Lexique sympathique de l'Église

De
Publié par

L’Église, c’est vous, c’est nous, c’est moi. Alors, voici ce livre. Ce n’est
pas un ouvrage savant. Il est bâti autour de 77 mots qui ont retenu
l’attention de l’auteure qui a eu envie de les redéfinir à sa façon.
Joëlle CHABERT, riche de sa longue expérience de journaliste,
d’essayiste
et de pédagogue, fait se croiser la Tradition et les interrogations
de nos contemporains pour livrer une vision large et éclairante
de ce qu’est l’Église. Ce n’est pas un livre à lire forcément dans l’ordre,
de la première page à la dernière, du premier chapitre au dernier.
On peut y flâner, consulter un mot qu’on aime ou celui qui paraît
repoussant, un mot inattendu dont on se demande ce qu’il fait là, un
mot inconnu ou un autre dont on connaît le sens par coeur. Allez et
venez. Jetez un oeil en passant, un autre en repassant. Baladez-vous
dans l’Église. Un itinéraire de découvertes et de sens vous y attend.
Publié le : mardi 11 novembre 2014
Lecture(s) : 9
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896880997
Nombre de pages : 295
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Enfn un ouvrage
pour mieux
comprendre
l’Église !

Lexique Joëlle Chabert
de
l’Église
LexiqueLa collection « Les lexiques sympathiques » propose une première approche de
l’expérience croyante. Il ne s’agit ni d’un dictionnaire encyclopédique ni d’un
répertoire exhaustif, mais d’une façon originale d’apprivoiser un sujet. Chaque livre
s’inspire librement du parcours de son auteur dans un langage à la portée de tous.
L’Église, c’est vous, c’est nous, c’est moi. Alors, voici ce livre. Ce n’est
pas un ouvrage savant. Il est bâti autour de 77 mots qui ont retenu
l’attention de l’auteure qui a eu envie de les redéfinir à sa façon.
Joëlle CHABERT, riche de sa longue expérience de journaliste, de d’essayiste et de pédagogue, fait se croiser la Tradition et les
interrogations de nos contemporains pour livrer une vision large et éclairante
de ce qu’est l’Église. Ce n’est pas un livre à lire forcément dans l’ordre,
de la première page à la dernière, du premier chapitre au dernier.
On peut y fâner, consulter un mot qu’on aime ou celui qui paraît
repoussant, un mot inattendu dont on se demande ce qu’il fait là, un
mot inconnu ou un autre dont on connaît le sens par cœur. Allez et
venez. Jetez un œil en passant, un autre en repassant. Baladez-vous l’Églisedans l’Église. Un itinéraire de découvertes et de sens vous y attend.
Joëlle CHABERT-CHOISNARD, journaliste, a été rédactrice en chef de trois magazines
et dirige actuellement l’agence Atouts presse senior. Chez Novalis, elle a écrit La foi
des chrétiens expliquée à tous (2007).
Lexique_eglise_C1-C4.indd 1 14-10-01 9:32 AM
29,95 $ / 24 €
Lexique de l’ Joëlle Chabert
ÉGLISELexique_eglise.indb 4 14-09-29 1:57 PMLexique
de
l’Église
Lexique_eglise.indb 1 14-09-29 1:57 PMCatalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec
et Bibliothèque et Archives Canada
Chabert, Joëlle,
1946Lexique sympathique de l’Église
(Collection « Les Lexiques sympathiques »)
ISBN 978-2-89688-006-5
1. Église. I. Titre. II. Collection : Collection « Les Lexiques sympathiques ».
BV600.3.C42 2014 262 C2014-940888-9
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014
Bibliothèque et Archives Canada, 2014
Direction éditoriale : Yvon Métras
Photos et illustrations : © Shutterstock, p. 11 : Nancy Bauer, p. 16 : A. Kate, p. 251 : Martchan.
Mise en pages et couverture : Interscript
La traduction des textes bibliques est celle de l’auteure.
© Les Éditions Novalis inc. 2014
Nous reconnaissons l’aide fnancière du gouvernement du Canada par l’entremise du
Fonds du livre du Canada (FLC) pour des activités de développement de notre entreprise.
Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la SODEC. Gouvernement du Québec –
Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
4475, rue Frontenac, Montréal (Québec) Canada H2H 2S2
C.P. 11050, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 4Y6
Téléphone : 514 278-3025 ou 1 800 668-2547
sac@novalis.ca novalis.ca
Imprimé au Canada
Diffusion pour la France et l’Europe francophone :
Les Éditions du Cerf
editionsducerf.fr
24, rue des Tanneries
75013 Paris
978-2-89688-099-7
Lexique_eglise.indb 2 14-09-29 1:57 PM
•Joëlle Chabert
Lexique
de
l’Église
Lexique_eglise.indb 3 14-09-29 1:57 PMLexique_eglise.indb 4 14-09-29 1:57 PMJuste avant de se lancer…
Écrire un livre sur l’Église, quel aplomb ! Il y en a des bibliothèques
entières et par des auteurs bien plus qualifés que moi.
Au bord du refus, j’ai réféchi une dernière fois. L’Église, c’est
vous, c’est nous, c’est moi. Alors, voici ce livre. Ce n’est pas un
ouvrage savant d’ecclésiologie, comme on dit chez les spécialistes.
Il est bâti autour de 77 mots qui ont retenu mon attention, que j’ai
eu envie de redéfnir. C’est un livre d’opinion. J’y donne mon avis.
Personne n’est obligé d’être d’accord avec moi sur tout, et je prie les
éventuels mécontents de m’excuser… ou de m’écrire afn que nous
échangions nos idées. Ce n’est pas un livre à lire forcément dans
l’ordre, de la première page à la dernière, du premier chapitre au
dernier. On peut y fâner, aller consulter un mot qu’on aime ou celui
qui paraît repoussant, un mot inattendu dont on se demande ce qu’il
fait là, un mot inconnu ou un autre dont on connaît le sens par cœur.
