Zombies, licornes, cannibales...

De
Publié par

Jérusalem a-t-elle fait les frais d’une invasion de zombies ? Des licornes gambadent-elles dans les livres de la Bible ? Plus encore, y retrouve-t-on des cannibales, un âne qui parle, un soleil qui refuse de poursuivre sa route ?
En déterrant les récits les plus échevelés, parfois les moins connus de la Bible, non seulement Sébastien Doane nous initie-t-il à des passages riches en couleurs, mais il nous entraîne à devenir de meilleurs lecteurs et lectrices des textes bibliques. Son approche simple et humoristique redonne le goût de fréquenter des Écritures dont l’auteur nous montre qu’elles ont gardé toute leur faculté d’inspirer et de surprendre.
Publié le : mercredi 2 septembre 2015
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896882847
Nombre de pages : 195
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Doane, Sébastien, 1978  Zombies, licornes, cannibales... : Les récits insolites de la Bible  Comprend des références bibliographiques.  ISBN 9782896881680  1. Bible – Histoire des évènements bibliques. 2. Bible – Critique, interprétation, etc. I. Titre. BS635.3.D62 2015 220.6 C20159409322 Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2015 Bibliothèque et Archives Canada, 2015 Direction éditoriale : Jonathan Guilbault, JeanFrançois Bouchard Révision : Lise Lachance Mise en pages : Danielle Dugal Photo de la couverture : © Shutterstock Les textes bibliques sont tirés de laTraduction œcuménique de la Bible(TOB). © Société biblique française et Éditions du Cerf, Paris, 1988. Avec l’autorisation de la Société biblique canadienne © Les Éditions Novalis inc. 2015
Financé par le gouvernement du Canada Funded by the Government of Canada
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour des activités de développement de notre entreprise. Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la SODEC. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
4475, rue Frontenac, Montréal (Québec) H2H 2S2 C.P. 11050, succursale Centreville, Montréal (Québec) H3C 4Y6 Téléphone : 514 2783025 ou 1 800 6682547 sac@novalis.ca • novalis.ca
Imprimé au Canada
Diffusion pour la France et l’Europe francophone: Les Éditions du Cerf 24, rue des Tanneries 75013 Paris editionsducerf.fr
Introduction
La passion de Sébastien
Contrairement à la Passion du Christ, la mienne est beau coup moins souffrante. En fait, elle est pleine de vie !
Lorsque j’ai reçu ma première bible, à douze ans, je n’avais aucune idée de la passion que j’allais développer pour ce livre. À l’époque, c’était un livre obligatoire pour mon cours de religion. On le citait parfois en classe et j’en entendais parler à l’église, mais c’est lorsque j’ai décidé d’ouvrir les pages de ma TOB (Traduction œcuménique de la Bible) par moimême que j’ai pris goût aux histoires bibliques. Comme beaucoup d’adolescents, j’étais intrigué par la sexualité et la violence. Je ne savais pas qu’en plon geant dans la lecture de ce livre religieux, j’allais trouver chaussure à mon pied. Le premier livre de la Bible que j’ai dévoré est leCantique des cantiques. La présence de
6
Zombies, licornes, cannibales…
cette poésie sensuelle dans la Bible m’a agréablement sur pris. Puis, c’est vers l’Apocalypsemon regard s’est que tourné pour satisfaire ma curiosité. Je me rappelle que la compréhension de ce livre a été plus difficile que pour le précédent. À la fin de cette lecture, je n’avais pas com pris grandchose, mais j’avais aimé l’expérience de lire la Bible par moimême. À douze ans, après la lecture de deux livres bibliques, j’étais devenu accro.
Depuis ce temps, j’ai parcouru l’ensemble des pages de la Bible, le livre des livres. Mais, comme à l’adolescence, j’ai toujours été particulièrement intéressé par les récits insolites. Ceux qui ne sont pas lus, lors des célébrations liturgiques, parce qu’ils sont trop violents, trop vulgaires, trop sexuels, trop bizarres, trop farfelus… Et pourtant, ces récits étranges font partie de la Bible et sont jugés comme inspirés de Dieu pour des croyants, depuis des siècles. Lorsque j’ai commencé à travailler comme anima teur de pastorale dans une école secondaire, j’ai vu que ces récits étaient une excellente porte d’entrée pour les ado lescents. La plupart d’entre eux ne s’intéressaient pas du tout au domaine religieux, mais ils prenaient de leur temps libre, à la pause de midi, et venaient frapper à ma porte, en disant : « Racontenous une autre histoire de la Bible ! Cette fois, on en veut une, extra saignante ! » Sans le savoir, ils s’exposaient à attraper ma passion pour la Bible.
Introduction
7
Depuis la publication deMais d’où vient la femme de Caïn ?, mon premier livre paru en 2010, j’ai bien vu que les récits insolites intéressent aussi les adultes, qu’ils soient religieux ou non. Ce livre a mené à deux séries d’émissions de radio, des articles sur www.interbible.org, un cours à l’Institut de pastorale des dominicains et plusieurs confé rences et ateliers. On m’associe tellement aux récits inso lites de la Bible que même lorsque je suis dans une réunion de professeurs d’université, s’il y a un temps mort, avant la réunion, on me demande de raconter une histoire biblique qui pourrait les surprendre. J’ai donc rassemblé toute une autre série de récits insolites, tirés de la Bible, que j’ai le plaisir de partager avec vous, dans ce livre.
Quand l’interprétation littérale mène à l’automutilation génitale !
Les diverses façons d’interpréter la Bible occupent une place importante dans ce livre. Voici une petite histoire qui montre très bien pourquoi il vaut la peine de réfléchir sur notre façon d’interpréter la Bible.
Connaissezvous Origène ? Il s’agit d’un spécialiste e de l’interprétation biblique du début du III siècle. Jeune, il est tellement rigide sur les principes et les mœurs que son interprétation littérale de deux passages : « Il y a des eunuques qui se sont fait euxmêmes eunuques pour le
8
Zombies, licornes, cannibales…
Royaume des cieux» (Matthieu19, 12) et «Si ta main est pour toi une occasion de chute, coupela » (Marc9, 43), l’entraîne à se castrer pour se soustraire à toutes tentations. Il avait certainement un grand désir de vivre en cohé rence avec les Écritures, ce qui est certes louable. Mais cet exemple montre que l’interprétation littérale de la Bible peut faire mal !
Plus tard dans la vie, cependant, Origène a compris qu’il aurait pu réfléchir plus longtemps avant de se décider à commettre un tel acte. Dans son enseignement donné à Césarée, il dit regretter son geste, qu’il attribue à l’erreur que constitue une lecture littérale des Écritures. D’ailleurs, on le considère comme le père de l’exégèse biblique, entre autres parce qu’il a développé la théorie des trois sens de 1 l’écriture : le sens littéral (charnel, historique), le sens moral (qui édifie les âmes) et le sens spirituel (mystique ou allégorique). Pour lui, chaque verset de la Bible peut s’in terpréter de diverses façons. Il a donc reconnu qu’il aurait pu (et même dû) interpréter différemment les versets qui ont mené à sa castration.
Prendre certains passages de la Bible au pied de la lettre peut mener à l’automutilation génitale, mais aussi
1. En poursuivant le travail d’Origène, d’autres théologiens comme Jérôme, AugustinetThomasdAquinensontvenusàparlerdequatresensdelÉcriture. Chacun a sa façon de regrouper les différents types d’interprétation, mais tous s’accordent pour dire qu’il y a plus d’un sens à découvrir.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.