Une église pour le monde

De
Publié par

Ce livre d'entretiens retrace le parcours exceptionnel de monseigneur Jean-Guy Hamelin, le dernier évêque à avoir fondé un diocèse au Québec, celui de Rouyn-Noranda. Connu comme un pasteur engagé dans la société, sa manière d'être et d'agir appelle ce qu'il y a de meilleur en nous : la foi au Dieu de Jésus Christ et l'amour pour le monde d'aujourd'hui. Dans cet ouvrage, le lecteur trouvera les propos de monseigneur Hamelin, des expériences formatrices, ainsi que des idées audacieuses à propos de la manière de participer à la mission, de dialoguer avec le monde et d'être Église. Ses réflexions interpellent les laïques bénévoles ou mandatés, les prêtres et les évêques dans leur capacité d'exercer leurs responsabilités avec un esprit de service au nom du Christ. Cet entretien, sous l'angle de la confidence, ne manque pas de nous faire réfléchir sur l'annonce de l'Évangile dans le monde actuel.
Publié le : lundi 16 septembre 2013
Lecture(s) : 14
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896466863
Nombre de pages : 228
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

PIERRE GOUDREAULT
Une Église Une Église
pour le monde pour le mondeEntretiens avec Mgr Jean-Guy Hamelin
Entretiens avec
Mgr Jean-Guy Hamelin
Mgr Jean-Guy Hamelin Pierre Goudreault,
a été nommé évêque de Rouyn-Noranda prêtre et docteur en théologie,
de 1973 jusqu’à sa retraite en 2001. exerce son ministère en paroisse depuis
Il est connu comme un pasteur engagé une vingtaine d’années dans le diocèse
dans la société. Dernier évêque de Rouyn-Noranda. Il est l’auteur
fondateur d’un diocèse au Québec, de cinq ouvrages sur l’Église et la liturgie.
il a été président de la Conférence Il a notamment publié chez Novalis,
des évêques catholiques du Canada Célébrer le dimanche en attente
de 1993 à 1995. Il est également auteur d’eucharistie (2003), Chemins d’espérance
de six ouvrages. Chez Novalis, pour l’avenir de l’Église (2010) et
il a publié C’est un petit bonheur (1996). Faire Église autrement (2012).
Il a été marqué par la vision d’une Église Il soutient avec d’autres des initiatives
pour le monde. Son témoignage nouvelles pour l’annonce de l’Évangile
de vie nous ouvre bien grandes dans le monde d’aujourd’hui.
les portes de l’espérance.
Extrait de la publication
hamelin_C1C4_pap.indd 1 13-06-27 19:25
PIERRE GOUDREAULT
Une Église pour le mondeExtrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 4 13-07-11 10:47

Une Église
pour le monde
Entretiens avec
Mgr Jean-Guy Hamelin
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 1 13-07-11 10:47Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec
et Bibliothèque et Archives Canada
Hamelin, Jean-Guy,
1925Une Église pour le monde : entretiens avec Mgr Jean-Guy Hamelin
Comprend des références bibliographiques.
ISBN 978-2-89646-603-0
1. Hamelin, Jean-Guy, 1925- - Entretiens. 2. Église catholique. Diocèse de Rouyn-Noranda -
Histoire. 3. Évêques - Québec (Province) - Rouyn-Noranda - Entretiens. 4. Mission de l’Église.
I. Goudreault, Pierre, 1965- . II. Titre.
BX4705.H334A5 2013 282.714’13092 C2013-941316-2
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2013
Bibliothèque et Archives Canada, 2013
Mise en pages et couverture : Charles Lessard
Les textes bibliques sont tirés de la Traduction œcuménique de la Bible (TOB).
© Société biblique française et Éditions du Cerf, Paris, 1988. Avec l’autorisation
de la Société biblique canadienne
© Les Éditions Novalis inc. 2013
Nous reconnaissons l’aide fnancière du gouvernement du Canada par l’entremise
du Fonds du livre du Canada (FLC) pour des activités de développement de notre entreprise.
Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la SODEC. Gouvernement du Québec –
Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
4475, rue Frontenac, Montréal (Québec) H2H 2S2
C.P. 990, succursale Delorimier
Montréal (Québec) H2H 2T1
Téléphone : 514 278-3025 ou 1 800 668-2547
sac@novalis.ca • novalis.ca
Imprimé au Canada
Diffusion pour la France et l’Europe francophone :
Les Éditions du Cerf
24, rue des Tanneries
75013 Paris
editionsducerf.fr
hamelin_int_pap_manuel.indd 2 13-07-11 10:47Pierre Goudreault


Une Église
pour le monde
Entretiens avec
Mgr Jean-Guy Hamelin
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 3 13-07-11 10:47hamelin_int_pap_manuel.indd 4 13-07-11 10:47À ces femmes et à ces hommes
du diocèse de Rouyn-Noranda
avec qui j’ai eu le bonheur
d’annoncer l’Évangile
dans le monde d’aujourd’hui.
Mgr Jean-guy HaMelin
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 5 13-07-11 10:47hamelin_int_pap_manuel.indd 6 13-07-11 10:47Introduction
En Abitibi-Témiscamingue, région située au nord-ouest de Montréal
et aux dimensions d’un pays, on a trouvé, et on trouve encore, des
traces d’occupation humaine remontant à plusieurs millénaires. Ce
n’est pas une région sans histoire. En effet, les ancêtres des Algon -
quins et des Cris occupaient ce territoire. Puis, il y a eu la
colonisation agricole du Témiscamingue à partir de 1880, et de l’Abitibi à
compter des années 1910. Parmi les hommes et les femmes qui ont
construit ce coin de pays aux richesses forestières et minières, il y en
a qui ont laissé leurs traces : des pionniers, des missionnaires, des
développeurs, des visionnaires. En 1974, la population locale voit
le Témiscamingue et une partie de l’Abitibi devenir le diocèse de
Rouyn-Noranda qui, à sa fondation, accueille son premier évêque.
Monseigneur Jean-Guy Hamelin, évêque fondateur du diocèse
de Rouyn-Noranda, fait partie de ces personnes qui ont laissé une
empreinte indélébile dans les cœurs des gens d’ici. Cet évêque
d’origine trifuvienne a su devenir un citoyen de l’Abitibi-Témiscamingue.
Sa manière d’être et d’agir appelle encore ce qu’il y a de meilleur
en nous : la foi au Dieu de Jésus Christ et l’amour pour le monde
d’aujourd’hui.
Né à Saint-Séverin-de-Proulxville le 8 octobre 1925, ordonné prêtre
le 11 juin 1949, nommé évêque de Rouyn-Noranda de 1973 jusqu’à
sa retraite en 2001, monseigneur Jean-Guy Hamelin est connu
comme un pasteur engagé dans la société. Il est le dernier évêque
fondateur d’un diocèse au Québec. Président de la Conférence des
évêques catholiques du Canada de 1993 à 1995, il a siégé à plusieurs
comités épiscopaux. Il est également auteur de six ouvrages. Il
appartient à cette catégorie d’hommes et de pasteurs qui témoignent d’une
joie profonde et d’une espérance ferme. Son passage parmi nous
laisse une marque visible qui guide notre marche en Église pour
pr éparer son avenir et l’aider à demeurer fdèle à la mission du Christ.
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 7 13-07-11 10:47Une Église pour le monde 8
Je considère monseigneur Hamelin comme mon père spirituel. C’est
que le 18 mai 1991, il m’ordonnait prêtre au service du diocèse de
Rouyn-Noranda. Depuis ce jour, j’ai pu compter sur son indéfectible
confance dans les missions qu’il m’a confées. Je me rappelle qu’à la
fn de ma première année de ministère presbytéral, il me convoqua à
son bureau. Il souhaitait faire avec moi le bilan de mes premiers mois
comme prêtre. J’étais enthousiaste en lui communiquant certaines de
mes réalisations en pastorale jeunesse, formation à la vie chrétienne
et liturgie. Du coup, il m’interrompit et m’interrogea : « Est-ce que
tu lis les journaux pour connaître l’actualité d’ici et d’ailleurs ? As-tu
pris le temps de participer à une réunion du conseil de ville ? Es-tu
présent à quelques activités communautaires de ton milieu ? »
Pr ogressivement, je perçus que ses questions me conduisirent sur un
autre chemin. Au lieu de me laisser me cantonner dans la pastorale
sacramentelle et liturgique, il m’interpella à être attentif au monde
d’aujourd’hui et à ses activités. Très tôt, je compris qu’il m’avait
ordonné prêtre non pas pour m’éloigner des remous de la société,
mais pour m’en approcher en étant un pasteur dans le monde. Il me
transmit cette conviction profonde d’aimer mon milieu et de m’y
intéresser, car c’est là que Dieu me donne rendez-vous. Cette
rencontre avec mon évêque fut déterminante au commencement de
mon ministère pour mieux orienter mon agir évangélisateur et ma
vision d’Église.
