Romain Rolland, guerre et religion

De
Publié par

L'originalité de cet ouvrage est dans la rencontre par Romain Rolland de la foi baha'ie, en 1915, rencontre peu connue de ses admirateurs, premiers pas dans sa quête de solutions en cette période de guerre et d'intolérance, qui le fait entrer dans le concept de l'internationalisme relié au religieux. 1915, c'est l'année où Romain Rolland reçoit le prix Nobel de littérature. La pensée de Romain Rolland, sa notion personnelle de pacifisme est plus que d'actualité.
Publié le : lundi 1 juin 2015
Lecture(s) : 14
EAN13 : 9782336383316
Nombre de pages : 282
Prix de location à la page : 0,0172€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

ROMAIN ROLLAND, Nazy ALAIE AHDIEH
GUERRE ET RELIGION
Rencontre avec la foi baha’ie
a pensée religieuse de Romain Rolland a été une énigme pour ROMAIN ROLLAND, Lbeaucoup. Ce livre essaie, à travers les contradictions de l’auteur,
d’en présenter les diverses facettes et d’aller fouiller dans les recoins GUERRE ET RELIGIONde ce crédo l’âme religieuse de celui qui inlassablement a cherché
l’Absolu : un itinéraire intéressant et peu commun qui l’a confronté
à différentes théories idéologiques et laïques et qui l’a fait chercher Rencontre avec la foi baha’ie
dans l’Orient lointain les racines de son mysticisme pour s’apercevoir
de l’existence de grands mystiques dans sa propre religion d’enfance,
étude qui lui permet d’exprimer à loisir certains aspects de sa propre
pensée métaphysique et morale.
Mais l’originalité du livre de Nazy Alaie Ahdieh est dans la rencontre
par Romain Rolland de la foi baha’ie en 1915, rencontre peu ou
pas du tout connue de ses admirateurs, premier pas dans sa quête
de solutions en cette période de guerre et d’intolérance, qui le fait
entrer non seulement dans le concept de l’internationalisme relié
au religieux, en tant que structure désormais du monde moderne,
mais aussi de la source unique de toutes les fois, de leur impact
social, de la nécessité de leur adaptation aux nouvelles exigences
intellectuelles et aux problèmes qui se posent à une humanité qui
expérimente sa croissance collective, de la Loi qui préside à notre
destinée commune : une certaine vision organique de l’Histoire.
1915, c’est l’année où Romain Rolland reçoit le prix Nobel de littérature.
C’est le centenaire de cet évènement qui est célébré en 2015.
En notre époque de radicalisme exacerbé, la pensée de Romain
Rolland, son ouverture d’esprit qui embrasse toutes les fois, sa notion
personnelle du pacifsme, est plus que d’actualité et mériterait d’être
étudiée par les plus jeunes comme par les adultes, nous induisant à
nous défaire des « fétiches » du passé
Nazy Alaie Ahdieh (de son vrai nom Mehrveche Ahdieh) est née en 1945 à
Téhéran où elle a vécu jusqu’à l’âge de 9 ans. Elle a fait ses études universitaires
à Strasbourg puis a entrepris à la Sorbonne sa thèse sur les préoccupations
religieuses de Romain Rolland au cours et au lendemain de la Grande Guerre
sous la direction de Jacques Robichez. En 1976, les événements de la vie ne
lui ont pas permis de présenter sa thèse presque achevée. C’est son intérêt
pour les croyances et les religions qui l’ont conduite vers l’itinéraire spirituel de
Romain Rolland.
ISBN : 978-2-343-06369-0 28,50 €
Nazy Alaie-couverture.indd 1 22/05/2015 09:52:22
ROMAIN ROLLAND,
Nazy ALAIE AHDIEH
GUERRE ET RELIGIONROMAIN ROLLAND,
GUERRE ET RELIGION
Rencontre avec la foi baha’ie
Alaie-livre.indb 1 22/05/2015 09:54:15COLLECTION L’IRAN EN TRANSITION
Dirigée par Ata Ayati
Les dernières parutions
Minoo Khany , La couleur de la guerre Iran-Irak. Regards croisés sur la peinture
iranienne après la Révolution 1979. Préface de Christophe Balay, 2015.
Nahâl Kha Knégar , L’exil comme épreuve littéraire. L’écrivain iranien f ace à ses
homologues. Préface de Ramine Kamrane, 2015.
Nayereh Shoravizadeh -a zadeh , De l’Iran à la France. Joies et tribulations d’une
bahá’íe, 2015.
Djalâl Sattâri , Chahrzâde et sa conversation avec Chahryâr, Traduit du persan par
Pirouz Eftékhari. 2015.
Jocelyn Cordonnier , Les États-Unis et l’Iran au cours des années 1970. Une amitié
particulière au temps de la guerre froide. Préface de Julien Zarifan, 2015.
Jalal a lavinia , en collaboration avec Thérèse Marini , Tâhereh lève le voile. Vie et œuvre
de Tâhereh, la pure (1817-1852), poétesse, pionnière du mouvement féministe en Iran
edu XIX siècle. Préface de Farzaneh Milani/Postface de Foad Saberan, 2014.
Leyla Fouladvind , Les mots et les enjeux. Le déf des romancières iraniennes. Préface
de Farhad Khosrokhavar, 2014.
Issa Sa Fa, Le séparé, récit d’un nomade d’Iran, 2014.
Ali g hara Khani , Téhéran, l’air et les eaux d’une mégapole. Préface de Philippe
Haeringer, 2014.
Homa n ategh , Les Français en Perse. Les écoles religieuses et séculières (1837-1921).
Préface de Francis Richard. Traduit du persan en français par Alain Chaoulli
et Atieh Zadeh, 2014.
Nader a gha Khani , Les « gens de l’air », « jeux » de guérison dans le sud de l’Iran. Une
étude d’anthropologie psychanalytique. Préface d’Olivier Douville, 2014.
Michel Ma Kin SKy (dir.), L’économie réelle de l’Iran, au-delà des chiffres, 2014.
Emma Peia Mbari , Éclat de vie. Histoires persanes, 2014.
eFoad Sabéran , Nader Chah ou la folie au pouvoir dans l’Iran du XVIII siècle. Préface
de Francis Richard, Postface d’Alain Désoulières, 2013.
Alain b runet , Rakhshan Bani Etemad. Une pasionaria iranienne, 2013.
Mohsen Mottaghi , La pensée chiite contemporaine à l’épreuve de la Révolution
iranienne. Préface de Farhad Khosrokhavar, 2012.
Alain Chaoulli , L’avènement des jeunes bassidji de la République islamique d’Iran. Une
étude psychosociologique. Préface de Farhad Khosrokhavar, 2012.
Alaie-livre.indb 2 22/05/2015 09:54:15Nazy ALAIE AHDIEH
ROMAIN ROLLAND,
GUERRE ET RELIGION
Rencontre avec la foi baha’ie
Préface de
Leïla SABERAN-MESBAH
Alaie-livre.indb 3 22/05/2015 09:54:15En couverture :
Portrait de Romain Rolland par Cristina LOPEZ CORDOBES
crilocor@gmail.com
© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr
difusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-06369-0
EAN : 9782343063690
Alaie-livre.indb 4 22/05/2015 09:54:15Chapitre 5
À mes merveilleux parents à qui je dois tout
La plus grande difculté est de vouloir dire ce qu’on
pense – bien plus c’est d’oser le penser.
