LA CHARITÉ, L'ESPÉRANCE ET LA FOI

De
Publié par

La théologie (et le catéchisme) énumèrent les vertus théologales dans l’ordre : Foi – Espérance – Charité. On dit aussi que la Foi est la racine, l’Espérance la fleur et la Charité le fruit. Cependant, dans l’expérience humaine, c’est l’Amour qui donne l’Espérance et l’Espérance qui conduit à la Foi. Cet ouvrage se présente sous la forme de trois articles de dictionnaire et cherche à « désenclaver » les vertus théologales d’un contexte exclusivement théologique, en citant des philosophes, des hommes de lettres et des penseurs d’autres religions qui ont réfléchi sur ces trois attitudes spirituelles.
Publié le : mardi 1 janvier 2002
Lecture(s) : 77
Tags :
EAN13 : 9782296300477
Nombre de pages : 175
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LA CHARITE L'ESPERANCE ET LA FOI

Collection Religions et Spiritualité
professeur dirigée par Richard Moreau honoraire à l'Université de Paris XII

La collection Religions et Spiritualité rassemble divers types d'ouvrages: des études et des débats sur les grandes questions fondamentales qui se posent à I'homme, des biographies, des textes inédits ou des réimpressions de livres anciens ou méconnus. La collection est ouverte à toutes les grandes religions et au dialogue inter-religieux.
Déjà parus

Jean THIEBAUD, Témoins de l'Évangile, Quinze siècles d'écrits spirituels d'auteurs comtois. Préface de Mgr Lucien Daloz, archevêque de Besançon, 1999. Jean THIEBAUD, présentation de : Saint Coloban : Instructions, Lettres et Poèmes, suivis d'une notice sur le bienheureux Bernon, fondateur de Cluny, et d'une méditation de son disciple saint Odon. Préface de Mgr Lucien DALOZ, archevêque de Besançon, 2000. Dr. Francis WEILL, Juifs et Chrétiens: requiem pour un divorce. Un regard juif sur le schisme judéo-chrétien antique et les relations judéochrétiennes aujourd'hui. Paul DUNEZ, L'Affaire des Chartreux. La première enquête du XXème siècle,200 1. Jeanine BONNEFOY, Catéchismes, expression du cléricalisme et du pouvoir occulte (1870-1890),2001. Pierre MIQUEL, Les oppositions symboliques du langage mystique, 2001. Jeanine BONNEFOY, Vers une religion laïque ?, 2002. Albert KHAZINEDJIAN, L'église arménienne dans l'église universelle, 2002.

DOM PIERRE MIQUEL

LA CHARITE L'ESPERANCE ET LA FOI

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino IT ALlE

@ L'Harmattan,

2002

ISBN: 2-7475-3121-X

Avertissement
Il est opportun de préciser le genre littéraire de cet ouvrage, afin d'éviter toute équivoque. Il ne prétend pas être original, mais se présente comme une compilation, sélective plus qu'exhaustive. Il se présente sous la forme de trois articles de dictionnaire et cherche à «désenclaver» les vertus théologales d'un contexte exclusivement théologique, en citant des philosophes, des hommes de lettres et des penseurs d'autres religions qui ont réfléchi sur ces trois attitudes spirituelles. L'auteur se sait exposé aux critiques des «spécialistes de la charité », des «spécialistes de l'espérance» et des «spécialistes de la foi» qui ne manqueront pas de relever des rapprochements indus et des interprétations discutables. Mais « l'honnête homme» (au sens du XYIIo siècle) pourra y trouver ce qu'il cherche vainement dans les études érudites ou les méditations pIeuses. Les trois dédicaces permettent d'identifier ceux auxquels s'adressent ces pages: à ceux qui ont peur d'aimer, à ceux qui n'ont plus d'espérance, à ceux qruivoudraient croire. Les hommes et les femmes d'aujourd'hui hésitent à aimer: souvent déçus, ils courent après un idéal et multiplient les expériences sans pouvoir jamais combler leur désir d'absolu. Ils ont peur des exigences qu'imposent la confiance et la fidélité. Les hommes et les femmes d'aujourd'hui ont perdu l'espérance; perdues les illusions de l'adolescence, l'avenir leur semble un monde imaginaire qui les décevra à mesure qu'ils y accèderont. Alors, ils se jettent dans des aventures où l'espoir de vivre les aide à dominer leur inquiétude. 7