L’ordre alphabétique n’est pas toujours respecté parce qu’il m’a paru
amusant de rapprocher certains mots. Baguenaudez. Allez et venez.
Jetez un œil en passant, un autre en repassant. Baladez-vous dans
l’Église. Belle promenade.
Lexique_eglise.indb 5 14-09-29 1:57 PMvi LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
Petits Chinois à vendre
Discussion entre le petit Michel et sa mère à propos des missions en
Chine des religieuses de l’école où l’enfant est élève. Michel a besoin
d’un dollar (dix fois dix cents) pour terminer sa carte d’« achats d’âmes
de petits Chinois ».
Michel : Les sœurs ont des missions en Chine ! Y nous ont montré
un flm !
Nana, sa mère : Ben oui, je sais que c’est vrai… Moi aussi, j’en ai
vu des flms quand j’étais petite. Mais veux-tu bien me dire que c’est
qui vont faire là pour l’amour du Bon Dieu ?… Pourquoi y les laissent
pas tranquilles, les pauvres petits Chinois ? Y en ont déjà une religion,
c’est assez !
Michel : C’est pas la bonne ! C’est pas des catholiques ! Pis faut
qu’y deviennent des catholiques sinon y vont aller en enfer !
Nana : J’te dis que ça va en faire du monde, en enfer, ça ! Sont
600 millions, Michel, y ont pas besoin de nous autres !…
Lexique_eglise.indb 6 14-09-29 1:57 PM JUSTE A A T DE SE LAnc Er… vii
Michel : Moman…
Nana : D’abord, le monde ça s’achète pas !
Michel : C’est leur âme qu’on achète…
Nana : Les âmes encore moins ! Les bonnes sœurs mériteraient
qu’y se vengent pis qu’y viennent acheter des petits Canadiens
franç ais, un bon jour ! Les vois-tu débarquer ici, les prêtres chinois
pour essayer de venir nous convertir ?… Te vois-tu pogné pour croire
en Bouddha ?
Michel : Mais c’est nous autres qui a raison !
Nana : Ben les petits Chinois que t’achètent, eux autres aussi y
se font dire par leurs prêtres pis leurs bonnes sœurs, si y en ont, que
c’est eux autres qui ont raison !
Michel : Oui mais sont pas catholiques, y ont pas la vraie foi !
Nana : Y a peut-être un petit Chinois qui est en train d’avoir la
même conversation que nous autres avec sa mère, Michel, au-dessus
d’un bol de soupe won ton… Pis sa mère y répond la même chose…
1c’est quoi la vraie foi ?
1.
Extrait de : Michel Tremblay, Bonbons
assortis, Montréal/Paris, Boréal/Actes
Sud, 2002, p. 173.
Lexique_eglise.indb 7 14-09-29 1:57 PM
nvLexique_eglise.indb 8 14-09-29 1:57 PMLexique_eglise.indb 1 14-09-29 1:57 PMLes gros mots Toute une histoire
➤ Christ
➤ Dieu
➤ Esprit de Dieu
➤ Trinité
➤ église
➤ Église
➤ Églises
➤ Église catholique
Lexique_eglise.indb 2 14-09-29 1:57 PMToute une géographie,
Toute une espérance
tout un monde 1
Ce ne sont pas des mots grossiers. Ce ne sont pas les mots les plus
infuents comme on dirait d’une grosse affaire. Ces mots sont gros
parce qu’ils portent en germe les autres. Ils sont gros de ce qui suit.
Lexique_eglise.indb 3 14-09-29 1:57 PM4 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
Christ
À l’origine du christianisme, il y a Jésus de Nazareth, que les
chrétiens appellent « Christ ». Né au tournant de notre ère, habitant d’un
petit village de Galilée, il est sujet d’Antipas, un vassal de l’empereur
romain Tibère. Il grandit au sein de son clan (sa famille élargie),
des Juifs conscients d’appartenir à un peuple chéri par Dieu, qui
pratiquent leur foi à la maison et dans les réunions, lors du sabbat
et des fêtes religieuses. Jésus est artisan, comme Joseph, le père
de famille. Il parle l’araméen avec un accent qui trahit son origine
provinciale. Dans les années 28-29, il est séduit par un prophète
appelé Jean le Baptiseur, Jean-Baptiste, car il pratique, dans les eaux
du feuve Jourdain, un baptême, un rite de conversion et de pardon
pour renouer avec Dieu. Jésus est baptisé par Jean, et c’est là un
tournant dans sa vie. Il quitte sa famille et devient un genre de
prophète itinérant entouré de collaborateurs, d’amis et d’amies
pendant environ trois ans. Son anticonformisme gêne et menace les
autorités religieuses et les détenteurs du pouvoir. À l’occasion de
sa venue à Jérusalem pour la fête de la Pâque, il est arrêté. Sur une
accusation lancée par les autorités juives, le gouverneur
représentant de Rome, Ponce Pilate, le condamne à être crucifé. Ses
collaborateurs fuient. Il est exécuté dans les faubourgs de Jérusalem,
sur la butte du Golgotha, puis son corps est placé dans un sépulcre.
Voilà ce que disent de Jésus les
1. 1c hercheurs et les historiens .
Les historiens sont les auteurs païens
latins : Pline le jeune, Tacite, Suétone,
Pour les chrétiens, l’histoire
Celse, l’historien juif Flavius Josèphe et
les rédacteurs du Talmud (commentaire ne s’arrête pas là. Peu de temps
ede la Bible mis par écrit entre le II et après, les disciples de Jésus, qui
ele VIII siècle).
avaient fui en Galilée, quittent leur
Lexique_eglise.indb 4 14-09-29 1:57 PM LES G OS MOTS 5
refuge, retournent à Jérusalem,
se réunissent et proclament à
qui veut l’entendre que le
crucifé, mort et enseveli,
est vivant : « Dieu a relevé
Jésus d’entre les morts. »
Une histoire de fous !
