Lettre ouverte à l'Église du troisième millénaire

De
Publié par

Alors que le pape François rénove le fonctionnement de l'Église et réfléchit tout haut aux éventuelles réformes qui permettraient à la sagesse miséricordieuse de l'Évangile de faire irruption dans le coeur humain, le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine ajoute sa note.
De sa plume alerte, sans concession ni langue de bois, il fonce dans le tas de misères, mais non sans poésie, et souvent avec humour, rêvant d'une Église dégagée de tout esprit de système et harnachée à la bonté la plus infi nie.

À tous les déçus de l'Église, à ceux qui s'estiment rejetés par elle, mais aussi à ceux qui espèrent que l'arbre deux fois millénaire du Christ fleurisse encore et réjouisse les multitudes, cette lettre est adressée.






Publié le : jeudi 1 octobre 2015
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782221191262
Nombre de pages : 22
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
pagetitre

DU MÊME AUTEUR

DE L’AMOUR EN ÉCLATS, Ad Solem, 2003

DE SA PART, Ad Solem, 2005

À L’ÂGE DE LA LUMIÈRE, Ad Solem, 2006

LA PASSION DE L’AMOUR, Ad Solem, 2008

CETTE NUIT, L’ÉTERNITÉ, L’Œuvre, 2010

HOMME ET PRÊTRE, Ad Solem, 2011

MARIE, MON SECRET, Liamar, 2012,

CROIRE, Artège, 2012

AU DIABLE LA TIÉDEUR, Robert Laffont, 2012

LE PASSEUR DE DIEU, Robert Laffont, 2014

QUAND JE NE SERAI PLUS LÀ, Robert Laffont, 2015

CD-DVD, court-métrage et chansons

POUR L’AMOUR DE L’AMOUR, 2009

UNE IDÉE FOLLE, CORPS ET ÂME, 2011

Suivez toute l’actualité des Éditions Robert Laffont sur

www.laffont.fr

 

 

images

images

À tous ceux qui espèrent
que Dieu a plus d’un tour dans son sac

« C’est la bonté qui rend Dieu populaire. »

HENRI-DOMINIQUE LACORDAIRE

Chère Madame,

 

Par un coup de grâce ou du hasard intelligent – pardonnez ce pléonasme – j’eus le bonheur dès mon enfance, et je m’en juge sacrément chanceux, de faire votre connaissance. Ce sont mes parents qui m’ont présenté à vous. Il paraît d’ailleurs que ce jour-là, en vous penchant sur mon berceau, vous avez caressé mon front avec une délicatesse et une classe inouïes tout en prononçant des formules d’amour très antiques et pourtant fraîches comme une eau pure.

Sur les années qui suivirent, à travers l’un de vos enfants prêtres, je devais apprendre que vous aviez été créée de toutes pièces par le Fils de Dieu lui-même, et que malgré vos deux mille ans d’existence, malgré les tempêtes essuyées et les chocs reçus de tous côtés et par tous les temps, vous vous étiez maintenue dans le monde, plus ou moins discrète ou incisive selon les siècles, mais toujours pimpante bien que sans fard. Interloqué, je demandai à votre prêtre la raison de ce miracle, et il me répondit que l’Esprit de Dieu vous rajeunissait continuellement sous l’influence des papes, des saints et des saintes, mais aussi des braves gens fidèles aux idées du bon Jésus auquel tout ce beau monde avait cru et croyait encore dur comme fer. C’était donc à l’Esprit de Dieu que nous devions le maintien de l’Église et peut-être même sa survie. La leçon était reçue.

Par la suite, je devais apprendre sous les rebonds de l’expérience, et souvent à mes dépens, que cet Esprit divin, dont la nature était de prendre feu et de s’étendre, n’éprouvait qu’un seul désir, pour ne pas dire qu’une envie pressante, celle d’envahir de lumière et de force l’intelligence, la volonté, la mémoire et l’imagination de l’homme, mais aussi son corps, autant dire tout son être. Dès lors, croire en cette action intérieure, revenait à reconnaître qu’une idée qui surgissait en moi, qu’une intuition qui me poursuivait, qu’une action qu’il me semblait devoir accomplir, pouvaient être l’expression de la volonté de Dieu, celle-ci ne descendant plus d’en haut pour contrecarrer mon propre désir dont j’étais porté à me méfier, mais passant désormais par lui, pour se révéler. Cette vérité qui touche au gouvernement divin des âmes, je la reçus en plein cœur juste avant que le sacerdoce me fut accordé. Cependant, je la gardais dans l’intelligence ou plus précisément dans la raison sans qu’elle ne parvînt à irriguer mes jugements sur les êtres et sur les choses. Nouveau prêtre, pris dans les mailles d’une obéissance à la lettre plus qu’à l’esprit de la Loi, j’avançais en légionnaire, et je croyais bien vous servir, certes, sourire aux lèvres, mais arme au poing, décidé à convertir la terre, qu’elle le veuille ou non. En vérité, cet élan primordial qui appartient à mon tempérament aussi passionné que combatif m’habite encore, mais avec l’âge et surtout grâce aux secousses infligées par l’Esprit de Dieu à mon prunier, j’ai fini par comprendre – oh ! mon Dieu merci – que chaque homme naissait au monde avec ses gènes, ses grâces propres et ses limites sales, que chacun sortait à l’endroit ou à l’envers d’un ventre toujours particulier et pas toujours à la page, violet ou rose poupon selon son cordon, muni en tout cas de traits uniques et inexpugnables, beau, laid, tordu, droit, et que, par conséquent, chacun méritait un traitement personnel et adapté.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les Chirac

de robert-laffont

suivant