Partons, c'est l'heure !

De
Publié par

Florin vous fera aimer la terre en vous murmurant au cœur qu’il ne l’a jamais quittée, et que le « Ciel est Ici-Haut » ! Notes et confidences se succèdent pour nous ouvrir à cet « à venir » de la mort qui trop souvent inquiète.Faut-il tenter l’escalade du ciel ou accueillir le don, la grâce et y collaborer ? Vous trouverez dans ce « carnet de notes », écrites pour la plupart lors des derniers mois de sa vie, la force de l’Espérance que Florin aimait à partager : « il ne faut pas croire que la mort nous sépare de ceux-là dont nous avons la responsabilité à jamais »
Publié le : lundi 1 janvier 2001
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782913390362
Nombre de pages : 98
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait
A trois ans, Florin CALLERAND, bouleversé, dans le jardin de son enfance, par le bouillonnement des petites sources qui jamais ne se tarissent, en restera marqué toute sa vie. Cette première expérience mystique aura une influence décisive sur les fondements mêmes de sa prédication.
A la Roche d’Or, il prêchera plus de quarante ans avec une verve prophétique qui redonnera sens et vie dynamique à tout un peuple.
Chez ce marcheur infatigable, on ne décèle aucune niaiserie ni fadeur. Cette caractéristique, il la doit sans aucun doute à une relation à Marie extrêmement intense et dérangeante pour ceux qui l’ont revêtue de pâleur bleuâtre. La forte couleur de l’Evangile est née au coeur du “prisonnier” qui, en captivité, a appris “la liberté derrière les barbelés”.
Mgr Dubourg reconnaît cette verve de liberté chez Florin Callerand, son secrétaire. À partir des années 1950, il l’envoie à Châteauneuf de Galaure pour y accueillir l’intuition, alors si neuve, des Foyers de Charité, afin de l’ensemencer dans son diocèse. Sa rencontre avec Marthe Robin fut décisive. Quelques jours avant de mourir, celle-ci dira à quelqu’un qui lui demandait conseil à son sujet : “Avec le Père Callerand, vous ne piétinerez jamais !” De fait, il ne s’est jamais enlisé dans aucune lecture expiationniste ou sacrificielle, et il a porté sur Marthe Robin un regard des plus éclairés et aimant. Il n’a pas non plus fait l’économie d’une solitude assez redoutable propre au prophète qui doit assumer ce qu’il voit avec courage et vérité.

C’est ainsi qu’en 1954 la grande aventure de La Roche d’Or commence avec tout le déploiement de l’oeuvre d’évangélisation.
Avec la collaboration d’une communauté formée dans un personnalisme dynamique, sa prédication, intensément johannique et mariale, atteindra les peuples de tous les continents.
Originée dans les Foyers de Charité, la Communauté de La Roche d’Or, le 19 mars 1993, sera érigée canoniquement par l’Archevêque de Besançon, Mgr Daloz, comme “association publique de fidèles, pour l’évangélisation.” Ce geste, dans la lignée de Mgr Dubourg, sera pour Florin Callerand, apôtre de grande expérience mystique et souvent incompris, un accomplissement de tout cet itinéraire de fondation.
En automne 1997, durant les derniers mois de son existence, sa relation à Thérèse de l’Enfant-Jésus s’intensifie. Il reçoit alors l’intelligence profonde de son testament spirituel, et laisse des carnets éblouissants d’expérience intérieure.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Drame du Monde

de editions-roche-d-or

Hommage à une mère

de editions-roche-d-or

suivant