Samuel

De
Publié par

Jean Grosjean (1912-2006), ordonné prêtre en 1939, renonce à son sacerdoce après la Seconde Guerre mondiale. Commentateur et traducteur de la Bible, du Coran et des tragédiens grecs, il publie aussi récits et poèmes (Terre du temps, Fils de l'homme, La Gloire). Il devient à partir de 1967 membre du comité de rédaction de La NRF, dont il est l'un des contributeurs réguliers à partir de 1955.
Publié le : mardi 18 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072038808
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
©ÉditionsGallimard,1994.
1
Lahaie
Samueltraversaitlahaie.Leschemins nevontquelesunsauxautreseton retrouvetoujourslesmêmes.Lesjoursse ressemblent.Lesétonnementsdel'enfance sontloin.Ilavaitentendudesvoixdans lanuit.Lesimmensesnuitsdel'enfance l'avaientappeléparsonnom,maismain-tenantceuxquiprononçaientsonnom, c'étaitpourrécriminer. Samuel avaitoubliélesmagnifiquesca-tastrophesdesajeunesse.Lasuffisancedes benêtsavaitétébafouéeparladéroute.Le recoursaucielavaitétéprisendérision parleciel.Legrandprêtreaveugle,tombé àlarenverse,sebrisaitlanuque.Labru périssaitencouchesetlegosses'estappelé Mortegloire.C'étaitdel'inattendupour
unjeunehomme,puisç'aétécatalogué avectouteslesmérovingeriesdeshistorio-graphes. Peuàpeulesgenssesontaperçusdu flairde Samueletsesontmisàavoir besoindelui.Alorslavieestdevenue monotone,d'autantquelesannéesont sembléraccourciretqu'ilfallaitrépéter lesritournelles.AlorsSamuels'estmisà passeràtraversleshaies. Seshabits,sesjambesetsesmainset mêmesonvisageétaientlacérés.Lesgens quivoyaientsesgriffuresdisaientIlperd latête.Maisonallaitquandmêmele consulter.Lesbizarreriesont peut-êtreune signification.Onhochaitlatête etonmon-taitàRamaavecuncadeaud'importance pourdemanderauvoyantcequ'ilfaudrait faire. Lesmalheursétaienttoujoursplusou moinslesmêmes.Iln'yavaitpasque Samuelquienétaitlas,lesgensaussi rêvaientd'unchangement,uneespècede solutionunefoispourtoutes.Lesgens aussivoulaienttraverserlahaie,sortirdes coutumes.Ellesnefontquerimer.Pour-
quoinepasallerdroitaubutetvivreen proseaveclessurprisesquecelaréserve. Unjourleshommesdestribusétaient venusdireàSamuelTevoilàvieux.On sefieàtoiplusqu'àd'autres,maiste voilàvieux.Cen'estpaspourtevexer, maisonvoudraitungouvernementcomme nosfrèressyriens. Samuelnes'yattendaitpas.Ilavait beauprévoir,ilnes'étaitpasprévuàla retraite.Ils'étaitmisàregarderlesmar-gueritesparlafenêtrel'orestaucœur etlespétalesyconvergentcandides.C'en seraitfinidespoisdesenteur.Ilavaitpris unaird'avoiroubliésonDIEUSEULdans unearrière-chambreetils'étaitéclipsé. Onavaitcomprisqu'illuifallaitletemps delaréflexion.Onreviendraitdans quelquesjours. Ilétaitsortierrer,maisentraversant unehaie,ils'étaitarrêtéaumilieuparmi laronceetl'aubépine.Rougeslesfeuilles duroncier,blancheslesfleursdel'épine. Unprintempsças'estdéjàvu,maiscelui-semblaitlepremier,antérieurauxsé-quelles.Samuelstupéfait.Ilavaitdépassé lesrengainesdumondeet,aulieud'une
apocalypse,ildécouvraitlesbeauxjoursà leursource. Ilaentendubuterdessabotsdebêtes. Unhennissementafaittremblerlesco-rolles.Ilatournélatêteetvudespetits chevauxmontésparlesMongolsavecleur visagedecuiretleregard danslafente desyeux.Alorsdoucement,depeurde chasserlemirage,ilalevésamaindroite décoréed'érafluresetproféréensalangue unesalutationchaleureuse. Lepasdesmonturess'éloignaitquand l'odeurdeschevauxs'estmêléeaupar-fumdesfleurs.Etlamêmebrisefaisait glisser,danslepâleazurduciel,des bandesdenuagesdoduscommedes bossesd'argenterieouchevelusavecdes frangesd'or. Samuels'estdégagédesesvisions.Il areprissamarchejusqu'àheurterdu piedunepierretombalequisedésagré-geaitàlalisièred'unboisparmiles anémonessylvies.Lestombesnesontpas éternelles.Larocheestaussifriableque lamémoire. Lepeupleoubliemesprévoyances.Elles melassaient,maisilsespèrentunassè-
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant