Les Trésors cachés de la Bible - Tome 3

De
Publié par

« Le Seigneur a coloré sa parole de multiples beautés, pour que chacun de ceux qui la scrutent puisse contempler ce qu’il aime. Et dans sa parole, il a caché tous les trésors, pour que chacun de nous trouve une richesse dans ce qu’il médite. La parole de Dieu est un Arbre de Vie qui, de tous côtés, te présente des fruits bénis ; elle est comme ce rocher qui s’est ouvert dans le désert pour offrir à tous les hommes une boisson spirituelle » (saint Éphrem).


Publié le : jeudi 1 octobre 2015
Lecture(s) : 16
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332990587
Nombre de pages : 162
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Couverture
CopyrighT
Cet ouvrage a été composé par Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 «1 62 1« «0 – Fax : 01 «1 62 1« 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-332-99056-3
© Edilivre, 2015
La Bible est le jeu sacré de cache-cache. Elle nous invite à cheminer dans son labyrinthe merveilleux. « Qui donc est capable de comprendre toute la richesse d’une seule de tes paroles, Seigneur ? Ce que nous en comprenons est bien moindre que ce que nous en laissons, comme des gens assoiffés qui boivent à une source. Les perspectives de ta parole sont nombreuses, comme sont nombreuses les orientations de ceux qui l’étudient. Le Seigneur a coloré sa parole de multiples beautés, pour que chacun de ceux qui la scrutent puisse contempler ce qu’il aime. Et dans sa parole il a cachétous les trésors, pour que chacun de nous trouve une richesse dans ce qu’il médite. La parole de Dieu est un Arbre de Vie qui, de tous côtés te présente des fruits bénis ; elle est comme ce rocher qui s’est ouvert dans le désert pour offrir à tous les hommes une boisson spirituelle. Celui qui obtient en partage une de ces richesses ne doit pas croire qu’il y a seulement, dans la parole de Dieu, ce qu’il y trouve. Il doit comprendre au contraire qu’il a été capable d’y découvrir une seule chose parmi bien d’autres. Enrichi par la parole, il ne doit pas croire que celle-ci est appauvrie ; incapable de l’épuiser, qu’il rende grâcepour sa richesse. Réjouis-toi parce que tu es rassasié mais ne t’attriste pas de ce qui te dépasse. Celui qui a soif se réjouit de boire, mais il ne s’attriste pas de ne pouvoir épuiser la source. Que la source apaise ta soif, sans que ta soif épuise la source. Si ta soif est étanchée sans que la source soit tarie, tu pourras y boire à nouveau, chaque fois que tu auras soif. Si au contraire, en te rassasiant, tu épuisais la source, ta victoire deviendrait ton malheur. Rends grâce pour ce que tu as reçu et ne regrette pas ce qui demeure inutilisé. Ce que tu as pris et emporté est ta part ; mais ce qui reste est aussi ton héritage. Ce que tu n’as pas pu recevoir aussitôt, à cause de ta faiblesse, tu le recevras une autre fois, si tu persévères. N’aie donc pas la mauvaise pensée de vouloir prendre d’un seul trait ce qui ne peut être pris en une seule fois ; et ne renonce pas, par négligence, à ce que tu es capable d’absorber peu à peu. » (Saint Ephrem)
Jésus a dit : « J’enseignerai en paraboles, et je proclamerai tout haut les secrets cachés depuis le commencement du monde. » (Matthieu, chapitre 13, 35)
Les 150 psaumes Les 150 trésors en voici quelques-uns…
« Si la Bible est comparable à une forêt, on peut dire que les psaumes en sont les fleurs. »
Psaume 1
« Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants (arcane 15 : le Diable), qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel (arcane 21 : le Monde), et qui la médite jour et nuit ! Il est comme un arbre planté (Arbre de vie – arcane 17 : l’Étoile)près d’un courant d’eau (arcane 17 : l’Étoile), qui donne son fruit en sa saison, et dont le feuillage ne se flétrit point : tout ce qu’il fait lui réussit. Il n’en est pas ainsi des méchants : ils sont comme la paille que le vent dissipe (arcane 16 mal aspectée : la Tour foudroyée, Babel). C’est pourquoi les méchants ne résistent pas au jour du jugement (arcanes 8 : la Justice et 20 : le Jugement), ni les pécheurs dans l’assemblée des justes ; car l’Éternel connaît la voie des justes, et la voie des pécheurs mène à la ruine (arcanes 15 et 16). » Ce premier psaume nous indique que la vie est un choix perpétuel entre ce que l’on peut appeler le bien et le mal, le yang et le yin. Je préfère le nommer la Sainte Dualité indispensable à l’existence. Choisir c’est grandir ; la décision détermine notre vie. « L’homme est un pendule oscillant de la brute à l’ange. » (Victor Hugo) La correspondance avec les lames (l’âmes) du tarot : l’Amoureux » : 6 et la Justice : 8. Le Bateleur (arcane 1), à sa naissance, a tous les dons offerts par Dieu : comment va-t-il s’en servir ? Il a le choix ! La Sainte Dualité dans le tarot : admirez les 2 initiés de la carte du Pape 5, le choix de l’Amoureux 6, le cavalier qui se doit de maîtriser les 2 chevaux du Chariot (7), les 2 plateaux de la balance de la Justice (8), les 2 énergies de la Roue de Fortune (10), les 2 arbres du Pendu (12), les 2 urnes de la Tempérance (14), les 2 enchaînés du Diable (15), les 2 bêtes de la Lune (18), les 2 enfants du Soleil (19), les 2 personnages hors du tombeau du Jugement (20). J’aime ce psaume 1 qui annonce toutes les étapes du tour du monde spirituel. Il nous avertit que, si nous faisons un mauvais choix, notre Karma Négatif nous rattrape et nous mord : carte du Mat (sans nombre ou 22). C’est le « mega culpa, mega culpa, mega maxima culpa ! » Matthieu 3 : 11-12 : Jean le Baptiste dit : « Celui qui vient derrière moi et qui est plus puissant que moi, tient en sa main la pelle à vanner et va nettoyer son aire ; il recueillera son blé dans le grenier ; quant à la paille, il la consumera au feu qui ne s’éteint pas. » Le Diable (15), se cache dans les détails. Alors, si nous avons renoncé à Satan, à ses œuvres et à ses séductions, demandons-nous si l’emploi de nos loisirs (sorties, spectacles, lectures, films, etc…) ne nous replace pas en son pouvoir. L’arcane 13 n’a pas de nom : elle représente la mort qui est transition vers une nouvelle incarnation. Le jour où nous accomplissons le « grand œuvre » avec le couronnement des contraires et le dépassement de la dualité nous devenons des arbres de vie (arcane du Monde (21) et nous avons le visa pour entrer dans l’une des 22 planètes, celle qui correspond à notre conscience épurée de son karma (arcane du Mat (22) ou sans nombre). La Sainte Bible contient le tarot et le Tarot contient la Saint Bible ! Du premier au dernier psaume, nous avons les150 étapes du pèlerinage de notre âme à travers les joies et les épreuves qui sont les preuves de notre évolution : les 150 marches de l’escalier, les 150 degrés de mutation, les 150 champs de conscience et les 150 chants de vie. Psaume 1 : l’Alpha et le choix. Psaume 150 : l’Oméga et la louange du Seigneur.
Psaume 150
« Alleluia ! Louez Dieu dans son sanctuaire ! Louez-le au firmament de sa puissance ! Louez-le pour ses hauts faits ! Louez-le selon l’immensité de sa grandeur ! Louez-le au son du cor ! Louez-le avec le luth et avec harpe ! Louez-le avec le tambourin et avec des danses ! Louez-le avec les instruments à cordes et les flûtes ! Louez-le avec les cymbales sonores ! Louez-le avec les cymbales triomphantes ! Que tout ce qui respire loue l’Éternel ! Louez l’Éternel ! Alleluia ! » Ce psaume 150 est l’accomplissement de la quête, le fruit du juste choix, la joie de louer la Sainte Trinité car on a compris que nous devons chérir chaque seconde puisque la vie est sacrée. LES PSAUMES 1 ET 2 sont la préface morale et messianique du Psautier. Le Ps1 oppose les deux voies qui s’ouvrent à l’homme. Le Ps 2 annonce les mauvais choix des hommes avec le karma en retour à payer et le drame messianique.
