Chimie et transports - vers des transports décarbonés

De
Publié par

À en juger par le succès que rencontrent à chacune de leurs éditions, le salon de l’automobile, le salon de l’aéronautique du Bourget ou les nombreuses expositions organisées sur les transports, cet ouvrage concernera des lecteurs de tous âges et d’occupations variées. La voiture surtout, mais aussi les transports en commun et le transport aérien, ont pris une telle place dans nos existences que les perspectives de crise ouvertes par la question de l’énergie sont causes de vives préoccupations chez tous les citoyens et toutes les collectivités.
Des efforts de recherche très importants et variés sont consacrés par de nombreux acteurs, publics et privés, pour découvrir et mettre au point des réponses techniques aux transformations imposées par la raréfaction et le renchérissement de l’énergie, et par la demande sociale en matière de développement durable. Les thèmes explicités dans cet ouvrage ont pour une bonne part trait aux moyens d’économiser l’énergie : nouveaux matériaux pour alléger les structures, mise au point de carburants plus efficaces et moins polluants, développement de batteries pour la propulsion électrique. Chaque fois, le rôle central de la chimie apparaît et illustre la vigueur et la fécondité de la science et de la technologie chimiques. La place des transports, non pas comme un simple utilisateur d’énergie, mais comme un acteur participant – par exemple par ses capacités de stockage – à la gestion de la question énergétique ou – par exemple en « recréant » de façon nouvelle cette « route » qui est depuis toujours la base de nos campagnes – à l’aménagement de nos territoires.
Exposés par des professionnels de l’industrie ou de la recherche publique, concrets et actifs sur ces sujets, ce livre fera progresser les lecteurs qui disposent d’une formation scolaire de base en matière scientifique et leur facilitera la compréhension du monde de demain.
Publié le : samedi 1 mars 2014
Lecture(s) : 20
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782759811496
Nombre de pages : 272
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Chimie et transports
À en juger par le succès que
rencontrent à chacune de leurs
éditions, le salon de
l’automobile, le salon de l’aéronautique Chimie etChimie et du Bourget ou les nombreuses
expositions organisées sur les
transports, cet ouvrage
concernera des lecteurs de tous âges et transports transports d’occupations variées. La voiture
surtout, mais aussi les transports
en commun et le transport aérien, ont pris une telle place dans nos existences que les perspectives Vers des transports décarbonés
de crise ouvertes par la question de l’énergie sont causes de vives préoccupations chez tous les
citoyens et toutes les collectivités.
Des efforts de recherche très importants et variés sont consacrés par de nombreux acteurs,
publics et privés, pour découvrir et mettre au point des réponses techniques aux transformations
imposées par la raréfaction et le renchérissement de l’énergie, et par la demande sociale en Michel Accary
matière de développement durable. Les thèmes explicités dans cet ouvrage ont pour une bonne Dominique Aimon
part trait aux moyens d’économiser l’énergie : nouveaux matériaux pour alléger les structures,
François-Xavier Bécotmise au point de carburants plus effi caces et moins polluants, développement de batteries
Jean Bottipour la propulsion électrique. Chaque fois, le rôle central de la chimie apparaît et illustre la
Jean-Pierre Brunellevigueur et la fécondité de la science et de la technologie chimiques. La place des transports, non
Daniel Bursauxpas comme un simple utilisateur d’énergie, mais comme un acteur participant – par exemple
Daniel Cadetpar ses capacités de stockage – à la gestion de la question énergétique ou – par exemple en
« recréant » de façon nouvelle cette « route » qui est depuis toujours la base de nos campagnes Sébastien Candel
– à l’aménagement de nos territoires. Fabien Chevillotte
Exposés par des professionnels de l’industrie ou de la recherche publique, concrets et actifs sur François Darchis
ces sujets, ce livre fera progresser les lecteurs qui disposent d’une formation scolaire de base en Bruno Dubost
matière scientifi que et leur facilitera la compréhension du monde de demain. Luc JaoLuc Jaouenuen
SoSophie Jullianphie Jullian
DDominique Larcherominique Larcher
Roseline LegrandRoseline Legrand
FFrancis Ménilrancis Ménil
Henri TrintHenri Trintignacignac
HeHenri Vnri Va an Dammen Damme
LLaurent Vaurent Vaucenataucenat
CCooroordonné par donné par
Minh-Thu Dinh-Auudouindouin
Danianièle Oèle Ollivierivier
PaPaul Rignyul Rigny
LIVRES
ISBN : 978-2-7598-1075-8
Prix : 24 €
9782759 809738 www.edpsciences.org
LIVRES
CCouv-Chimie_Transport.indd 1ouv-Chimie_Transport.indd 1 221/10/13 15:401/10/13 15:40Chimie
et transports
1
Cet ouvrage est issu du colloque « Chimie et transports, vers des transports décarbonés »,
qui s’est déroulé le 3 avril 2013 à la Maison de la Chimie.« COLLECTION CHIMIE ET ... »
Collection dirigée par Bernard Bigot
Président de la Fondation internationale de La Maison de la Chimie
Chimie
et transports
Michel Accary, Dominique Aimon, François-Xavier Bécot, Jean Botti,
Jean-Pierre Brunelle, Daniel Bursaux, Daniel Cadet, Sébastien Candel,
Fabien Chevillotte, François Darchis, Bruno Dubost, Luc Jaouen, Sophie Jullian,
Dominique Larcher, Roseline Legrand, Francis Ménil, Henri Trintignac,
Henri Van Damme, Laurent Vaucenat
Coordonné par Minh-Thu Dinh-Audouin,
Danièle Olivier et Paul RignyConception de la maquette intérieure et de la couverture :
Pascal Ferrari et Minh-Thu Dinh-Audouin
Images de la couverture : Véhicule électrique : concept-car smart
forvision, Daimler ; moteur M88 du Rafale : www.snecma.com ;
etoit du concept-car : BASF. En 4 de couverture : avion électrique,
EADS ; sous-marin nucléaire, DCNS.
