Le cycle de la vie

De
Publié par

Ce livre explore les mécanismes complexes de la vie du point de vue du bouddhisme de Nichiren Daishonin, l'une des formes de bouddhisme les plus pratiquées dans le monde. A travers cette étude, le lecteur découvre que les épreuves de la vie - particulièrement celles qui sont liées aux 4 souffrances que constituent la naissance, la maladie, la vieillesse et la mort - peuvent être transformées en source d'épanouissement personnel et d'altruisme.
Publié le : jeudi 9 octobre 2014
Lecture(s) : 7
EAN13 : 9782296156784
Nombre de pages : 191
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LE CYCLE DE LA VIE
Photo de couverture : Gilles Larbi.
Ce livre a été publié pour la première fois en anglais, en 1988, par MacDonald & Co. (Publisher) Ltd, London & Sidney. Une seconde édition a ensuite été publiée chezMiddlewayPress, en 2003, sous le titreUnlocking the Mysteries of Birth and Death… and Everything in Between – A Buddhist View of Life.
Daisaku Ikeda
LE CYCLE DE LA VIE
PERSPECTIVE BOUDDHIQUE
Traduit de l’anglais par Marc Tardieu
Sommaire
Préface à l’édition anglaise
Introduction
chapitre un La naissance
chapitre deux La vieillesse
chapitre trois La maladie
chapitre quatre La mort
chapitre cinq Le potentiel illimité de la vie
chapitre six Les neuf consciences
chapitre sept Nam Myoho Renge Kyo
Glossaire
Notes
9
13
29
43
55
81
107
149
163
183
191
Préface à l’édition anglaise
n tant qu’auteur, je suis profondément heureuxque E1 MiddlewayPress publie cetteversion révisée de « Le cycle de lavie » . La mort, l’un des thèmes majeurs de ce livre, est l’inévitable réalité de lavie, et les deuxphases de la naissance et de la mort représentent une loi inéluctable pour tous les êtres. Se confronter à la mort au niveau fondamental est une tâche spirituelle incontournable qui nous aide àvivre de manière plus profonde et plus significative. Comme le suggère l’adage latinmemento mori– « Souviens-toi que tu dois mourir » – nous ne saisissons levéritable sens de lavie qu’en faisant honnêtement face à la réalité de la mort. Ily a 2 500ans, le désir de surmonter les souffrances humaines fon-damentales de la naissance, lavieillesse, la maladie et la mort, a poussé le bouddha historique, Shakyamuni, à abandonner son statut de prince et à partir en quête de lavérité. Le boud-dhisme naquit avec son illumination, qui révélait la loi ultime de lavie comme fondement de l’univers et du cosmos humain intérieur. Les enseignements bouddhiques ont été développés et exposés dans de nombreuxécrits, depuis les premiers sûtras jusqu’à ceuxdu Mahayana, l’enseignement essentiel étant le Sûtra du Lotus qui explique que l’état de bouddha – la nature de bouddha – est inhérent à chaque être humain. Au cours des âges, le bouddhisme s’est déplacévers le sud, depuis l’Inde jusqu’au Sri Lanka, en Birmanie, en Thaïlande et
10
l e c yc l e d e l a v i e
au Cambodge. Dans son mouvementvers le nord, il a traversé l’Asie centrale, la Chine et la péninsule coréenne pour atteindre e le Japon oùNichiren est né auIIIsiècle. Nichiren enseigna l’expression ultime de l’illumination sous la forme de la loi universelle,Nam Myoho Renge Kyo. De plus, il développa un courant bouddhique particulier, le bouddhisme de Nichiren, qui incorpore les enseignements et philosophies de maîtres e e tels que les Indiens Nagarjuna (IIouIIIsiècle de notre ère) et e e 2 Vasubandhu (IVouVsiècle) et le Chinois T’ien-t’ai (538-597). Le bouddhisme de Nichiren permet auxpersonnes ordinai-res devivre les enseignements du Sûtra du Lotus. D’ailleurs, Nichiren se présentait lui-même comme un pratiquant du Sûtra du Lotus. Du fait du développement prodigieuxdes sciences et tech-nologies, le monde dans lequel nousvivons aujourd’hui diffère profondément de celui que Nichiren a connu. Pour combler ce fossé, ce livre tente d’établir un dialogue entre notre époque et les fondements du bouddhisme de Nichiren. Il indique no-tamment en quoi les enseignements de Nichiren peuvent con-tribuer à l’avenir de l’humanité en nous offrant un regard clair sur le monde d’aujourd’hui et en nous aidant à interpréter la philosophie contemporaine, la science et l’univers lui-même. Bien que datant de plus de sept cents ans, le bouddhisme de Nichiren offre une magnifique réponse face au sentiment d’impuissance et au désespoir qui envahissent la société. Il est certain que le destin ne s’accorde pas toujours à nosvœux, mais le bouddhisme – tout particulièrement le bouddhisme de Nichiren – nous donne le pouvoir de transformer notre destinée. Il éclaire tous les aspects de lavie humaine et pénè-tre jusqu’à son cœur. Universellement applicable à l’humanité entière et en toutes circonstances, il mérite d’être étudié et mis en pratique tout au long de notre existence. La situation des êtres humains, de la société et du monde dans son ensemble, s’est considérablement modifiée au cours des quinze années écoulées depuis la première édition en lan-gue anglaise de ce livre. Comme de nombreuxpenseurs l’ont fait observer, dans le passé, le regard de l’humanité sur lavie et la mort n’a que peu évolué. Les remarquables progrès de la
& ' ( % " # $
11
science ont cependant stimulé le désir de faire apparaître une vision actuelle de lavie et de la mort. Des découvertes scientifiques récentes, ainsi que de nouvelles approches de lavie et de la mort, ont été introduites dans cette version, qui comporte divers ajouts, corrections et améliorations. Les enseignements de Nichiren défendent la dignité intrinsèque de lavie humaine – la nature de bouddha ouvie universelle fondamentale. Je me suis efforcé ici d’en transmettre la philo-sophie d’une manière à la fois précise et compréhensible en utilisant des termes actuels. e J’aime depuis ma jeunesse le poète américain duIsiècle Walt Whitman dont l’œuvre fait l’éloge de lavie dans son en-semble, et offre une interprétation du cosmos et de la nature qui correspond à lavision bouddhique. On trouve notamment ce passage dans son « Chant de l’universel » :
« Viens, disait la Muse, Chante-moi une chanson qu’aucun poète n’a encore chantée, Chante-moi l’universel.
Sur cettevaste terre qui est la nôtre, Emplie devulgarité et d’innombrables déchets, Enfermée et paisible en son cœur même, Se blottit la graine de la perfection. »
Je suis convaincu que les lecteurs de ce livre découvriront dans la philosophie bouddhique une nouvelle approche de ce que Whitman appelle « l’universel ». Je seraisvraiment heureux si cet ouvrage pouvait donner l’occasion de mieuxcomprendre, découvrir et entreprendre une révolution intérieure majeure. Pour finir, j’aimerais remercier de tout cœur MiddlewayPress, les responsables du département d’étude de la Soka Gakkai, et les nombreuses personnes qui ont accompli des efforts inlassa-bles pour permettre la publication de cette nouvelleversion.
18 novembre 2003 Daisaku Ikeda
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.