Vivre au présent le deuil

De
Publié par

Terminant le cycle entrepris avec les ouvrages Vivre au présent la souffrance et Vivre au présent la célébration de l’adieu, Fernand Patry accompagne les endeuillés dans les moments charnières qui suivent l’annonce du deuil d’une personne qui leur est proche. S’appuyant sur sa longue expérience de professionnel en milieu hospitalier, il se met à l’écoute de la souffrance et de l’angoisse qui surgissent dans ces moments délicats. Suivant les étapes de la première année entourant la perte d’un être cher, il entre en dialogue avec les personnes d’une manière humaine et spirituelle les aidant à surmonter cette épreuve.
Publié le : jeudi 10 octobre 2013
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896469390
Nombre de pages : 76
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
A
Vaulpiervédsereuneitl
FERNAND PATRY
Extrait de la publication
2
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Patry, Fernand
Vivre au présent le deuil
ISBN 9782896465729
1. Deuil  Aspect psychologique. 2. Deuil  Aspect religieux.
3. Travail de deuil. I. Titre. BF575.G7P37 2013 155.9’37 C20139407391
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2013 Bibliothèque et Archives Canada, 2013
Révision : Pierre Guénette Couverture et mise en pages : Mardigrafe inc.
© Les Éditions Novalis inc. 2013
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour des activités de développement de notre entreprise.
Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la SODEC. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
4475, rue Frontenac, Montréal (Québec) H2H 2S2 C.P. 990, succursale Delorimier Téléphone : 514 2783025 ou 1 800 6682547 sac@novalis.ca novalis.ca
Imprimé au Canada
Diffusion pour la France et l’Europe francophone :Les Éditions du Cerf 24, rue des Tanneries 75013 Paris editionsducerf.fr
9782896469390
Extrait de la publication V i v r e a u p r é s e n t l e d e u i l
 2: un silence qui hurle. L’attente
 4. Les premières heures : la pénible réalité
vivre au présent le deuil
 1. L’odieux de mourir
 5premiers jours : la souffrance. Les  des autres
Extrait de la publication V i v r e a u p r é s e n t l e d e u i l
5
5
10sens de la prière devant la mort. Le
6
3
9
5
9
3
4
4
12nouvelle vie commence. Une
1 1croisée des chemins. La
 Conclusion
 9. Le temps de la mémoire
35
3
1
9
27
7
19
1 1
1 5
 3paradoxe de la mort : partir et vivre. Le
3
3
 8. La première année : les saisons de la vie
 6premières semaines :. Les  l’insoutenable solitude
 7premiers mois : à la recherche. Les  d’un signe
4
Vivre au présent le deuil ous savons tous que le temps N s’avère le meilleur guérisseur de nos blessures affectives. Vivre votre deuil exigera donc une démarche qui s’échelon-nera dans le temps. Mais encore faut-il que ce temps de guérison soit vécu au présent de chacune des étapes qui marquent le chemin douloureux du deuil. La démarche de deuil ne se vit jamais à l’accéléré. Au contraire, vouloir en brûler les étapes et agir avec rapidité risquera de provoquer un freinage pénible, et même une marche arrière, dans votre traversée du deuil.
Il est vrai que la mort est aussi odieuse qu’inéluctable ; ce n’est pas une raison pour lui céder toute la place. Mon expé-rience auprès de familles endeuillées m’a montré que l’apprivoisement du deuil d’un être proche suit le temps des quatre saisons : douze mois teintés par des démarches différentes, non pas liées uni-quement aux saisons, qui s’avèrent de vé-ritables moments de passages, mais aussi liées au stade où vous vous situez. Lorsque la mort se présente, les événements se dé-roulent rarement comme on les prévoyait. Vous-mêmes et les personnes qui vous en-tourent réagissez parfois de manière sur-prenante. Avancer sur le chemin du deuil demande un sens de l’adaptation, et aussi un bon dosage de lucidité.
Extrait de la publication V i v r e a u p r é s e n t l e d e u i l
Les premiers jours vous laisseront une impression surréaliste de la réalité. Les premières semaines vous dévoileront la face cachée de l’absence et de la mort qui a traversé votre existence. Les pre-miers mois vous sembleront une avancée périlleuse sans balises, du moins appa-remment, le long de votre route. Vos re-pères ne seront plus là, car la tristesse et le deuil auront pris une si grande place que les événements même les plus anodins deviendront lourds de conséquences.
Je vous invite donc à vous laisser guider sur ce chemin de deuil. Vous y ajouterez ce qui est signifiant pour vous. Bien vivre votre deuil vous amènera à croire que le futur est possible. Il portera à jamais les marques du passage de la mort, mais la beauté et la tendresse vous attendent à condition de savoir vous mettre en route en acceptant de vous laisser guider hum-blement pour éviter les écueils dans cette période de fragilité, que vous traversez souvent dans la solitude.
Fernand Patry
V i v r e a u p r é s e n t l e d e u i l
5
A
mourir 1. L’ODIEUX DE MOURIR Avant d’aller plus loin dans cet ouvrage, et pour Arandeouisunegtuoetofejgraedslevedievdtansedtirptreverugieirle.oMsuseexprsesncesérienéviter toute ambiguïté et interprétation non désirées, j’aimerais vous partager mes convictions en ce qui concerne la mort. S’il est vrai que je me situe dans une tradition spirituelle fortement influencée par le christianisme, travail m’a amené à développer une sensibilité spirituelle empreinte de respect et d’humanisme envers les différentes croyances, cultures et tra ditions des personnes que je rencontre. Je suis profondément respectueux de celles qui ont la conviction que la mort est le point final de la vie, et que la vie après la mort est une illusion pour ne pas désespérer. Mais ma croyance fondamentale est autre. Je crois que la mort est un passage obligé qui ouvre sur la vie. Je crois qu’elle n’est pas le point final de la vie, même si les apparences terrestres semblent la situer à la porte du néant. Je crois que la vie est éternelle et qu’elle s’inscrit depuis son origine dans la traversée de ces étapes de deuil qui façonnent l’existence. Ce point de vue sur la mort est le fruit non pas de l’enseignement d’une doctrine, mais de mon expérience d’accompagnement auprès de milliers
Extrait de la publication V i v r e a u p r é s e n t l e d e u i l
7
8
de personnes décédées et de leurs proches, qui ont fait face à ces départs. Je demeure conscient que la culture religieuse dans laquelle j’ai grandi et dans laquelle je vis profondément ma spiritualité détermine un certain langage et une certaine perspective relativement à l’audelà. Cette perspective de la mort vécue comme un passage vers la vie se perçoit dans la nature, et partout dans l’univers. Pour certains, la vie se poursuit dans le passage naturel du cadavre qui se décompose, retourne à la terre et, telles des feuilles mortes, enrichit celle ci. La mort est d’une certaine façon une étape de l’évolution naturelle de la vie.
Mon expérience et mes convictions spirituelles et religieuses me font voir les choses différemment. Pour moi, la vie est plus grande que la matière. Bien sûr, lorsque la matière organique et biologique est dépourvue de vie, elle doit retourner sous une forme ou une autre aux éléments physiques de la matière.
Mais, et c’est ma conviction, au moment de la mort, la vie se détache de la matière. Cette viepoursuit sa route,marquée par sa propre existence et sa propre identité, par les années où elle a été contenue dans le corps unique et spécifique que l’on perçoit par le prisme de la personnalité.
Pendant l’incarnation, la matière et la vie ne faisaient qu’un ;la mort vient briser cette relation. Cette séparation ne se fait pas sans souffrance ni sans laisser des blessures profondes autant pour la personne qui nous quitte que pour ses proches. Cette séparation porte également en ellemême quelque chose d’odieux : elle nous confronte à notre finitude.
V i v r e a u p r é s e n t l e d e u i l
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

AU-DELÀ DES APPARENCES

de archimede-quebec-amerique-du-nord