Iconographie : Minh-Thu Dinh-Audouin
Mise en pages et couverture : Patrick Leleux PAO (Caen)
Imprimé en France
ISBN : 978-2-7598-1075-8
Tous droits de traduction, d’adaptation et de reproduction par tous
procédés, réservés pour tous pays. La loi du 11 mars 1957 n’autorisant, aux
termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41, d’une part, que les « copies ou
reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non
destinées à une utilisation collective », et d’autre part, que les analyses et les
courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute
représentation intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de
erses ayants droit ou ayants cause est illicite » (alinéa 1 de l’article 40). Cette
r eprésentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit,
constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants
du code pénal.
© EDP Sciences 2014
EDP Sciences
17, avenue du Hoggar, P.A. de Courtabœuf, BP 112
91944 Les Ulis Cedex A, FranceOnt contribué à la rédaction
de cet ouvrage :
Michel Accary Fabien Chevillotte Roseline Legrand
DCNS Matelys – Research Lab Directrice générale adjointe
Directeur Technique et Co-gérant – associé du SYTRAL (SYndicat mixte des
Innovation Transports pour le Rhône et
François Darchis
l’Agglomération Lyonnaise)Dominique Aimon Air Liquide
Groupe Michelin Directeur de la Société Francis Ménil
Directeur de la Communication Directeur de recherche CNRSRecherche et Développement,
Scientifi que et Technique Laboratoire d’Intégration des Nouveaux Métiers Innovation
François-Xavier Bécot et Technologies, Propriété Matériaux aux Systèmes (IMS)
Matelys – Research Lab Université de BordeauxIntellectuelle, Ingénierie
Co-gérant – associé et Construction, Branche
Henri Trintignac
Chercheur acoustique et d’Activité Industriel Marchand
A&H Conseil
matériaux poro-élastiques (IM).
Président
Jean Botti Bruno Dubost
Henri Van DammeEADS Constellium
Directeur scientifi que Directeur Général Délégué Directeur scientifi que d’IFSTTAR (Institut Technologie et Innovation Membre de l’Académie des Français des Sciences et
technologiesJean-Pierre Brunelle Technologies des Transports,
Solvay de l’Aménagement et des Luc Jaouen
Directeur Innovation Procédés Réseaux)Matelys – Research Lab
Co-gérant – associéDaniel Bursaux Laurent Vaucenat
Directeur général Directeur Monde Grands Sophie Jullian
des infrastructures Comptes Renault-Nissan/PSA Directrice scientifi que
des transports et de la mer au sein de BASFInstitut Français du Pétrole
Ministère de l’Écologie, Directeur de l’activité Peinture Énergies Nouvelles (IFPEN)
du développement durable
Constructeur du site de BASF
et de l’énergie Dominique Larcher (Clermont de l’Oise), BASF
Professeur à l’Université Daniel Cadet
de Picardie Jules VerneAlstom
Laboratoire de Réactivité Directeur des affaires
et Chimie des Solides, techniques extérieures
UMR CNRS 7314
Sébastien Candel Réseau sur le Stockage
Professeur à l’École Centrale Électrochimique de l’Énergie
Paris et professeur honoraire (RS2E), FR CNRS 3459
à l’Institut Universitaire
Armand Lattesde France,
Équipe éditoriale :Professeur Émérite Laboratoire EM2C,
des Universités Minh-Thu Dinh-Audouin,CNRS (UPR288)
Université Paul Sabatier Danièle OlivierAcadémie des Sciences
5Académie des Technologies (Toulouse) et Paul Rigny
7KLVSDJHLQWHQWLRQDOO\OHIWEODQNSommaire
Avant-propos : par Danièle Olivier et Paul Rigny 9
Préface : par Bernard Bigot .............................. 11
Introduction
Les infrastructures de transport et l’exploitation
du réseau
Partie 1 : Le cas des transports urbains
de l’agglomération lyonnaise
d’après la conférence de Roseline Legrand 15
Partie 2 : Les apports de la chimie
dans les projets d’avenir
par Henri Van Damme .................................. 23
Partie 1
La chimie au service du futur des véhicules
Introduction par Armand Lattes ..................... 43
Chapitre 1 : La catalyse au service
de l’automobile
par Jean-Pierre Brunelle ............................ 49
Chapitre 2 : Comment la chimie
contribue-t-elle à la performance
des véhicules électriques de demain ?
d’après la conférence de Laurent Vaucenat 63
Chapitre 3 : La chimie donne des ailes
d’après la conférence de Jean Botti ............. 73
Chapitre 4 : La chimie et le rail
d’après la conférence de Daniel Cadet ........ 81
Chapitre 5 : Chimie et construction navale
par Michel Accary ........................................ 93
Partie 2
Matériaux et transports durables
Chapitre 6 : Les alliages d’aluminium
pour l’allégement des structures dans
l’aéronautique et la carrosserie automobile
7 par Bruno Dubost ......................................... 105
Chapitre 7 : Le pneumatique : innovation
et haute technologie pour faire progresser
la mobilité
par Dominique Aimon ................................... 135
Chapitre 8 : La zircone, matériau phare contre
la pollution des échappements automobiles
par Francis Ménil .......................................... 149
Chapitre 9 : Vers une connexion des corps
de métiers, pour des micro structures
améliorées pour les transports
d’après la conférence de François-Xavier Bécot
avec les contributions de Fabien Chevillotte
et Luc Jaouen ................................................ 161
Partie 3
Énergie et transports durables
Chapitre 10 : La combustion et les défi s
de la propulsion aéronautique et spatiale
par Sébastien Candel ................................... 175
Chapitre 11 : Vers des transports décarbonés :
carburants, combustion et post-traitement
pour les transports routiers
par Sophie Jullian ........................................ 195
Chapitre 12 : Le moteur thermique comparé
au moteur électrique. Enjeux et contraintes
par Henri Trintignac ..................................... 215
Chapitre 13 : Le stockage de l’énergie
dans le monde des transports
par Dominique Larcher et
François Darchis ........................................... 229
Conclusion : Qualité de vie et mobilité
par Daniel Bursaux ....................................... 257
8
Chimie et transports
Avantpropos
Depuis 2007, la Fondation de soit déjà, cette liste n’épuise
la Maison de la Chimie orga- pas l’ensemble des activités
nise des colloques destinés à humaines qui bénéfi cient de la
un large public de chimistes chimie, et d’autres colloques
– étudiants, enseignants, sont en préparation, qui
doningénieurs, décideurs, cher- neront naissance à d’autre
cheurs non spécialistes, jour- ouvrages dans les mois et les
nalistes – pour faire prendre années qui viennent.
conscience que cette disci- Si les transports ont toujours
pline (prise comme science été un élément déterminant
ou comme technique) est du développement de la
civiprésente au cœur de toutes lisation humaine, ce domaine
les activités techniques qui connait aujourd’hui une
dinous entourent, même si, mension historiquement
combien souvent, elle n’est pas plètement nouvelle à l’heure
d’abord identifiée comme du transport aérien et de la
le partenaire indispensable généralisation du transport
qu’elle est. automobile. Par ailleurs, les
Ces colloques sont repris outils qui permettent cette
sous forme de livres, qui pré- activité semblent menacés
sentent les conférences mises par l’appauvrissement que
en forme pour utilisation par l’on connait sur la
disponiles lecteurs, et constituent bilité en matières premières
une collection « Chimie et… », (pas seulement celles qui
publiée par les éditions EDP fournissent les carburants
Sciences. C’est ainsi que sont mais aussi celles qui sont à la
parus : La chimie et la mer, en- base des matériaux
constitusemble au service de l’homme, tifs des équipements). Autant
La chimie et la santé au service dire que nous avons, avec
de l’homme, La chimie et l’art, les transports, affaire à un
le génie au service de l’homme, défi vital pour la civilisation
La chimie et le sport, La chimie à laquelle nous sommes
atet l’alimentation, pour le bien tachés. Chimie et transports
être de l’homme, La chimie et montre comment ce défi
soll’habitat, La chimie et la na- licite la chimie par nombre
ture, Chimie et enjeux éner- de ses branches (chimie de
gétiques, et qu’aujourd’hui, la combustion, chimie des
nous présentons Chimie et matériaux polymère s, chimie
transports. Si riche qu’elle des métaux, modélisation,
Danièle Olivier et Paul Rigny Fondation de la Maison de la Chimieetc.). Malgré les points de tion – la possibilité de trouver
vue optimistes que l’on peut les réponses aux questions
entendre (« la voiture élec- qu’ils se posent sur la chimie.