Psaume 2
« Pu u  eumu e armi les nations, Cespeuples qui murmurent en vain ? Pourquoi les rois de la terre se soulèvent-ils et les princes se liguent-ils avec eux contre l’Éternel et contre son Messie ? Brisons leurs liens, délivrons-nous de leurs chaînes ! Celui qui siège dans les cieux s’en amuse, le Seigneur se moque d’eux. Puis il leur parle dans sa colère, Il les épouvante dans sa fureur : « C’est moi qui ai sacré mon roi sur Sion, ma montagne sainte ! » Je publierai le décret de l’Éternel ; il m’a dit : « Tu es mon fils ! Je t’ai engendré aujourd’hui. Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, les extrémités de la terrepour domaine ; tu les briseras avec une verge de fer, tu les briseras comme le vase d’un potier. » Et maintenant, rois, conduisez-vous avec sagesse ! Juges de la terre, corrigez-vous ! Servez l’Éternel avec crainte, et réjouissez-vous avec tremblement. Baisez le fils, de peur qu’il ne s’irrite, et que vous ne périssiez dans votre voie, car sa colère est prompte à s’enflammer.Heureux tous ceux qui se confient en lui ! » Ce psaume2 prophétise les événements qui vont se produire des centaines d’années plus tard : révolte des juifs contre le Messie et persécution de Rome contre les chrétiens, avec le karma collectif négatif de certains peuples au cours de l’histoire.
Psaume 21
Que de fois, le psaume XXI a été chanté par les Hébreux avant la venue de Jésus ! ELI ELI LAMA SABACHTHANI : « MON DIEU, MON DIEU ? POURQUOI M’AS-TU ABANDONNÉ ? » Cette phrase est le commencement du psaume XXI (22 dans la bible hébraïque) qui prophétise la crucifixion du Messie. Sur la croix, Jésus prie la phrase du psaume pour que Caïphe, les pharisiens et les sadducéens comprennent qu’il est le Messie. C’est leur dernière chance ! « Mon Dieu ! Mon Dieu ! pourquoi m’as-tu abandonné, et t’éloignes-tu sans me secourir, sans écouter mes plaintes ? Mon Dieu ! je crie le jour, et tu ne réponds pas ; la nuit, et je n’ai point de repos. Pourtant tu es le Saint, tu sièges au milieu des louanges d’Israël. En toi se confiaient nos pères ; ils se confiaient, et tu les délivrais. Ils criaient à toi, et ils étaient sauvés ; ils se confiaient en toi, et ils n’étaient point confus. Et moi, je suis un ver et non un homme, l’opprobre des hommes et le méprisé du peuple. Tous ceux qui me voient se moquent de moi, ils ouvrent la bouche, secouent la tête : recommande-toi à l’Éternel ! l’Éternel le sauvera, il le délivrera, puisqu’il l’aime ! Oui, tu m’as fait sortir du sein maternel, tu m’as mis en sûreté sur lesmamelles de ma mère ; dès le sein maternel j’ai été sous ta garde, dès le ventre de ma mère tu as été mon Dieu. Ne t’éloigne pas de moi quand la détresse est proche, quand personne ne vient à mon secours ! De nombreux taureaux sont autour de moi, des taureaux de Basan m’environnent. Ils ouvrent contre moi leur gueule, semblables au lion qui déchire et rugit. Je suis comme de l’eau qui s’écoule, et tous mes os se séparent ; mon cœur est comme de la cire, il se fond dans mes entrailles. Ma force se dessèche comme l’argile, et ma langue s’attache à mon palais ; tu me réduis à la poussière de la mort. Car des chiens m’environnent, une bande de scélérats rôde autour de moi, ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent ; ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique. Et toi, Éternel, ne t’éloigne pas ! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours ! Protège mon âme contre le glaive, ma vie contre le pouvoir des chiens ! Sauve-moi de la gueule du lion, délivre-moi des cornes du buffle ! Je publierai ton nom parmi mes frères, je te célébrerai au milieu de l’assemblée. Vous qui craignez l’Éternel, louez-le ! Vous tous, postérité de Jacob, glorifiez-le ! Tremblez devant lui, vous tous, postérité d’Israël ! Car il n’a ni mépris ni dédain pour les peines du misérable, et il ne lui cache point sa face ; mais il l’écoute quand il crie à lui. Tu seras dans la grande assemblée l’objet de mes louanges ; j’accomplirai mes vœux en présence de ceux qui te craignent. Les malheureux mangeront et se rassasieront, ceux qui cherchent l’Éternelle célébreront. Que votre cœur vive à toujours ! Toutes les extrémités de la terre penseront à l’Éternel et se tourneront vers lui ; toutes les familles des nations se prosterneront devant ta face. Car à l’Éternel appartient le règne : Ildomine sur les nations. Tous les puissants de la terre mangeront et se prosterneront aussi ; devant lui s’inclineront tous ceux qui descendent dans la poussière, ceux qui ne peuvent conserver leur vie. La postérité le servira ; on parlera du Seigneur à la génération future. Quand elle viendra, elle annoncera sa justice, elle annoncera son œuvre au peuple nouveau-né. »
* * *
Comme le psaume 21, le sacrifice d’Isaac par Abraham prophétisait le sacrifice de Jésus sur le Golgotha.
Homélie d’Origène
 Abraham prit le bois pour le sacrifice et le chargea sur son fils Isaac ; il prit le feu et le couteau, et tous deux s’en allèrent ensemble. Isaac porte lui-même le bois de l’holocauste, parce qu’il est une figure du Christ qui porte lui-même sa croix, bien que porter le bois de l’holocauste soit l’office du prêtre. Mais le Christ est à la fois la victime et le prêtre. Ce qui suit : et tous deux s’en allèrent ensemble se rapporte au même mystère. En effet, tandis qu’Abraham, s’apprêtant à sacrifier, porte le feu et le couteau, Isaac ne marche pas derrière lui mais avec lui, montrant par là qu’il s’acquitte pareillement avec lui de la fonction sacerdotale. Quelle est la suite ? Isaac, dit l’Écriture, interrogea son père Abraham : « Mon Père » ! À ce moment, la voix du fils est celle de la tentation. Imaginez-vous à quel point cette voix du fils qui va être immolé bouleverse les entrailles paternelles ? Aussi, malgré la rigueur de sa foi, Abraham répond à son tour par une parole d’affection : « Eh bien, mon fils ? » Isaac reprit : « Voilà le feu et le bois, mais où est l’agneau pour l’holocauste ? » Abraham répondit : Dieu saura bien trouver l’agneau pour l’holocauste, mon fils ». Je suis frappé par cette réponse d’Abraham, à la fois exacte et prudente. Je ne sais ce qu’il voyait en esprit ; en effet, il ne s’agit pas du présent, mais de l’avenir, quand il dit : Dieu saura bien trouver l’agneau. À son fils qui l’interroge sur le présent, il répond en disant l’avenir. C’est que le Seigneur lui-même devait trouver l’agneau dans la personne de Jésus. Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. Mais l’Ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur l’enfant ! Ne lui fait aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu. » Rapprochons de cela les paroles de l’Apôtre, où il dit de Dieu : il n’a pas refusé son propre Fils, il l’a livré pour nous tous. Voyez avec quelle magnifique générosité Dieu rivalise avec les hommes : Abraham a offert à Dieu un fils mortel qui ne devait pas mourir. Dieu a livré à la mort pour tous les hommes un Fils immortel. Abraham leva les yeux et vit un bélier qui s’était pris les cornes dans un buisson. Nous avons dit plus haut qu’Isaac figurait le Christ ; néanmoins, ici, c’est le bélier qui semble figurer le Christ. Il est intéressant de savoir comment l’une et l’autre figure, Isaac qui n’est pas égorgé et le bélier qui est égorgé, conviennent également au Christ. Le Christ est le Verbe de Dieu. Mais le Verbe s’est fait chair. Donc le Christ souffre, mais c’est dans sa chair ; il subit la mort, mais c’est sa chair qui la subit, sa chair dont le bélier est ici la figure. Comme le disait Jean Baptiste : « Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui enlève les péchés du monde ! » Le Verbe, au contraire, c’est-à-dire le Christ selon l’Esprit, dont Isaac est l’image, est demeuré dans l’incorruptibilité. C’est pourquoi il est à la fois victime et grand prêtre. Car, selon l’esprit, il offre la victime à son Père et, selon la chair, lui-même est offert sur l’autel de la croix. » Abraham, Isaac et Jacob inaugurent l’histoire de l’Ancien Testament, de l’Ancienne Alliance. Le rôle qu’ils jouèrent dans l’économie du salut est tel que la majeure partie du livre de la Genèse leur est consacrée.
Psaume 23
« L’Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires ; tu oins d’huile ma tête, et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie, et j’habiterai dans la maison de l’Éternel jusqu’à la fin de mes jours. »
Interprétation
«Le Seigneur me gouverne, rien ne saurait me manquer car il m’a placé dans un lieu fertile. » Ce premier verset correspond au premier chakra racine, le lieu fertile, « le vert pâturage ». L’arcane du tarot est celle du Monde (21), la sainte vulve, la terre nourricière.
« Il m’a amené près d’une source d’eaux fortifiantes : mon âme se tourne vers lui. » Deuxième verset = deuxième chakra. Arcane 17 de l’Étoile.
« Il m’a conduit par les sentiers de la justice pour la gloire de son nom. » Troisième verset = troisième chakra. Arcanes 5 du Pape, 8 de la Justice et 9 de l’Hermite.
« Quand même je marcherais au milieu des ombres de la mort, je ne craindrais aucun mal ; parce que vous êtes avec moi. » Quatrième verset = quatrième chakra. Arcanes 18 de la lune, 13 de la Mort et 19 du Soleil.
« Les corrections de vos baguettes et de vôtre bâton ont été pour moi sujet de consolation. » Cinquième verset = cinquième chakra laryngé. Arcanes 12 du Pendu, 15 du Diable, 16 de la Tour foudroyée qui devra devenir la Maison Dieu, le Temple du Christ grâce aux épreuves.
« Vous avez préparé devant moi la table en face de ceux qui cherchent à me nuire. » Sixième verset = sixième chakra frontal. Arcanes 1 du Bateleur alchimiste devant sa table de travail et 15 du Diable : la bête doit devenir « belle » par la connaissance de soi grâce à l’ouverture du troisième Œil.
« Vous avez versé sur ma tête l’huile parfumée : que mon calice enivrant est beau ! » Septième verset = septième chakra coronal : le christien reçoit la couronne de gloire après avoir éprouvé la couronne d’épines. Retournement, conversion, transmutation des énergies non accomplies en énergies accomplies. Une des 7 paroles du Christ sur la croix : « Tout est accompli »… Arcane 17 de l’Étoile, c’est-à-dire du Saint Esprit qui verse ses 7 dons dans notre calice, notre aura, notre corps. Notre « golgotha » qui signifie « crâne » est christifié ! Alors, nous sommes en harmonie « corps, âme et esprit » avec le Saint Esprit et nous pouvons chanter : « Oui, votre miséricorde me suivra, à chaque jour de ma vie. Et j’habiterai la maison du Seigneur, toute la longueur des jours. » Arcanes 19 du Soleil : la qualité est devenue sainte et la fusion solaire illumine notre âme. Nous avons le visa d’entrée pour ascensionner vers une sainte planète : arcane 21 du Monde glorieux.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant