Zandaqa et Zindīqs en islam au second siècle de l’Hégire

De
Publié par

Dans la période d'extraordinaire effervescence sociale et intellectuelle qu'a été, en Islam, le second siècle de l'Hégire, se détache, quelque peu en marge - et de façon très informelle -, une catégorie particulière de prétendus "mal-pensants", étrangement affublés du sobriquet de zanādiqa, pluriel de zindīq. La question des zanādiqa en pays d'Islam avait déjà fait, comme le rappelle Chokr, l'objet d'un certain nombre de travaux, dont notamment - le tout premier - l'article, justement célèbre, de Georges Vajda. Mais même l'article de Vajda (issu d'un mémoire de l'École Pratique des Hautes Etudes) demeurait très incomplet ; une étude détaillée, systématique, restait à faire. Melhem Chokr a donc entrepris, dans le cadre d'une thèse de doctorat - et à son entière initiative, je tiens à le préciser - de reprendre le dossier à fond, en exploitant au maximum toute la documentation disponible. Il l'a fait avec brio, et une minutie, un souci de ne rien laisser dans l'ombre, qui le conduit même parfois à déborder un tant soit peu son propos, mais dont le lecteur exigeant, je pense, n'aura pas lieu de se plaindre. Me sera-t-il permis d'ajouter ceci ? Aujourd'hui, ce n'est pas sans quelque nostalgie que l'on se reporte à ces premiers siècles de l'Hégire, si vivants, marqués par l'extrême diversité des opinions, la hardiesse intellectuelle, une incroyable liberté de propos et de mœurs (en dépit des violences qui s'employaient à la réprimer). Un des intérêts de ce livre, et non le moindre, est de nous rappeler cette époque faste. Daniel GIMARET


Publié le : lundi 10 mars 2014
Lecture(s) : 7
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782351594971
Nombre de pages : 350
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Zandaqa et Zindīqs en islam au second siècle de l’Hégire
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi