Islam et histoire

De
Publié par

Où commence l'histoire de l'Islam, où finit-elle ? Comment a-t-elle été rapportée dans l'écriture, et quelle a été l'évolution de ce compte-rendu depuis que des configurations étatiques et nationales se dessinent dans les faits et les consciences ?
En tant qu'historien du Maghreb, Abdallah Laroui étudie les deux principaux courants qui ont animé l'historiographie en Islam et leurs conséquences sur la pratique historienne aujourd'hui. L'un, né de l'étude de la Tradition, des faits et paroles du Prophète, s'inspirait de la méthode du hadîth, impliquant une vision théologique du temps. L'autre, au service de la jurisprudence et qui fut le plus suivi au cours des premiers siècles, fournit une vision plus relative du temps et une conception cyclique de l'histoire. L'orientalisme avait qualifié la première d'islamique, la seconde portait selon lui les stigmates d'influences étrangères.
Réflexion d'un historien qui pense du coeur même de la culture arabo-musulmane, Islam et Histoire atténue la coupure entre l'historiographie européenne et l'historiographie islamique, replacée dans le courant général de l'histoire universelle. Abdallah Laroui apporte ainsi une perspective inédite sur le concept d'histoire en remettant en question la perception même de l'Islam.
Abdallah Laroui, professeur d'histoire à l'Université de Rabat, est notamment l'auteur de L'idéologie arabe contemporaine, Histoire du Maghreb, La crise des intellectuels arabes et Islam et modernité.
Publié le : mardi 1 avril 2014
Lecture(s) : 27
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782226297389
Nombre de pages : 168
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
INTRODUCTION
1.
Partons dun fait troublant. Tout discours sur lIslam comporte une dimension historique et cependant lhis toire, en tant que discipline, na jamais eu dans lensei gnement islamique un statut officiel défini. Tirant la leçon dune longue carrière de professeur, jai pu écrire que lhistoire est à la fois présente et absente en Islam, 1 absente parce que trop présente et peutêtre trop pesante . Déjà le livre de Shams alDîn alSakhâwî (m. 902/1497), qui a servi de base au travail de Franz 2 Rosenthal , est intituléalIlân bi altawbîkh liman dhamma ahl altârîkh(Avis de blâme à ceux qui savi sent de dire du mal des historiens). Il était donc de bon ton de critiquer ceux qui sadonnaient à la recherche his torique. Pour montrer que cette attitude nest nullement justifiée, lauteur ne trouve rien de mieux que dénumé rer les noms des gens honorables qui nont pas tenu compte dune désapprobation presque générale. Luvre de lhistorien est socialement mal vue, et pourtant rares sont ceux qui sen abstiennent.
11
ISLAM ET HISTOIRE
Dans la préface de chaque ouvrage historique, nous voyons lauteur sexcuser de se laisser tenter par une dis cipline si peu digne dun honnête homme en essayant le plus sérieusement du monde de contourner lehadîth (parole du Prophète), ou prétendu tel, qui affirme que lenquête sur les origines lointaines est une entreprise vaine, ne profitant guère à celui qui sy adonne et ne dis 3 créditant en aucun cas celui qui sen détourne . Lhistoire serait donc le fruit dune curiosité malsaine, 4 habituelle chez les hommes désuvrés . Et que répon dent les défenseurs de cette discipline, qui ne mettent pas du reste en doute lauthenticité duhadîth? Que cest la science de la généalogie qui est blâmée (ansâb), non 5 lhistoire (akhbâr) . Il est de fait quil ny avait pas de chaire dhistoire proprement dite dans les grandes universités islamiques. On reconnaissait que lhistoire était utile à la jurispru dence, à la grammaire, à lexégèse, toutes disciplines jugées plus nobles, mais on préférait quelle fût ensei gnée à titre privé (tatawwu), dans une maison particu lière ou un collège excentrique. Pourtant face à ce dénigrement systématique se dresse limposant édifice de lhistoriographie qui nous frappe moins par la quantité, certes impressionnante, que par le rôle central quelle joue dans la formation de laSunna, la Tradition prophétique. Partout nous rencontrons les notions demathour,marouf,fasîh ce qui est rapporté des Anciens ou reporté à eux  et questce qui les fonde toutes sinon la chronique (khabar) ? La notion inclusive deilm, connaissance paradigmatique diraiton aujour dhui, ne sidentifietelle pas en dernière analyse à celle 6 de tradition authentique, donc à celle dhistoire .
12
INTRODUCTION
Cest cette ambivalence fondamentale qui sera au centre de notre réflexion. Lhistoire en tant que disci pline est jugée partout et toujours secondaire, comparée à la théologie, au droit, à la grammaire, à la sagesse, etc., mais lhistoire en tant que chronologie, connaissance fondée des priorités temporelles (awwaliyât, sawâbiq), est précisément ce qui sépare science et opinion (ray). Le problème que nous aurons à affronter continuelle ment est le suivant : comment se faitil que la tradition, par définition inscrite dans le temps, finit inéluctable ment par se retourner contre ce qui la fonde pour le nier ? Cette question nest pas particulière à lIslam, comme elle ne concerne pas le passé uniquement. Elle remet en cause, partout et toujours, la situation de lhistorien dans la société. Lhistorien, en Islam comme ailleurs, est un invité à la fois inévitable et indésirable. Jamais il néchappe à la critique, je veux dire à la censure morale. Sil se tait, on le somme de parler, et quand il parle, on le prie de se taire. Ce point ne devrait pas échapper à notre attention, car il nest que lautre aspect, social et contemporain, de lantinomie dont nous avons parlé plus haut. Le passer sous silence reviendrait à remplacer la réflexion par lérudition. Cest bien du concept dhistoire que nous parlerons mais tel quil se réfléchit aujourdhui dans lesprit de celui qui pratique cette discipline. Cest bien lIslam que nous aurons en vue, mais tel que le découpe le chercheur contemporain dans le tissu de la chronique universelle qui ne cesse en cette fin de siècle de sélargir et de sap 7 profondir .
13
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.