Depuis une dizaine d’années, monseigneur Hamelin est à la retraite.
J’ai encore le bonheur de le visiter, d’échanger avec lui, d’apprécier
son expérience de vie et de partager ses convictions. Comme évêque
fondateur du diocèse de Rouyn-Noranda, il connaît bien l’histoire
de cette Église particulière sans compter certaines anecdotes qu’il
aime bien raconter. À quelques reprises, je l’ai interpelé à écrire ses
mémoires à propos de l’origine et de l’évolution de notre diocèse.
Mais à chaque fois, il repoussa ma proposition.
Au cours de l’été 2012, je savais que monseigneur Hamelin se
préparait à franchir le cap de ses 87 ans. Je réféchissais. Je me demandais
comment je pouvais l’inviter à célébrer l’héritage de sa vie et à le
léguer par écrit à la mémoire collective de ses diocésains et ses
diocésaines. Une idée m’est venue. Sachant qu’il ne voulait pas prendre
la plume, je lui ai proposé de m’accorder quelques entretiens afn
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 8 13-07-11 10:47Introduction 9
d’échanger sur sa vie, son ministère épiscopal, sa vision d’Église,
ses convictions profondes, son engagement dans le monde d’ici et
d’ailleurs. Ces entrevues enregistrées conduiraient par la suite à la
publication d’un livre. Ma suggestion le prit au dépourvu. Il hésita.
Il hésita beaucoup. Il me demanda quelques jours de réfexion.
J’observai qu’il était tourmenté par ma proposition. Après une semaine,
je m’étais résigné à l’évidence qu’il refuserait mon offre. Mais à ma
grande surprise, il accepta.
À l’automne 2012, nous avons entrepris de réaliser une vingtaine
d’entrevues d’une heure chacune. À mesure que nous progressions
dans ce projet, je pouvais observer sa joie soudaine lorsqu’il me
contait le récit de son parcours de vie. Puis, avec une équipe, j’ai
procédé à la retranscription des entrevues enregistrées. Dès que j’ai
pu regrouper les entrevues pour en faire un projet de chapitres, nous
avons apprécié la qualité de l’ouvrage qui s’annonçait. Monseigneur
Hamelin a eu toute la liberté de revoir et de retoucher ces entretiens.
J’ai été également impliqué dans cette révision des textes qui fut, en
grande partie, un travail de réécriture. Très tôt, il nous sembla qu’un
titre s’imposait : Une Église pour le monde. Ce titre est le fl rouge des
sujets abordés dans cet ouvrage. Celui-ci n’est pas un livre d’histoire
sur le diocèse de Rouyn-Noranda, ni une biographie du personnage,
ni un essai théologique. Il s’agit plutôt de libres entretiens. Les
r éponses sont spontanées. Le ton adopté est affectueux, passionné,
convaincant, prophétique et parfois humoriste. On y découvre un
évêque qui se confe avec franchise. Il rappelle certains faits,
communique des anecdotes, s’intéresse au monde d’aujourd’hui et réféchit
à la vie de l’Église universelle à la lumière de son épiscopat. Ce qu’il
affrme n’est pas le fruit d’une plus grande liberté de parole retrouvée
à la suite de sa retraite. Certains ont été témoins d’évêques qui
commencent à dire réellement ce qu’ils pensent après leur démission.
Rien de tel avec monseigneur Hamelin. Ce qu’il pense, affrme,
questionne et critique, il le faisait du temps qu’il était évêque de
Rouyn-Noranda. Au soir de sa vie, il demeure fdèle à lui-même.
Les lecteurs et les lectrices trouveront dans cet ouvrage des
expériences formatrices, des idées audacieuses ainsi que des
interpellations directes à propos de la manière de participer à la mission, de
dialoguer avec le monde et d’être Église. Les propos de monseigneur
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 9 13-07-11 10:47Une Église pour le monde 10
Jean-Guy Hamelin relancent les laïques bénévoles ou mandatés,
les prêtres et les évêques dans leur capacité d’exercer leurs
responsabilités avec un esprit de service au nom du Christ. Ses confdences
livrées ne manquent pas de nous faire réféchir sur l’annonce de
l’Évangile dans le monde actuel.
Tout au long des entrevues que j’ai menées avec monseigneur
Jean-Guy Hamelin, il m’a été possible d’aborder avec lui plusieurs
questions. Le chapitre 1 présente un survol de sa vie comme homme,
prêtre et évêque. Puis, le chapitre 2 relate l’expérience unique qu’il
a connue de fonder un diocèse. Ici, sa créativité nous interpelle au
moment où nous avons à ouvrir des chemins nouveaux pour
préparer l’avenir de l’Église. Plusieurs connaissent les convictions solides
de monseigneur Hamelin quant à la place des femmes dans l’Église.
Cela fait l’objet du chapitre 3. Puis au chapitre 4, le cœur du livre,
nous y retrouvons l’essentiel de sa vision : l’Église appelée à être dans
le monde. Le chapitre 5 en donne de bons exemples à partir de ses
engagements pour la solidarité internationale. Homme de relations,
monseigneur Hamelin raconte au chapitre 6 quelques-unes de ses
rencontres inoubliables à Rome. Enfn, le dernier chapitre nous
permet d’ouvrir le testament spirituel que cet évêque nous lègue.
D’où l’intérêt de parcourir ce livre d’entretiens comme une rencontre
qui nous permet d’interroger nos vies de baptisés, de réféchir sur
l’Église et d’évaluer notre degré de solidarité avec le monde
d’aujourd’hui. Loin d’affcher des positions arrêtées et d’offrir des solutions
défnitives à tous les problèmes qui se posent de nos jours à l’Église,
les propos de monseigneur Jean-Guy Hamelin nous invitent plutôt
à poursuivre une recherche commune de la vérité.
Je remercie monseigneur Hamelin d’avoir accepté de répondre à mes
questions. Il a manifesté beaucoup de disponibilité et de générosité
pour discuter avec moi. Les sujets traités dans nos entretiens
demeurent d’actualité. Mais il y a plus encore. Il s’agit d’un héritage
précieux que monseigneur Hamelin nous transmet. Ses confdences
murmurent « la joie dans l’espérance » ! (Rm 12, 12)
Pierre Goudreault
Mai 2013
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 10 13-07-11 10:47

CHapitr E 1
Les traces d’une vie
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 11 13-07-11 10:47hamelin_int_pap_manuel.indd 12 13-07-11 10:47La famille et la jeunesse
Pierre Goudreault : Dans quel coin du Québec avez-vous
grandi ?
Mgr Jean-guy HaMelin : Je suis né et ai vécu les années de ma
jeunesse dans un coquet petit village de la Mauricie, nommé
SaintSéverin-de-Proulxville, centre d’une paroisse agricole comptant
alors plus de mille six cents personnes. Au bout du village coule
une rivière qui, prenant sa source dans le lac Roberge, salue en
passant la ville de Saint-Tite et traverse une grande partie du
territoire de Saint-Séverin pour aller se jeter dans la rivière Batiscan
à Saint-Stanislas. À la hauteur du village, elle s’avance toute
tranquille au pied d’une humble montagne, pleine de mystèr es
pour nos âmes d’enfants, mais qui donne un aspect typique au
paysage. L’église et l’école trônent tout en haut de la côte à
l’extrémité des maisonnées de notre bourg.
Sac au dos, les jeunes de six à douze ans prenaient en gambadant,
chaque matin de la semaine, le chemin de l’école. Mais les vacances
d’été ne manquaient jamais de nous retrouver sur les bords de la
rivière ou furetant dans les sentiers des bois d’alentour. La pêche
avait beaucoup d’attraits pour nous. Nous coupions une branche
de tremble assez longue et solide, y enroulions au bout une corde
à pêcher, y fxions un « taraud » comme pesée, le tout couronné
par un hameçon. L’appât d’où pendait un vers de terre constituait
le tout. Les endroits pour taquiner le poisson ne manquaient pas.
Je mentionne en particulier le « Pied du cheval », fertile en barbottes,
et la « Roche plate » qui nous gratifait de temps en temps de carpes
d’une trentaine de centimètres que nous exhibions fèrement à
notre retour.
Certains jours, nous chassions le lièvre au collet en arpentant la
montagne. De toutes mes randonnées, je n’ai pris qu’un seul lièvre
au piège. Ce qui me ft barrer de la liste de mes vocations possibles,
celle du métier de trappeur.
J’ai eu une enfance très heureuse. Je suis l’aîné d’une famille de
neuf enfants. La plus jeune a actuellement 74 ans et moi j’en ai 87.
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 13 13-07-11 10:47Une Église pour le monde 14
Mes parents ont adopté un beau bébé, une flle âgée de six mois.
Elle est vraiment une enfant de la famille. En plus de mes frères
et sœurs, j’ai des neveux qui s’illustrent, dont Louis Hamelin,
un écrivain qui a jadis gagné le prix du Gouverneur général et
Luc Déry, un producteur qui s’est distingué dans l’obtention de
nombreux trophées pour ses productions cinématographiques.
Je suis très fer de mes frères et sœurs ainsi que de mes neveux
et nièces.
Quand vous pensez à votre enfance, qu’est-ce qui a
caractérisé votre famille ?
Nous étions presque tous du même âge ! Une
famille nombreuse à l’image de celles d’autrefois.
Neuf enfants sont nés en douze ans. Malheureuse -
ment, l’un d’entre eux, Gabriel, s’est noyé en 1940, Bernard Hamelin et Gertrude Bordeleau,
à l’âge de dix ans. Nous avons grandi en nous les parents de Jean-Guy Hamelin.
suivant les uns les autres, joyeux de l’arrivée d’un
petit que nous entourions de notre amour,
soucieux de nous aider mutuellement et de partager
autant les mêmes joies que les mêmes peines. Et
cela s’est conservé jusqu’à nos jours. La vie de
famille a beaucoup contribué à ma formation
personnelle. Il y a toujours au fond de moi
l’amour de mon père et de ma mère, la fraternité
de ceux et de celles qui viennent à ma suite, les
Été 1931 à Séverin- sentiments chaleureux pour l’avant-dernier qui
de-Proulxville,
est revenu depuis peu d’une longue vie donnée Jean-Guy Hamelin
à l’âge de 5 ans. comme missionnaire en Afrique.
Quels sont les traits de personnalité dont vous avez hérité
de votre mère et de votre père ?
Mon père se nommait Bernard Hamelin et ma mère, Gertrude
Bordeleau. Les deux avaient vingt ans lorsqu’ils se sont mariés.
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 14 13-07-11 10:47CHAPITRE 1 – Les traces d’une vie 15
Mes parents ont adopté un beau bébé, une flle âgée de six mois. De mon père, je garde le souvenir
Elle est vraiment une enfant de la famille. En plus de mes frères d’un homme très laborieux,
ouet sœurs, j’ai des neveux qui s’illustrent, dont Louis Hamelin, blieux de lui-même pour procurer
un écrivain qui a jadis gagné le prix du Gouverneur général et à ses enfants le bien-être et une
Luc Déry, un producteur qui s’est distingué dans l’obtention de solide éducation. Il était très
sonombreux trophées pour ses productions cinématographiques. ciable. Marchand, il développait un
Je suis très fer de mes frères et sœurs ainsi que de mes neveux contact particulièrement
chaleuet nièces. reux avec ses clients, ses clientes et
toute la population. J’ai été marqué
par l’accueil qu’il manifestait aux
Quand vous pensez à votre enfance, qu’est-ce qui a carac- gens.
térisé votre famille ?
Ma mère était de santé très fragile.