Shakespeare
Alaie-livre.indb 5 22/05/2015 09:54:15Romain Rolland , gue RRe et Religion . Rencont Re avec la foi baha ’ie6
Alaie-livre.indb 6 22/05/2015 09:54:15Chapitre 7
sommaire
Abréviations ........................................................................................................9
Note de l’auteur ................................................................................................ 11
Préface .................................................................................................................. 13
Introduction ...................................................................................................... 19
PREMIÈRE PARTIE
LA RELIGION D’ENFANCE
Avant la guerre .......................................................................................... 45
Pendant la guerre .....................................................................................72
DEUXIÈME PARTIE
LES HORIZONS NOUVEAUX
Le béhaïsme ....................................................................................................97
L’hindouisme................................................................................................141
TROISIÈME PARTIE
ÉVOLUTION OU PERMANENCE ? L’ÂME RELIGIEUSE
Les diverses facettes .............................................................................. 179
La face cachée ............................................................................................201
Conclusion ........................................................................................................ 233
e eEn guise d’épilogue… Les XIX et XX siècles :
une époque de transition ? ....................................................................... 239
Annexes ...............................................................................................................243
Bibliographie ..................................................................................................263
Table des matières ........................................................................................269
Alaie-livre.indb 7 22/05/2015 09:54:15Alaie-livre.indb 8 22/05/2015 09:54:15Chapitre 9
Abréviations
A E : L’Âme enchantée
AF : Une amitié française
B : La Vie de Beethoven
Bal : Balyuz‘i Abdu’l-Bahá
Bert : Paul Berlt’I nstruction religieuse dans l’École, conférence du 2 8
août 1881
BV : Un Beau visage à tous sens
BW : Baha’i World
Cl : Clérambault
CR : Compagnons de route
CRU : Le Cloître de la rue d’Ulm
D : Adrien DansettH e istoire religieuse de la France 
e contemporaine sous la III République
DD : Je commence à devenir dangereux
DP : Shoghi Efendi Dieu passe près de nous
EL : L’Esprit libre
G : Mahatma Gandhi
Hof : David Hofman Le Renouveau de la civilisation
I : Inde
J : Le Journal des Années de guerre
Jch : Jean-Christophe
L : Liluli
Lg : Correspondance entre Louis Gillet et Romain Rolland
Lem : Solange LemaîtrRe amakrishna et la vitalité de l’hindouisme
M : Mémoires
MM : Choix de lettres à Malwida von Meysenbug
P : Péguy
P & L : Pierre et Luce
Planète : Planète Plus nº spécial consacré à Ramakrishna 14 bis. F év.
1970
Alaie-livre.indb 9 22/05/2015 09:54:15Romain Rolland , gue RRe et Religion . Rencont Re avec la foi baha ’ie10
PR : Printemps romain
R : La Vie de Ramakrishna
Robichez : Jacques RobichezR, omain Rolland
RPF : Retour au Palais Farnèse
S : Chère Sofa
Sénéchal : Christian Sénécha L l : es Grands courants de la Littérature
française contemporaine
SL : Saint Louis
St Jean d’Acre : Abdu’l-Baha Les leçons de Saint Jean d’Acre recueillies pa r
Laura Cliford Barney
T : La Vie de Tolstoï
TV : Le Temps viendra
VI : Le Voyage intérieur
Alaie-livre.indb 10 22/05/2015 09:54:15Chapitre 11
Note de l’auteur
Cette étude a été entreprise il y a plus de trente ans. Pour des circonstances
indépendantes de ma volonté, elle a dû être interrompue presque au moment de
son achèvement, beaucoup de choses ont changé depuis dans les publications
des écrits de Romain Rolland et sur son œuvre.
À l’époque les archives Romain Rolland se trouvaient encore Bd Montparnasse
à Paris et Mme  Marie Romain Rolland veillait consciencieusement sur les
inédits. Les textes* qui apparaissent ici ont été soumis à son approbation et
autorisation. Il se peut que beaucoup aient été édités depuis dans les Cahiers
Romain Rolland au fur et à mesure des an nées.
Je voudrais exprimer également tous mes remerciements à M.  Jacques
Robichez pour m’avoir guidée dans mon travail, rendre un hommage au
souvenir de M.Abdi Mesbah qui m’a secondée sur de nombreux points
concernant la foi baha’ie, au Département de Recherche du Centre Mondial
baha’i ainsi qu’aux Archives du centre baha’i de France et du Royaume Uni
pour m’avoir aimablement fourni quelques informations dont j’avais besoin, et
surtout à Monsieur Louis Hénuzet pour sa lecture du texte, ses conseils et tout
le temps consacré à la mise en page et à la correction des épreuves, et également
à Madame Leïla Sabéran-Mesbah pour toute son aide, ses corrections et
suggestions...
Et à mon mari pour ses encouragements.
N.A.
*Tous les passages dont la référence est écrite en toutes lettres étaient des
inédits en 1976.
Le journal intime a été mis à la disposition du public après l’achèvement de
ce travail.
Il est intéressant de noter qu’une partœ ie duvre le d ’ e Romain Rolland a été
traduite en persan notamment son Jean Christophe emt eL’ Enchantée
Alaie-livre.indb 11 22/05/2015 09:54:16Alaie-livre.indb 12 22/05/2015 09:54:16Préface 13
Préface
Pour bien saisir la singularité du livNrae zdye Alaie Ahdie shur Romain
Rolland, il convient de s’arrêter sur ce qui en caractérise l  : l’ora piglinaaclei té
du « béhaisme  » (comme il nomme lui-même la religion baha’ie) dans sa pensée
et dans son œuv. re
De 1915, année de son prix Nobel, à nos jours, l’auteu« r d Jeae
nChristoph  »e a suscité - de son vivant et après sa mort en 1944 - de nombreux
écrits et biographies. Stefan Sweig, lui-même, avait déjà consacré en 1920 à celui
qu’il considérait l’« un des plus grands écrivains de la France a »ct uuneell e
biographie hommage intitu lDéer Mann und das Werk. L’homme Romain
Rolland, soœn uvre littéraire ou son engagement pour la paix ont été - et le sont
encore à présent - sujets de thèses en France ou à l’étranger, c’est dire que les
moindres recoins de sa pensée et de son action ont été fouillés et commentés.
Or, il semblerait que personne n’ait à ce jour creusé le thème qui est en partie
développé dans ce livre, à savoir Romain Rolland et « le béhaisme ». Romain
Rolland lui-même s’en étonne dans une lettre à Madame Jeanne Montefore
datée du 31 mai 1930 et qu’il a écrite de Villeneuve :
« Je connais bien le béhaisme ; j’ai assisté à des réunions béhaistes, à Genève, pendant
la guerre ; j’ai lu les principales œuvres de Beha-Oullah et d’Abdul-Beha ; vous en
pourrez trouver l’écho, à la page 371-372 de mon Clérambault (à la fn d’un des derniers
chapitres), où je cite quelques lignes admirables du “Voyant de Saint Jean d’Acre” (c’est
Abdul-Beha qui y a été emprisonné pendant une partie de sa vie).  (Je constate, à cette
occasion, que de tous mes lecteurs de Clérambault, pas un n’a eu la curiosité de me
demander qui était ce “Voyant”…) »
La présente étude comble en quelque sorte une lacune, donne au constat
perplexe de Romain Rolland une réponse qui devrait satisfaire la curiosité
légitime des lecteurs et des chercheurs qu’attendait l’auteur de C: lérambault 
Qui est « le Voyant de Saint-Jean d’Acre » ?
Déjà écoutons dans le récit lui-même « les admirables » paroles de ce Sage.
L’allusion au Voyant de Saint-Jean d’Acre se situe dans les dernières pages du
roman  intitulCé lérambault, et sousti« trhé istoire d’une conscience libre
Alaie-livre.indb 13 22/05/2015 09:54:16Romain Rolland , gue RRe et Religion . Rencont Re avec la foi baha ’ie14
pendant la guerre. Agénor Cléramba coul nst, c«  ience lib »re, est assassiné par un
fanatique parce qu’il a le courage de dénoncer en pleine période de propagande
belliciste, la tragédie de la guerre.
« Mais mon esprit - dit Clérambault avant de mourir - est frère de ce qui sur quelque
point du globe reçoit le feu nouveau.
« Connaissez-vous les belles paroles du Voyant de Saint-Jean-d’Acre ?
« Le Soleil de Vérité est comme l’astre des cieux qui a des orients nombreux. Un
jour, il se lève au signe du Cancer, un autre au signe de la Balance. Mais le soleil est
un soleil unique. Une fois, le Soleil de Vérité lança ses feux du zodiaque d’Abraham,
puis il se coucha au signe de Moïse et embrasa l’horizon ; ensuite, il se leva au signe du
Christ, brûlant et resplendissant. Ceux qui étaient attachés à Abraham, le jour où la
lumière brilla sur le Sinaï, ceux-là devinrent aveugles. Mais mes yeux seront toujours
— à quelque point qu’il se lève, — attachés au soleil levant. Même si le soleil se levait à
l’Occident, il serait toujours le soleil. »
Et si on remonte dans le récit quelques pages avant ce drame, on peut lire
dans l’épisode du vendredi Saint ce dialogue né de la prophétie d’Isaïe :
« Les ténèbres couvrent la terre,/L’ombre enveloppe les peuples…/Lève-toi car sur la
cime des monts,/La lumière vient…
Elle vient, répéta dans l’ombre la voix de Mme Froment.
(…) Ce fut comme un frisson d’eau qui passa par la chambre.
- Pourquoi dites-vous cela ? demanda le Comte de Coulanges
- Parce que je le vois.
- Je le vois aussi dit Clérambault
Le docteur Verrier lui demanda :
Qui ?
Mais avant que la réponse eût été prononcée, tous savaient déjà le
mot qui allait être dit :
- Celui qui porte la lumière… le Dieu qui vaincra
- Attendre un Dieu ! ft le vieil helléniste. Vous croyez au miracle ?
- Le miracle c’est nous. N’est-ce pas un miracle que dans ce monde de perpétuelle
violence, nous gardions la foi perpétuelle en l’amour et l’union des hommes ?
Coulanges dit âprement :
- On attend le Christ pendant des siècles. Quand il vient, on l’ignore et on le crucife.
Ensuite il est oublié sauf par une poignée de pauvres gueux qui sont bons et bornés.
Cette poignée grossit. Pendant une vie d’homme la foi est dans sa feur. Après on la
dénature, elle est trahie par le succès, les disciples ambitieux, l’Eglise. Et il y en a pour
des siècles…
- Adveniat regnum tuum… où est-il le règne de dieu ?
Alaie-livre.indb 14 22/05/2015 09:54:16Préface 15
- En nous dit Clérambault. La chaîne de nos épreuves et de nos espérances forme le
Christ éternel. Nous devrions être heureux, en pensant au privilège que nous avons
reçu d’abriter dans notre cœur, comme l’enfant à la crèche, le Dieu nouveau.
- Et qui nous est le gage de sa venue ? demanda le médecin.
- Notre existence dit Clérambault
- Nos soufrances dit Froment
- Notre foi méconnue dit le sculpteur
- Le seul fait que nous sommes, reprit Clérambault, ce paradoxe jeté à la face de la
Nature, qui le nie. Cent fois la famme se rallume et s’éteint, avant de rester allumée.
Chaque Christ, chaque Dieu s’est essayé à l’avance, par une série de précurseurs. Ils
sont partout, perdus, isolés dans l’espace, isolés dans les siècles. Mais ces solitaires qui
ne se connaissent pas, voient tous à l’horizon le même point lumineux. Le regard du
sauveur. Il vient.
Froment dit :
« Il est venu »
Et le récit continue, qui clôt cet épisode du Vendredi Saint :
« Quand ils se séparent avec une émotion de mutuelle tendresse, et presque sans
paroles, afn de ne point rompre le charme religieux qui les tenait, chacun se retrouve
seul, dans la nuit de la rue, conservant le souvenir d’un éblouissement qu’il ne pouvait
plus comprendre. Le rideau était retombé, mais ils n’oublièrent pas qu’ils l’avaient vu
se lever »
L’esprit du martyr Clérambault est « frère de ce qui sur quelque point du
globe reçoit le feu nouveau ». Est-ce à dire que le feu nouveau touche tous
les points du globe ? Et qu’il concerne aussi le chrétien qui commémore le
Vendredi Saint ? Attendre un Dieu, attendre le Règne de Dieu, souhait que tout
chrétien émet en récitant le « Notre Père », Adveniat regnum tuum (la seule
prière révélée par Jésus), attendre le Christ, voir à l’horizon - comme le voit
un précurseur - le même point lumineux du Soleil de Vérité, reconnaître le
regard du sauveur, voir venir Celui qui porte la lumière, le Dieu qui vaincra,
annoncer « il vient, il est venu », c’est le message du Voyant de Saint-Jean d’Acre
que Romain Rolland intègre dans son roman et que ses lecteurs n’ont pas eu la
curiosité d’approfondirE.n F «  rance, regrette Romain Rolland, presque aucun
de mes amis n’a compris. La vertu curative de Clérambault, son action religieuse,
profonde en Amérique, en Allemagne, chez les Anglo-Saxons, attestée par les
lettres, a été à peu près nulle dans les pays latins).
Un des principaux intérêts du livr Ne dazey Alaie Ahdieh semble être de
lever le voile sur le message du Voyant de Saint-Jean d’Acre pour éclairer le
lecteur et satisfaire la curiosité de tout chercheur par une présentation globale
Alaie-livre.indb 15 22/05/2015 09:54:16Romain Rolland , gue RRe et Religion . Rencont Re avec la foi baha ’ie16
de la foi baha’ie, tout au long de l’ouvrage, et d’une façon détaillée dans un
chapitre entier. Mais le fl conducteur de cette étude est Romain Rolland et sa
rencontre avec le message universel de Baha’u’llah. Autrement dit, que se
passet-il chez un intellectuel européen pour apprécier la pens é? Ee bt pahaou’ire
répondre à cela, il s’agit dse c e oncentrer d’abord sur la pensée religieuse de
Romain Rolland lors de sa rencontre avec « ce feu nouveau ».
Pour présenter Romain Rolland et la Foi baha’ie, l’auteure se doit de
connaître la pensée de son sujet d’étude, de la situer dans le parcours, « le
périple », de sa vie aux prises avec la guerre et la religion. La démarche de
l’auteure de « Guerre et Religion » est donc de chercher à cerner avec nuance
la pensée religieuse de cet apôtre de la paix jusqu’à (et après) sa découverte des
« greniers d’Orient »h, lin’douisme et le « béhaisme ». Elle le fait avec infniment
de précaution, de doigté, de lenteur, pas à pas, avec des vérifcations, des aller et
des retours, par respect et loyauté envers Roman Rolland. Il lui faut éviter les
écueils d’extrapolation. Elle s’interdit de réduire la pensée complexe de Romain
Rolland en « une formul. « e »Chacun nous annexe impérieusement en nous
déformant » (Le Voyage intérieur, le Périple).
Cerner la pensée religieuse de Romain Rolland, c’est avoir accès à sa
« conscience », c’est le suivre autant dans ses recjeats dholu icisme que dans
sa relation mystique au Christ, autant dans sa quête inlassable de vérité que
dans ses refus de compromis et de résignation religieuse, autant dans ses
condamnations que dans ses recherches de solutions. Citons en vrac des extraits
référencées dans la présente étude :
Au début de la guerre, il lançait ce cri : le Christianisme est sali, vieilli, usé par le temps
et si nulle voix ne s’élève, il en restera souillé pour toujours (J 499). Il va même jusqu’à
conseiller aux hommes de bonne volonté de chercher “une autre Jourdain” car dans
“les eaux ensanglantées” de celui-ci le Christ lui-même ne se baignerait plus (J 1098).
Les religions d’Occident sont “malades” (J 1454). “Aux temps nouveaux il faut des
Écritures nouvelles, des dieux vierges encore des compromis auxquels tôt ou tard les
amènent leurs Églises” (J 1319).
À l’individu désormais s’est substituée la collectivité, à la patrie, l’internationalisme.
C’est à cette nouvelle échelle que les solutions doivent s’adapter : l’humanité grandit...
elle ne peut plus tenir dans “les vêtements d’autrefois” ou bien elle étoufera dedans
ou bien elle les fera éclater (J 1067). “Ce qu’il faut à présent c’est faire une société
plus juste et plus humaine et non jeter sur les vieilles injustices sociales le voile de la
résignation religieuse” (S2 187). Il faut désormais un “idéal plus actif et plus puissant”
(S2 187). La morale individuelle n’y suft plus. Il ne croit pas que “le mot de l’avenir
appartienne au Christianisme car ‘l’humanité a besoin de forces bienfaisantes qui
soient (dans le sens de non-négatives) plus positives et moins incertaines’ (S2 239).”
Je crois que nous sommes à la veille d’une ère religieuse nouvelle. Dieu se prépare à
renaître » (au Pasteur Maurice Vuilleumier 4 mai 1915).
Alaie-livre.indb 16 22/05/2015 09:54:16Préface 17
Cerner la pensée religieuse de Romain Rolland c’est parler de son action.
Guerre et religion ont un lien, l’union avec le divin et le service sont inséparables,
l’action alimente la contemplation, le travail est une prière. Son militantisme est
un acte religieu : « xRompre avec la religion, mon acte le plus religieux » « Ne
pas croire, c’est encore cro »i (rLe  e! Voyage intérieur, L’Arbre). Son engagement
militant p our lutter contre la Grande Guerre va au-delà de 1918, car l’action
et la contemplation ne sont pas dissociées en deux personnes comme Marthe
et Marie des vÉ angile  : ls a dualité de Romain Rolland est en réalité une même
pièce avec ses deux fac: e«  sd  e toute mon œuvre et de toute ma vie se dégage
une loi morale : loi d’intelligence et d’action, loi intérieure et loi pratique »
(le voyage intérieur, extrait d’une lettre).
Cerner la pensée religieuse de Romain Rolland c’est reconnaître la
maturation de sa pensée grâce à diverses influences, certes, mais pour
l’essentiel, tout ce qui s’en est révélé, il l’avait en lui, comme i C l lar e dit : « 
comprenez-moi bien, je n’ai pas été chercher, en dehors de l’Europe, ainsi que
tant d’esprit inquiets et désaxés, la lampe d’Aladin ou l’anneau de Salomon…
Je n’ai rien trouvé dans l’Inde et en Asie qui ne fût en moi-même. … Le chant
que, depuis l’enfance, j’entendais murmurer dans le bruissement des bouleaux
nivernais, m’est revenue porté par le vent d’Est »
Nazy Alaie Ahdieh, l’auteure, aborde cette étude et le parcours d’engagement
et de foi de Romain Rolland avec fnesse et précision. Dans un style fuide et
nuancé, avec de nombreux documents à l’appui, elle présente son travail comme
une des formes d’interprétation de la pensée de Romain Rolland suggérant
qu’il puisse y en avoir d’autres. Sa lecture de Romain Rolland entre les lignes,
ses afrmations à demi-mot sont d’un grand intérêt pour déâfmneir de l’ celui
qui a toujours été à la recherch’ie dndie lcible évidence. Son Directeur de thèse
lui avait recommandé de lire sur le Modernisme et elle l’inclut. Chemin faisant,
les livres sur l’Inde et l’hindouisme sont ment: iiol ennsét is  mpossible de parler
de la pensée religieuse de Romain Rolland sans s’y attarder.
Ces mouvements ou ces hommes auxquels Romain Rolland s’est intéressé
en particulier sont d’avant-garde, réformateurs dans leur propre domaine,
leur propre religion. Un renouveau s’est fait sentir. Et il est intéressant de
noter qu’Alfred Loisy (un des piliers du Modernisme) connaissait le Babisme
(la foi babie) et le Béhaïsme (la Foi baha’ie). Vivekananda aussi s’était penché
sur le Babisme. L’autre grand personnage que Romain Rolland admirait,
Tolstoï, avait une grande considé proautr Bion aha’ul’llah et sa pensée religieuse
universaliste.
Nazy Alaie Ahdieh descend d’une famille de littérateurs et de poètes.  Un
livre en français est paru récemment sur son  grand-père, philosophe et
Alaie-livre.indb 17 22/05/2015 09:54:16Romain Rolland , gue RRe et Religion . Rencont Re avec la foi baha ’ie18
1poète persanA zizollah Mesbah dont l’œuvre a d’ailleurs été mentionnée dans
2L’Encyclopédie philosophique universelle .  Ce lettré persan féru de culture arabe
et française avait rencontré Abdu’l Baha et avait collaboré avec le premier
Français baha’i  Hippolyte Dreyfus pour l’aider à traduire des écrits baha’is en
français.  
