La décision de vivre

De
Publié par

Décider de vivre ? Comme si nous faisions quotidiennement de mener notre existence à travers notre statut notre environnement familial ou professionnel ! Et pourtant...

Cette vie nous l’avons reçue à l’origine, nous avons acquis des autres des savoir-faire, passeports indispensables pour l’existence. Nous nous débrouillons dans domaines multiples et nos compétences sont garantes d’une vie que chacun de nous a pu appeler « sa » vie : capacité d’autonomie au milieu des autres, et en même temps de cette aptitude à agir comme eux et avec eux.

Mais il suffit parfois d’un événement, d’une période difficile, pour renverser ce fragile équilibre. Nous savons « faire », nous savons « agir », mais est-ce que nous savons « vivre » ?

Dans cet ouvrage qui s’adresse à un large public, l’auteur propose un parcours, confrontant notre manière d’exister et la manière d’exister de Jésus. Une invitation à nous mettre en route et à choisir la Vie par une décision qui s’origine dans l’amour.


Publié le : jeudi 21 avril 2016
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782918975519
Nombre de pages : 52
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Marie Claire Berthelin
La décision de vivre
Vie chrétienne | Fidélité 47 rue de la Roquette 75011 Paris | 7 rue Blondeau 5000 Namur
Du même auteur, aux Editions Vie chrétienne o Guetteurs d’humanité : guetteurs de Dieu532 (épuisé), 2007, n o Prier dans l’instant, 2009, n 553
ISBN 978-2-918975-13-7 Code article 464 © Éditions Vie chrétienne, 2013 47 rue de la Roquette 75011 Paris, France viechretienne.fr
ISBN 978-2-87356-591-6 Dépôt légal belge : D.2013, 4323-36 © Éditions Fidélité, 2013 7 rue Blondeau 5000 Namur, Belgique fidelite.be
Publié pour la première fois en 2001 comme supplément à la revueVie Chrétienneno 464 Image de couverture : aquarelle de Marie Claire Berthelin
TABLE DES MATIÈRES
Prologue 1. Ce qui tremble au fond de l’être Une étrange interrogation Répondez-moi ! La réponse impossible 2. À l’homme Jésus, Dieu dit : « Tu es » Identité visible, identité invisible Tu es très aimé Un moment de grand bonheur Jésus, affection offerte 3. Comment aimons-nous ? L’autre nié et regardé L’autre craint et souhaité L’autre forcé et respecté 4. Comment écoutons-nous ? Une histoire vraie Donner à l’autre le droit d’être autre On choisit d’écouter Le silence de l’autre Et si l’autre parlait sans mots ? Une écoute qui accompagne 5. En l’homme Jésus, Dieu Désir d’aimer Consentement à être aimé L’amour en souffrance 6. Jésus poussé en solitude En Jésus l’amour de l’autre passe par la solitude Venez, vous, en un lieu désert Venez autrement Venez, vous ! 7. Silence intérieur vers une source Opter pour notre être total Ce qui vit en tout homme Au coeur de mon coeur Un chemin à prendre 8. Disciple Disciple ? Pas un titre. Une expérience Disciple du Ressuscité Le disciple sait qu’il ne sait pas Aimer 9. Pour la vie du monde
PROLONGEMENTS L’arbre du Psaume 1 Un regard sur cet arbre
Méditation Au quotidien, une prière qui surgit de la vie 1. Je regarde 2. J’admire 3. JE RENDS LA GRÂCE à son origine
Comment lire ces pages ? Un peu comme on avance san s hâ te sur un chemin, laissant le regard devenir attentif aux aspects du parcours, jusqu’à les laisser entrer en soi. Avec une marche paisible , qui s’arrête, se repose, et repart. Ce que le lecteur est invité à accueillir, c’est une pensé e en progression, livré e à lui peu à p eu, comme s’offrent au marcheur les plans successifs d’un paysage. Qu’il prenne le temps de lire, c’est-à -dire de « cueillir », puis de « choisir », puis d’« examiner ». Qu’il le fasse avec son ê tre entie r, et son histoire telle qu’elle est. Qu’il avance en cet te lecture avec ses engagements, personnels et collectifs.Pour recevoirntage.quelque chose de bon pour sa vie, et y adhérer dava L’arbre adhè re au sol où il est né . Mais nul ne voit à quoi s’ouvrent dans le secret ses racines : dans sa sève d’arbre, une eau vivante est donnée, qui n’est pas lui.Parce qu’il accueille cette eau, il vit…
PROLOGUE
Quand vivons-nous ? Assez rarement peut-ê tre.Nous croyons vivre, parce que nous bougeons, parlons, agissons. Tant de nos jours se laissent di ssoudre dans l’é trange vide d’un remplissage incessant de ce qu’il convient d’accomplir ou de subir. Nous possé dons un petit objet dont la terminaison latine « traduit une idé e d’obligation », disent les grammaires. Ce motagendasignifie « les choses que je dois faire, qu’il faut que je fasse ». La vie nous a é té donné esans nousfamille, en, soudain, en cette s là . Nous nous sommes trouvé cette anné e… en ce point de la terre immense. Exis te ! Apprends à exister… Et nous avons appris, vaille que vaille, en regardant ce qui se montrait à voir chez ceux de notre entourage : ils bougeaient, parlaient, agissaient. Ce que nous avons acquis peut-ê tre avant tout, ce sont dessavoir-faire, passeports indispensables pour entrer dans l’exis tence des humains et y être acceptés. Chacun de nous garde des souvenirs heureux de tel o u tel apprentissage : le bonheur si vif, un jour, des chaussures lacé es sans l’aide de personn e, ou la possibilité de compter presque sans respirer jusqu’à cinquante ! La progressive aisanc e dans l’usage de mots, l’exercice libé rant d’un sport, la maîtrise d’un outil de travail… « C’est bien. Tu as ré ussi ! » Ces mots, entendus dans l’enfance, ou lus sur notre carnet scolaire, o u perçus dans le regard d’un employeur, d’un ami, ces mots nous ont stimulé s à vivre, et continuent de le faire aujourd’hui. Nous nous dé brouillons bi en dans des domaines multiples, et nos compé tences, de la plus humble à la plus rare, so nt garantes d’une vie que peu à peu chacun de nous a pu appeler « sa » vie : à cause de cette capacit é d’autonomie au milieu des autres, et en mê me temps de cette aptitude à agir comme eux et avec eux. Voilà. Nous savons « faire ». Est-ce que nous savons vivre ?
1 CE QUI TREMBLE AU FOND DE L’ÊTRE
Nous connaissons des pé riodes de vie satisfaisante . Constater que nous sommes aprè s tout aussi capables que d’autres de faire face, de ré soudre, et mê me d’inventer, procure à notre conscience de vivre une fermeté précieuse. Oui, nous savons faire , et exister est bien de l’ordre de l’expérience.
Une étrange interrogation Il est des heures pourtant où cette sé curité -là semble se craqueler, comme la glace d’un né vé . Ce qui é tait solide se dé robe, et une faille apparaı̂t. Nous affrmons vivre, sû rs d’avoir bien appris à le faire. Nous avancions, courageux, fidè les, et peut- ê tre trè s tranquilles, sur un terrain familier. E t soudain, dans l’affrmation rassurante, s’est fait dangereusement entrevoir une interrogation :
« Est-ce que je vaux quelque chose ?»
On parle beaucoup du besoin vital d’ê tre aimé . Du besoin d’avoir une place, d’ê tre utile, et reconnu. Je crois qu’il faut aller voir plus profond. Derriè re ces besoins s’ouvre, comme un gouffre angoissant, dans une région encore plus souterraine de notre être, une question qui tremble : « Mais qu’est-ce que jevaux? Je voudrais tant avoir de la valeur, et le savoir !» Que cette question se soit laissé e entendre à nou s, que nous ayons é touffé sa gravité , ou que jamais nous n’en ayons eu conscience, peu importe : cette question crie en nous, tourment secret, le plus souvent inconscient, au fond de tout homme, de toute femme, de tout enfant. C’est la question del’être, et de l’être tout nu.
Répondez-moi ! Nous sommes totalement incapables de nous donner à nous-mê mes cette ré ponse. C’est pourquoi nous cherchons avec tant de hâ te et d’obs tination à la recevoir des autres. « Est-ce que je compte pour toi ?» (= combien ?). L’autre est condu it souvent, inconsciemment et à notre insu, à jouer un rôle de… commissaire-priseur. Et tous les « paraître » sont bons...
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant