Rencontre extraordinaire d’un maître et d’un ami

De
Publié par

Sous forme de questions réponses, ce dialogue philosophique et théologique interroge les concepts de rien, de vide, d'espace-temps, ainsi que l'existence de Dieu. Suite à la perte de vision de son œil gauche, l'auteur rencontre une sorte de guide spirituel, à l'origine de ce manuel de savoir-vivre à l'usage de tous. Le sage dénonce l'absurdité du monde moderne, la société consumériste, l'inégale répartition des richesses, l'exclusion des plus pauvres. Il défend les valeurs de l'éducation, le droit à des conditions de vie dignes, le respect de l'environnement. Avec un esprit de justice, il invite à la méfiance envers les religions, qui sous couvert de tolérance, conduisent à des actes de violence.


Les principales menaces résident selon lui dans l'ignorance et la peur. Le salut vient de la force créatrice de l'amour, au fondement de la croyance divine. La simplicité de l'amour pour son prochain est une évidence et non un mystère qu'il faut percer. Ses éclairages sur les différentes significations de la parole du Christ et le message de l'Évangile sont instructifs pour éveiller les consciences, mieux comprendre sa place au sein de l'univers et profiter du jour présent.


Publié le : vendredi 11 mars 2016
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782334098212
Nombre de pages : 66
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-09819-9

 

© Edilivre, 2016

Citation

 

 

Toi qui es mon maître

Mon meilleur ami

Toi qui m’as vu naître

L’endroit où je naquis

Toi qui me rappelles

Cette voix tellement belle

Tant de vérités

Jamais je n’oublierai

Le hasard n’existe pas

En 1974 j’ai perdu la vision de l’œil gauche. Quarante ans plus tard je découvre que j’ai une énorme chance de n’avoir qu’un œil. Je suis fasciné par le fait que mon œil gauche voit « le rien ».

Je m’aperçois que lorsque je ferme mon œil droit je vois tout noir, par rapport à l’œil gauche qui a cessé de vivre et qui ne voit rien, mais rien, c’est-à-dire rien ni noir ni blanc, rien. Je pense que seul un non-voyant peut se rendre compte de cela. Il ne faut pas confondre « ne rien voir » avec « voir le rien ».

Je suis fasciné par le rien, le temps, le vide, Dieu, le péché, etc.

Rencontre extraordinaire

Le jour où je l’ai rencontré, il m’a semblé bizarre, mais quelque chose brillait au fond de son regard, il a su captiver mon attention, et un dialogue a commencé.

Voici en partie ce qu’il m’a dit : « J’espère qu’un jour le monde aura compris, c’est alors seulement que tout ira mieux. » Une lumière brillait dans ses yeux.

Je suis resté pensif, cherchant à comprendre le sens des paroles que je venais d’entendre.

Il est bien de vouloir calmer son appétit, aussi je lui ai demandé ce qui suit.

Que veux-tu dire par « aura compris » ?

L’évidence même. Tout est là. Sous vos yeux, mais personne ne se rend compte de cela.

À quoi servent vos croyances ? Vous êtes capables de répéter maintes et maintes fois les mêmes paroles, pour aussitôt les oublier. Vous préférez accaparer les choses plutôt que les comprendre.

images1Les véritables problèmes de vos sociétés, volontairement vos dirigeants ne veulent en parler, car ils ont peur de perdre leurs acquis injustifiés. Ils prennent le chemin qu’il faudrait éviter.

Tu dis « le chemin qu’il faudrait éviter », qu’entends-tu par là ?

images2Les profits exagérés sont un grave problème contre les progrès de la science. Ils engendrent des fortunes immenses qui sont dilapidées pour le bien-être d’une minorité qui ne se préoccupe vraiment pas du sort de la civilisation.

D’importantes découvertes sont étouffées, et au placard sont mises pour servir encore et encore le profit.

Mais sans profits, aucune affaire ne marchera !

images3Le monde des affaires devrait être un monde sain qui génère des profits normaux profitant à tous, ce qui, malheureusement, n’est pas le cas actuellement. À trop faire monter leur orgueil, les dirigeants ne se rendent pas à l’évidence que vous approchez dangereusement du seuil fatidique qui génère l’incohérence. L’ignorance des gouvernements focalise tous les résultats aux profits des mêmes groupements, qui se fabriquent toutes sortes de planques.

Que veut dire « qui génère l’incohérence » ?

Votre civilisation actuelle vit une décadence, et plus votre voyage avance et plus la décadence augmente, ce qui laisse à penser que, sans changement, la civilisation telle qu’elle est, va disparaître.

À trop vouloir favoriser la tricherie et la luxure, tout va se retrouver dans une telle gabegie que seule une terrible révolution pourra changer la situation.

Les termes « décadence », « tricherie », « révolution », me paraissent exagérés.

Qu’entends-tu par là ?

Des millions de personnes meurent chaque jour de faim, de froid ou faute de médicament, et personne ne fait rien. À une époque avancée, comme le connaît votre civilisation actuelle, cela n’est pas tolérable.

