L'exil

De
Publié par

Lieux de toutes les crispations identitaires, reposant sur des assises sentimentales plus que sur des convictions ou des intuitions sublimes, les croyances constituent la pierre d'achoppement de l'évolution de l'humanité vers une solidarité universelle. La contingence et l'absurde, purs concepts, pourtant incompatibles avec notre existence, leur servirent de repoussoir et de garde-fou. La disparition de ces croyances ne sera pas chose aisée car ni la raison, ni la dénonciation de leurs méfaits passés ou présents ou encore la mise en doute de leur historicité ne pourront les affaiblir. Pour cela il faudra sonder l'homme jusqu'en son tréfonds afin d'en faire surgir un sens qui le réconciliera avec son humanité.
Publié le : lundi 20 juin 2011
Lecture(s) : 135
EAN13 : 9782748187120
Nombre de pages : 135
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
L'exil
3
Titre Léon Oak
L'exil À la recherche de l'universel
Essais et documents
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-8712-1 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748187120 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-8713-X (livre numérique) ISBN 13 : 9782748187137 (livre numérique)
6
.
.
8
L’exil
Tout a été dit, ou presque, sur à peu près tout. Cela a-t-il été entendu ? A-t-on seulement écouté ? Il y manquait bien souvent la simplicité et la clarté nécessaires à la compréhension de toute chose : la grandiloquence et le clinquant se rejoignent pour noyer l’entendement et la raison, et donner aux hypothétiques fantaisies, que le genre humain s’invente, des airs d’évidence, fourvoyant l’esprit dans de vaines espérances et une spiritualité trompeuse qui l’éloignent de sa réalité et l’égarent dans des brumes oniriques où il croit voir son prochain, mais qui ne lui renvoient que l’ombre de lui-même et celles de ses illusions. La culture dont chacun est issu laisse une trace indélébile et il est impossible, et sans doute inutile, de s’en défaire. Les liens affectifs qui en découlent sont si forts que tout rapprochement des consciences libres peut sembler une gageure. Pourtant, face auxrégressions identitaires et la frénésie qui s’empare des foules endoctrinées dès qu’on
9
L’exil
moque leurs idoles, et quand, de surcroît, on lit que ce siècle nouveau sera spirituel, alors il y a urgence à remuer les consciences et à opposer l’universel aux particularismes qui freinent les avancées de l’humanité. Qu’on ne s’étonne pas de trouver ici, au lieu d’une présentation claire et ordonnée offrant une direction à la lecture et donc à la pensée, un morcellement s’apparentant à une sorte de patchwork et qui donne l’impression d’une réflexion imprécise voire indécise. C’est avant tout par souci de ne pas contraindre une pensée qui n’exprime que des réflexions intimes reposant sur des convictions mêlées d’incertitudes, et qui, sujette à évolution, ne saurait se laisser enfermer dans un discours construit sur des évidences. Le décentrage de celui-ci, son absence de direction et de précision facilite un vagabondage propre à la poésie et, laissant une certaine liberté à l’expression des idées et à l’interprétation, permet de prendre la mesure des multiples sentiments et questionnements qui sont à l’origine de ces pages.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.