Les parents de Nazy Alaie Ahdieh quittèrent l’Iran alors qu’elle n’avait que neuf
ans.  Elle vécut dans divers pays et fut donc confrontée à de nombreuses cultures
et religions - et s’y intéresse.  
Leïla SABERAN-MESBAH
Dimanche de Pâques, 5 avril 2015
1 Aziz Charles Mesbah , Azizollah Mesbah, Maison d’éditions baha’ies ASBL - Bruxelles
2 Encyclopédie philosophique universelle, tome III – Presses Universitaires de Frap.n 35ce4 8-3549.
Alaie-livre.indb 18 22/05/2015 09:54:16Introduct Io n 19
Introduction
Au premier plan ou en fond de décor, apparente ou en sourdine, la guerre est
présente dans presque toute l’œuvre de Romain Rolland, à la fois romanesque et
théâtrale, antérieure, contemporaine ou postérieure à la guerre efective : Guerre
de conquête danLs e Siège de Mantoue, Le Temps Viendra, Jean Christophe,
Clérambault, Pierre et Luce, L’Âme Enchantée,… guerre sainte dans Saint-Louis,
guerre civile dans les pièces de la Révolution elle prend toutes les formes. Une
grande partie des écrits de Romain Rolland ne serait qu’une sorte de variations
sur le thème de la guerre.
Quelle sera sa réaction devant le choc réel : la guerre - non plus le fantôme
dont sa génération a été hantée, non plus le monstre dont la venue a été prévue
et attendue dans la révolte ou la résignation, mais la guerre présente, vivante,
mille fois plus efroyable par son toucher quotidien qu’elle n’aurait pu l’être
dans les imaginations, mille fois plus terrible que dans les récits mentionnés par
l’Histoire, étendant ses tentacules sur tout, détruisant les corps mais aussi les
âmes, la science et l’art, le socialisme et l’idéalisme…
Et la religi o? …n
En quoi cette pensée où la guerre depuis toujours bat son tempo menaçant,
sera-t-elle touchée, ble ? Essén qe uoi ce heurt brutal et inattendu - malgré la
longue attente, le refus persistant - atteindra-t-il les rameaux, le tronc ou les
racines de ce qui, en chaque Homme, conscient ou inconscient, et avec mille
nuances est la base de toute vie, l’Arbre qui le retient fermement et qui le relie à
lui-même et à l’univers, l’arbre de la Religion - D ? ieu
« Il n’y a sur terre d’intéressant que les rel auigiornasi »t dit Baudelaire.
Mais qu’est-elle la reli ?g Jiounsqu’où va-t-el ? Ole ù commence l’irréligieux ou
l’areligieu ?… Ox ù est Dieu, où le Non Die ?u
Et en tous, est-il l meême ? Dieu ft l’homme à son image - L’homme a
fait Dieu à sa propre ressemblance - Multiplicité de Dieux - à l’image de la
multiplicité des hommes - qu’englobe Dieu - l’Inconna i; mssaubltleiplicité aussi
à l’image des étapes d’une vie où coexistent et se succèdent en un même esprit
les divinités, refets d’un moment de sa conscience, en une de ses mues. Par un
Alaie-livre.indb 19 22/05/2015 09:54:16Romain Rolland , gue RRe et Religion . Rencont Re avec la foi baha ’ie20
phénomène de choc en retour, les troubles de la vie rejaillissent sur l’âme, sur
la Divinité pour la modeler, la préciser, la déformer, la reformer… e ? n quel sens
Il y eut des troubles et il y eut un choc dans cette génération de la fn du
siècle passé : la Grande Guerre - quand elle faisait rage, mais aussi lorsque,
éteinte, elle laissa derrière elle des trainées de mort, la haine, la misère morale,
l’angoisse - des traces de décomposition : la mort lente suite à la tuerie brutale.
Romain Rolland a quarante-huit ans quand la guerre le s Suersp rére-nd.
percussions s’étendront en lui beaucoup plus loin dans le temps - bien après
ce point fnal - sur papier – du traité de Versailles. En 1920-1930 encore
elle continue à creuser son sillon. L’homme a ses composantes, afectives,
sentimentales, intellectuelles… de leur dosage particulier dépend son état
intime et sa vision du monde extérieur à un moment donné - chacun de ces
aspects, à sa manière, peut être touché, transformé par l’élément nouveau et
l’ensemble des modifcations rejaillit sur l’âme. Pour connaitre l’enchaînement
de ces efets successifs, il faut être en possession des données de base : En 1914,
qui était Romain Rolland, l’écrivain, le penseur, l’homme, le fls ?, l ’ami…
Qu’adviendra-t-il de tous ces êtres à partir d ? e 1914
I. Romain Rolland au seuil de la guerre
1. L’écrivain
En 1914, Romain Rolland a déjà terminé sa grande œJuevan-re (Christophe
achevé en 1912) - le roman est déjà répandu dans plusieurs pays dès avant
la guerre (S2 65 - S2 71). Paul Dupin en a mis des parties en musique (S2 8),
l’Angleterre, l’Italie, la Suisse, la Hollande, l’Amérique et enfn l’Allemagne -
écrit-il dans une lettre de mars 1914 - ont déjà aJcecanue Cilhrli istophe et les
pays scandinaves s’y mettent aussi - et en France égaJleeanme Cnhrt istophe
commence à faire la conquête des cœur2s (74 L).g 
On comprend le chemin parcouru par Romain Rolland, écrivain, si l’on
se reporte de 1905 où il recevait le Prix dVie He la eureuse à l’anné e1913 où
la distinction est d’une autre portée : c’est le Grand Prix de Littérature qui
lui est décerné par l’Académie Française (in Barrère bio 18gr2)a.p Chi’eest le
couronnement d’une carrière artistique dont le point de départ se situerait
dans les anné e1s890 en Italie avec l’ébauche des premières œuOvrsriem s o,
Empédocle avec ce«  besoin impérieux d’épancher le trop p  » l deie sn a vie dans
des œuvres (RPF 135).
En 1914 Romain Rolland est déjà un écrivain célèbre. Les conséquences en
seront importantes pour l’homme, et en particulier dans sa vie matérielle.
Alaie-livre.indb 20 22/05/2015 09:54:16Introduct Io n 21
2. L’ancien professeur
Le divorce et les années consacrJéeeans à Christophe n’avaient pas amélioré
la situation pécuniaire de Romain Rolland. D’après son propre aveu, chez
lui, c’était b« as de plafond, étroit comme une bo (îtSe2 3 »1). Un passage du
JOURNAL 14-19 rappelle le budget maigre dont il disposait en ces années-là
(J. 505).
Mais avant la guerre déjà, le rêve caressé depuis longtemps de vivre de
ses écrits seuls se réalise. Si l’on songe que depuis l’époque de son Doctorat
en 1895, Romain Rolland se préoccupe déjà de sa liberté, rebuté par une vie
vouée à l’enseignement (RPF 146), si l’on songe que seules les nécessités de la vie
conjugale l’ont forcé à accepter le professorat, on comprend de quel prix était
pour lui cette indépendance matérielle vis-à-vis de sa profession. Renoncer au
professorat n’était-ce pas pour Romain Rolland renoncer au ma ? (S2 2 ri8 a) eget
pourtant il n’hésite pas à le faire en 1911 où il décide de rompre ses engagements
vis à vis de la Sorbonne (S2 124). En 1914 donc Romain Rolland est libre de
toute activité professionnelle, de plus ses revenus augmentant sans doute, il
peut se permettre de prendre un appartement plus large (in B 18 a2)r.r A ièvreec
la renommée donc lui arrivent à la fois la liberté et le confort matériel.
Mais l’achèvement de Jean Christophe a eu des répercussions encore plus
importantes sur son état psychologique.
3. La délivrance
La composition de Jean Christoph a ée té une rude entreprise, échelonnée
sur dix années à partir de 1903, l’œuvre terminée constitue une sorte
d’enfantementp,ermet à Romain Rolland de se retrouver, de regagner une

confance et une assurance ébranlées par les épreuves co ; anjpurgèas cleestte
longue période de tension c’est u« sen ntiment de délivra »nc (ein Barrère 181)
que Romain Rolland éprouve, il est un homme nouvJeeanau C, hristophe a eu
une action purifcatrice : les anciens tourments sont balayés. Il se sent libre, il
veut « s’ouvrir aux germes fécondants de l’avenir » (de Jch à CB p 27 in Robichez)
C’est une période de verve et de gaieté qui commence avec la publication fnale
de Jean Christophe elle est manifeste dans Colas Breugnon.
Curieusement l’achèvement de Jean Christophe et ce nouveau départ dans
la vie se concrétisent à l’insu de Romain Rolland dans sa manière de mettre de
l’ordre - si l’on peut dire - dans ses écrits : tout est passé ! eSn i ern ev1u90e8, ce
sont les articles de critique musicale qui sont groupés en volumes, et en 1909, les
drames du Téâtre de la Révolution (in Barrièr 1e82), en 1912, fait remarquable,
Romain Rolland brûle toutes les notes prises depuis les premiers mois de son
séjour à Paris de 1882 jusqu’à 1889 (C R2) eU t en 1913 enfn le Ts ragédies de la
Foi sont présentées en recueil (Préface Tragédies d).e la Foi
Alaie-livre.indb 21 22/05/2015 09:54:16Romain Rolland , gue RRe et Religion . Rencont Re avec la foi baha ’ie22
Romain Rolland comme prévenu par un instinct des bouleversements
à venir et délivré du poids dJeane Christophe a classé ses écrits. Au seuil de
la guerre, une nouvelle étape semble commencer. Ses nouvelles relations en
attestent.
4. La vie afective
Les difcultés matérielles et l’importance de la tâche entreprise avec Jean
Christophe avaient été accompagnées d’une grande solitude. Bien sûr, Romain
Rolland lui-même a avoué que la période la plus difcile pour lui n’a pas été
celle qui a suivi la séparation d’avec Clotilde Bréal mais celle qui l’a précédée,
l’époqued ’Aërt a été bien plus rude pour lu« i J: amais je n’ai tant soufert
et de soufrances aussi rée »ll desira-t-il plus ta« rd bien plus qu’au temps de
Beethoven et de Jean Christophe car lorsque je composais ces dernières œuvres,
j’étais déjà à demi déliv »r (éÀ Mme Cruppi 25 mai 1913). Mais la période de
Jean Christophe ne fut pas d’une grande insouciance pour autant. Toutes les
œuvres de ces années-là montrent l’efort vigoureux d’une âme, qui, à tout prix,
veut sortir de son passé : Vleies s des Hommes Illustres, de Michel Ange, de
Beethoven tout en étant une tentative de communiquer le courage héroïque,
restent marquées d’une douleur pesante : c’est une joie volontaire que Romain
Rolland veut partager, et elle manque de légèreté, elle est trop sérieuse. La
correspondance de ces années, d’ailleurs, est pleine de considération sur la
fatalité dans la vie, sur la dureté des temps, Romain Rolland projette sur tout
évènement sa propre lassitude (nombreuses lettres à Sofa, à Malwida S 71,
MM 310 etc. …). N’a-t-il pas d’ailleurs prétendu lui-même avoir d’avantage de
relations avec ces héros morts qu’avec les vivants (S 105) n’avoir comme liens
que sa mère (S 74) et Sofa (  1S05) ? N’a-t-il pas avoué lui-même la faiblesse de
sa pensée toujours tournée vers Cloti2l3d4e () ? AS  joutons à cela les épreuves
qui çà et là, ont également jalonné les débuts de la péJreianod Ce dhre istophe :
,
Le mariage de Sofa, l’amie intime en 1902, le remariage de Clotilde en 1903
(S 117), la mort de Malwida en 1903 - tout autant de liens coupés et c’est la
solitude qui pendant dix années s’installe autour de Romain Rolland. Les écrits
et pensées de 1901 - 1905 ou 6 ou 7 représentent la forme la plus stoïque de son
esprit dira-t-il plus tard à Jeanne Mortier (vingt-d1e9u22)x mai 
Mais là encore, avant la guerre les problèmes se résolvent : vers 1912 son
cœur s’ouvre à une nouvelle passion, une grande passion qui l’emporte écrit-il
à Mme Cruppi le 19 septembre 1912. Le contact avec le monde des vivants se
rétablit de plus en plus et il se peut que la commotion de l’accident grave de
1910, la proximité réelle de la mort ait aussi contribué à le rejeter vers la vie.
À la veille de la guerre, l’orage de la vie conjugale est bien passé, même la
convalescence est laissée derrière, c’est un homme naturellement, spontanément
gai qu’on retrouve - gaieté précaire, nécessaire avant la grande catastrophe.
Alaie-livre.indb 22 22/05/2015 09:54:16Introduct Io n 23
Conclusion
Assurance de la célébrité, assurance sentimentale, liberté professionnelle,
Romain Rolland est prêt à l’attaque. Entraîné par Jean Chr iils etospth dée, cidé
à se jeter dans la mêlée, à dire la vérité plus ouvertement encore (S 328) la guerre
va lui en fournir l’occasion. Son engagement dans le combat annoncé en 1896 à
Malwida (MM 1 76) expérimenté lors de l’Afaire Dreyfus aLevs Lec oups (1898)
va entrer dans une étape décisive, celle de l’Un contr e Tous.
Une pensée mûrie, une vie afective qui retrouve son équilibre et grâce à la
renommée une ouverture vers le monde extérieur voilà Romain Rolland à la
veille de la guerre. De ces divers aspects dépendra sa réaction devant le confit,
ils orienteront sa vie dans la période qui va suivre : pendant les années de cette
guerre, qui arrive à grands pas.
II. Romain Rolland à partir de 1914
Le sort de l’Europe et du monde est en jeu au cours de cette guerre et en
sera modifé par la suite. L’enchaînement des faits entraîne un changement non
seulement dans les relations entre pays divers mais aussi dans la société, dans
les relations humaines, dans les hommes. Quel sera leur efet dans la vie de
Romain Rollan ? Ed n quoi, indépendamment des évènements cette vie
sera-telle modifée à partir de 1 ?914
1. Le penseur
a. popularité de l’écrivain
La popularité de Romain Rolland va grandissant au cours de la guerre. Son
éditeur prétend même que c’est lui, Romain Rolland q« u vi ifv arie t sa maison  »
(J 823) alors qu’un journal de librairie de Vienne note parmi les auteurs les plus
lus - à côté des noms de Tolstoï, Dostoïevski, de Coster, Maupassant et Dickens -
celui de Romain Rolland (DD 72). En 19Je1an6 Christophe est déjà traduit en
sept langues ( 9J5 9), en 1918 il dépasse la centième édition pour l’A(Ju 17be 79).
Enfn c’est pendant la guerre aussi que le prix Nobel est décerné à Romain
Rolland (en novembre 1916).
Romain Rolland est donc beaucoup lu : un instrument est désormais à sa
disposition pour transmettre ses opinions. Mais en même temps il est soumis
lui-même plus que jamais aux passions pour ou contre lui, en s’exprimant
publiquement il se livre ouvertement au jugement de tous et c’est là aussi une
caractéristique de cette période.
b. partisans et adversaires
Les témoignages de sympathie et de haine parviennent presque q-uotidien
nement sous ses yeux en réponse à ses articles.
Alaie-livre.indb 23 22/05/2015 09:54:17Romain Rolland , gue RRe et Religion . Rencont Re avec la foi baha ’ie24
Ainsi lui arrivent des lettres de gratitude provenant d’individus isolés,
parfois humbles et obscurs qui n’osent même pas signer leurs n   11om77s () J
aussi diversifés que possible par leur état : ofciers, prêtres, gens de lettres,
musiciens, comédiens… (S2 54 ; e) xpressions de reconnaissance d’hommes de
l’arrière aussi bien que du front qui lui parviennent indirectement par des amis
(J 255), des admirateurs (J 979) de la part d’intellectuels (J 539 à 547) du peuple
(J 1421) de journaux religieux (DD 181).
À côté de ces marques de sympathie d’origines toutes diférentes, d’autres
témoignages lui parviennent, de haine cette fois, et aussi de mépris, soulevés
par ses articles et en premier lieu Aup-adr essus de la Mêlée où Romain Rolland
semble se dissocier de ses compatriotes. Ses adversaires d’alors se manifestent
dans Les Lettres (Lg 280), L’Intransigeant, la Croix (EL 26) La Bataille Syndicaliste
(DD 149)… Ce sont Bourget, Frédéric Masson, Aulard, Daudet… (EL 26) Lavisse
(J 198) P.H.Loyson (J 572)… D’autres journaux lui tournent le dLe Fos ig: aro
(DD 20) le Journal de Genève (J 966). Il est traité de traître, son nom mêlé à celui
du Neues Vaterland (J 572) au procès Guilbeaux, à celui d’E.D. Morel… Son œuvre
littéraire est boycottée, des critiques malveillantes paraissent sur ses romans
(J 1776) alors que certains éditeurs lui ferment leurs p  1o7r7t6)e…s ( PJ eu de
temps après la mort de Péguy, son nom est supprimé sur la liste des collaborateurs
des Cahiers de la Quinzaine (S2 300) à l’Agence on ne fait pas fgurer son nom
sur la liste du personne 1l (89J) même ses amis sont persécutés en son nom et
Jouve à son travail est contraint de le r« paenri éecr r »it (J 844)… enfn des lettres
anonymes lui auraient même promis le sort de Jaurès (El introd.)…
Ses proches même se laissent atteindre par la contagion de la haine contre
lui, si ses amis le supplient de se taire (EL introd.) son père va jusqu’à le traiter
de « cerveau malade » (J 198) alors que Louis Gillet et Verhaeren le quittent
(EL introd.). A la mort de sa mère, revenu à Paris, il n’aura la visite d’aucun de
ses anciens amis. Haine ou sympathie, cet engagement public d’inconnus ou
d’amis, à son égard, prouve non seulement, sa célébrité mais le poids de son
opinion sur les autres : il commenc« e à devenir dangere »u, sx ’il est craint ou
rejeté d’un côté, il suscite l’espoir de l’autre.
La parole de Romain Rolland n’est pas dénuée d’autorité au cours de la
guerre.
c. groupes et organisations
Mais ce ne sont pas seulement les individus isolés qui s’adressent à lui.
Avec la guerre, un nouveau pas est fait dans sa communication avec le monde
extérieur : des groupes, des mouvements se sentent aussi concernés par sa
pensée et des relations s’établissent entre eux et Romain Rolland. Ainsi tour à
tour, diverses organisations entrent en contact avec lui : ce sont la Commission
Internationale à Genè (Jv 4e4 ) ou simplement un groupe de Collégie n9s (00)J
Alaie-livre.indb 24 22/05/2015 09:54:17Introduct Io n 25
le Comité International de l’Espéranto (DD 38) l’Union of Démocratic Contro l
(DD 43). La Conférence Internationale des Femmes à La H  2a9y8e () d Jiférents
groupes de l’Union des Femme(s J 1236) les socialistes de lVie a Ouvrière
(J 464) des organismes diférents des Syndicats français (J 464) les Républicains
Chinois (J 712) la Mission Ford (DD 318) la Société d’édit Aionction Sociale
(J 1597) la Publication Department of the International Commite of YMCA,
War Prisoners Aid (J 1587) la Conférence Internationale de Be 1r7n20e ( ) lJ es
Étudiants Socialistes révolutionnaires fr a17n2ç8a) lis ( eJs Étudiants Socialistes
de Munich (J1 751) la Commission des Beaux-Arts à Moscou (à Mme Cruppi
vingt-trois novembre 1918) l’Académie Socialiste des Sciences Sociales à
Moscou ( J1622) le Visva Bharati de Tagore 1 0(I0) le Congrès Mondial de tous
les partis contre la guerre en 1932 (BV 324) le Comité Mondial de lutte contre
la guerre et le fascisme… (BV 349) etc… La liste en est trop longue - elle a
l’intérêt de montrer la diversité des groupes et permet de se rendre compte de
quels outils Romain Rolland disposait alors pour une difusion de sa pensée :
pendant la guerre Romain Rolland n’est plus l’écrivain isolé qui tente de faire
passer un message théorique dans l’obscurité, il peut au contraire s’adresser à
des groupes déjà organisés, prêts à l’action.
d. Rapports internationaux - relations avec les personnalités de l’époque
Enfn il est à noter que ses rapports dépassent les frontières d’un pays
et même d’un continent. Les traductdio’Anus -dessus de la Mêlée (J 959) les
articles et les polémiques le concernant dans les journaux étrangers les plus
divers ( J369-J 733-J 688 -DD 93-DD 39-J 1055) les appels envoyés par divers
peuples pour demander son appui (DD 65 - DD 95)… attestent la difusion de
sa pensée aussi bien en Europe qu’aux Etats Unis mais aussi en Tunisie, en Inde,
en Chine, au Japon, en Pologne, en URSS…
Plus tard lLe iber Amicorum en 1926 groupe justement ces témoignages
variés des pays les plus divers (S2 304). L’intérêt est réciproque et fait qu’à partir
de la guerre et en partie grâce à elle, il y a élargissement des horizons de Romain
Rolland : sa vie s’ouvre à une humanité diférente.
Sa renommée à travers le monde lui vaudra entre autres la faveur d’entrer
en contacts avec l’élite intellectuelle, internationale de son époque. Et l’on
trouve parmi ses amis et correspondants aussi bien Spitteler (El introd.), Igor
Stravinsky ( 5J9) Albert Schweitzer 5 (2J5) Bernard Shaw (D D352) Sienkiewicz
(El introd.) Einstein 2(8J 9) Gorki, Tagore, Gandhi etc. … Beaucoup de ces
hommes, par leur engagement personnel ont pu apporter leur expérience à
Romain Rolland, lui ont permis d’obtenir une information complémentaire à
celle, souvent falsifée des journaux des camps opposés qu’il avait la chance de
pouvoir lire étant en Suisse, pays neutre (S2 212) et de sentir le déroulement
de l’Histoire simultanément dans les divers peuples, avec leurs problèmes et
Alaie-livre.indb 25 22/05/2015 09:54:17Romain Rolland , gue RRe et Religion . Rencont Re avec la foi baha ’ie26
leurs solutions propres. Ces rapports avec les personnalités infuentes en divers
pays favorisent également les initiatives chez lui vers un essai d’organisation
internationale.
Conclusion
Où est la relation, s’interroge-t-on entre ces diverses informations sur la vie
de Romain Rolland et sa pensée relig ? Qieuusel apport y trou ? Tverout, si l’on
songe que la religion a des attaches avec l’être tout entier, avec chaque moment
de la vie.
La renommée grandissante donne désormais à Romain Rolland la possibilité
de s’exprimer publiquement. Il sait qu’il sera lu mais en même tl’aeutomprs ité
qu’il détient le freine désormais pour dire ouvertement sa pensée, il doit prévoir
ses répercussions sur chacun, on le notera plus loin, à propos de l’interprétation
de ses écrits.
La guerre, les contacts avec les mouvements orientent nécessairement sa
pensée d’un plan théorique vers un plan pratique : ce qu’il dit devrait avoir
ses prolongements daln’asc tion et c’est sous cet angle d’action pratique que la
religion sera aussi envisagée par lui désormais.
Pour parler aux autres, Romain Rolland devra tenir compte de leurs
motivations propres, de leurs réactions personnelles, à la fois religieuses,
philosophiques, psychologiques. C’est donc un voyage à travers les âmes qu’il
aura à entreprendre, un examen de l’efet de la religion ou de son absence - non
seulement en lui-même - mais sur les autres et une étude aussi des religions
diférentes de la sienne. Par contrecoup, la façon dont il ressentira désormais les
idées et les évènements ne sera pas celle de l’individu Romain Rolland mais en
même temps des Français, ses compatriotes, aussi des peuples aux mentalités et
croyances les plus diverses, et par-dessus tous ceux-là peut-être, de l’Homme :
« Je ne me suis jamais senti plus en relations avec le cœur du M » (DonDd 4 e3).
C’est dès le début de la guerre que Romain Rolland écrivait cela.
Le concept de re«  ligio »n, lui aussi, passera à travers ces diférents moules :
à partir de la guerre, le champ d’analyse de Romain Rolland, détaché de sa
propre personne, devient beaucoup plus vaste. Il est indéniable que Romain
Rolland - confronté directement aux problèmes pressants de l’heure et pénétré
par les courants de pensée de son époque - n’ait eu à maintes reprises l’occasion
de réviser ses propres conceptions.
Douleur ou joie, d’autre part, ne seront plus seulement motivées par des
considérations sentimentales personnelles comme au temps d’avant-guerre
mais par une réfexion élargie sur la condition humaine - de même que les
réponses aux angoisses de l’heure ne seront pas destinées à satisfaire la personne
de Romain Rolland mais à présenter une solution pour l’Humanité dans son
ensemble, dans le déroulement de son Histoire…
Alaie-livre.indb 26 22/05/2015 09:54:17Introduct Io n 27
C’est cela désormais le rôle vers lequel la guerre entraîne Romain Rolland,
considérablement accentué par rapport à la responsabilité qui était la sienne
dans les prises de position antérieures.
En même temps Romain Rolland, homme public, va paradoxalement entrer
dans une nouvelle période de solitude : celle du sage.
2. L’Homme
a. Les liens afectifs
Quelles sont les attaches afectives de Romain Rolland en cette nouvelle
période débutée par la guerre, les amitiés et les liens sent ?imentaux
Romain Rolland a toujours eu de nombreuses amies, intimes d’ailleurs.
La première de toutes est sa mère. Il lui a sans cesse voué une afection sans
limites. Au cours de la guerre, il lui écrit régulièrement. De France elle vient le
voir à plusieurs reprises en Suisse - un mois et demi en 1915-1916, près de deux
ans en 1917-1918… Après l’un de ses départs, il n« ojtae ma:  is nous n’avions été
plus unis… Chaque matin et chaque soir je venais m’asseoir au chevet de son lit
et nous causions longuement… Je me reproche de n’avoir pu trouver un moyen
pour la reten »i (rDD 363). Sa mère le soutiendra toujours contre les calomnies,
elle en prendra sa part, comme toujours lors ddife scuelts és.
Sa sœur, Madeleine, lui devient particulièrement proche au cours de la
guerre, partageant entièrement ses idées, il la trouv« e mcouûrraeg, eus  »e et
« sensée  » (S2 250) une « ferme conseillè  » re (DD 359) qui le comprend (S2 252)
et il la consultera à plusieurs reprises. Elle lui servira également d’interprète
et de traductrice lors de ses entretiens avec les hindous et ses recherches sur
l’hindouisme.
À côté de ses afections familiales, se détache unique le nom de Sofa. Elle
est désormais mariée, même s’il n’a jamais approuvé ce mariage (31M3)M 
il éprouve toujours pour elle les mêmes sentiments de tendresse, mûrie et
consolidée par le temps et l’expérience. Leur correspondance commencée lors
d’une rencontre en Suisse après le divorce de Romain Rolland ne s’interrompra
plus.«  Il n’est pas une femme - lui a écrit Romain Rolland en 1913 - pour qui j’aie
de tels sentiments de respect et d’estime afectueuse, oui, dans le fond de mon
cœur, de tendre vénérat  »i. (oSn2 187) Au cours de la guerre, malgré les censures
et les lettres non reçues, l’amitié de Sofa lui sera un soutien chaleureux. Il est à
noter que dès avant la guerre, Sofa tend vers le christianisme (S2 159…).
Mme Louise Cruppi la femme du Ministre connu lui est également très
proche en cette période. Elle est intelligente. Grâce à ses relations, elle l’aide à
plusieurs occasions dans ses activités (à l’Agence…) Il lui confe de nombreux
aspects de sa pensée intime, elle de son côté lit régulièrement ses articles et
Alaie-livre.indb 27 22/05/2015 09:54:17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.