Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 11,99 €

Lecture en ligne

s
,
EdmondMOKUINEMABOMFIE
Religion et violence comme langage de contre-hégémonie
Religion et violence comme langage de contre-hégémonie
Edmond MOKUINEMA BOMFIE Religion et violence comme langage de contre-hégémonie
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08328-5 EAN : 9782343083285
En mémoîre de ma cère cousîne,
Proesseure Brîgîtte Nkoo Mabantua
INTODUÇTION
Lorsqu’en 1984, j’avaîs întîtué mon travaî de In de cyce en pîosopîe‘a non-vîoence comme prîncîpe d’organîsatîon socîae’, oîn de moî ’îdée que es cînq contînents seraîent un jour en proîe à une tee vîoence qu’aux temps îmmémorîaux de barbarîe.
Une trentaîne d’années pus tard, a radîcaîsatîon de a vîoence et du terrorîsme, surtout cee îée à ’întoérance reî-gîeuse, et cea au nom de Dîeu, remet en vedette a mytoogîe grecque d’Œdîpe et de Dîonysos. La téorîe de ’actîon par a non-vîoencequî It écoe avec des mystîques reîgîeux tes que Gandî, Martîn-Luter Kîng ou Sîmon Kîmbangu au sîèce dernîer reaît égaement surace.
Quand bîen même es travaux de R. Gîrard (1990) ont pu étabîr une corréatîon entre a vîoence et e sacré dans ses anayses des mytes des socîétés prîmîtîves ; pourtant es écrîts sacrés et es doctrînes des reîgîons mondîaes n’enseîgnent guère a vîoence de masses comme înstîtutîon socîae.
La montée en puîssance de ’îsamîsme radîca, ’écatement de a crétîenté, es lots de mîgrants brîguant a mort sur a
Médîterranée ou dans es Bakans, e nombre toujours gran-dîssant de vîo des mîneurs et des emmes, a proîératîon des mouvements djîadîstes dans ’espace saéo-saarîen et des mouvements reîgîeux crétîens en Arîque noîre, sont autant des aîts quî engendrent dans es socîétés et natîons actuees un sentîment d’înquîétude et d’însécurîté umaîne. D’autant pus que ces sîtuatîons crîtîques contrastent avec es vaeurs jusqu’îcî vugarîsées par a modernîté occîdentae et égémonîque, î y a îeu d’y jeter un regard attentîonné. ï y a îeu de repenser a reîgîon aujourd’uî non seuement comme expressîon du croîre, maîs surtout comme une cuture îdentîtaîre par e bîaîs de aquee a vîoence joue e rôe d’une îdéoogîe de rempîssage depuîs a cute du communîsme ; de aquee écot pour aînsî dîre a socîoogîe du mécontentement ou de a rustratîon.
L’îstoîre des États arîcaîns et asîatîques est marquée par e poîds de ’égémonîe coonîae occîdentae sceée, entre autres, par a Conérence de Berîn dont es coups de crayon jetés sur es cartes ont aîssé dans a pupart des États de ’Arîque tropî-cae, airme Craword , es germes atents de ragmentatîon et de sécessîonnîsme ou de résîstance.
Et pour ce quî est de ’Arîque, comme ’observe Bardonne, ’înstabîîté poîtîque des jeunes États îndépendants est à ranger comme conséquence dîrecte des efets combînés de a coonî-satîon et de a décoonîsatîon. En efet, a premîère, souîgne ’auteur, «a trop dégradé es pouvoîrs ancîens pour qu’îs puîssent se reaçonner sous un aspect modernîste ; a seconde n’a pas encore pu provoquer, au-deà des îmîtes etnîques, et avec une întensîté
 Craword, Y.,ïntroductîon à a poîtîque zaroîse, 2è éd., Kînsasa, PUZ, 1979, p.7.
suIsante, es cangements quî eraîent de a nouvee stratîicatîon socîae e seu générateur de ’actîvîté poîtîque moderne».
Aboutî à des dîvergences non escomptées au départ, e vent de a décoonîsatîon n’a pas pu îbérer es nouveaux Etats du joug du néocoonîaîsme, encore moîns de ceuî de ’împérîaîsme dîstîé par e bîpoarîsme de a guerre roîde. Cette ogîque n’a pas épar-gné e reste de a panète de ’émergence des États poîcîers ou gendarmes pour servîr de reaî de domînatîon en aveur et au servîce des puîssances égémonîques mondîaes.
Par aîeurs, puîsque a domînatîon s’est étendue presque sur tous es domaînes poîtîque, économîque, cuture, socîa, tecnoogîque et surtout reîgîeux ; es manîestatîons de a contre-égémonîe s’exprîment par des angages aussî dîversîIés que possîbes dont e radîcaîsme reîgîeux.
Le constat est que e travaî de domînatîon égémonîque ne va pas sans produîre en contre partîe des manîestatîons de rus-tratîon et de mécontentement quî se traduîsent par des mouve-ments observés de résîstance ou d’opposîtîon dîrecte et même déguîsée à travers e radîcaîsme reîgîeux. Ces mouvements se construîsent comme mouvements de résîstance au domînant ou d’airmatîon de soî du domîné par rapport à un groupe cuture extérîeur.
Les enjeux d’une tee entreprîse s’éèvent à a auteur des rustratîons socîaes, économîques et poîtîques împosées par es dommages d’une domînatîon égémonîque quî ne dît pas toujours son nom. Les orces de résîstance quî s’en sont suîvîes
 Bardonne, G.,Progrès économîques dans e Tîers-Monde,Envîronnement socîo-poîtîque, croîssance démograpîque et urbanîsatîon, Parîs, Lîbraîrîe socîae et économîque, 1972, p.84.