Temps et évolution conférences de l'IRFFA

Publié par

Au sommaire de ce numéros, 2 dossiers :
- Pour une lecture pluridisciplinaire du temps : Chant grégorien et temporalité (Daniel Saulnier) ; La musique baroque et le temps - Le temps de la musique baroque (Patrick Barbier) ; La beauté de l'éphémère (Paul Drochon) ; La psychanalyse et le temps ( Patrick Martin-Mattera)...
- L'évolution en question : progrès ou régression : L'Ethique, un chemin d'humanité (Véronique Margron) ; Acte éducatif, acte éthique (Véronique Margron) ; OGM : le paradoxe permanent. Plaidoyer pour un débat honnête et constructif (Didier Georges)...
Publié le : lundi 1 septembre 2003
Lecture(s) : 60
Tags :
EAN13 : 9782296329164
Nombre de pages : 202
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

IM PACTS

T em ps et évol ution

Conférences

de l'IRFA

Tome 37 - Année

2003 - N° 2/3

(Ç)rHarmattan, 2003 ISBN: 2-7475-4800-7 ISSN : 0019-2899
REVUE TRIMESTRIELLE

Éditée par Les Éditions de l'UCO 1, place André Leroy - BP 808 - 49008 ANGERScedex 01 Tél: 02 41 81 66 00 - e-mail: comm@uco.fr et Les Éditions rHARMATTAN 5-7, rue de l'Ecole Polytechnique - 75005 PARIS Tél: 01 40 46 79 14 - e-mail: harmat@worldnet.fr

1, place André Leroy - ANGERS
Directeur de la Publication: Abbé Pierre HAUDEBERT Conception

Rédaction et Administration

- Création

ServiceCommunication-PAO de l'UCO

1M PACT5
Daniel Patrick Patrick SAULNIER BARBIER

Paul DROCHON MARTIN-MATTERA Jean Véronique Anne Didier MAGAT MARGRON GEORGES

ROLLAND-BOULESTREAU

Temps et évolution
Conférenc;es de l'IRFA

Edition L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole Polytechnique - 75005 PARIS Tél. : 01 43 25 82 03 - Fax: 01 43 29 86 20
/

/

e-mail: harmat@worldnet.fr site internet: http://www.editions-harmattan.fr

PUBLICATIONS

3 place André-Leroy

DE CUNIVERSITÉ CATHOLIQUE DE COUEST - B P 808 - 49008 ANGERS CEDEX 01

IMPACTS (écrire au Directeur) Revue trimestrielle (100 p. environ) Articles d'intérêt général écrits par des enseignants de l'UCO. Chaque numéro est consacré à un même domaine: lettres françaises ou étrangères, théologie, histoire, éducation, etc... Comptes rendus de livres.
Derniers titres: Regards croisés sur lëducation

- Habitudes

culturelles d'apprentissage

dans

la classe de EL.E

Abonnement

pour la France: tarif 2003 = 35 €.

LES DOSSIERS DU CREO (écrire au Secrétariat du CREO) Deux livraisons (ou un numéro double) par an. Publication du Laboratoire de recherches en sciences religieuses (Faculté de Théologie) (recherches interdisciplinaires en sciences religieuses). Derniers titres parus: Quelle santé, quels acteurs? - Face aux processus d'exclusion, partenaires et solidaires: pourquoi?

comment?
CAHIERS DE L'IPSA (écrire au responsable) Revue semestrielle (entre 100 et 200 p.) Chaque numéro est thématique et publie le travail du Laboratoire de Recherche Opératoire en Psychologie et Sciences Sociales. Les thèmes étudiés couvrent le champ des Sciences Sociales (psychologie, ethnologie, psychanalyse etc.) Derniers titres parus: L'École: un champ pour des pratiques psychologiques (Série « Travaux fin d'études », n° l, 1997) ; Amour et création (nO 20, sous la dir. de Patrick Martin-Mattéra). Vente au numéro. MOREANA (écrire au Directeur, Kevin EASTELL) Revue bilingue (anglais, français, résumé aussi en espagnol), paraît trois fois par an, un des numéros étant double; réalisée au Moreanum, centre de recherche relevant de l'IRFA (UCO), MOREANA est le bulletin de l'Association internationale Amici Thomae Mori ; elle préside à la recherche mondiale sur S. Thomas More (1477-1535), ses écrits et son univers, notamment Erasme, Luther et la Réforme anglicane. CAHIERS DU CIRHiLL (écrire au responsable M. Yannick LE BOULICAUT) Deux volumes par an (de 150 à 250 p.) Publication des enseignants-chercheurs du laboratoire de Recherches de l'Institut de langues vivantes et des collègues associés aux quatre Unités de Recherche. Dernières parutions: N°23 Jardins et Paradis (sous la direction de Marie-Claude ROUSSEAU)N°24 Exils et créations littéraires (sous la direction de Béatrice CACERES). CAHIERS UNIVERSITAIRES ET PROFESSIONNELS ANGEVINS. Émanant de six Instituts spécialement voués à la formation de formateurs, la publication propose des études qui ont trait à la formation dans ses rapports avec la culture, la vie professionnelle, les recherches et approches théoriques. Trois séries ont trait respectivement à « Formation et Formateurs », « Acteurs et développement, approches sociales et humaines », « Recherches et approches théoriques ». Titres publiés: Psychopédagogie du lire-écrire. Des théories en question: témologique - La médiation en pédagogie. Enjeux anthropologiques. approche historique et épis-

OMMAIRE

Tem ps et évol ution
Conférences de l'IRFA

Avant-Propos

9

POUR UNE LECTURE PLURIDISCIPLINAIRE
Daniel SAULNIER

DU TEMPS

Chant grégorien et temporalités La musique baroque et le temps - Letemps

.1

Patrick BARBIER

de la musiquebaroque PaulDROCHON La beautéde l'éphémère
et le temps.

.27 .41
.. . . .. . .. .. .. .. .. . .. .. .. .73

Patrick MARTIN-MATIERA La psychanalyse

Jean MAGAT

Invitation à une promenade dans l'espace-temps

.95

rÉVOLUTION EN QUESTION: PROGRÈS OU RÉGRESSION
Véronique MARGRON Véronique MARGRON [Éthique, un chemin d'humanité. .. ... ... .... ...107 .125
comment le . . . . . . . . . . .141

Acte éducati£ acte éthique
et Contre-révolution,

Anne ROLLAND-BOULESfRFAU Révolution les hommes rapport Didier GEORGES OGM

entre 1650 et 1800 pensent et changement. permanent.

entre pouvoir : le paradoxe

Plaidoyer . . . . . . . . . . .157

pour un débat honnête

et constructif.

Vie de l'UCO

Claude CESBRON

Olivier RIOBÉ

.169

Georges LE GUILlANTON Monseigneur Olivier RIOBÉ (1914-2002),
sa carrière scientifique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .171

Bibliographie Olivier ROBIN Michel DUBOST Jean-Pierre LEMONON
Le lecteur dans la Bible. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185

Marie

.187

la directionde : Regards croiséssur l'Épître aux Galates
Sous

.188

Véronique MINET

[empreinte divine, la théologie du corps
chez Saint Irénée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .191

Bernard

CHOCHON

Le « Bloc-Notes» de MAURIAC.Une poésie

du temps.
Arlette BOULOUMIÉ

.193

Sous la direction de Il Figures mythiques féminines dans la
littérature contemporaine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .197

Metka ZUPANCIC

Lectures de Claude SIMON

.199

Avant-propos
Du temps aux temporalités
BOUTINET *

Jean-Pierre

Nous n'avons le temps de rien ou ne nous ne prenons le temps de rien! Nous courons après nos agendas et nous sommes souvent dans l'instantanéité voire dans l'urgence des décisions

à prendre! Ces lamentations sur la fuite du temps ne sauraient s'arrêter là ; car elles traînent avec elles leur paradoxe: les attentes lorsqu'elles surviennent nous apparaissent en effet comme insupportables. Quant à notre avenir, faute d'un sens à donner à notre histoire, nous l'entrevoyons à tâtons à travers une brume plus ou moins dense voilant notre regard et n'anticipant rien de rassurant. Faute de penser cet avenir sur un mode dynamique à travers les figures de la prévision et de la prospective comme ce fut le cas voici une ou deux générations, nous le déclinons de façon craintive sur celui de la précaution et de la prévention. Si maintenant du temps

nous passons à l'espace en nous référant à nos environnements communicationnels, ceux-ci nous confrontent continuellement à l'immédiateté et à l'éphémère des spectacles qui se déroulent sous nos yeux. C'est dire que ce numéro de la revue Impacts qui s'offre à notre lecture ouvre sur les temporalités un chantier très actuel et gros d'enjeux, rejoignant directement ou par ricochet bon nombre de nos préoccupations quotidiennes. Ces préoccupations doivent affronter entre autres un changement profond de temporalités qui nous oblige à reprendre notre héritage culturel pour l'apprécier de façon contrastée au regard de nos organisations temporelles actuelles. Mais ce faisant pourquoi recourir de préférence aux temporalités plutôt qu'au temps pour saisir ces organisa-

tions ?

* Jean-Pierre

BOUTINET est Professeur à l'uca et Directeur de l'IRFA, par ailleurs associé aux Universités de Sherbrooke (Canada) et Genève (Suisse), Chercheur l'Université Paris X.

Professeur associé à

9

Si nous nous référons à une conception classique du temps, celle d'Aristote qui l'assimile au nombre du mouvement, celui principalement des astres, il est préférable de réserver ce temps à la façon par laquelle les mathématiques et les sciences exactes se représentent le mouvement ou plutôt les mouvements, comment elles les mesurent pour en rendre compte. Ce faisant, de tels mouvements astraux, physiques et biologiques qui nous environnent, encadrent et conditionnent nos existences, ne nous
laissent pas insensibles, que ce soit à un niveau individuel ou à un niveau collectif Ils suscitent en nous de fortes appréhensions, la peur de nous laisser emprisonner dans la mesure du temps. Aussi nous tenons à témoigner vis-à-vis d'eux de notre capacité d'initiative et donc d'une certaine liberté afin d'éviter de nous laisser enfermer dans l'une ou l'autre forme de destin qu'ils semblent esquisser pour nous. Aussi cherchons-nous à les repenser, à les réorganiser à notre façon à travers l'une ou l'autre forme de temporalités, des temporalités tant individuelles que sociales qui s'efforcent de dire non plus le temps mesuré mais au-delà de lui, le temps vécu. C'est ainsi que chaque individu a sa façon d'organiser son temps vécu, que chaque culture dénomme sémantiquement ce temps vécu selon les stratégies. qui lui conviennent:

- les temporalités

calendaires manifestent ainsi le souci de s'adapter au

mieux aux formes du temps mesuré par les circonvolutions lunaires et terrestres; c'est ce que font de leur côté les temporalités de l'horloge au niveau nycthéméral ; - lestemporalités de l'agenda de leur côté se donnent à penser sur un mode opératoire dans un souci d'efficacitéet de préparation à l'action ; ellesne sont plus le reflet de ces temps de révolutions astrales mais organisent nos engagements sociaux en fonction des impératifs culturels ou individuels du moment;

- les

temporalités de l'anticipation par le projet, la prévision ou la prospective ont le souci de mieux assurer notre devenir en structurant des horizons temporels appropriés;

- évoquons par ailleurs sans prétendre être exhaustifles temporalités de la mémoire et de la commémoration qui manifestent
le souci d'une fidélité à ce que nous

avons été et à ceux et celles qui nous ont précédés; de telles temporalités rétrospectives actuellement en forte expansion ne sauraient être d'ailleurs confondues avec celles de l'histoire en cflse. Les contributions qui suivent, chacune à sa façon, se situent finalement à un triple niveau, celui du hors temps qui renvoie à l'invariant

10

tel que l'approche psychanalytique a cherché à le mettre en évidence, celui du temps mesuré, entre autres par les mathématiques, celui du temps vécu à travers les temporalités de l'éphémère, du progrès, de l'évolution ou de la révolution. Or ce sont ces dernières évoquées qui nous permettent d'éclairer le décor dans lequel nous venons d'entrer sans trop le savoir, celui qui met aujourd'hui sous nos yeux une mutation profonde de temporalités. Les temporalités cumulatives du progrès et de l'évolution, c'est-à-dire d'un temps vécu orienté et salvateur se trouvent déstabilisées comme l'est l'avenir prometteur et ses formes d'anticipation. En revanche le passé cesse de devenir tabou, spécialement le passé remémoré, au contraire du passé reconstruit par une histoire devenue plus problématique. Cet effacement de l'avenir associé à une résurgence du passé vécu laisse toute

- une

exacerbation des temporalités

modernes dans ce que d'aucuns appellent une hyper modernité, celle du changement et de l'innovation poussés à leur paroxysme, celle d'une certaine forme de baroque et d'éphémère;

- un

retour vers des temporalités

traditionnelles qui à travers telle ou telle forme de revivalisme illustrent ce que l'on peut dénommer une contre-modernité; ces temporalités traditionnelles s'efforcent tant bien que mal de cohabiter avec les premières: la crise de l'histoire et le culte de la mémoire et de la commémoration en sont les tendances les plus significatives ;

- l'annonce

sa place à une hypertrophie du moment présent, un moment présent sur lequel de façon exceptionnelle se concentrent nos organisations de vie. Une tellemutation de temporalités caractéristiques des
sociétés post-industrielles et de l'avè-

de formes inédites d'organisations temporelles qui illustrent un au-delà de la modernité, celui qui campe quelque part aux frontières du moment présent et de l'avenir: le présent de l'immédiateté et de l'urgence avec leur forme pathologique de l'attente, le présent de la simultanéité, celui de la transition et de l'alternance.