Mais, de nouveau déçus devant la réalité qui ne correspond pas à leur prospective, ils en deviennent plus blasés encore. Les hommes et les femmes d'aujourd'hui ne savent plus qui croire, que croire. Mais l'incroyant est rare, aussi demeure-t-il dans l'expectative, attendant d'avoir des raisons de croire, ou bien il met sa foi dans n'importe quelle idéologie sans référence religieuse: le progrès ou la vérité, la justice ou l'amour; ou bien encore se lance-t-il dans quelque secte, à la fois primaire et sophistiquée, qui calme provisoirement son angoisse implicite. * Il ne faut cependant pas exagérer les difficultés actuelles: il n'a jamais été facile de croire, d'espérer et d'aimer. La charité, l'espérance et la foi sont toujours des risques: mais c'est l'engagement qui assure la stabilité de la personne et aide à supporter l'existence. Si l'on s'y refuse, on ne peut vivre que dans l'incertitude et la précarité. Au contraire, si l'on consent à reconnaître en dehors de soi son centre de gravité, on trouve son équilibre sans rien sacrifier de sa liberté. * La théologie (et le catéchisme) énumèrent les vertus théologales dans l'ordre: Foi - Espérance - Charité. On dit aussi que la Foi est la racine, l'Espérance la fleur et la Charité le fruit. Cependant, dans l'expérience humaine, c'est l'Amour qui donne l'Espérance et l'Espérance qui conduit à la Foi. Voilà pourquoi on a choisi cet ordre.

8

TABLE DES MATIERES

La Charité

I - Aimer c'est être 1234567L'amour structure de l'être Plus j'aime, plus je suis Pas de «Je» sans «Tu» Je suis aimé donc je suis Aimer et être aimé Amour désintéressé et amour pur Eros et Agapè

37

II - Aimer c'est connaître 1 - L'amour moyen privilégié de connaissance 2 - Pas d'amour sans respect Pas de respect sans amour 4 - On devient semblable à ce que l'on aime 5 - Apprendre à aimer 6 - L'amour révèle l'Amour

51

3 - L'amour et la crainte

7 - Quiconqueaime connaît Dieu
8 - Il n'y a pas deux amours

III - Aimer c'est pouvoir 1234Pas d'amour sans sacrifice Pas de joie sans amour Exclusivisme de l'amour Celui qui aime peut davantage 10

61

IV - Dieu est Amour 1234567Dieu Amour Dieu est Relation En Dieu être est identique à aimer Dieu crée par amour Dieu a l'initiative d'aimer Dieu s'aime en nous Aimez-vous les uns les autres

68

Il

L'Espérance
Introduction: la foi et l'espérance
- dans la Bible et les Pères

81

- chez quelques penseurs modernes I

- L'espérance

dans la Bible - Dans l'Ancien Testament: le Messianisme - Dans le Nouveau Testament: l'Eschatologie

86

II

- Caractères

de l'espérance - L'espérance et l'espoir - L'espérance victoire sur le désespoir - L'espérance vertu communautaire - L'espérance exige le dénuement

91

III - Les diverses espérances - L'espérance philosophique - L'espérance dans l'Islam -L'espérance catholique et l'espérance protestante Appendice - L'espérance oubliée dans la liturgie - Le vert couleur de l'espérance? - Péguy, chantre de l'espérance. 12

96

100

La Foi
I - 1. Qu'est-ce que croire? 2. Pourquoi croire? 3. Que croire? II
- La foi dans la Bible

121

123 - Abraham - Moïse - David

Ancien Testament

Nouveau Testament - La foi, condition de guérison - La foi est nécessaire pour être sauvé - La foi est obéissance - La foi est un don de Dieu - La foi est participation à la puissance de Dieu - Celui qui croit possède dès ici-bas la vie éternelle - La foi est relation à une personne, non adhésion à une formule III - La foi connaissance - par témoignage - la foi est personnelle communautaire contagieuse - par sIgne - par expérience 13 129

IV - La raison, la liberté, la grâce et les oeuvres La foi et la raison Foi et autorité Foi et volonté Foi et liberté La Foi et le doute La Foi et la grâce La Foi et les oeuvres V-I. Voir et croire Voir et entendre 2. Croire pour comprendre 3. La foi connaissance d'amour

133

154

14

CHARITE

- ESPERANCE

- FOI

Une nouvelle manière de vivre
1 Participation

-

à la vie divine

La foi est participation à la vérité divine, elle donne à la connaissance sa dimension religieuse. Le croyant voit les évènements, les personnes et les choses sous un autre aspect. La contemplation ne consiste pas à avoir des visions, mais à avoir une nouvelle vision globale et unitive. « La foi est l'habitus qui commence la vie éternelle en nous.» Saint Thomas, Quaest. disp. de Veritate, QUe 14, art.2. S. Th. lIa Ilae, qu.4, art.l. L'espérance est participation à la volonté divine, elle permet de vivre l'attente non dans l'espoir fondé sur des assurances humaines, mais de croire au futur. La charité est participation à l'amour de Dieu, différente de la philanthropie, elle s'étend au-delà des sympathies naturelles. 2 - Relations avec les personnes divines La foi au Dieu Père Créateur à qui je dois l'existence. L'espérance du retour du Christ sauveur à qui je dois le salut. La charité de l'Esprit, Dieu divinisant auquel je participe dès à présent.

17

3 - Relation au temps La Foi se réfère au passé. La Charité se réfère au présent (et à l'éternel). L'Espérance se réfère au futur. 4 - Caractère communautaire Les vertus théologales ne définissent pas seulement notre attitude personnelle avec Dieu, mais nous partageons cette attitude avec ceux qui ont: même foi, même espérance, même charité. On ne croit pas seul, le Credo est partagé; on n'espère pas seul et l'on a constaté que le désespéré est celui qui est isolé; on n'aime pas seul, l'amour comporte une communion.

J. Ratzinger commentait ainsi le « symbole de la
foi» : «Chaque homme ne détient la foi que comme « symbole », comme une pièce incomplète et brisée, qui ne saurait trouver son unité et son intégration qu'en s'unissant aux autres. Pour réaliser le «symballein », l'union avec Dieu, il faut nécessairement passer par le « symballein », l'union avec les autres hommes. La foi demande l'unité.» Foi chrétienne hier et aujourd'hui, Mame, 1969, p.49. 5 - Vertus théologales et Religions Vladimir Lossky et Louis Massignon ont comparé l'un et l'autre les vertus théologales en Israël, dans le christianisme et dans l'Islam: « On peut dire que l'Ancien Testament vivait par la foi et tendait vers l'espérance; que l'âge évangélique vit dans l'espérance et tend vers l'amour; que l'amour est un mystère qui ne se révèlera, ne se réalisera pleinement que dans le siècle à venir.» 18

Vladimir Lossky, Essai sur la Théologie mystique de l'Eglise d'Orient, Aubier, 1944, p.230-231. «Si Israël s'est enraciné dans l'espérance, la chrétienté vouée à la charité, l'Islam est centré sur la foi ». Louis Massignon, Le Salut de l'Islam dans Jeunesse de l'Eglise 7, 1947, p.l40. 6 - Vertus théologales et confessions chrétiennes Le théologien Hans Küng constate que la foi est vécue de manière différente dans chaque confession chrétienne et que chaque type de foi comporte un risque: "La foi n'est assurément pas la même dans les différentes Eglises chrétiennes. Mais ici la supériorité devient aussi une faiblesse. Le danger spécifique de la foi protestante, c'est le- biblicisme. Le danger de la foi orthodoxe d'Orient, c'est le traditionalisme. Le danger de la foi catholique romaine, c'est l'autoritarisme. Autant de modes déficients de foi, à l'encontre desquels il faut affirmer clairement ceci: * Fût-il protestant, le chrétien ne croit pas à la Bible, mais à celui dont elle témoigne.
-

Fût-il orthodoxe, le chrétien ne croit pas à la

tradition, mais à celui qu'elle transmet. Fût-il catholique, le chrétien ne croit pas à l'Eglise, mais à celui qu'elle annonce. * Ce n'est pas aux textes de la Bible, ni aux Pères de l'Eglise, ni au magistère ecclésiastique que l'homme peut se fier absolument et s'accrocher pour le temps et pour l'éternité, mais à Dieu lui-même, tel qu'il a parlé pour les croyants, par Jésus-Christ. Les textes de la Bible, les paroles des Pères et les décisions du magistère ne veulent être - à des degrés divers - ni plus ni moins que l'expression de cette foi." Etre chrétien, Seuil, 1978, p.179.

19

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.