trique, c’est déjà au point… », À (idéalement) toutes les
« les biocarburants, c’est un thématiques abordées,
Médomaine maîtrisé », etc.), il ne diachimie fait correspondre
faut pas cacher que ces défi s des « ressources » qui
perne sont pas encore gagnés : mettent au lecteur d’aller plus
de nouveaux efforts, de nou- loin dans sa compréhension.
velles recherches doivent être
Les ouvrages « Chimie et… »
poursuivis – et tout
particuconstituent des ressources –
lièrement dans le domaine
déjà mises en forme pour un
de la chimie – pour que des
large public – qui sont
partiruptures sociétales extrêmes
culièrement adaptées dans ce soient évitées.
contexte et sont reprises par
La publication de ces ouvrages
le site Mediachimie.
est liée à une autre
opération de diffusion de la Chimie
menée par la Fondation de
Danièle Olivier,
la Maison de la Chimie : la
Vice-présidente
création, le lancement et la
de la Fondation de la Maison
mise à jour d’un site Internet,
de la Chimie
dénommé Médiachimie (www.
Paul Rigny, mediachimie.org), qui donne à
Conseiller scientifi que tous ceux qui s’intéressent à
cette discipline – et prioritai- après du président
rement au monde de l’éduca- de la Maison de la Chimie
10
Chimie et transportsPréface
La mobilité est un sujet de ciens, 2 litres de ces
combusgrande actualité non seu- tibles. Et pour conclure ces
lement à l’échelle natio- données statistiques, sachons
nale mais plus encore à qu’en France, l’automobile
inl’échelle mondiale. Pour s’en dividuelle représente 65 % des
convaincre, il suffi t d’avoir en kilomètres parcourus chaque
tête que : en moyenne chaque année, la marche à pied
seufrançais parcourt chaque jour lement 22 %, les transports
de l’année, hors déplacements en commun 8 % et les deux
pédestres et donc en utili- roues 5 %.
sant un moyen de transport
Si nous y réfl échissons un
insindividuel ou collectif, plus
tant nous serons vite
convainde 25 kilomètres, en y
consacus que la chimie est toujours
crant environ une heure de son
à la source, au cœur ou en
temps ; ou que l’ensemble de
aval de ces déplacements. En
la planète compte
actuelleeffet elle contribue à produire
ment 1,1 milliard de voitures
les matériaux indispensables
particulières, nombre qui
à la fabrication des voitures,
s’accroît au rythme de 35
mildeux roues, métro, tramways,
lions par an, soit 100 000
nouavions, trains ou bateaux,
velles voitures en plus chaque
elle permet de réduire leurs
jour ; ou bien encore qu’il y a
émissions et leurs nuisances,
20 000 avions de ligne qui
cirelle assure la transformation
culent quotidiennement dans
de grandes quantités de ma-le monde, qu’ensemble ils
tières premières en énergie effectuent environ 30 millions
pour leur motorisation. Elle de vols par an et parcourent
permet de recycler les équi-quelque 90 milliards de
kilopements utilisés en fi n de vie, mètres. Songeons aussi que
elle contribue à la construction le nombre de véhicules
partides infrastructures et à leur culiers utilitaires est passé en
maintenance. Les défi s sont France de 23 millions en 1982
donc considérables pour amé-à 38 millions en 2012, et en
liorer l’effi cacité et le confort 2012, en France encore, nous
des transports mais aussi pour avons consommé 50 milliards
réduire leur coût et leurs inévi-de litres d’essence ou de diesel
tables effets non désirés.pour nous transporter, soit en
moyenne pour chacun d’entre Cet ouvrage issu du colloque
nous, par jour et par personne, organisé par la Fondation
des plus jeunes aux plus an- de la Maison de la Chimie le
Bernard Bigot Président de la Fondation Internationale de la Maison de la Chimie3 avril 2013 est fait pour que démographique, le
dévelopchacun ait accès aux infor- pement de la mondialisation
mations nécessaires à un des échanges,
l’augmentadébat éclairé et serein. En tion du nombre et de la taille
coordonnant sa publication, des villes avec la séparation
la Fondation de la Maison de de plus en plus fréquente
la Chimie est pleinement dans entre le lieu de vie et le lieu
ses missions. En effet, depuis de travail, l’augmentation de
niveau de vie de nombreuses sa création en 1934, il y a donc
personnes, induisent un ac-78 ans, l’une de ses missions
croissement important de la principales est de travailler à
demande de transport. Dans l’expansion et au
développement de la science chimique le précédent ouvrage de la
et à sa promotion, ainsi que collection, Chimie et enjeux
de toutes ses applications, en énergétiques, publié en
septembre 2013, il est montré que facilitant les rencontres entre
les transports représentent les savants, les ingénieurs,
un tiers de la consommation les entrepreneurs et
l’end’énergie fi nale mondiale et semble de nos concitoyens,
que les émissions de dioxyde pour permettre une meilleure
de carbone, ou plus générale-compréhension mutuelle des
ment des gaz à effet de serre, enjeux dont chacun est
porqui en résultent, ne cessent teur. Dans ce cadre, nous
d’augmenter depuis plus de avons particulièrement
intenvingt ans. Sans évolution sifi é nos efforts pour aider à
dans ce domaine, les consé-faire prendre conscience à un
quences environnementales large public, non spécialiste,
atteindront des limites dif-de l’apport de la chimie dans
ficilement supportables, en la vie quotidienne, préparer
termes de réchauffement cli-l’avenir en encourageant
matique et de dégradation de les jeunes à s’orienter vers
la qualité de l’air, mais aussi l’industrie et la recherche, et
en conséquences sociales et contribuer ainsi au
développeéconomiques : énergie, amé-ment d’une industrie chimique
nagements urbains et auto-innovante et compétitive. La
routiers, temps perdu dans série des ouvrages de la
colles embouteillages, etc.lection « Chimie et… », dont
celui-ci est le neuvième, La chimie est, nous le
sarépond à ces objectifs. Les vons, étroitement associée
thèmes transdisciplinaires à la recherche de solutions
choisis ont toujours une innovantes qui associent
l’engrande importance sociale, semble des acteurs de la fi lière
scientifi que, technique, éco- transports. Des responsables
nomique ou culturelle, et et des experts de la recherche
correspondent à la volonté de et de l’innovation dans tous les
mettre la science au service domaines des transports ont
des hommes et à l’amélio- accepté de contribuer à la
réaration de leur qualité de vie. lisation de cet ouvrage pour
Le domaine des transports nous expliquer, en termes
connait depuis plusieurs dé- compréhensibles par tous
cennies un développement mais néanmoins avec la plus
12 ininterrompu. La croissance grande rigueur scientifique,
Chimie et transportsles derniers résultats de leurs les piles à combustible pour
travaux et de leurs projets, améliorer leur indispensable
réalistes, d’évolution et d’in- compétitivité.
novation dans ce domaine émi- La seconde partie montre
nemment transdisciplinaire. que l’amélioration des
perIl y va de notre qualité de vie formances, la durabilité de
mais aussi de notre dévelop- la sécurité et du confort des
pement économique et de véhicules passent par
l’amél’emploi manufacturier dans lioration des propriétés des
notre pays. Les défi s indus- matériaux existants ou le
détriels à relever sont nom- veloppement de nouveaux
mabreux. Il n’existe jamais d’ap- tériaux tels que de nouveaux
proche ou de réponse unique alliages métalliques, des
à un défi de ce type. Les meil- matériaux composites pour
leures solutions résultent de l’allégement des structures,
la synergie des talents et des l’usage des fi bres de carbone
eefforts. Ce 9 ouvrage de la ou polymères, des résines,
collection « Chimie et… » en des mousses, des colles,
est particulièrement l’illustra- des huiles et lubrifi ants, une
tion, puisque deux chapitres multiplicité de produits de
sont largement centrés sur haute technologie, dont les
les politiques publiques, avec caractéristiques peuvent être
les dimensions liées à l’urba- adaptées sur mesure, et
ennisme, la sociologie et en rela- fi n, de la physico-chimie, de
tion avec la qualité de la vie. l’électrochimie ou de la
biochimie, qui interviennent dans Organisé en trois parties, la
des domaines de recherche première partie porte sur le
aussi divers que la qualité de thème de la chimie au service
l’atmosphère dans le véhicule, du futur des véhicules, où tous
la protection contre la cor-les domaines sont abordés :
rosion ou les nombreux cap-automobile, transport
ferroteurs électroniques, désor-viaire, transport maritime,
mais embarqués. transport aérien. En effet dans
tous ces domaines, avec bien La troisième partie permet
sûr des spécifi cités, la chimie d’approfondir, grâce à des
intervient, au niveau de la exemples d’applications,
production, de la distribution certains points relevant des
et du stockage de l’énergie, domaines de l’énergie : la
avec notamment le domaine combustion, les carburants,
des hydrocarbures, où il faut le stockage.
prendre en compte les
exigences en termes d’économie
Je vous en souhaite une
de la ressource, de maîtrise
agréable lecture
de croissance de la demande
et de réduction de l’impact
environnemental et climatique ;
Bernard Bigotavec des recherches
concerPrésident de la Fondation nant la modélisation des
phéInternationale de la Maison nomènes de combustion pour
de la Chimietenter de réduire encore la
consommation kilométrique ; Administrateur Général
13avec les batteries aussi, et du CEA
Préface7KLVSDJHLQWHQWLRQDOO\OHIWEODQNLes infrastructures
de transport
et l’exploitation
du réseau
1Roseline Legrand est directrice générale adjointe du SYTRAL
(SYndicat mixte des Transports pour le Rhône et l’Agglomération
Lyonnaise).
Henri Van Damme est directeur scientifi que de l’Institut Français
des Sciences et Technologies des Transports, de
l’Aménage2ment et des Réseaux (IFSTTAR) .
SYTRAL, le périmètre d’action Le cas des transports
couvre 68 communes, environ 1 urbains de
600 km² de surface (20 km sur l’agglomération lyonnaise
30), et représente une
populaD’après la conférence de tion de 1,3 millions d’habitants
Roseline Legrand (Figure 1).
Le réseau de transports en
commun lyonnais est le
deu1.1. Présentation
xième réseau de France en
d’une autorité organisatrice
termes d’offre et d’usage,
des transports : le SYTRAL
avec cinq modes de
transUne autorité organisatrice port : métro, funiculaire,
des transports est une col- tramway, trolleybus et bus.
lectivité publique en charge Il assure 1,4 millions de
de l’organisation des trans- voyages par jour. Les
caractéports publics urbains. Pour le ristiques du réseau lyonnais
1. www.sytral.fr
2. L’IFSTTAR est un organisme public civil de recherche français (EPST)
créé par décret interministériel du 30 décembre 2010. Il est placé sous
la tutelle du ministère de l’Écologie, du développement durable et de
l’énergie et du ministèr’Enseignement supérieur et de la recherche.
www.ifsttar.fr.
Partie 1 : d’après la conférence de Roseline Legrand
Partie 2 : Henri Van DammeFigure 1
Périmètre d’action du SYTRAL :
– 58 communes et 4 villes
périphériques ;
– adhésion de six nouvelles
communes en 2013 (Brindas,
Chaponost, Greyzieu-la-Varenne,
Messimy, Ste Consorce and
Thurins) ;
– 613 km² ;
– 1,3 million d’habitants.
l’on voit en bleu sur le plan
simplifi é du réseau (Figure 2),
et qui contient 7 000 places
de parking ainsi que la
prégnance des déplacements
électriques (70 % des
déplacements se font sur le mode
électrique) grâce au métro,
au tramway et au trolleybus.
La gouvernance du SYTRAL
sont d’abord la continuité de transport en commun, est composée d’élus, à la fois
entre les modes de trans- mais aussi avec les infra- de la communauté urbaine de
ports (le maillage), à la fois structures routières, par le Lyon et du Conseil général du
entre les différents modes biais de parkings relais, que Rhône (Figure 3).
Figure 2
Schéma du réseau
de transports lyonnais.
16
Chimie et transportsFigure 3
16 conseillers de la 2 représentants
10 conseillers Structure du SYTRAL.
Communauté urbaine des communes
généraux du Rhône
de Lyon intégrées en 2013
Comité syndical du SYTRAL
28 élus
Bureau exécutif
9 élus
Président : Bernard RIVALTA
Vice-Président : Georges BARRIOL
Administration du SYTRAL
100 agents
Le rôle d’une autorité orga- qu’on appelle le « versement
nisatrice de transports, c’est transports », une taxe payée
d’abord de fi nancer le réseau par les entreprises et basée
de transport et son dévelop- sur leurv masse salariale. La
pement, d’assurer la propriété deuxième ressource du
réde toutes les infrastructures, seau, qui représente environ
de l’équipement et du maté- 28 % des ressources, ce sont
riel roulant qui composent ce les produits de la vente de
réseau ; c’est de déterminer tickets, de la vente
d’abonnel’offre de transport adaptée à ments et des amendes. Enfi n,
Figure 4la fois aux évolutions démo- la troisième ressource est la
graphiques, économiques et participation des collectivi- Répartition des recettes du SYTRAL
urbanistiques de l’agglomé- tés locales à hauteur de 20 % – 761,5 M€ (budget 2013).
ration ; c’est également de
déterminer la politique
tarifaire et de défi nir les normes
Participation Étatet les qualités de service. En Recettes diverses collectivités locales15,8 M€ (2,1 %)
17,8 M€ (2,3 %)revanche, le SYTRAL n’est pas 148,9 M€ (19, 6 %)Clients des réseaux
un exploitant. L’exploitation 213,8 M€ (28,1 %)
est déléguée à des
entreEmprunt
prises et il s’agit à Lyon de 100,1 M€
(13,1 %)l’entreprise Kéolys, comme
il s’agit en Ile-de-France, par
exemple, de la RATP
notamment.
Le budget du SYTRAL est
d’environ 760 millions d’eu- Versement transport
265,1 M€ (34,8 %)ros (Figure 4). La première
source du SYTRAL est ce 17
Les infrastructures de transport et l’exploitation du réseau habitants. Ce sont des
préoccupations qui sont distinctes DetteDépenses
d’équipement 146,9 M€ (19,3 %) et d’ailleurs parfois
antago194,4 M€ (25,5 %) nistes : ainsi, une ville
comFonctionnement pacte permet de réduire les
du SYTRAL et divers
distances parcourues et est 21,3 M€ (2,8 %)
donc favorable à la limitation
des gaz à effet de serre ; elle
n’est pas forcément propice
pour réduire l’exposition d’une
grande partie de la population
aux polluants locaux, aux
parDépenses
ticules fi nes notamment.d’exploitation
398,9 M€ (52,4 %) Face au changement
climatique donc, le Grand Lyon s’est
fi xé pour objectif de devenir
une agglomération sobre en
environ ; cette ressource pro- carbone, en s’engageant à Figure 5
vient de l’impôt local, partici- réduire d’ici 2020 ses
émisRépartition des dépenses du pation à la fois du Grand Lyon, sions de CO de 20 %, de
ré2SYTRAL – 761,5 M€ (budget 2013).
de la communauté urbaine et duire également de 20 % sa
du conseil général du Rhône. consommation énergétique et
d’accroître sa part d’énergies Pour ce qui concerne les
renouvelables, en consom-dépenses SYTRAL (Figure 5),
mant 20 % d’énergies renou-plus de la moitié en sont liées
velables.à l’exploitation du réseau –
c’est ce que le SYTRAL verse Une agglomération sobre en
à son exploitant – et un quart carbone, cela veut dire des
sont des dépenses d’inves- transports sobres en
cartissement, d’exploitation du bone. Cela implique d’abord
réseau et de renouvellement de limiter l’utilisation de la
du patrimoine du matériel voiture en ville, par exemple
roulant. en réduisant les
possibilités de stationnement et en
diminuant les infrastructures
1.2. Économiser l’énergie,
routières au profit d’autres
décarboner et dépolluer
modes comme la marche, le
les transports urbains :
vélo ou les transports en
comles enjeux du SYTRAL
mun. Il faut aussi favoriser
le report modal (optimiser le Conformément aux
engagechoix du moyen de transport), ments politiques pris à tous
notamment par la création niveaux, les objectifs
priorid’une centrale de mobilité, taires adoptés sont la «
décarqui permet de calculer des bonation » et la dépollution.
itinéraires tous modes – voi-La décarbonation signifi e la
ture, transports en commun, limitation des émissions de
vélo, marche à pied – en fonc-gaz à effet de serre, et donc
la lutte contre le réchauffe- tion des conditions réelles de
ment climatique. La dépol- circulation. Il faut également
lution, c’est la limitation des développer le covoiturage et
émissions polluantes locales l’utilisation de voitures en
18 auxquelles sont exposés les libre-service.
Chimie et transportsEnfi n, et ceci concerne plus rentes. Certains portent sur
directement le SYTRAL, on a le long terme, d’autres sur le
adopté l’objectif d’augmenter court terme ; certains sont
de 25 % le nombre de voyages à l’échelle du territoire de
en transports en commun d’ici l’agglomération, tandis que
2020, ce qui est le double de d’autres concernent
simplel’augmentation tendancielle. ment le patrimoine du SYTRAL
Si l’on y arrive à augmenter et le comportement de son
exces voyages de 25 %, cela per- ploitant. Certains des moyens
mettra de réduire les émis- à mettre en œuvre sont très
sions de CO de 75 000 tonnes coûteux, tandis que d’autres
2
par an, c’est-à-dire réduire de sont au contraire générateurs
1 % les émissions de CO de d’économies ; certains res-2
l’agglomération. sortissent à des innovations
technologiques, d’autres à des Pour ce qui concerne la
polsolutions organisationnelles. lution, la politique du SYTRAL
Mais c’est bien l’ensemble de intègre le fait que la qualité de
ces moyens que doit mettre en l’air devient un enjeu de santé
œuvre la collectivité publique publique. En 2009, plus de la
pour parvenir à atteindre ses moitié des lyonnais était
expoobjectifs de dépollution. On sées à des valeurs supérieures
verra ensuite les contraintes aux limites recommandées
que l’on rencontre pour at-pour le dioxyde d’azote et plus
teindre ces objectifs.du quart pour les particules
fi nes. Or, le transport est la À l’échelle de l’agglomération,
première source d’émissions le premier moyen c’est d’agir
de dioxyde d’azote (plus de sur la planifi cation urbaine.
30 % des émissions) et de Ainsi, le schéma de
cohémonoxyde de carbone ; il est rence territoriale de
l’aggloresponsable des trois quarts mération prévoit que 70 %
des émissions de particules des 150 000 nouveaux
logefi nes. Le réseau de transports ments qui seront construits
en commun lyonnais (TCL), d’ici 2030 devront l’être dans
compte tenu du fait que le des zones déjà urbanisées. Il
mode électrique est prédo- impose également que toutes
minant, est relativement peu les nouvelles zones ouvertes
polluant : avec environ 17 % à l’urbanisation soient
préade part de marché (de part lablement desservies par les
modale), il ne représente que transports en commun, qu’il
2 à 3 % des émissions pol- s’agisse du train, des lignes
luantes. Il reste néanmoins régionales ou des transports
des marges de progrès. en commun urbains. Les
moyens dont dispose une
autorité organisatrice de
trans1.3. Les leviers d’action
ports, c’est de privilégier les
modes de déplacement non Les moyens dont dispose
polluants, donc la marche et une autorité organisatrice
l’utilisation du vélo notam-de transports pour parvenir
ment, de favoriser l’usage à consommer moins
d’énerdes transports en commun, de gie, dépolluer et décarboner
ces transports concernent réduire l’impact de ces
trans19des échelles très diffé- ports sur l’environnement, et
Les infrastructures de transport et l’exploitation du réseau rappel collection chimie et transport_Mise en page 1 14/10/2013 12:56 Page 2
La chimie et l’habitat
Jean-Claude Bernier, Alain Ehrlacher, Daniel Gronier, Patrice Hamelin, Marc J.
Ledoux, Carole Leroux, Daniel Lincot, Jacques Méhu, Jean-Marie Michel, Guy
Némoz, Valérie Pernelet-Joly, Dominique Plée, Daniel Quénard, Juliette
Ruchmann, Johann Souvestre et Jean-Paul Viguier
Les progrès de la chimie conditionnent cette activité traditionnelle de
l’humanité qu’est l’aménagement de son habitat. Elle offre à
l’architecte une palette riche. À côté des bois ou des bétons, c’est
l’irruption des vitrages modernes, textiles nouveaux et matériaux
polymères. Face aux défis du développement durable et à la recherche
du confort, la chimie permet d’éviter le gaspillage, d’utiliser l’énergie
solaire ou le biogaz issu des déchets ménagers, de recycler des
matériaux des bâtiments vétustes, ou encore de fournir des peintures issues de végétaux. Quant au
confort, s’il est lié aux matériaux, il exige aussi le contrôle de la qualité de l’air intérieur.
• octobre 2011 • ISBN : 978-2-7598-0642-3 • 292 pages • 25 €
La chimie et le sport
Alain Berthoz, Jean-François Caron, Marie-Florence Grenier-Loustalot,
Charles-Yannick Guezennec, Pierre Letellier, Claude Lory, Denis Masseglia,
Nicolas Puget, Isabelle Queval, Yves Rémond, Fabien Roland, Jean-François
Toussaint et Jean-Luc Veuthey
Débattre sur les rapports entre chimie et sport illustre l’extrême diversité
de la chimie : on y sollicite autant la chimie moléculaire que la chimie des
matériaux. Loin de n’être qu’une activité ludique, facteur du bien-être
physique et mental, le sport est un véritable révélateur de la quête du
« toujours mieux » qui caractérise l’humanité. L’analyse de la progression
des performances sur la longue durée montre de façon impressionnante
la symbiose entre deux approches a priori si distinctes : progression
régulière par une meilleure maîtrise du corps, progrès discontinus par les innovations technologiques.
Dans les deux domaines, c’est la chimie qu’il faut convoquer ; on ne s’étonnera donc pas que le sportif
qui s’attache à déborder des limites « naturelles » rencontre la chimie dont c’est aussi l’objectif
constant.
• janvier 2011 • ISBN : 978-2-7598-0596-9 • 264 pages • 25 €rappel collection chimie et transport_Mise en page 1 14/10/2013 12:56 Page 3
La chimie et l'alimentation
Marie-Josèphe Amiot-Carlin, Marc Anton, Monique Axelos, Valérie Baduel,
Michel Barel, Catherine Bonazzi, Cécile Canlet, Sylvie Chevolleau, Jean-Pierre
Cravedi, Laurent Debrauwer, Marc Desprairies, Patrick Etiévant, Pierre Feillet,
Vincent Gros, Sylvain Guyot, Claude-Marcel Hladik, Sabrina Krief, Xavier
Leverve, Gérard Pascal, Pierre Stengel, Hervé This et Gilles Trystram
La bonne alimentation et la chimie seraient incompatibles. Le livre
montre que c'est pourtant grâce à la chimie que l'industrie
agroalimentaire peut garantir la sécurité sanitaire de ses produits et qu'elle
peut de mieux en mieux satisfaire les demandes des consommateurs. Les
experts scientifiques et industriels donnent toutes les informations qui
permettent de se forger une opinion personnelle sur la place de la chimie
dans une « bonne alimentation » et de comprendre son rôle dans les processus de transformation, de
conservation et d'assimilation des aliments.
• octobre 2010 • ISBN : 978-2-7598-0562-4 • 242 pages • 25 €
La chimie et l'art
Christian Amatore, Anne Bouquillon, Sophie Descamps-Lequime, Rose Agnès
Jacquesy, Koen Janssens, Jean-Claude Lehmann, Michel Menu, Marc Thébault,
Bernard Valeur et Philippe Walter
Ce livre, issu d’un colloque entre artistes et chimistes témoigne de
l’importance de ces deux mots pris ensemble. Car avant l’émotion,
avant l’existence, l’oeuvre d’art n’est que matière – le bois du violon,
le pigment de la couleur, la substance de la sculpture.
• juin 2010 • ISBN : 978-2-7598-0527-3 • 228 pages • 25 €

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.