Tous les grands magasins ont des rayons entiers consacrés au bien-être des animaux, alors que des milliers de gens sont décimés par des famines. Que cela soit pour la nourriture, l’habillement ou pour leur confort, des sociétés entières donneraient tout pour leurs animaux de compagnie alors que des peuples sont en train de mourir de faim.

La civilisation ne prend guère conscience de cela.

Le fait de vouloir humaniser les animaux de compagnie est signe de décadence.

Plus grave encore, et pour ne parler que de vos animaux, les dirigeants de sociétés qui fabriquent les produits pour les animaux de compagnie – produits qui sont coûteux – tirent les ficelles à coup de spots publicitaire – qui ne sont par ailleurs pas gratuit – et font des affaires en or avec tout ce commerce ; et personne, mais personne, ne manifeste le moindre geste contre.

La misère et la faim dans le monde n’émeuvent personne, mais le choix de la nourriture de vos chats préoccupe la plupart d’entre vous. Signe de décadence.

Regarde toutes les tricheries qui se passent : dans le monde de la finance, par exemple, les salaires annuels de certains dépassent largement tout ce que peut gagner un travailleur dans sa vie. Des spéculations impressionnantes produisent souvent des situations catastrophiques.

Dans le monde de la politique les plus grands menteurs sont justement ceux qui dirigent. Signes de décadence.

La décadence existe dans tous les domaines, votre civilisation est en train de s’abrutir, elle se réfugie dans des mondes matérialistes.

Votre civilisation actuelle base tout sur le matérialisme, le gain facile et rapide, oubliant de penser spiritualité.

Les qualités humaines ne comptent plus, seuls comptent les profits. Pour satisfaire ces besoins, votre civilisation exploite toutes les ressources de la planète, produisant des pollutions, des catastrophes, des déséquilibres, qui mettent en péril toute votre civilisation.

images4Tu parles de spiritualité. Quel est le sens que tu lui donnes ?

Il est certain qu’aucune civilisation ne peut survivre sans spiritualité. Mais la spiritualité telle que la majorité d’entre vous la pratique est signe de décadence. Spiritualité signifie éveil, et non sommeil.

Un chemin n’est pas la vérité.

Vos religions ne peuvent prétendre détenir la vérité. Les guerres engendrées par vos religions, les mutilations infligées à certains peuples au nom de la vérité, les restrictions imposées, et encore bien d’autres lois ou règlements religieux ou non témoignent du manque de respect prôné par ces mêmes institutions.

Le respect et la confiance que l’on doit au créateur, qui a tout prévu, faiblissent de jour en jour. Signe de décadence.

Il existe toutes sortes de religions, qui se déchirent entre elles. Au lieu de se déchirer, de se bagarrer au nom de la vérité, il serait plus intelligent de chercher à comprendre, il serait bien que la majorité prenne conscience qu’aucune religion ne peut prétendre détenir la vérité.

Vos véritables valeurs se perdent. De plus en plus de personnes croient de moins en moins à un créateur. Certaines religions ne parlent même pas d’un créateur, alors que d’autres prétendent détenir un prophète qui détiendrait des révélations. C’est parce qu’entre le Très-Haut qui serait dans le Ciel et les très-bas que sont les fidèles, il y a l’Église qui aurait des rapports avec le Très-Haut mais pas de rapports avec la base, d’où le doute qui va en augmentant avec les années. Beaucoup aimeraient croire, mais ce système ne leur convient pas.

La représentation du créateur n’est certainement pas celle dont les religions brossent le portrait. Barbu, entouré d’anges, dans le luxe, un fils qu’il a laissé mourir à seule fin de propagande, flanqué d’une femme qui s’est retrouvée enceinte sans avoir été touchée et d’un charpentier qui a cru à toute cette histoire. Ceci pour la religion chrétienne. L’islam est encore plus hypocrite. Les religions telles que le maoïsme, le bouddhisme ou autres sont à côté du but qu’elles recherchent. Ce n’est qu’en réunissant toutes les religions que vous pourrez commencer à parler de vérité.

Tu dis que l’islam est plus hypocrite, qu’entends-tu par là ?

Cela signifie-t-il que les autres religions sont également hypocrites ?

La religion islamique se réfère au Coran, et certains passages prônent la violence et la destruction. Des mutilations sont exécutées au nom de l’amour. Il est inconcevable de prétendre que l’amour, la violence et la destruction vont ensemble.

L’hypocrisie dans les religions est présente. Penses-tu que l’amour inconditionnel du créateur puisse détruire ne serait-ce qu’une petite partie de sa création ? Et pourtant tous les livres qui racontent l’histoire du créateur parlent de violence.

Il est navrant de constater que la religion et la politique se mélangent, les Églises montrent par là le peu de foi qu’elles ont envers les décrets du créateur. Tous les êtres humains ont le droit de montrer leurs turpitudes, sauf justement ceux qui ont charge d’âme et dont la principale mission consiste à guider la jeunesse. Lorsque je te dis que l’islam est encore plus hypocrite, c’est que la pratique de l’islam ne correspond pas au message de l’amour.

Lorsque tu parles du créateur, que veux-tu dire ?

La vie est...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant