Le kérygme coranique

De
Publié par

Lancé comme un défi à la raison historienne, le kérygme coranique se présente comme un "récit trancheur" qui entend briser la continuité des récits judéo-chrétiens qu'il recompose. Cet ouvrage présente en deux volumes la version remaniée d'une thèse soutenue en 2014 ; le volume 1 confronte par une étude intertextuelle l'histoire des Compagnons de la Caverne (Sourate XVIII) à des manuscrits grecs et syriaques rapportant la légende des Sept Dormants d'Ephèse (Vol.2, La réhistoricisation du kérygme coranique).
Publié le : dimanche 15 novembre 2015
Lecture(s) : 27
Tags :
EAN13 : 9782336396118
Nombre de pages : 348
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lancé comme un déî à la raison historienne, le kérygme coranique se présente comme un « récit trancheur » (qaṣaṣ) qui entend briser la continuité historique des récits judéo-chrétiens qu’il recompose pour mettre le lecteur en situation de responsabilité dans un « ici et maintenant » situé hors du temps. Le laconisme du discours coranique n’est pas le fait de négligences ou d’erreurs dans la transmission des traditions, mais il répond à l’intention du rédacteur qui introduit dans le texte des raccords interprétatifs pour ramener le lecteur à l’exigence du kérygme.
Dans cet ouvrage qui présente en deux volumes la version remaniée d’une thèse soutenue en 2014 à l’université de Fribourg, l’auteur analyse la démarche interprétative de trois commentaires musulmans du récit coranique des (Sourate XVIII). Dans le volume II, la confrontation de ces commentaires à deux manuscrits hagiographiques de la légende des , l’un grec et l’autre syriaque, montre que le caractère fortement elliptique du discours coranique a contraint les exégètes musulmans à recourir à des textes judéo-chrétiens « islamisés » (isra’īliyyāt) pour remplir les vides de la narration. La question reste ouverte de savoir si cette lecture contextualisante qui entend réinscrire la narration coranique dans ses repères historiques et spatiaux est îdèle au déî qu’un kérygme intemporel lance à la raison historienne.
l’hôpital psychiatrique de Fribourg (Suisse).
Thierry Benotmane
LE KÉRYGME CORANIQUE
Un défi lancé à la raison historienne Tome 1
Le kérygme coranique
Thierry Benotmane Le kérygme coranique Un défi lancé à la raison historienne Tome 1
© L'HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-06710-0 EAN : 9782343067100
ﻰϔ ﻨ ϣ΍ϮﻋﱢﺩϮϴﻟϢϫء΍έϭϥϭήﻈﻨ ϳϻ
ﻰϔ ﻨ ϣϢϬϣΎϣﺃϥϓ
ϻ ϭء΍έϭϻ ϭϡΎϣﺃϼ ϓ
ΏϮﻨ ﺟϻ ϭﻝΎϤηϻ ϭ
ζ ϳϭέﺩﺩϮϤﺤϣIls ne se retournent pas pour dire adieu à l’exil,Un autre exil les attend. Sans devant, sans arrière, Sans nord ou sud.Mahmoud Darwich.
REMERCIEMENTS
Il m’est agréable d’adresser mes sincères remerciements à tous ceux qui m’ont apporté de près ou de loin, aide et conseils lors de l’élaboration de cette thèse de doctorat. Je voudrais remercier en particulier : Monsieur le ProfesseurFranz Mali, titulaire de la Chaire de Patristique et d’Histoire de l’Eglise Ancienne de l’université de Fribourg, mon directeur de thèse, qui m’a fourni conseils et soutien durant toutes ces années dans la conception et la réalisation de ce travail. Ma reconnaissance est grande envers le Père Maurice Borrmans, professeur auPontificio istituto di studi arabi e d'islamisticaqui (PISAI), par son dévouement, sa compétence et son amitié a facilité mes recherches ainsi que pour sa relecture attentive, ses conseils et son aide lors de la rédaction du document. Je tiens à exprimer toute ma gratitude à Mgr Saïd Elias Saïd, Chorévèque, Vicaire Patriarcal Maronite en France et à M. Albert Frey, responsable de recherche à l’Institut romand des sciences bibliques de l’UNIL, qui m’ont accompagné dans ma lecture des textes syriaques, ainsi qu’aux professeurs de l’université de Bordeaux 3 qui m’ont permis d’obtenir unDEUG de Langue et civilisation arabes.Enfin, je remercie les membres du jury pour l’attention qu’ils ontaccordé à cette thèse.
SOMMAIRE
Cet ouvrage comprend deux volumes. Dans le volume I, notre objectif sera de confronter par une étude intertextuelle la recomposition coranique de la légende des Sept / Huit Dormants d’Ephèse aux sources hagiographiques chrétiennes et aux commentaires musulmans appartenant à la phase formative de l’exégèse en tant que discipline autonome. Dans la démarche interprétative des premiers commentateurs musulmans, nous distinguerons deux axes d’analyse étroitement liés, voire enchevêtrés :l’exégèseparaphrastiquequi se rapporte à l’analyse sémantique et grammaticale du texte etl’exégèse narrativequi se donne pour fonction de contextualiser et de réhistoriciser le texte coranique, elliptique dans sa forme et privé de tout repère historique. Dans le second volume, nous proposons notre propre traduction du récit desCompagnons de la Caverne(Coran 18,1-26) ainsi qu’un choix de commentaires musulmans montrant que les premiers exégètes se sont vus dans l’obligation de solliciter, en les islamisant, les textes-sources chrétiens pour combler les vides engendrés par l’expression laconique de la narration. Pour mettre en évidence cette dépendance ainsi que les divergences notoires, nous présentons dans le volume II, sous une forme synoptique, le texte grec du Métaphratse, la version syriaque du Pseudo Denys de Tell-Mahré et le commentaire deabarƯ. Notons enfin que tous les textes mentionnés dans le volume II se rapportent exclusivement à l’exégèse narrative.Concernantl’exégèse paraphrastiquequi est analysée dans le premier volume, nous avons pris le parti de ne pas isoler l’analyse sémantique et grammaticale du texte coranique pour montrer à quel point ces deux niveaux de lecture sont inextricablement enchevêtrés.
Dans les deux volumes, le texte coranique figure en caractères gras italiques pour mettre en évidence le mode selon lequel il est intégré au commentaire. Ce procédé permet aussi de repérer plus facilement dans les tableaux synoptiques la proximité et les divergences du commentaire coranique avec le texte grec et la version syriaque. Les systèmes de translittération arabe et syriaque sont présentés au début du volume I. On trouvera en appendice un glossaire où figurent les mots, notions et expressions nécessitant une explicitation présentés dans le texte en caractères italiques. L’eulogie saluant le nom du Prophète Muhammad,allƗ-llƗhu `alayhi wa sallam,ﻢﻠﺳﻪﻴﻠﻋﻰﻠﺻest rendue par l’abréviation (S). Les siglesEIetEUdésignent respectivement l’Encyclopédie de l’Islamet l’Encyclopédie Universalis.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.