Oser le marketing de la foi

De
Publié par

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Jésus-Christ est parfois considéré comme le plus grand homme de marketing. Il avait un credo, des convictions, une vision, une mission, des valeurs, le sens du discours et de la métaphore. Et surtout, tout cela a été réalisé avec des bénévoles.
Or, de nombreux chrétiens ont en horreur de voir ensemble les mots « marketing » et « foi ». Cela devient presque hérétique à leurs yeux. Et pourtant… Pourtant, il ne s’agit pas de tromper les gens et de les « avoir » de force. Le marketing est souvent, et malheureusement, associé à cela dans nos esprits. Pour quelle raison ? En parlant de « marketing de la foi », l’auteur tente de clarifier et d’évaluer si notre identité, notre apostolat, nos valeurs, notre message sont bien perçus par les individus à qui nous nous adressons.
Par contre, le marketing ne s’improvise pas. Il s’agit d’une étape arrivant à la fin d’un processus. Il sert notre mission, nos valeurs, notre message. Il faut donc nous y préparer. Voilà pourquoi, dans cet ouvrage, différents outils aident le lecteur à bien définir plusieurs préalables essentiels à un bon marketing, en plus de plusieurs autres touchant directement la commercialisation, la promotion, la visibilité.
Publié le : lundi 10 mars 2014
Lecture(s) : 8
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896880362
Nombre de pages : 108
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Oser le marketingde la foi DANY DUBOIS
Un guide pastoral pour passer à l’action
Oser le marketing de la foi
Un guide pastoral pour passer à l’action
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Dubois, Dany, 1975-Oser le marketing de la foi (Audace) ISBN 978-2-89646-554-5 1. Pastorale. 2. Marketing – Aspect religieux – Christianisme. I. Titre. BV4011.3.D82 2014 253 C2013-942600-0
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014 Bibliothèque et Archives Canada, 2014
Direction éditoriale : Yvon Métras Révision : Pierre Guénette Mise en pages et couverture : Interscript Photos et illustrations : © Shutterstock
Les textes bibliques sont tirés de laBible de Jérusalemet de laTraduction œcuménique de la Bible(TOB). © Société biblique française et Éditions du Cerf, Paris, 1988. Avec l’autorisation de la Société biblique canadienne.
© Les Éditions Novalis inc. 2014
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour des activités de développement de notre entreprise.
Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la SODEC. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
4475, rue Frontenac, Montréal (Québec) Canada H2H 2S2 C.P. 990, succursale Delorimier Montréal (Québec) Canada H2H 2T1 Téléphone : 514 278-3025 ou 1 800 668-2547 sac@novalis.ca • novalis.ca
Imprimé au Canada
Diffusion pour la France et l’Europe francophone : Les Éditions du Cerf editionsducerf.fr 24, rue des Tanneries 75013 Paris
9782896880362
Oser le marketing de la foi DANY DUBOIS
Un guide pastoral pour passer à l’action
I N T R O D U C T I O N
Foi et marketing
I N T R O D U C T I O N
2011. Une vidéo circule sur Internet. Didier Reinach, conféren-cier et formateur chez Anima, répond à une question : « Qui a été le plus grand homme de marketing ? » Sa réplique surprend : « Jésus Christ. » Pourquoi ? « D’abord, comme le mentionne monsieur Reinach, son « entreprise » fonctionne depuis plus de 2 000 ans. Jésus avait un credo, des convictions, une vision, une mission, des valeurs, le sens du discours et de la métaphore. Et surtout, tout cela a été réalisé avec des bénévoles. »
Étonnant n’est-ce pas ? Cela ne vient pas d’un personnage d’Église. Ni d’un théologien. Je le sais d’expérience ; de nombreux chrétiens ont en horreur de voir ensemble les mots «marketing» et « foi ». Cela devient presque hérétique à leurs yeux. Et pourtant…
Pourtant, il ne s’agit pas de tromper les gens et de les « avoir » de force. Le marketing est souvent, et malheureusement, associé à cela dans nos esprits. Pour quelle raison ? Nous sommes-nous déjà fait arnaquer nous-mêmes ?
En parlant de « marketing de la foi », nous tentons de clarifier et d’évaluer si notre identité, notre apostolat, nos valeurs, notre message sont bien perçus par les individus à qui nous nous adres-sons. Si tel est le cas, cherchons à atteindre davantage d’efficacité, de limpidité. L’idée n’est pas de séduire, mais d’être bien compris. Dans le cas contraire, il me semble que nous avons l’obligation de tout mettre en œuvre pour changer cette incompréhension. Entendons-nous ! Nous ne voulons pas seulement modifier notre image publique. Nous désirons rejoindre les gens, les toucher,
7
8
OSER LE MARKETING DE LA FOI
les intéresser à l’Église et au message de Jésus, à la foi et à nos œuvres de charité, à nos ressourcements, nos formations et nos assemblées diverses. En aucun cas, nous n’avons l’intention de les tromper. Nous devons savoir nous « vendre », dans le bon sens du terme. Comme le dit Guy Bourgeois, dans son 1 livre à lire absolument, « se vendre ne veut pas dire qu’il faille se conformer aux exigences des demandeurs, modifier sa personnalité,inventerdeschosesetdireàlautrecequilveutentendre. […] C’est se faire valoir avec honnêteté, sincérité et convictions. » Et j’ajouterais : dans la joie et la confiance.
1. BOURGEOIS, Guy.Comment vendre sa salade : Et prendre le contrôle de son avenir, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2011.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.