D’autant que, selon les
évangiles, cette affrmation
a d’abord reposé sur la parole
de femmes constatant le vide d’un
t ombeau, ces « frivoles cancanières et déraisonnables, en toutes
choses inférieures à l’homme ». Ce n’est pas moi qui le dis, mais un
auteur contemporain de Jésus, Philon d’Alexandrie, l’historien
Flavius Josèphe, et la Torah (l’enseignement des cinq premiers livres
de la Bible) réunis !
Pourquoi appeler Jésus : Christ ?
Ce mot d’origine grecque est la traduction du mot hébreu
emachiah qui signife « oint ». Jusqu’au XI siècle avant Jésus-Christ,
le peuple juif n’acceptait comme roi que Dieu lui-même. Mais, lorsque
la nation s’est organisée, beaucoup ont réclamé un roi, comme les
peuples voisins. Un compromis a été trouvé : le peuple aurait un
roi « oint », signe que Dieu le choisissait. Un homme r especté versait
de l’huile sur la tête du roi en lui rappelant qu’en pénétrant dans
sa peau, elle était le signe que l’esprit de Dieu pénétrait en lui pour
conduire son peuple vers le bonheur. À l’époque de Jésus, beaucoup
attendaient un messie qui rétablirait le royaume temporel d ’Israël.
D’autres ont vu en Jésus le Messie divin capable de faire régner la
Lexique_eglise.indb 5 14-09-29 1:57 PM
r6 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
fraternité et la justice sur la terre entière qui, de ce fait, reconnaîtrait
2Dieu. Les chrétiens sont les descendants des juifs qui ont reconnu
en Jésus le Messie, le Christ, et ont suivi son chemin. Voilà pourquoi
j’ai choisi ce mot pour ouvrir ce livre.
Dieu
Voilà une syllabe qui soulève soupirs et sourires et fait lever les yeux
au ciel !
Quand j’étais enfant, les grands m’ont proposé deux images
pour me dire qui est Dieu. La première montrait un vieillard barbu,
un genre de père Noël vêtu de blanc. Il était plutôt sympathique
dans ses nuages, sauf lorsqu’il ouvrait son grand cahier où étaient
notées toutes mes bêtises, une page bien remplie face à celle,
presque vide, où s’inscrivaient mes bonnes actions. La deuxième
image était un triangle dont chaque côté portait un nom : Père, Fils,
Saint-Esprit. Moi qui détestais les mathématiques et la géométrie,
je me disais que si, pour connaître Dieu, il fallait savoir ce qu’est
un triangle isocèle, c’était fchu ! C’est peut-être ce qui m’a incitée à
lire la Bible…
Le mot « dieu », du latin deus, vient d’une racine indo-européenne
signifant « briller », qui désignait le ciel lumineux considéré comme
une divinité. La plus ancienne dénomination de la divinité est
donc liée à la lumière du jour, signe d’une dimension spirituelle
des humains. On retrouve ce sens
2. dans le mot « diurne ». C’est aussi
Ils ont été appelés ainsi pour la première l’origine du nom de Zeus, le dieu
fois à Antioche vers l’an 44.
suprême des Grecs de l’Antiquité.
Lexique_eglise.indb 6 14-09-29 1:57 PM LES G OS MOTS 7
Les dieux ont d’abord servi à combler les ignorances : on
appelait « dieu » ce qu’on ne savait pas expliquer ou ce qu’on craignait : la
foudre, le soleil, les sources, la beauté, le cycle des saisons. Peu à
peu, l’observation et la raison ont fait gagner du terrain à la
connaissance aux dépens des dieux. Certains pensent ce mouvement
irréversible. L’image de « l’horloger », qu’évoquait Voltaire, ou celle
de Dieu « grand architecte de l’Univers » ne tient plus si la matière et
les astres sont nés du hasard. Avec les découvertes
contemporaines, les dieux et Dieu ne sont plus au-dessus de tout soupçon.
Dieu peut être une invention des faibles pour se consoler, le fruit
d’une nostalgie enfantine de n’avoir pas de père tout-puissant, et la
religion, un opium des peuples.
Des êtres humains de tous bords et de tout temps ont cherché
à connaître Dieu. Personne ne peut prouver qu’il existe ou qu’il
n’existe pas. Mais prendre au sérieux les objections des incroyants
oblige les croyants à être lucides et critiques, à reconnaître la part
trouble de toute croyance. Leurs contestations permettent de ne
pas gober n’importe quoi !
Beaucoup de gens dans le monde croient en Dieu. Ils ont des
religions différentes, et chacune propose un chemin pour relier ce
qui se voit et ce qui reste mystérieux.
Les juifs, les chrétiens et les musulmans croient en un seul
3Dieu qui se fait connaître, se révèle. Au départ de l’histoire de ces
croyants, il y a un « pas de Dieu ».
Pour exprimer cela, les Anciens 3.
Allah n’est pas le nom propre ont utilisé leur expérience de
de Dieu dans l’islam. Allah est le mot l ’alliance entre deux peuples ou
arabe qui signife « Dieu ».
entre deux personnes, ce pacte
Lexique_eglise.indb 7 14-09-29 1:57 PM
r8 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
scellé dans le sang qui rendait les deux contractants du même sang
et créait une relation d’intimité et de confance.
Les chrétiens croient que Dieu s’est révélé de façon excep
tionnelle et décisive en Jésus. Jésus a une expérience de Dieu intense,
il vit dans l’esprit de Dieu. Il se découvre « Fils bien-aimé ». Il
ressemble à Dieu comme un fls à son père. Il a une façon d’être et d’agir
qui s’identife à celle de ce père. Je suis chrétienne ; comme tous les
chrétiens, je crois donc que Dieu existe, qu’il est comme Jésus l’a dit
et qu’il invite toute l’humanité à faire sa connaissance, mais je crois
aussi que chacun est libre de faire son choix.
Esprit de Dieu (Saint-Esprit)
« Je crois en l’Esprit Saint. » C’est une affrmation du Symbole des
apôtres, appelé souvent, Je crois en Dieu, que les chrétiens de toutes
les Églises récitent lors des baptêmes et des
assemblées du dimanche.
Alors, qui c’est celui-là ? Une
colombe ou quelque autre oiseau
comme le représentent de
nombreux tableaux ? Une langue
de feu, comme dans d’autres ?
C’est assurément le méconnu du
trio, de la Trinité.
Le mot hébreu qui le
désignait à l’origine est ruah, qui signife
« atmosphère », l’atmosphère dont tout
Lexique_eglise.indb 8 14-09-29 1:57 PM LES G OS MOTS 9
ce qui vit a besoin pour respirer, l’atmosphère dont on a besoin pour
vivre. Ruah a été traduit en grec par pneuma : air, énergie vitale,
en latin par spiritus et en français par « esprit ».
Selon la Bible, cette atmosphère appartient à Dieu. L’Esprit
est le souffe de Dieu. La Bible s’ouvre sur cette phrase : « Lorsque
Dieu commence la création du ciel et de la terre, la terre est déserte
et vide, tohu-bohu, tout est ténèbres, obscurité profonde et le souffe
de Dieu tournoie à la surface des eaux. » Une autre traduction
dit : « l’esprit de Dieu plane sur les eaux » (Genèse 1, 2).
Le souffe de Dieu est une formidable puissance de création, une
force qui fait vivre humains et animaux qui la respirent. Dieu donne
du souffle. Ne dit-on pas d’un mourant qu’il « rend son dernier
souffe » ou qu’il « rend l’esprit » ?
L’Ancien Testament raconte plus loin que Dieu revêt de cette
atmosphère ceux qu’il désigne pour conduire son peuple et le sauver.
C’est le cas, par exemple, de Moïse, puis des soixante-dix Anciens
avec lesquels il partage cette charge. Le souffe devient une force de
libération qui ouvre un passage dans les eaux de la mer Rouge,
amène une nourriture inespérée au désert, pénètre les rois d’Israël
pour les rendre capables de bâtir le bonheur de leur peuple, inspire
les prophètes. C’est que Dieu a un sacré souffe !
Tous ces exemples pour dire que les chrétiens n’ont pas inventé
l’Esprit Saint.
Dans l’Évangile selon Jean, lors de son dernier entretien avec ses
apôtres avant sa mort, Jésus promet : « Je prierai le Père : il vous
donnera un autre intercesseur qui restera avec vous pour toujours.
Lexique_eglise.indb 9 14-09-29 1:57 PM
r10 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
C’est lui l’Esprit de vérité » (14, 16). Dans ce passage, l’Esprit est une
personne, un interprète des faits, des gestes et des paroles de Jésus,
qui permet aux disciples d’accéder à la vérité tout entière.
Et, pour les chrétiens, la grande entrée en scène de l’Esprit, c’est
la Pentecôte, cinquante jours après la résurrection de Jésus, le jour
où un bruit, comme le souffe d’un violent coup de vent, envahit la
maison où se tenait la communauté, à Jérusalem. Ce jour-là, les tout
premiers chrétiens, propulsés par le souffle de Dieu, des gens
gonfés à bloc, deviennent capables d’engendrer la foi chez d’autres.
Depuis, les chrétiens sont sûrs que toute leur vie de foi est sous
l’infuence de l’Esprit.
Trinité
Ne cherchez pas le mot dans le Nouveau Testament, il n’y est pas.
Qui dit « tri » dit « trois ». Un seul Dieu en trois personnes, Père,
Fils et Esprit, voilà ce qu’on appelle la Trinité. Fin de la défnition !
Pourtant, 1 = 3 est au moins une erreur de calcul si ce n’est un
problème insoluble. Mais, comme ni les mathématiques ni la science
ne peuvent tout expliquer, notre intelligence ne peut tout saisir.
Certaines subtilités sont au-delà de notre raison, et la raison n’épuise
pas le réel. Chacun sait bien qu’il se passe des choses qui n’ont
aucune raison d’être.
Tout de même, comment un seul être peut-il être trois ?
Le dogme de la Trinité, à l’origine de l’accusation faite aux
chrétiens d’être polythéistes, c’est-à-dire adorateurs de plusieurs dieux,
est né de l’expérience des premiers chrétiens. La grande majorité
Lexique_eglise.indb 10 14-09-29 1:57 PM LES G OS MOTS 11
était des juifs qui croyaient en Dieu Père. Ils ont été témoins de
la vie de Jésus, un homme comme eux, mais intime avec Dieu,
le tutoyant, l’appelant papa (abba), si intime qu’il en révèle les secrets,
qu’il en fait ressentir concrètement l’amour. Ils le voient mourir et le
retrouvent vivant, preuve pour eux que Dieu le Père est bien à son
côté et qu’il confrme son message. Puis, à la Pentecôte, ils sont
habités par son Esprit, cet Esprit que Jésus avait promis de leur envoyer :
4Le Père vous donnera un autre paraclet qui restera avec «
vous pour toujours. […] Le paraclet, l’Esprit Saint que le Père
enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous
fera ressouvenir de tout ce que je vous ai dit » (Jean 14, 26). »
Et la bande de disciples trouillards, qui n’osait plus sortir de
peur de subir le même sort que leur maître, se met à crier sur les
toits que ce Jésus crucifé, Dieu l’a ressuscité,
qu’il l’a fait Seigneur et Christ (Actes des
apôtres 2, 1- 41).
Voilà comment les chrétiens se sont
trouvés devant trois visages de Dieu. Le
christianisme n’est pas une philosophie bien
construite. C’est d’abord un témoignage.
Les théologiens des premiers siècles
se sont battus pour ne pas glisser dans une
simplifcation, qui aurait pourtant facilité
4.
Aide, interprète qui traduit et garde
en mémoire.
Lexique_eglise.indb 11 14-09-29 1:57 PM
r12 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
leur tâche. Ils se sont affrontés à ce qui semble une
contradiction : un seul Dieu et trois façons d’être. Si Dieu est un, le Fils et
l’Esprit ne peuvent être que des sous-ffres… À force de débats
laborieux et coriaces, une réfexion s’est élaborée.
Théophile, évêque d’Antioche, a été le premier à utiliser le mot
« Trinité », vers 180. Et c’est le deuxième concile œcuménique de
Constantinople qui a proclamé le dogme de la Trinité, en 381.
Les chrétiens ne pouvaient pas renoncer au monothéisme de la
Bible. Mais ils ne pouvaient pas imaginer Dieu vivant et se
complaisant dans la solitude. D’ailleurs, les humains n’auraient rien à faire
d’un dieu qui s’isolerait dans son monde. Le Dieu de Jésus est
chaleureux, si débordant de vitalité que la vie déborde de lui. Dieu
engendre la vie, il fait naître, il est père (la Bible dit aussi mère).
Or, un homme ne devient père que lorsqu’il lui naît un enfant.
La  naissance du premier enfant est la naissance du père. Père et
fls, en ce sens, sont contemporains. Mais un père, d’autant qu’il est
dit tout-puissant, serait un risque d’infantilisation pour ses adeptes.
La relation serait malsaine et le mieux serait de s’en méfer. Dieu
ne se sufft pas à lui-même. Il est Fils, il sait
ce qu’est recevoir la vie de quelqu’un
d’autre. Dans cette relation, Dieu Père
donne à son Fils tout ce qu’il a et tout
ce qu’il est. Dieu Fils reçoit de son
Père tout ce qu’il a et tout ce qu’il
est. Mais rester deux en amour,
c’est risquer de se croire tout l’un
pour l’autre. Quand on en arrive à
un amour exclusif, à ne plus faire qu’un,
Lexique_eglise.indb 12 14-09-29 1:57 PM LES G OS MOTS 13
à oublier que chacun est différent de l’autre, ce qu’on aime, c’est soi
déguisé en l’autre. On s’enferme et l’amour tourne au vinaigre.
En Dieu, l’amour ne peut être ni confusion entre deux êtres
ni repliement sur eux-mêmes. Entre le Père et le Fils s’insinue un
courant d’air. L’Esprit, le troisième « je » de Dieu, ouvre la porte,
donne du souffe, un souffe qui met debout, relève, inspire le désir
de toujours plus de vie.
Si les chrétiens parlent de la Trinité, ce n’est pas qu’ils connaissent
les secrets de la vie de Dieu. C’est qu’ils espèrent ressembler à
Dieu comme des enfants à leur père.
Dire « Je crois en Dieu le Père, le Fils, l’Esprit », c’est dire : je crois
que vivre n’est ni refuser de dépendre des autres ni se complaire en
soi-même. Je crois qu’aimer n’est pas confondre ceux que j’aime
avec moi et nier nos différences. Je crois que je ne suis vraiment
moi-même que si j’agis pour que les autres puissent l’être aussi.
Je crois qu’en vivant ainsi, je deviens de plus en plus humain.
Je crois qu’en devenant de plus en plus humain, je ressemble à Dieu.
Je crois que pour en arriver là, mieux vaut s’inspirer de la vie de
Jésus qu’obéir à une loi, à des dogmes, à une institution.
église
Louise, cinq ans : « C’est une grande maison avec des belles fenêtres et
un clocher. »
Émile, six ans : « On y chante des chansons et on y parle de Jésus,
mais on ne le rencontre qu’en statue, presque toujours pendu sur une croix. »
Lexique_eglise.indb 13 14-09-29 1:57 PM
r14 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
Aurélien, sept ans : « J’y suis allé pour le mariage de ma tante. Il y a des
bougies, un monsieur en robe qui parle beaucoup et, à un moment,
des enfants partent dans le couloir et reviennent avec plein de gens derrière
eux qui font la queue pour avoir du pain tout plat. »
Laure, six ans : « J’aime pas y aller parce qu’il y a un monsieur qui
parle longtemps et que, nous, on ne doit pas parler ou alors tout doucement ;
et il y a des tableaux qui font peur avec des diables. »
Les enfants savent ce que sont des églises, car elles abondent
dans nos villes et nos campagnes. Et il n’est pas rare que ceux, à qui
on dit maladroitement : « L’église est la maison de Jésus », s’étonnent
que Jésus soit si riche, propriétaire de toutes ces maisons.
L’église est la maison des chrétiens. C’est l’endroit où les
chrétiens lisent ensemble la Bible et partagent du pain et du vin,
signe que c’est Jésus Christ qui les unit.
Quant à moi, flle d’une France qui regorge d’églises anciennes
ou contemporaines, d’abbatiales, de superbes cathédrales et de
merveilles romanes, l’église que je chéris est… en Syrie. Dans les
années 33-34, une violente persécution éclata contre l’Église de
5Jérusalem. Des chrétiens se réfugièrent à Damas et y essaimèrent.
« Mon » église se trouve à
Maaloula, un village moitié musul-5.
Leur présence est attestée dans le livre man, moitié chrétien, accroché
des Actes des apôtres lorsque Paul,
aux flancs des monts de l’Anti-
vers l’an 35, fait le voyage de
Jérusalem à Damas pour éliminer Liban, à 56 km de Damas. C’est la
cette communauté et, sur le chemin, chapelle du couvent Saint-Serge,
est « retourné » par le Christ.
bâti au sommet du rocher qui
Lexique_eglise.indb 14 14-09-29 1:57 PM LES G OS MOTS 15
domine le village. Construite entre 313 et 325, elle est unique au
6monde . Depuis 1 700 ans, des chrétiens s’y retrouvent autour d’un
autel identique à ceux utilisés dans les cultes païens, une large pierre
dont le pourtour est creusé d’une rigole destinée à recueillir le sang
des animaux sacrifés. Cet autel a bien la rigole, mais pas de trou pour
l’évacuation, car le culte chrétien n’est pas un sacrifce sanglant.
Une église, joyau de l’histoire de l’Église !
Y entendre des chrétiens syriens dire le Notre Père en araméen,
la langue de Jésus, fait bondir le cœur et humecte les yeux.
Puisse la guerre en Syrie cesser et les Syriens de Maaloula
c ontinuer à être fers de la chapelle Saint-Serge.
Église
Aie ! Voilà où ça risque de faire mal tant on entend souvent : « Jésus
Christ, oui ; l’Église, non ! » Le visage de l’Église constitue pour
beaucoup un obstacle. Pas pour moi… sauf les jours où j’ai bien mal
à mon Église !
Le mot « Église » vient du grec ekklesia dont la racine klesis
s ignife « appel ».
Dans le monde grec de l’Antiquité,
l’ekklesia était l’assemblée des citoyens 6.
Mais la plus ancienne église convoquée sur appel pour prendre une
connue est la maison des
décision politique. On en trouve un
chrétiens de Doura Europos,
exemple dans le livre des Actes des une ville en ruines sur l’Euphrate,
en Syrie aussi. Elle est datée apôtres (19, 23-41). On y raconte que
de l’an 250.
les artisans d’Éphèse fabriquent des
Lexique_eglise.indb 15 14-09-29 1:57 PM
r16 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
minitemples d’Artémis qu’ils vendent aux pèlerins. Paul, prêchant
le christianisme, leur casse la baraque et soulève une émeute.
L’ekklesia tente de régler la situation.
L’Église des chrétiens est une assemblée convoquée réunie
par Dieu, le peuple de ceux qui croient que Jésus est « Seigneur », un
titre qu’ils n’attribuent qu’à Dieu.
À l’origine de l’Église, il y a les douze apôtres formés pendant
environ trois ans par Jésus. Parmi eux, on retrouve Simon qui a
proclamé sa foi en lui, à qui Jésus, en jouant sur les mots, donne le
nom de Pierre afin de faire de lui la pierre de base, une pierre
vivante de l’édifce qu’il voulait construire. Après sa résurrection,
il restaure cette communauté brisée par sa mort et envoie les apôtres
en mission. Selon Bernard Sesbouë, un théologien jésuite, c’est le
temps de la « conception », de la « grossesse » de l’Église.
Lexique_eglise.indb 16 14-09-29 1:57 PM LES G OS MOTS 17
L’acte de naissance, la mise au monde a lieu un jour de
Pentecôte, vers l’année 30, à Jérusalem. Les douze apôtres sont
réunis, Matthias ayant remplacé Judas. Après les chocs de la mort
de Jésus, de son réveil de la mort puis de son départ défnitif, ils
trouvent un nouveau souffe, ils sont pénétrés de l’esprit de Jésus.
Pierre sort de la communauté des disciples enfermée sur
ellemême. Il s’adresse à la foule venue pour la fête : « Jésus le Nazaréen,
cet homme que vous avez supprimé en le faisant crucifer, Dieu l’a
relevé d’entre les morts. Nous en sommes témoins. Dieu l’a fait
Seigneur et Christ. » Ce jour-là, ceux qui accueillent sa parole
reçoivent le baptême et environ trois mille personnes se joignent
à eux (Actes des apôtres 2, 37-41).
Comme Jésus, les premiers membres de l’Église sont des Juifs
de Palestine. On les appelle les Nazaréens. Ils continuent de mener
une vie de juifs pieux, mais se différencient des autres branches
du judaïsme par le baptême au nom de Jésus, l’assiduité à
l’enseignement des apôtres, le partage du pain et la constitution de
commu nautés fraternelles. Très vite, aux Juifs de culture palest-i
nienne se joignent des Juifs de culture grecque, les « hellénistes ».
Les premiers tiraillements apparaissent. Puis des non-juifs, comme
le centurion romain Corneille ou le ministre des Finances de la reine
d’Éthiopie, sont baptisés et les tensions s’accentuent entre les
chrétiens d’origine juive, qui respectent la circoncision et les obligations
alimentaires du judaïsme, et les chrétiens d’origine païenne, les uns
refusant de s’attabler avec les autres. Pour sauvegarder l’unité, un
compromis est trouvé. Christianisme et judaïsme sont déliés.
Personne ne doit renoncer à sa culture pour devenir chrétien.
Lexique_eglise.indb 17 14-09-29 1:57 PM
r18 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
Pourquoi raconter cela pour défnir l’Église ?
Parce que, de nos jours, son défi numéro un reste le même :
annoncer l’Évangile dans des cultures extrêmement différentes,
transmettre la foi des apôtres aux hommes et aux femmes
d’aujourd’hui dans leurs cultures d’aujourd’hui.
En dépit de ses défauts, de ses défaillances, voire de ses vices,
je tiens à l’Église parce que j’y rencontre Jésus, donc Dieu, comme
nulle part ailleurs et des gens qui tâchent de lui être fdèles. Être
de l’Église, c’est sans doute travailler à sa conversion, à notre
conversion pour la transformer en un peuple dans lequel les femmes
occupent la place que Jésus leur assignait, une assemblée qui
accueille et accompagne ceux qui souffrent, les faibles et les égarés
et qui se soucie du bonheur des personnes.
Églises
Une seule petite lettre, un s, et c’est toute une histoire !
À partir de l’an 45, le christianisme s’est répandu autour de la
Méditerranée. Les chrétiens ont donc parlé des Églises de Jérusalem,
d’Antioche, d’Éphèse, de Corinthe, de Thessalonique, de Rome pour
désigner les communautés installées dans ces villes. C’étaient là les
Églises locales d’hier, comme le sont celles d’aujourd’hui : l’Église de
Montréal, l’Église de Québec, l’Église de Joliette, celle de Lyon, de
Paris, de Madrid, de Buenos Aires, de New York, de Hô Chi
MinhVille, de Dakar, d’Alexandrie et d’ailleurs. Elles se réfèrent à la
tradition des apôtres. Chacune vit en communion avec toutes les autres.
Elles sont le signe que le Christ est vivant dans le monde.
Lexique_eglise.indb 18 14-09-29 1:57 PM LES G OS MOTS 19
Mais le mot « Églises » au pluriel a aussi un second sens.
Au cours des siècles et des avancées de l’évangélisation, la
belle unité des débuts s’est fissurée. Les points de vue se sont
différenciés. Les doctrines se sont affrontées. Des ruptures
sont survenues. Les Églises se sont séparées.
Le concile de Chalcédoine, une ville turque sur le Bosphore,
en l’an 451, affrme que le Christ est à la fois vrai homme et
vrai Dieu. Cela crée une fracture. D’un côté, des Églises
« chalcédoniennes » suivent ce précepte. De l’autre, des
Églises « monophysites » sont partisanes d’une seule nature
dans le Christ, comme l’Église syriaque jacobite, l’Église
orthodoxe copte, l’Église apostolique arménienne,
l’Église orthodoxe éthiopienne ou l’Église orthodoxe
syriaque de l’Inde.
Plus tard, les vicissitudes de la politique provoquent une
coupure entre l’Empire romain d’Occident et l’Empire
romain d’Orient, dit aussi Empire byzantin. Du coup, le fossé
se creuse entre les chrétiens d’Occident, de culture latine,
et les chrétiens d’Orient, de culture grecque. En 1054, il y a
scission entre l’Église catholique, à l’Occident, qui se dit
fdèle en tout, et l’Église orthodoxe, à l’Orient, qui affrme
avoir la doctrine droite. Ce n’est qu’en décembre 1965 que le
pape Paul VI et le patriarche de Constantinople Athénagoras
ont regretté publiquement les injures et les
excommunications de 1054 !
e Au XVI siècle, des réformateurs comme Luther, Calvin ou
Zwingli, « protestant » contre les abus de l’Église catholique,
Lexique_eglise.indb 19 14-09-29 1:57 PM
•••r20 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
fondent des Églises répondant mieux aux attentes. Ce sont
aujourd’hui les Églises réformées, luthériennes, baptistes,
évangéliques.
Un problème matrimonial est à l’origine de l’Église
anglicane. En 1534, le roi Henri VIII n’ayant pu obtenir du pape
l’annulation de son mariage, se proclame chef de l’Église
d’Angleterre.
L’énumération des crises et des pages douloureuses n’en
fni r a i t p a s …
eDepuis le XIX siècle, le mouvement œcuménique rétablit entre
les Églises des relations de fraternité. Comme des enfants d’une
même famille ne sont pas toujours d’accord, n’ont pas les mêmes
talents et les mêmes goûts, voient leurs parents différemment
selon leur place dans la fratrie, ces Églises sont différentes, mais
elles constituent l’Église du Christ qui rassemble tous les enfants
d’un même Père : Dieu.
Église catholique
« Catholique » est aussi un mot d’origine grecque. Il signife à la fois
« qui est pour tous » et « qui a tout ». Autrement dit, l’Église catholique
accueille tout ce qui vient de Dieu et l’offre à tous. Qualifer l’Église
de catholique – les protestants préfèrent dire « universelle » –, c’est
dire qu’elle est ouverte à qui veut, quels que soient sa langue, sa
culture, son lieu de vie, sa couleur, son âge, son état. C’est proclamer
que Dieu n’est pas réservé à des gens parfaits, à des gens pieux, à
ceux qui sont baptisés ou qui vont chaque dimanche à la messe.
De toute façon, Dieu n’est pas la propriété de l’Église !
Lexique_eglise.indb 20 14-09-29 1:57 PM

LES G OS MOTS 21
L’Église catholique est la plus connue dans nos pays, plus
p récisément l’Église catholique latine, car il y a d’autres catholiques :
melkites, arméniens, chaldéens, maronites, syriaques, etc.
Mais quand les gens évoquent l’Église catholique, c’est
rarement pour en dire du bien. Elle apparaît comme une institution
multin ationale, forte d’un pouvoir autoritaire, mais peu effcace, qui
ploie sous les lourdeurs administratives. Une conception
favorisée par la hiérarchie d’hommes qui en assure le fonctionnement !
Ses prises de position sur les procréations « artifcielles », l’usage
du préservatif, les femmes, l’homosexualité et le mariage semblent
souvent à côté de la vie. D’autres sur les droits de la personne,
l’armement nucléaire, la justice, le développement et la paix ou
l’écologie touchent en plein dans le mille. Toutes incitent à la
réfexion ! Certains souffrent de voir leur Église trop classique avec
sa para lysie et sa suspicion devant la modernité, ses réticences
vis-à-vis de l’évolution des mentalités. D’autres sont perturbés par
trop de changements.
Lexique_eglise.indb 21 14-09-29 1:57 PM
r22 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
Et ça ne date pas d’hier ! Devenue religion offcielle de l’État
romain, en l’an 313, elle a collaboré avec le pouvoir civil, est
intervenue dans les questions sociales et économiques avec des côtés
positifs et d’autres, négatifs. Plus tard, certains de ses responsables
ont joué des rôles politiques. L’Église a été mêlée à de nombreux
conflits à cause de cette collusion avec le politique. Elle en a
provoqué d’autres : croisades, Inquisition, guerres de religion,
injustices, voire atrocités des premières missions.
