Le Christ druze et l'Inde éternelle

De
Publié par

Le présent essai s'applique à dégager les linéaments de la complexe christologie druze qui distingue deux personnages (là où les Évangiles et le Coran n'en constatent qu'un) et à évaluer le rapport du druzisme et de la philosophie hindoue dans son expression védantine.
Publié le : vendredi 8 avril 2016
Lecture(s) : 1
Tags :
EAN13 : 9791030903744
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Jad Hatem
Jad Hatem
Le Christ druze et l’Inde éternelle
Le Christ druze et l’Inde éternelle
Lamaind’athéna/ PhiLosoPhie
Daniel Cohen éditeur www.editionsorizons.fr
La main d’Athéna/Philosophie Collection dirigée par Jad Hatem
Partout où l’on annonce à grands cris la fin de la méta-physique et là même où l’on croit pouvoir enterrer en silence la libre pensée, c’est l’homme en la totalité de son être et en sa dimension de transcendance qui est en péril. Rien, d’une certaine manière, n’est plus vul-nérable qu’elle car elle est tout l’homme. Elle s’expose à la déchéance car la liberté est son essence. Insulté par Agamemnon, Achille est sur le point de s’emporter et de tuer son rival quand Athéna, venue l’apaiser, se place derrière lui et le retient par la chevelure. Il se retourne et la reconnaît seulement pour lui. La main qui guérit la passion est en même temps la main qui dessille les yeux. Par la conversion qu’elle opère, la sagesse est vision de l’invisible. « Nous sommes tous », dit Plotin, « comme une tête à plusieurs visages tournés vers le dehors, tandis qu’elle se termine vers le dedans par un sommet unique. Si l’on pouvait se retourner ou si l’on avait la chance d’avoir les cheveux tirés par Athéna, on verrait à la fois Dieu, soi-même et l’être universel ».
ISBN:979-10-309-0070-5 © Orizons, Paris,2016
Le Christ druze et l’Inde éternelle
Dans la même collection
Monique Lise Cohen,Récit des jours et veille du livre, Ori-zons,2008 Jad Hatem,La poésie de l’extase amoureuse,Shakespeare et Louise Labé, Orizons,2008
Jad Hatem,L’art comme autobiographie de la subjectivité absolue,Schelling,Balzac,Henry, Orizons,2009
Monique Lise Cohen,Emmanuel Lévinas et Henri Meschon-nic,résonnances prophétiques, Orizons,2011 Riccardo Di Giuseppe,Le Voyage de Parménide, Orizons, 2011 Jad Hatem,Rupture d’identité et roman familial, Orizons,2011
Jad Hatem,Barbey d’Aurevilly et Schelling, Orizons,2013 Jad Hatem,Liberté humaine et divine ironie. Schelling avec Luther, Orizons,2013 Paul Saadé,La demeure du Don, Orizons,2013 Gianfranco Stroppini de Focara,D’Alexandre à Jésus, Ori-zons,2013
Bernard Forthomme,Une logique de la folie, Orizons,2014 Jad Hatem,Le Vin éternel — Sur Ibn Al-Fâri, Orizons,2014 Jad Hatem,Un bruit d’avoir été. Sur Qohélet, Orizons,2014 Laurent Millischer,Heidegger ou la détresse du monde,irOr-zons,2014 Roland Vaschalde,À l’Orient de Michel Henry, Orizons,2014
Nicole Hatem,Raïssa Maritain ou le courage philosophique, Orizons,2015 Jad Hatem,Messianités — Kafka, Kazantzaki, Böll, Tournier, Kemal, Orizons,2015 Jad Hatem,Empédocle, Qohélet, Bar Hebraeus, Orizons,2015
Jad Hatem
Le Christ druze et l’Inde éternelle
2016
« S’il y avait un Dieu, il aurait vécu dans un instant précis, un seul instant sans plus : l’instant de l’aurore » (Rabî‘ Jâbir,Shây aswad).
Avant-propos
e nom de la religion druze, née au Caire sous L le règne (996-1021) du calife fatimide al-Ḥâkim bi-Amr Allâh, provient d’un de ses propagateurs (bientôt en rupture de ban), Darazî, qui la répandit en Syrie où elle prit souche après qu’elle fut éradi-quée en Égypte suite au meurtre du souverain (ou, selon les druzes, à sa volontaire occultation et son triomphal retour). Le véritable fondateur de la reli-gion est un persan du nom de Ḥamza ibn ‘Alî qui, avec Ismâ‘îl al-Tamîmî et Bahâ’uddîne Muqtanâ, rédigea lesÉpîtres de la Sagesseconstituant le livre sacré. Inuencée par la théologie et la philosophie ismaéliennes, la doctrine druze hérite de leur théo-rie des Dignitaires (udûd,littéralement : limites). Toutefois, elle s’en écarte par deux traits essentiels : 1/ les siens sont incarnés sans retour, et leurs âmes transmigrent, comme d’ailleurs celles de tous les humains.2/ l’Un se présente en gure humaine an d’instruire les hommes. On lui connaît dix appari-
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.