L'appel de l'infini

De
Publié par

Tranchant avec les nombreuses accentuations "négatives" qui ont cours de nos jours en Occident en général, l'auteur ouvre une perspective affirmative et positive sur la réalisation nirvanique. Parallèlement, ce livre nous offre une vision intégratrice et valorisante des éléments humains, naturels et cosmiques qui forment le contexte de notre réalité existentielle immédiate, contrastant ainsi avec les présentations du bouddhisme qui mettent l'accent sur la technique méditative et l'analyse rationnelle.
Publié le : mercredi 15 avril 2015
Lecture(s) : 7
EAN13 : 9782336375342
Nombre de pages : 104
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat


L’APPEL DE L’INFINI
John Paraskevopoulos
John Paraskevopoulos
Tranchant avec les nombreuses accentuations « négatives » — largement
tributaires d’une certaine lecture unilatérale de Nāgārjuna — qui ont
cours de nos jours en Occident en général, l’auteur ouvre une perspective
affrmative et positive sur la réalisation nirvanique. En outre, et L’APPEL DE L’INFINIparallèlement, ce livre nous offre une vision intégratrice et valorisante des
éléments humains, naturels et cosmiques qui forment le contexte de notre
La voie du bouddhisme Shinréalité existentielle immédiate, contrastant ainsi — sans pour autant les
invalider — avec les présentations du bouddhisme qui mettent l’accent,
de façon parfois trop unilatérale, sur la technique méditative et l’analyse
rationnelle en ce qu’elles peuvent avoir de « dé-réalisant ».
C’est bien la nostalgie métaphysique qui constitue le versant positif du
nirvāna, lequel n’est pas seulement extinction de la soif comme principe de
la souffrance, mais aussi étanchement de cette soif en tant qu’elle refète un
désir de Réalité. C’est en tout cas cette dimension réalisatrice du Dharma qui
interdit de réduire le bouddhisme au statut d’un nihilisme métaphysique
ou d’une simple discipline psychologique et mentale.
S’il en est ainsi, c’est qu’à l’expérience de « manque » inhérente à l’âme
humaine répond la plénitude de la Lumière infnie, qui n’est autre que la
substance d’être et de miséricorde de la Réalité nirvanique.
John Paraskevopoulos, engagé dans une série d’activités à la fois pastorales
et universitaires, est un prêtre ordonné dans la tradition Shin du bouddhisme
Mahāyāna. Diplômé de philosophie de l’Université de Melbourne en Australie,
il est aussi rédacteur en chef de la revue en ligne du bouddhisme Shin (Journal of
Shin Buddhism), qui a été saluée par différentes instances internationales comme
l’un des sites les plus complets et les mieux informés consacrés à cette tradition.
Il est aussi l’auteur de nombreuses publications, parmi lesquelles A Primer of
Shin Buddhism (with George Gatenby), (Sydney: Hongwanji Buddhist Mission
of Australia, 1995) et “Conceptions of the Absolute in Mahayana Buddhism and
the Pure Land Way”, in Light From The East: Modern Western Encounters
with Eastern Traditions (Bloomington: World Wisdom, 2007).
Traduit de l’anglais par Ghislain Chetan
Préface de Patrick Laude
Collection Théôria
En couverture : Bouddha Amida, Kyoto,
photographie : Bernard Chevilliat.
ISBN : 978-2-343-06029-3
12 €
John Paraskevopoulos
L’APPEL DE L’INFINIL’APPEL DE L’INFINI TITRE ORIGINAL
Call of the Infinite
Sophia Perennis, San Rafael, CA, USA
Nos plus vifs remerciements à Mr James Wetmore,
Directeur des Éditions Sophia Perennis à San Rafael,
Californie, qui nous a aimablement permis
de traduire ce remarquable ouvrage.
© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris
www.harmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-06029-3
EAN : 9782343060293John PARASKEVOPOULOS




L’APPEL DE L’INFINI

La voie du bouddhisme Shin


Traduit de l’anglais par
Ghislain Chetan

Préface de
Patrick Laude



COLLECTION THÉÔRIA
DIRIGÉE PAR PIERRE-MARIE SIGAUD
AVEC LA COLLABORATION DE BRUNO BÉRARD
OUVRAGES PARUS :
Jean BORELLA, Problèmes de gnose, 2007.
Wolfgang SMITH, Sagesse de la cosmologie ancienne : Les cosmologies
traditionnelles face à la science contemporaine, 2008.
Françoise BONARDEL, Bouddhisme et philosophie : En quête d’une
sagesse commune, 2008.
Jean BORELLA, La crise du symbolisme religieux, 2008.
Jean BIÈS, Vie spirituelle et modernité, 2008.
David LUCAS, Crise des valeurs éducatives et postmodernité, 2009.
Kostas MAVRAKIS, De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le
e(XX ) siècle, 2009.
Reza SHAH-KAZEMI, Shankara, Ibn ‘Arabî et Maître Eckhart : La voie
de la Transcendance, 2010.
Marco PALLIS, La Voie et la Montagne : Quête spirituelle et bouddhisme
tibétain, 2010.
Jean HANI, La royauté sacrée : Du pharaon au roi très chrétien, 2010.
Frithjof SCHUON, Avoir un centre (réédition), 2010.
Patrick RINGGENBERG, Diversité et unité des religions chez René
Guénon et Frithjof Schuon, 2010.
Kenryo KANAMATSU, Le Naturel : Un classique du bouddhisme Shin,
2011.
Frithjof SCHUON, Les stations de la sagesse (réédition), 2011.
Jean BORELLA, Amour et Vérité : La voie chrétienne de la charité, 2011.
Patrick RINGGENBERG, Les théories de l’art dans la pensée
traditionnelle : Guénon, Coomaraswamy, Schuon, Burckhardt, 2011.
Jean HANI, La Divine Liturgie, 2011. Swami Śri KARAPATRA, La lampe de la Connaissance non-duelle,
suivi de La crème de la Libération, attribué à Swami TANDAVARYA,
suivis d'un inédit, La Connaissance du soi et le chercheur occidental de
Frithjof SCHUON, 2011.
Paul BALLANFAT, Messianisme et sainteté : Les poèmes du mystique
ottoman Niyâzî Mısrî, (1618-1694), 2012.
Frithjof SCHUON, Forme et substance dans les religions, 2012.
Jean BORELLA, Penser l’analogie, 2012.
Jean BORELLA, Le Sens du Surnaturel, suivi de Symbolisme et réalité,
Genèse d’une réflexion sur le symbolisme sacré, 2012.
Guillaume de TANOÜARN, Michel D’URANCE, Dieu ou l’éthique ?
Dialogue sur l’essentiel, 2012.
Paul BALLANFAT, Unité et spiritualité : Le courant Melâmî-Hamzevî
dans l’Empire ottoman, 2013.
Swāmi PRABHAVĀNANDA (trad. et éd.), Le Śrimad Bhāgavatam – La
Sagesse de Dieu, résumé et traduit du sanscrit en anglais par Swāmi
Prabhavānanda, traduit de l’anglais par Ghislain Chetan, 2013.
Frithjof SCHUON, De l’unité transcendante des religions (réédition),
2014.
Gilbert DURAND, La foi du cordonnier (réédition), préface de
Françoise Bonardel, 2014.
Robert BOLTON, Les âges de l’humanité — Essai sur l’histoire du
monde et la fin des temps, 2014. PRÉFACE
Le beau livre de John Paraskevopoulos présenté ici pour la
première fois en français dans la traduction de Ghislain Chetan
pose un regard rare et précieux sur la tradition Bouddhiste. Tranchant
avec les nombreuses accentuations « négatives » — largement
tributaires d’une certaine lecture unilatérale de Nāgārjuna, qui ont
cours de nos jours en France et en Occident en général, il ouvre
une perspective affirmative et positive sur la réalisation
nirvanique. En outre, et parallèlement, ce livre nous offre une
vision intégratrice et valorisante des éléments humains, naturels et
cosmiques qui forment le contexte de notre réalité existentielle
immédiate, contrastant ainsi — sans pour autant les invalider —
avec les présentations du Bouddhisme qui mettent l’accent, de
façon parfois trop exclusive, sur la technique méditative et
l’analyse rationnelle en ce qu’elles peuvent avoir de «
déréalisant ».
Bien que son livre traite plus particulièrement du
Bouddhisme de la Terre Pure, John Paraskevopoulos prend soin
d’ancrer son texte dans la dimension existentielle la plus
universelle qui marque le point de départ du Bouddhisme dans
son ensemble : à savoir l’expérience de la souffrance. Que la
souffrance soit l’alpha de l’odyssée de la conscience humaine selon
le Bouddhisme est trop évident pour qu’on doive s’y attarder, mais
l’originalité de l’approche proposée par John Paraskevopoulos
tient plutôt dans sa mise en exergue d’un autre aspect fondamental
de l’expérience humaine, à savoir la nostalgie de l’âme. Cette
dernière exprime en effet en termes positifs ce qui caractérise au
plus haut chef la conscience humaine en la différenciant de la
conscience exclusivement animale, à savoir l’aspiration, le plus
souvent subconsciente, à la transcendance sous-jacente aux objets
du désir humain, « l’aspiration irrésistible vers quelque chose
9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.