C’est que l’Église n’est pas une institution tombée du ciel, elle
est constituée d’hommes et de femmes comme moi, comme chacun
de nous. Au fl des siècles et des aléas de l’Histoire, elle s’est
organisée. Elle a créé les services nécessaires à sa vie comme les
ministères hiérarchisés : pape, évêques, prêtres, diacres. Elle s’est dotée
d’une Constitution, d’un code de droit canon, l’équivalent d’un code
civil, et d’un gouvernement central au sein duquel la curie romaine
revendique le droit de régler tous les problèmes, alors qu’en théorie,
l’ensemble de la communauté est reconnu capable de décisions et
d’initiatives. Il y a tant d’occasions où seules les autorités ont droit
à la parole…
Nul n’est parfait. L’Église solidaire et partageuse dont on rêve
n’existe pas. Elle a ses faiblesses, ses scandales, ses silences
répugnants et ses contradictions. C’est sa face sombre toujours à clarifer.
L’Église a aussi son côté mystérieux qui dépasse infniment sa face
visible. C’est elle qui transmet l’Évangile et ce qu’on connaît du
Christ. Mais on est forcément réticent lorsqu’on voit l’écart entre ce
qu’elle prêche et ce qu’elle réalise. Plus que de l’agressivité ou du
mépris, j’en ressens une profonde tristesse. Et vous ?
Lexique_eglise.indb 22 14-09-29 1:57 PMTable des matières
Juste avant de se lancer… .............................. V
1. Les gros mots 1
Christ........................................... 4
Dieu ............................................ 6
Esprit de Dieu (Saint-Esprit) ....................... 8
Trinité .......................................... 10
église . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Église 15
Églises .......................................... 18
Église catholique ................................. 20
2. Toute une histoire......................... 24
Apôtre 26
Apostolique ..................................... 28
Art ............................................. 30
Chrétien ........................................ 32
Concile ......................................... 33
Disciple 37
Doctrine 40
Évangile 42
Lexique_eglise.indb 281 14-09-29 1:58 PM282 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
Femmes......................................... 46
Laïcs ........................................... 50
Mémoire ........................................ 53
Ministres : prêtres, évêques, diacres................. 57
Archevêque ou Métropolite
(dans les Églises orientales) ....................... 59
Cardinal......................................... 60
Patriarche ....................................... 61
Curie ........................................... 63
Martyrs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
Parole de Dieu ................................... 68
Pères de l’Église .................................. 72
Piliers de l’Église : Pierre et Paul .................... 76
Prière........................................... 81
Religieux et religieuses ............................ 84
Résurrection..................................... 89
Révélation....................................... 93
Richesse ........................................ 96
Sacrement 99
Eucharistie ...................................... 103
Silence.......................................... 106
Vatican 110
Avignon ......................................... 114
Lexique_eglise.indb 282 14-09-29 1:58 PM TA LE DES MATIèr ES 283
3. Toute une géographie,
............................. 120tout un monde
Baptême ........................................ 122
Corps du Christ .................................. 125
Catéchèse – catéchisme ........................... 127
Chanter ......................................... 131
Communautés : diocèses, paroisses ................. 133
Communion ..................................... 136
Diversité ........................................ 138
Une............................................. 144
Fêtes ........................................... 147
Foi ............................................. 162
Inculturation..................................... 166
Liturgie ......................................... 171
Messe .......................................... 173
Mission ......................................... 177
Œcuménisme .................................... 182
Pape............................................ 186
Rite............................................. 189
Synode.......................................... 194
4. Toute une espérance ..................... 198
Espérance ....................................... 200
Apocalypse...................................... 203
Lexique_eglise.indb 283 14-09-29 1:58 PM
b284 LEXIQUE SYMPATHIQUE DE L’ÉGLISE
Bonheur ........................................ 206
CDI : contrat à durée illimitée....................... 211
Décalage 214
Diviniser ........................................ 219
Étonnement ..................................... 221
Fin des temps .................................... 224
Hospitalité ...................................... 228
Humour......................................... 231
Joie............................................. 234
Jugement dernier................................. 239
Liberté.......................................... 242
Pardon 245
Présence (de Dieu parmi nous) ..................... 249
Questionnement ................................. 256
Saint, sainte ..................................... 258
Salut, Sauveur.................................... 260
Sel et lumière (et non son et lumière !) ............... 264
Transmission 267
Vie éternelle ..................................... 271
Pour en fnir .......................................... 277
Lexique_eglise.indb 284 14-09-29 1:58 PMEnfn un ouvrage
pour mieux
comprendre
l’Église !

Lexique Joëlle Chabert
de
l’Église
LexiqueLa collection « Les lexiques sympathiques » propose une première approche de
l’expérience croyante. Il ne s’agit ni d’un dictionnaire encyclopédique ni d’un
répertoire exhaustif, mais d’une façon originale d’apprivoiser un sujet. Chaque livre
s’inspire librement du parcours de son auteur dans un langage à la portée de tous.
L’Église, c’est vous, c’est nous, c’est moi. Alors, voici ce livre. Ce n’est
pas un ouvrage savant. Il est bâti autour de 77 mots qui ont retenu
l’attention de l’auteure qui a eu envie de les redéfinir à sa façon.
Joëlle CHABERT, riche de sa longue expérience de journaliste, de d’essayiste et de pédagogue, fait se croiser la Tradition et les
interrogations de nos contemporains pour livrer une vision large et éclairante
de ce qu’est l’Église. Ce n’est pas un livre à lire forcément dans l’ordre,
de la première page à la dernière, du premier chapitre au dernier.
On peut y fâner, consulter un mot qu’on aime ou celui qui paraît
repoussant, un mot inattendu dont on se demande ce qu’il fait là, un
mot inconnu ou un autre dont on connaît le sens par cœur. Allez et
venez. Jetez un œil en passant, un autre en repassant. Baladez-vous l’Églisedans l’Église. Un itinéraire de découvertes et de sens vous y attend.
Joëlle CHABERT-CHOISNARD, journaliste, a été rédactrice en chef de trois magazines
et dirige actuellement l’agence Atouts presse senior. Chez Novalis, elle a écrit La foi
des chrétiens expliquée à tous (2007).
Lexique_eglise_C1-C4.indd 1 14-10-01 9:32 AM
29,95 $ / 24 €
Lexique de l’ Joëlle Chabert
ÉGLISE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi