Lettre aux sept Eglises

De
Publié par

L'histoire apprise dans nos écoles, véhiculée par les divers récits écrits et oraux est également. Mais les opinions humaines ne sont essentiellement réalité que dans notre écosystème, car il n'est guère surprenant d'entendre dire que nous sommes les fruits d'une volonté créatrice. Voilà pourquoi, logiquement pensé, nous ne possédons aucune volonté et nos actes motivés par des préoccupations extérieures écrivent une histoire dont le sens nous est complètement étranger.

Publié le : mardi 1 janvier 2008
Lecture(s) : 133
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9999998588
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
INTRODUCTIONÊtre ordinaire, fils second dun couple Noir dAfrique occidentale, il est dune évidence certaine que mon enfance ne conserve rien dextraordinaire. Jai débuté mes études primaires un peu plus tôt que mes frères, mais cest parce que les concep-tions à ma naissance ont beaucoup évolué et que ma mère a toujours été persuasive quant à ce qui concerne le bonheur de ses enfants. Jétais un de ces élèves passables qui grandissent sans attirer lattention dautrui et mon père la longtemps déploré. Dans mon cursus scolaire, une chose était pourtant sûre : jétais un farceur, un clown dans
7
mes classes détude et je plaisantais de tout. À vrai dire, les coups de bâton en guise de punition me faisaient plus peur que les notes souvent désas-treuses que je récoltais. Néanmoins, jen suis resté toujours très fier, car cétait mon sentiment caché. Je men suis aperçu à ladolescence où jeus locca-sion de largumenter. Cependant, le souvenir dun échec scolaire resta gravé dans ma mémoire : léchec au probatoire. Je lai ressassé longtemps comme une insulte à mon ingéniosité (mon intelligence) et je métais fait la promesse den découvrir les causes logiques. Je ne crus guère à mon insuffisance de travail. Ainsi, toute lannée qui suivit, je me mis en quête de cette raison qui, une fois découverte, massomma comme un énorme gourdin et qui, pour la pre-mière fois, me rendit critique envers les uvres du créateur du monde. Parlons de mon appartenance religieuse. Comme mon père, je fus catholique jusqu'à mes dix-huit ans. Mais cela ne faisait pas obstacle à mon admiration pour les religions lointaines dAsie (bouddhisme, taoïsme, hindouisme...). Jai reçu mon baptême religieux à lâge de huit ans sans grand discernement de lenjeu politique et lannée
8
daprès, je fis ma première et unique confession religieuse de toute ma vie. Toutefois, il faut sou-ligner que les raisons ne mont en aucun temps manqué pour rompre avec cette religion qui ma longtemps couvert de ridicule. Seulement, je nétais pas trop rancunier et, sans doute, linsouciance du gosse que jétais y a joué beaucoup. Jai eu des rêves, jai des rêves, mais la pensée rationnelle a pris possession de mon existence dès mon ado-lescence et je suis plus apparu aux yeux de ma société comme un philosophe, quoique ma voca-tion na jamais été telle.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.