remontée annoncée

De
Publié par

Pour le gnostique, de l'autre côté du monde visible, matériel, tangible existe un autre monde, intangible, inconnu, monde de lumière, monde dénué de mal, un monde où règnent le spirituel, l'esprit, l'âme, l'être parfait.

Publié le : dimanche 1 janvier 2006
Lecture(s) : 96
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 2952710800
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Pour le gnostique, de lautre côté du monde visible, ma-tériel, tangible existe un autre monde, intangible, in-connu, monde de lumière, monde dénué de mal, un monde où règnent le spirituel, lesprit, lâme, lêtre parfait. * La gnose est un mouvement dont lorigine est à rechercher à la confluence de plusieurs courants didées venant dÉgypte (remontée de lâme, dieux en dyade), dIran (mazdéisme , avec sa conception dun univers duel et dun affrontement entre le bien et le mal), on en retrouve des traces et des éléments caractéristiques aussi bien chez les Esséniens que chez les astrologues de Babylone et même en Inde dans les Upanishad (avec la recherche dune intériorisation qui seule permet la découverte de son origine et de sa destinée, lidée dun salut par la connaissance, la prise de conscience du divin en-soi, lidée que le monde est illusion et quil convient de sen affranchir),tout celaplusieurs siècles avant Jésus-Christ bien sûr... ∗ ∗ Chez les juifs dans le Merkaba , les Apocalypses , les visions dÉzéchiel, dans la Kabbale , on parle aussi de gnose... Cette gnose a donné naissance augnosticisme qui désigne lui un syncrétisme qui se produit quand la gnose se mêle à des croyances plus ou moins étrangères donnant ainsi naissance à ∗ ∗ ces courants religieux que sont le manichéisme , le catharisme , ∗ ∗ le mandéisme , lhermétisme , la kabbale, etc., et même dans le christianisme des origines.
* Les mots suivis dun astérisque font lobjet dun glossaire en fin de volume.
7
Doctrine multiple et complexe aux contours fluctuants, chaque gnostique a en fait ses idées propres que lui transmet un maître spirituel... et dans la mesure oùla quête dela gnose est une quête de connaissance au sens large, elle a tendance à englober toutes les sciences ésotériques , alchi-∗ ∗ mistes , métaphysiques , astrologiques... En fait, toute pensée religieuse a tendance à sattacher à la connaissance à un moment ou à un autre de son évolution et dès que le mélange opère, ne serait-ce que dans le but louable de limiter les dérives de lirrationnel ou du mystique, on revoit resurgir une certaine forme de gnose ; ce serait le cas de nos jours dans la théologie , la métaphysique, lastro-physique, la physique ou la biologie quand elles posent des questions de sens et que la logique conceptuelle ou la possibilité dexpression viennent à manquer. Toute gnose repose sur lidée de connaissance, certes, mais non pas une connaissance sur des faits matériels et ordi-naires, mais une connaissance desmystères de Dieu, de lorigine et de la fin des temps, de lexistence ou non dun salut et de la manière dy parvenir. On peut arriver à une libération et à donner un sens, une explication à son existence. Un salut de quoi me direz-vous ? Celui de la contingence dans laquelle lhomme se trouve et qui explique toutes ses souffrances,un salut souvent réservé à un groupe dinitiés prédestinés à ceux qui « savent » Voyage céleste auquel aspire tout religieux (on rejoint là la mystique). Constatation de vivre dans un monde où la vie créée par un Démiurge (Dieu créateur de lunivers, « parcelle » du vrai Dieu séparé lors du big-bang , le II ou leDeux) est
8
dégradé par lhomme et où le vrai Dieu (le I ou leUn) est exempt du chaos, car en dehors de cet univers... Un dieu qui ne connaît pas le mal... sans idée du mal... lidée de lhomme comme être imparfait qui se trouve dans ce monde par« accident »,cest un peu tout cela la gnose. La révélation sen fait par lintermédiaire dun maître (variable suivant les courants et les époques) ou dun messie (Christos), une révélation essentiellement intérieure. Le salut par la connaissance ? Selon les adeptes de ce courant spirituel, seule la gnose (du grecgnosisconnaissance ») peut sauver le gnos-, « tique, lélu, le « vivant », l« unique », par la révélation de sa propre condition et de la réalité du monde dans lequel il évolue,lélever au-delà de ce monde terrestre, lextraire de son enveloppe corporelle où il gémit et croupit pour lem-mener auprès de lÊtre Suprême. La gnose est un pont qui relie lhomme à lau-delà, au pays du paradis perdu. Cette connaissance de la réalité et de lui-même est entourée de merveilleux, dune aura magique pour celui qui part à sa recherche. Le gnostique na pas la foi, mais il cherche le sens. Ce nest pas véritablement un adepte de la raison, mais parfois il rejoint les idées des philosophes (que lon songe au monde des idées de Platon) et il rejoint (comme initiateur ou utilisateur) de nombreux éléments que lon retrouve dans la foi chrétienne ou de lAncien Testament : que lon songe à la conception de la chute, à laspiration au paradis, au mépris de la chair... ou à lattente dun Christos !
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.