Nous étions presque tous du même âge ! Une Malgré cela, elle a mis au mon de
famille nombreuse à l’image de celles d’autrefois. neuf enfants. À mes 65 ans, je
Neuf enfants sont nés en douze ans. Malheureuse- demeurais son p’tit gars. Le sens
ment, l’un d’entre eux, Gabriel, s’est noyé en 1940, de sa vie consistait à être complè-Bernard Hamelin et Gertrude Bordeleau,
à l’âge de dix ans. Nous avons grandi en nous les parents de Jean-Guy Hamelin. tement donnée à ses enfants. Ma
suivant les uns les autres, joyeux de l’arrivée d’un mère m’a montré le chemin de
petit que nous entourions de notre amour, sou- l’église. Elle a su créer une atmosphère religieuse dans la famille.
cieux de nous aider mutuellement et de partager C’est peut-être pour cela que j’ai toujours envisagé le sacerdoce
autant les mêmes joies que les mêmes peines. Et comme ce que Dieu voulait de moi.
cela s’est conservé jusqu’à nos jours. La vie de
famille a beaucoup contribué à ma formation
personnelle. Il y a toujours au fond de moi Durant votre adolescence, avez-vous vécu des moments
de remise en question par rapport au sens de votre vie, l’amour de mon père et de ma mère, la fraternité
à vos convictions ou à votre foi ?de ceux et de celles qui viennent à ma suite, les
Été 1931 à Séverin- sentiments chaleureux pour l’avant-dernier qui
de-Proulxville, Je dois dire que je n’ai jamais eu de ces crises de foi qu’on relate
est revenu depuis peu d’une longue vie donnée Jean-Guy Hamelin parfois. En 1938, j’ai attaqué le cours classique au Séminaire de
à l’âge de 5 ans. comme missionnaire en Afrique.
Trois-Rivières. Puis, en 1939, je suis passé au Séminaire
SainteCroix, à ville Saint-Laurent, pour y entreprendre trois années
d’études qui ont été pour moi très fructueuses. J’ai profté de
Quels sont les traits de personnalité dont vous avez hérité
l’appui d’un excellent pr ofesseur, le père Diomède Langelier, c.s.c,
de votre mère et de votre père ?
qui m’a permis de me dépasser, d’aller au bout de moi-même.
Mon père se nommait Bernard Hamelin et ma mère, Gertrude J’y ai aussi développé une grande dévotion à saint Joseph et une
Bor deleau. Les deux avaient vingt ans lorsqu’ils se sont mariés. profonde admiration pour le frère André.
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 15 13-07-11 10:47Une Église pour le monde 16
C’est là que j’ai vécu une crise
d’adolescence plutôt que de foi : j’étais
très jeune. Après la Rhétorique, on
devait entrer chez les pères de
SainteCroix pour y faire son noviciat. Être
novice à seize ans, avec tout ce qu’on
peut ressentir de hauts et de bas à
cet âge, m’a fait retourner à Trois-
Rivières pour les trois dernières
années. J’y retrouvais mes anciens
compagnons. Au Séminaire
SainteCroix, j’ai surtout travaillé ma vie
intellectuelle, tandis qu’au Séminaire
de Trois-Rivières, j’ai commencé à
développer ma vie sociale.
Jean-Guy Hamelin âgé de 18 ans aux
J’ai été marqué par l’infuence de études en Rhétorique à Trois-Rivières.
Gérard Pelletier, président de la
Jeunesse étudiante catholique (JEC). J’ai fait partie de cette
génération de jeunes qui a été poussée par la JEC à prendre ses
responsabilités. Cela a provoqué un tournant majeur durant ma
formation. C’est au Séminaire de Trois-Rivières que sont nées les
premières coopératives étudiantes. Avec un confrère, j’ai fondé un
journal que nous avons nommé « Le STR », entièrement composé
et dirigé par nous et non par les prêtres. De plus, je suis entré
dans le mouvement scout. Ardent sportif, j’ai joué dans le « grand
club » au baseball et au hockey. J’ai même été élu président de la
Corporation des escholiers griffonneurs, regroupant les
journalistes étudiants français de tout le Canada et cela, en essayant de
ne pas négliger l’accomplissement de mes devoirs scolaires.
Il y a quelques années, lors d’un de mes passages à Trois-Rivières,
j’étais à un poste d’essence et un homme s’est présenté à moi. Je ne
le connaissais pas. J’avais environ 70 ans : il avait un peu plus que
60 ans. Il m’a demandé : « Êtes-vous monseigneur Hamelin ? »
« Oui » ai-je répondu. Il a ajouté : « Il faut que je vous dise
quelque chose. Quand j’étais en Éléments et en Syntaxe au séminaire,
vous étiez l’étudiant que j’aurais voulu être plus tard. » J’ai eu un
hamelin_int_pap_manuel.indd 16 13-07-11 10:47CHAPITRE 1 – Les traces d’une vie 17
pincement au cœur. Ses propos
m’ont touché. Je me suis rendu
compte qu’étudiant parmi tant
d’autres, j’avais eu de l’infuence
sur l’un d’entre eux.
Il y a des faits qui, lorsqu’on
les raconte, font surgir à la
mémoire des événements qu’on
n’oubliera jamais. Je me permets
de t’en citer un qui est logé
pour toujours dans mes
souvenirs. Il y a un peu plus d’un an,
j’allais reprendre le chemin qui
me menait vers Trois-Rivières.
Venu de l’aéroport de Montréal,
je fs l’erreur de laisser mon
autobus à la rue Sainte-Catherine.
À 18 ans, Jean-Guy Hamelin joue au hockey
Il me fallait donc monter à pied au Séminaire de Trois-Rivières.
la côte Berri pour atteindre le
terminus. J’étais fourbu. Lentement, la tête basse, j’étais rendu à la
mi-côte. Soudainement, une grande jeune flle se planta devant
moi. Rien ne pouvait m’identifer. Elle me dit simplement : « Vous
me semblez un homme bien, j’aimerais vous parler. Je m’en vais à
l’Université du Québec à Montréal (UQAM) pour mon cours en
travail social. » « Ça arrive juste. J’ai déjà enseigné cette matière à
l’Université de Trois-Rivières. Je t’encourage. Tu pourras aider
bien du monde au long de ta vie ». « Monsieur, moi je ne crois pas
en Dieu ». « Ne t’inquiète pas. L’important, c’est que Dieu croit en
toi ». Je vis un éclat dans ses yeux. Elle me fxa. Un instant de
profond silence. « Monsieur, je n’oublierai jamais de ma vie ma
rencontre avec vous aujourd’hui ». Elle traversa la rue. Je me
r endis au terminus. J’étais complètement bouleversé par ce qui
venait de se passer. En l’espace de deux minutes. Elle ne saura
jamais qui je suis. Je ne la reconnaitrais pas entre mille. Pourquoi
cette rencontre ? Qui l’a poussée vers moi ? Mystère. Nous nous
reverrons sans doute… au paradis.
hamelin_int_pap_manuel.indd 17 13-07-11 10:47Une Église pour le monde 18
La vocation
Durant votre jeunesse, comment s’est manifesté l’appel
à devenir prêtre ?
L’appel à devenir prêtre s’est simplement fait sentir dans le vécu
quotidien de ma vie. En d’autres termes, j’ai eu le désir de devenir
prêtre grâce à l’atmosphère religieuse de ma famille, l’exemple de
mon curé et celui d’autres prêtres.
Famille Hamelin à l’occasion de l’ordination presbytérale de Jean-Guy en 1949.
Point n’est besoin de te dire que, comme tout jeune normal,
je suis tombé en amour avec une jolie flle de mon âge. Nous nous
aimions beaucoup. J’ai dû la laisser . Elle a bien compris et
respecté mon choix d’entrer au Grand Séminaire.
Ma vocation ne provient pas d’un coup de foudre, mais de l’exem ple
donné par des prêtres de servir avec générosité la population.
Ceux-ci rendaient service à tout le monde. Ils avaient beaucoup
d’influence. En même temps, ils détenaient la direction de
plusieurs œuvres auxquelles les jeunes aspiraient adhérer. Tout
cela encadré avec la foi en Jésus Christ et l’amour de son Église.
Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 18 13-07-11 10:47Table des matières
Introduction ......................................... 7
ChAPIt RE 1
Les traces d’une vie
La famille et la jeunesse ............................... 13
La vocation ............................................ 18
Les études universitaires en sciences sociales ......... 19
Le professeur et l’aumônier de syndicats .............. 22
Le conférencier en sciences sociales ................... 25
Le secrétaire général des évêques québécois .......... 30
L’appel à l’épiscopat ................................... 36
ChAPIt RE 2
La fondation d’un diocèse
La priorité pastorale d’un jeune évêque ............... 45
La croissance d’une Église locale
avec les Ecclésiades ..................................... 47
Une initiative nouvelle pour des malades ............. 52
La relation d’un évêque avec ses prêtres ............... 62
Une nouvelle charge pastorale :
le district de la baie James ............................. 68
La consolidation fnancière d’un diocèse .............. 71
ChAPIt RE 3
La place des femmes dans l’Église
Des femmes mandatées
à de nouvelles responsabilités ecclésiales .............. 81
hamelin_int_pap_manuel.indd 221 13-07-11 10:48Une Église pour le monde 222
La place des femmes dans l’Église
traitée au synode sur les laïques ....................... 86
L’ordination des femmes :
une réfexion à poursuivre ? ........................... 98
L’apport des femmes consacrées
à la vie de l’Église .................................... 103
L’espérance retrouvée pour des femmes ............ 105
ChAPIt RE 4
L’Église dans le monde
L’infuence du document conciliaire
Gaudium et spes ...................................... 111
L’intérêt pour la politique ........................... 120
La participation au Forum pour l’emploi ............ 124
La rédaction de textes de réfexion
dans un journal hebdomadaire ...................... 127
ChAPIt RE 5
L’engagement chrétien pour la solidarité
La Coopération internationale
pour le développement et la solidarité .............. 137
Le geste de partage avec un autre diocèse ........... 145
La participation au premier synode
extraordinaire sur l’Afrique .......................... 147
La responsabilité d’une mission
de Développement et Paix au Congo ................ 155
La participation à une délégation
de Caritas internationalis en Israël .................. 158
Les responsabilités à la Conférence
des évêques catholiques du Canada ................. 163
hamelin_int_pap_manuel.indd 222 13-07-11 10:48Table des matières 223
ChAPIt RE 6
Des rencontres inoubliables à Rome
Les visites ad limina à Rome ......................... 171
La diplomatie prudente :
le pape Pie XII ....................................... 176
L’ouverture au monde moderne :
les papes Jean XXIII et Paul VI ...................... 177
Le temps d’un sourire :
le pape Jean-Paul I ................................... 182
Le pèlerin charismatique :
le pape Jean-Paul II .................................. 184
Le théologien défenseur de la doctrine :
le pape Benoît XVI 194
Les relations amicales ................................ 196
ChAPIt RE 7
Au soir d’une vie
Les fruits de l’Esprit Saint dans une vie ............. 203
Le temps de faire le bilan de sa vie .................. 209
L’espérance en l’Amour plus fort que la mort ....... 212
Conclusion ........................................ 217
Bibliographie ..................................... 220
hamelin_int_pap_manuel.indd 223 13-07-11 10:48Extrait de la publication
hamelin_int_pap_manuel.indd 224 13-07-11 10:48hamelin_int_pap_manuel.indd 4 13-07-11 10:47PIERRE GOUDREAULT
Une Église Une Église
pour le monde pour le mondeEntretiens avec Mgr Jean-Guy Hamelin
Entretiens avec
Mgr Jean-Guy Hamelin
Mgr Jean-Guy Hamelin Pierre Goudreault,
a été nommé évêque de Rouyn-Noranda prêtre et docteur en théologie,
de 1973 jusqu’à sa retraite en 2001. exerce son ministère en paroisse depuis
Il est connu comme un pasteur engagé une vingtaine d’années dans le diocèse
dans la société. Dernier évêque de Rouyn-Noranda. Il est l’auteur
fondateur d’un diocèse au Québec, de cinq ouvrages sur l’Église et la liturgie.
il a été président de la Conférence Il a notamment publié chez Novalis,
des évêques catholiques du Canada Célébrer le dimanche en attente
de 1993 à 1995. Il est également auteur d’eucharistie (2003), Chemins d’espérance
de six ouvrages. Chez Novalis, pour l’avenir de l’Église (2010) et
il a publié C’est un petit bonheur (1996). Faire Église autrement (2012).
Il a été marqué par la vision d’une Église Il soutient avec d’autres des initiatives
pour le monde. Son témoignage nouvelles pour l’annonce de l’Évangile
de vie nous ouvre bien grandes dans le monde d’aujourd’hui.
les portes de l’espérance.
Extrait de la publication
hamelin_C1C4_pap.indd 1 13-06-27 19:25
PIERRE GOUDREAULT
Une Église pour le monde

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.