nement d'une civilisation communicationnelle, nous conduit vers de nouvelles temporalités que nous désignons, faute de terme plus heureux à notre disposition, par temporalités post-modernes ; ces temporalités équivoques voient aujourd'hui converger en elles trois
tendances contrastées :

C'est dans un tel décor postmoderne aux allures composites qu'il nous est donné de penser les nouvelles temporalités d'aujourd'hui. Ces temporalités sont destinées à organiser, et pour combien de temps? , nos existences en contexte communicationnel. Ce sont certaines des figures historiques préfiguratrices de ces temporalités qui vont être évoquées dans les pages qui suivent.

11

Pour une lecture pluridisciplinaire du temps

Chant

grégorien et temporalités

Daniel

SAULNIER

CHANT GRÉGORIEN

ET TEMPORALITÉS

e sujet qui nous réunit est immense et complexe. Comment oublier les craintes de saint Augustin, qui avouait dans ses Confessions son grand embarras à devoir parler du temps. Après quelques explications préliminaires sur chant grégorien et ses rapports avec le temps, nous nous arrêterons à deux exemples.
LE CHANT GRÉGORIEN ET LE TEMPS Dans « chant grégorien », il y a deux mots: « chant» et « grégorien ».

L

Le mot « chant»

est un substantif

Il s'agit de musique, et de musique humaine. Et quel art plus que la musique est lié au temps? Pour nous, le temps est à la fois un drame et une grâce. Nous le saisissons d'abord comme un drame. C'est même, si vous me permettez l'expression, l'espace dramatique où se joue notre destinée humaine. Dramatique, au sens premier du terme: c'est l'espace où se déroule l'action de notre existence créée. Et dramatique, au sens plus courant du terme, car le temps nous est compté. Il y a un adage indien selon lequel toutes nos respirations sont comptées. Nous ne possédons pas, comme Dieu, toute notre existence dans l'instant. Nous la possédons dans la succession. Sur le temps, nous n'avons pas de prise. Nous l'apprécions comme une richesse, mais une richesse à ne pas laisser perdre. Il est la mesure de notre limite, de notre finitude, le rappel permanent de notre condition de créatures. Il est aussi un risque, car demain peut venir anéantir en un instant les efforts de toute une vie. Mais nous vivons aussi le temps comme une grâce. Une grâce, au premier sens du terme, parce que le temps nous est donné. C'est même un cadeau magnifique, capable de receler les surprises les plus inattendues. Même si nous n'en connaissons pas la limite quantitative, il représente le capital de base de notre existence précaire. En un autre sens, le temps est encore une grâce, car ce que je disais plus haut du drame peut s'inverser. Nous pouvons réparer en un instant les erre17

Daniel

SAULNIER

ments de toute une vie. rexemple du larron mourant sur la croix à côté de Jésus nous le rappelle avec force: à l'expiration d'une vie somme

toute plus que médiocre, il s'entend dire « Aujourd'hui, tu seras avec
moi dans le paradis ». Comme souvent dans les dilemmes humains, il faut savoir tenir les deux bouts de la chaîne. Le temps est à la fois un drame et une grâce. C'est un talent qui nous est donné pour réaliser quelque chose. Nous disons souvent « Je n'ai pas le temps ». Mais est-ce très exact? En fait, le temps, nous l'avons toujours, au moins, celui de l'instant présent. Cet instant présent qui,

comme dit Chesterton est le lieu redoutable « où le temps et l'éternité
se rencontrent ». Donc, le temps, nous l'avons toujours. La vraie question n'est pas de savoir si nous l'avons, mais de savoir ce que nous en faisons. Et c'est là que la musique se présente, avec une place de choix. Déjà, la musique que nous percevons agit sur nous comme un révélateur du temps. Mais, bien plus, la musique que nous produisons nous permet, en un sens, de qualifier le temps, ou pour rester dans le domaine artistique, elle contribue à le colorer. En fait, la musique est pour nous un des moyens les plus hauts de traiter le temps, de le
« racheter

», pour reprendre une expression de saint Paul (Ep 5, 16). « Voyez comme vous devez être avisés, vous conduisant non comme
des insensés mais comme des sages, rachetant le temps car les jours sont mauvais. Donc ne commettez pas d'imprudence, mais comprenez quelle est la volonté de Dieu. Ne vous enivrez pas de vin, dans lequel on trouve la débauche, mais soyez remplis par l'Esprit vous rencontrant dans les psaumes, les hymnes et les cantiques inspirés, dans votre cœur chantez et dites des louanges au Seigneur.»1

Eph 5, 15-19. Videte itaque caute quomodo ambuletis, non quasi insipientes sed ut sapientes, redimentes tempus, quoniam dies mali sunt. Propterea no/ite fieri imprudentes, sed intellegite quae sit voluntas Domini. Et nolite inebriari vino in quo est luxuria, sed implemini Spiritu loquentes vobismetipsis in psalmis et hymnis et canticis spiritualibus cantantes et psallentes in cordibus vestris Domino.

18

CHANT GRÉGORIEN

ET TEMPORALITÉS

Nous éprouvons et nous portons tous la marque du temps, quand ce n'est pas celle des ravages des ans. Paradoxalement, la musique nous donne une certaine possibilité d'imposer au temps lui-même notre marque. Ce que les autres arts, hormis peut-être la danse, ne peuvent pas faire. Leur production fige un instant, une expression, un mouvement, pour la postérité. La musique, elle, se joue de lui, et finalement l'utilise au service de sa mission. C'est une des raisons pour lesquelles la Constitution conciliaire sur la liturgie, à propos du trésor de la

musique sacrée, n'hésite pas à dire « qu'ill' emporte sur les autres arts".2
Le mot « grégorien» est un adjectif

Pour simplifier, on peut dire que « grégorien» signifie « liturgique ».
Or la liturgie est, par essence, le lieu où les temporalités s'entrecroisent: elle est célébration, et constitue à ce titre un événement présent, - elle est mémorial, et entretient ainsi un rapport direct à un événement passé,

-

- elle est gage, anticipation, future.

annonce, en lien direct avec une réalité

C'est ce que rappelle la Constitution conciliaire sur la liturgie, Sacrosanctum concilium, et c'est ce que chante l'antienne grégorienne du Magnificat de la Fête-Dieu, composée par le théologien de génie que fut saint Thomas d'Aquin:
«0

repas sacré dans lequelle Christ est mangé:

la mémoire de sa passion est célébrée, l'âme est remplie de grâce et le gage de la gloire future nous est donnée, alleluia.

»3

Comme répertoire de chant liturgique, le chant grégorien a été reconnu comme une réussite exemplaire. Il apparaît à un moment
2 3

Sacrosanctum

concilium, n. 112.

0 sacrum convivium in quo Christus sumitur : recolitur memoria passionis eius, mens impletur gratia et futurae gloriae nobis pignus datur, alleluia. Ce texte est cité par Sacrosanctum conci/ium, au n. 47, pour décrire le mystère de l'Eucharistie.

19

Daniel

SAULNIER

précis de l'histoire, du temps et de l'espace (VIlle s., quart nord-est de

la Gaule franque). Il y a donc un « avant ». Au sens strict, il y a aussi un « après », puisque d'autres « modes musicales» lui ont succédé.
Pourtant, il a survécu aux siècles, tout en conservant son caractère propre de musique fonctionnelle. Bien plus, les traités de musicologie le considèrent aujourd'hui comme la source de la musique occidentale. Une veine créative qui ne s'est épuisée qu'à la fin du XIXe s. Quand les compositeurs post-romantiques ont cherché à renouveler leur inspiration, c'est encore à lui qu'ils ont fait appel4. Depuis un siècle, on ne cesse d'approfondir le caractère intemporel de cette musique. Et on découvre progressivement que ce caractère intemporel vient de ce que les procédés mis en œuvre présentent deux caractéristiques: ils sont universels, et il sont traditionnels.
DES PROCÉDÉS UNNERSELS : LES HYMNES GRÉGORIENS DE L'OFFICE

Les hymnes de l'Office liturgique représentent, en effet, l'une des plus géniales appropriations du temps réalisée par la culture humaine. Pour les sciences humaines, le chant grégorien peut être qualifié de musique fonctionnelle. Pour la théologie, c'est une musique ministérielle. Deux manières d'exprimer une même réalité dans deux ordres différents. Lune des fonctionnalités du chant grégorien - c'est loin d'être la seule - consiste à colorer le temps liturgique. Les structures principales du temps liturgique sont l'heure, le jour, la semaine, et l'année. Pour simplifier notre propos, nous pouvons considérer qu'une structure du temps liturgique est toujours annoncée par un chant dont la

4

Ainsi, par exemple, au moment où Claude DEBUSSY commence à composer Pelléas et Mé/isande, il effectue un séjour à Solesmes (5-6 août 1892). Or l'esthétique de Pelléas présente les principaux caractères d'un office grégorien: récitatifs et mise en valeur de la modalité. Seuls le texte et les échelles musicales sont différents.

20

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.