Prêtre de Paris

De
Publié par

À travers la vie d'un jeune catholique de la seconde moitié du XXe siècle, devenu coopérant en Afrique puis diacre et prêtre du diocèse de Paris, l'auteur déroule dans ce livre une fresque historique faite de moments-clés, d'anecdotes et d'analyses. Avec humour et conviction et en convoquant un grand nombre d'évènements et de personnages, il nous décrit ce qui fait le quotidien d'une paroisse et ce qui rythme l'existence d'un prêtre.
Publié le : dimanche 6 mars 2016
Lecture(s) : 0
EAN13 : 9782140004810
Nombre de pages : 300
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Graveurs de Mémoire
G
Bertrand Bousquet
Prêtre de Paris
Une vie en Église
Graveurs de Mémoire Série : Récits / France
Prêtre de Paris
Une vie en Église
Graveurs de mémoire Cette collection, consacrée à l’édition de récits de vie et de textes autobiographiques, s’ouvre également aux études historiques. Depuis 2012, elle est organisée par séries en fonction essentiellement de critères géographiques mais présente aussi des collections thématiques.Déjà parus
Wamba (Philippe),Parenté, L’Odyssée d’une famille en Afrique et en Amérique,2016.
Guibourg (Catherine), Vayssettes-Vergès (Marie-Antoinette), Hier ne finira jamais, Résister hier et aujourd’hui,2016.
Schmitz (Alain),Le temps d’une vie, Pilote de brousse, tome2,2016. Schmitz (Alain),Le temps d’une vie, Les ailes, tome1,2016. Jacquemart (Anne),Quand le clairon sonne, Mémoires de guerre d’une petite fille sage de paris (1939 – 1945),2016. Ozwald (Michel),Parcours d’un combattant, La revanche d’un pupille de l’Assistance publique,2016. Sigalas-Royer (Raymonde),! 1940, MémoiresSauve qui peut d’une jeune fille sous l’occupation,2016. Taïeb (Yves),L’enfant et la boutargue, Souvenirs,2015. Bessard (Xavier),Un directeur export au travers des continents, Pérégrinations d’un expert,2015.
Chebrou (Jacqueline),Une jeune fille raconte…, Carnet de guerre, 1939-1945,2015.
Flepp (Monique),Dans la courbe de la vague, 2015. Esposito (Bernard),Propos de Gérald Bloncourt, Je n’ai rien à cacher, Un peintre et photographe haïtien se souvient,2015.
BERTRAND BOUSQUET
Prêtre de Paris
Une vie en Église
© L'HARM ATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-08666-8 EAN : 9782343086668
1ère Partie : Enfance et adolescence
Colombes, fin des années 1950.
Le quartier de Colombes où se passe mon enfance est sans doute l'un des plus agréables de cette ville de la banlieue ouest de Paris. Il est aéré, bâti d'immeubles à taille humaine et de pavillons souvent pittoresques, dont beaucoup bénéficient d'un jardin. C'est le cas de la maison où nous habitons, même si son jardin est particulièrement petit. La maison est assez grande, mais nous y sommes nombreux : les parents, et huit de leurs neuf enfants. Seul manque habituellement mon frère aîné Jean-Pierre, jeune officier de marine. Les huit restants sont mes cinq grandes sœurs, mon frère Paul de presque trois ans mon aîné, et Benoît le petit dernier. J'ai moi-même été le petit dernier pendant presque six ans avant d'être détrôné par Benoît. De cette période lointaine datent évidemment mes premiers souvenirs : souvenirs de voyages dans la Peugeot 203 familiale, souvenirs de vacances en Bretagne ; souvenirs de l'unique grand-mère que j'ai connue, la mère de mon père, née en 1866 d'une vieille famille bretonne, décédée en 1955 quand j'avais quatre ans, et dont ma mémoire garde l'image un peu floue d'une très vieille dame mince et vêtue de noir, debout dans le couloir de son petit appartement à Neuilly, rayonnante d'intelligence et de distinction, et aussi de bonté : on m'a raconté par exemple comment elle avait réagi en lisant dans un journal qu'un enfant de trois ans avait assommé sa grand-mère avec un marteau : "Oh, lepauvrepetit, il aurait pu se faire mal !"
7
Ma sœur aînée, Françoise, joue du piano, et c'est pour moi un émerveillement de coller une oreille contre l'instrument pendant qu'elle joue Mozart, Beethoven ou Schubert. Nous sommes presque tous de bons voire de très bons chanteurs, mais Brigitte ma seconde sœur est celle qui chante le mieux, et en plus elle joue très bien de la guitare pour s'accompagner, et elle m'apprend aussi à lire et à écrire avant même que je ne commence à aller à l'école. Geneviève ma troisième sœur est aussi ma marraine, et cela crée un lien particulier. Marie Josèphe la quatrième est celle qui développe tout particulièrement un autre don présent également chez quelques autres, celui du dessin. Christine ma cinquième sœur n'a que cinq ans de plus que moi, elle est particulièrement jolie et souriante. Il y a bien sûr des disputes entre frères, mais mon tempérament calme et diplomate l'emporte généralement sur mon côté râleur. Mon enfance à Colombes est pour moi une période heureuse, plus heureuse sans aucun doute qu'elle ne l'a été pour certains de mes frères et sœurs. Je fréquente la petite école catholique Sainte-Marie-des-Vallées. Je suis en tête de classe, et je décroche régulièrement le prix d'excellence, mais je décroche aussi de temps en temps le prix de camaraderie, ce qui me paraît tout aussi important.
Ma famille est catholique pratiquante. Nous allons à la Messe tous les dimanches, dans la vieille église Saint-Pierre-Saint-Paul de Colombes, dont il ne subsiste plus aujourd'hui que le clocher. C'est là que je fais ma Première Communion en décembre 1957. C'est une paroisse vivante, et la liturgie est belle, en grande partie déjà en français. Je fréquente également la paroisse Sainte-Marie des Vallées, près de mon école : c'est là que je participe au Catéchisme, vivant et bien organisé, alternant un
8
enseignement de groupe assez interactif et des petites réunions d'équipe animées par une catéchiste intelligente; c'est là aussi que je suis louveteau, et que je recevrai la Confirmation au printemps 1961, des mains de Mgr Jacques Le Cordier alors évêque auxiliaire de Paris, futur premier évêque de Saint-Denis ; je le retrouverai et le saluerai régulièrement plus tard à Notre-Dame de Paris lorsqu'il y terminera sa vie presque centenaire. Je repasserai plusieurs fois à Ste-Marie des Vallées, par exemple en 1975 pour y chercher un certificat de Confirmation lors de mon entrée au Séminaire, ou encore en mars 2012 pour concélébrer aux funérailles de Monsieur Dumas, l'ancien directeur de ma petite école. La Messe de la Nuit de Noël est célébrée dans le grand cinéma de la rue Saint-Denis, près de la gare de Colombes, et ça ne manque pas d'imagination. Le soir à la maison, on fait la prière : Notre Père, Je vous salue Marie, et la litanie de nos saints patrons. Après ceux des parents, saint Pierre et sainte Marthe, et ceux de mes aînés, vient le mien en avant-dernière position : saint Bertrand, priez pour nous. Il s'agit de Bertrand de Comminges, que j'apprendrai vite à connaître : heureux saint Bertrand, évêque élu pour ses qualités pastorales et non pas nommé sur le seul critère de sa capacité à obéir… J'aime bien mon prénom et ce patron-là. J'ai d'autres prénoms, en particulier Louis : je suis né un 25 août, jour où l'on fait mémoire de saint Louis roi de France, que j'aime bien aussi. Pour moi, très vite, la Foi catholique se vit de façon communautaire : famille, école, Catéchisme, scoutisme, mais aussi compagnonnage avec nos aînés disparus mais toujours avec nous puisque Jésus Ressuscité fait le lien entre tous. Mon attirance pour l'Histoire s'explique par ma capacité non pas à vivre dans le passé, mais à comprendre intuitivement qu'à d'autres époques proches ou lointaines, et dans des circonstances et des
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.