Environnement et agriculture

De
Publié par

Publié le : mercredi 1 janvier 1997
Lecture(s) : 281
EAN13 : 9782296326903
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Collection "Environnement"
dirigée par Maryvonne BODIGUEL

Collection Environnement
Sous la direction de Maryvonne Bodiguel

Ouvrages parus:
Kiss A. (sous la dir. ), L'écologie et la loi: le statut juridique de l'environnement, 1989. Bertolini G., Le marché des ordures: économie et gestion des déchets ménagers, 1990. Collectif, Pas de visa pour les déchets vers une solidarité Afrique / Europe en matière d'environnement, 1990. Duclos D., Les industriels et les risques pour l'environnement, 1991. Reveret J.P., La pratique des pêches, comment gérer une ressource renouvelable? 1991. Merrnet L. Stratégies pour l'environnement, la nature jeu de société? 1992. Abélès M., (sous la dir. de), Le défi écologiste. 1993. Kalaora B., Le Musée vert. Radiographie du loisir en forêt, 1993. Keller T., Les Verts allemands, un conservatisme alternatif, 1993. Kabala M. D., Protection des écosystèmes et développement des sociétés. Etat d'urgence en Afrique. 1994. Comolet A., L'évaluation et la comptabilisation du patrimoine naturel. Définition, méthodes et pratiques, 1994.

Dans la série environnement «dossier»:
Bodiguel M. (sous la dir.), Produire et préserver l'environnement. quelles réglementations pour l'agriculture européenne? 1990. Thebaud-Mony A., L'envers des sociétés industrielles, Approche comparative franco-brésilienne. 1991. Romi R., Les espaces humides, le droit entre protection et exploitation des territoires, 1992. Schmitt T., L'impôtfoncier, l'espace rural et l'environnement, 1993. M. Bodigue1 (sous la direction de), La qualité des eaux dans l'Union européenne, 1996. Association du droit rural - Région de Corse: Espaces agricoles et

urbanisme, préface de J-C Hélin, 1996.

Bernhard GLAESER

Environnement et Agriculture
L'écologie humaine pour un développement durable

L 'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9 L'HARMATTAN 5-7, rue de l'Ecole Polytechnique
75005

- PARIS

L'auteur
Bernhard Glaeser est directeur de projet au Centre berlinois pour la Recherche en Sciences Sociales (W.Z.B.) et président de la Société allemande d'Écologie humaine. n a longtemps travaillé en Chine, en Tanzanie et en Inde. n est connu pour ses publications, dont La Révolution verte revisitée et Apprendre de la Chine (en anglais). n est membre honoraire de l'Institut d'Écologie humaine de Santa Rosa (Californie) et conseiller scientifique du département "Écologie des Systèmes" de l'Académie des Sciences de Chine Populaire (Academia Sinica, Pékin).

Cet ouvrage a paru en anglais sous le titre original

Environment, Development. Agriculture Integrated Policy through Human Ecology

University College London (UCL) Press London 1995 ISBNs: 1.85728-290-6 HB 1.85728-291-4 PB

Photographie de couverture: Bernhard Glaeser. Scène de battage du blé en Chine

~ L'Harmattan 1997 ISBN: 2-7384-4700-7

Table des matières

Liste des schémas et des tableaux Avertissement

9 13 15

Introduction
UN PARADIGME mÉORIQUE

1

L'écologie humaine dans ses grandes lignes 1.1 1.2 1.3 Le concept et sa délimitation Objectifs et méthodes Modèles conceptuels de l'écologie humaine (Kevin D. Phillips-Howard) Conclusion

21 21 32 39

1.4 2

61 63 63 65

Applications de l'écologie humaine 2.1 2.2 Domaines de recherche Applications au développement (Kevin D. Phillips-Howard) Développement durable Conclusion

2.3 2.4

79 87

DIMENSIONS POLITIQUES ET ÉTHIQUES 3

L'éthique de l'environnement: possibilités et limites 3.1 3.2 3.3 3.4
L'éthique entre connaissance et action

91 91 93 99 107 109

L'éthique entre écologie humaine et 1radition philosophique

L'« éthique verte» - un instrument politique? Conclusion

4

La politique de l'environnement en Allemagne 4.1 4.2 4.3

Peut-on parler d'une réussite de la politique de l'environnement? 109

Les réalisations politiques Questions sans réponse à propos du système sociétéenvironnement Conclusion
DEUX EXEMPLES

114

117 119

4.4

RÉALISATIONS:

5

Environnement et développement en Chine: problèmes et politiques 5.1 5.2 5.3 5.4
Problèmes et politiques de l'environnement de 1949 à 1978

123 124 132 143 146

Problèmes et politiques de l'environnement après 1978 Population et culture Conclusion

6

Approche selon l'écologie humaine du développement agricole durable: les îles Andaman et Nicobar 6.1 Étude d'un cas de politique de développement durable

149 150

6.2 6.3 6.4

Trois modèles de développement

futur

155 164 165

Les îles Andaman et Nicobar aujourd'hui Conclusion

CONSÉQUENCES POUR LA RÉFLEXION ET L'ACTION À VENIR

7

La culture agraire entre reconstmction conceptuelle et empirisme 7.1 Culture et culture agraire: relations réciproques ou relations en transformation? Les intentions politiques d'une culture agraire: exemples Stratégies de changement Conclusion

169

171 174 179 181 185

7.2 7.3 7.4 8

La nature en crise? Un malentendu culturel 8.1 Le développement technologique, l'émancipation sociale et leurs limites La double nature de l'Homo sapiens Comment réduire la contradiction? La crise de la nature comme crise culturelle - les préalables d'un contrôle de l'instabilité Conclusion

186 189 195

8.2 8.3 8.4

198 203

8.5

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES INDEX

205 215

Liste des Schémas et des Tableaux

Schémas 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7 L'organisation du système zoologique selon Haeckel (1870) Etapes du développement de l'écologie humaine scientifique L'écologie humaine La nature transdisciplinaire de l'écologie humaine L'homme rural et son environnement L'homme et l'écosystème Relation entre les systèmes culturels et les sédiments selon la ligne de partage des eaux d'un écosystème Diagramme général du système énergétique de base d'un pays à composantes urbaines, agricoles et environnementales Représentation schématique du flux de la nourriture dans le système alimentaire de Hong Kong Construction d'enchaînements de problèmes à partir de la pollution de l'eau par l'agriculture Interactions de projets de développement avec le système homme-environnement 24 26 27 28 41 43

44

1.8

45

1.9

46

1.10

49

1.11

51

1.12

Flux de matière et d'énergie dans les écosystèmes et le système économique Conception géographique des relations entre l'homme et l'environnement Modèle d'écologie humaine de Hong Kong I Modèle d'écologie humaine de Hong Kong 2 Paradigme de l'écologie humaine soulignant la fonction de production Modèle simplifié des interactions entre l'homme et l'environnement naturel sur la méso-échelle des systèmes d'utilisation du sol L'agriculture en tant que système hiérarchisé à niveaux multiples Facteurs déterminant l'eutrophisation à Lough Erne Le système et la circulation du Qi selon la théorie de Feng-shui Les groupes et sous-groupes de travail de l'IOHE Les relations impliquées dans l'éco-développement Les processus économiques selon la perspective de l'écologie politique Développement durable versus mal-développement Modèle de changement homme-environnement dans la zone d'exploitation des mines d'étain du Plateau de Jos Exemple d'un groupe de problèmes Synthèse de groupes de problèmes

52

1.13

53 54 55

1.14 1.15 1.16

56

1.17

57 58 59

1.18 1.19 1.20

60 64 67

2.1 2.2 2.3

68 68

2.4 2.5

69 70 71

2.6 2.7

2.8 2.9

Modèle de processus d'éco-développement Modèle de processus d'éco-développement

1 2

72 74 75 76 77 78 125 150 155 161

2.10a Les champs de riz comme écosystème 2.10b La hiérarchie des écosystèmes agraires 2.11 a Comparaison de modes de pensée 2.11b Professions, départements, interactions, fossés 5.1 6.1 6.2
6.3 Centres de pollution en Chine Situation des îles Andaman et Nicobar Trois modèles de développement Solution d'éco-développement futur

pour l'Andaman Sud

Tableaux 2.1 2.2 5.1 8.1
L'écologie politique des pays en voie de développement Méthodes alternatives d'agriculture Données sur la qualité de l'air dans les villes chinoises Niveaux et types d'action

80 82 135 198

Avertissement

Ce livre est pour l'essentiel tiré d'articles déjà publiés. Tous ont été modifiés et
ré actualisés .

Chapitre 1: Glaeser, B. 1988: «A Holistic Human Ecology Approach to Sustainable Agricultural Development.» Futures, 20 (6), December, pp. 671-8. Glaeser, B. 1989: «Entwurf einer Humanokologie.» In: B. Glaeser (ed.), Humanokologie. Grund/agen praventiver Umweltpolitik. Wiesbaden: Westdeutscher Verlag, pp. 27-45 Chapitres 1 et 2: Phillips-Howard, K.D. & Glaeser, B. 1983: «Comparative investigation of conceptual models in human ecology.» Science and Public Policy, February, pp. 10-20. Chapitre 3: Glaeser, B. 1989: «Moglichkeiten und Grenzen einer Umweltethik.» In: B. Glaeser (ed.), Humanokologie (op. cit.), pp. 113-8. Chapitre 4:
Glaeser, B. 1989: «Umweltpolitik

- Neuansatz

in der Spannung

zwischen

Theorie und Praxis.»

In: B. Glaeser (ed.), Humanokologie (op. cit.), pp. 11-24. Chapitre 5: Glaeser, B. 1990: «The environmental impact of economic development: Problems and policies.» In: T. Cannon and A. Jenkins (eds.), The Geography ofContemporary China: The Impact of Deng Xiaoping's Decade. London and New York. Routledge, pp. 249-65. Chapitre Glaeser, In: B.R Nicobar 6: B. 1989: «An Eco-Development Approach for the Andaman and Nicobar Islands.» Virmani and K.J. Voll (eds.), Economic Development Alternatives: Andaman and Islands. New Delhi: Vision Books, pp. 120-31.

Chapitre 7: Glaeser, B. 1989: «Human Ecology in Germany: Research Focus 'Agrarian Culture'.» In: S. Overview. Brussels: VUB-Press, pp. 143-64.

Suzuki, RJ. Borden and L. Hens (eds.), Human Ecology - Comingof Age:An International

Chapitre 8: Glaeser, B. 1992: «Natur in der Krise? Ein kulturelles Mil3verstiindnis.» In: B. Glaeser & P. Teherani-Kronner (eds.), Humanokologie und Kulturokologie. Wiesbaden: Westdeutscher Verlag, pp. 49-70.

Introduction

L'environnement physique de l'homme, la «nature» au sens le plus large, a toujours revêtu une importance fondamentale pour le développement économique des sociétés humaines. Ceci s'est avéré tout au long de l'histoire de l'humanité. C'est récemment seulement que le développement économique a commencé de menacer ses propres fondements, c'est-à-dire l'existence même de la nature dont les hommes font partie. L'humanité possède-t-elle des droits, un droit humain peut-être sur la nature? C'est l'un des enjeux de base de l'éthique de l'environnement telle qu'elle apparaît dans certains principes environnementaux sur lesquels se sont accordés les membres de l'ONU. Le Principe 1 de la Déclaration de Stockholm sur l'environnement humain affirme:
«L'homme possède un droit fondamental à la liberté, à l'égalité et à des conditions de vie appropriées, dans un environnement dont la qualité lui permette une vie de dignité et de bien-être, et il est solennellement responsable de la protection et de

l'améliorationde l'environnementpour les générations actuelles et futures...»

I

Ces mots ne revendiquent pas seulement un droit humain fondamental sur l'environnement, ils marquent surtout une responsabilité fondamentale des hommes et «un droit de la nature» à être protégée de l'homme. Cette interprétation du Principe 1 est étayée par le Principe 4 de la Déclaration:
«L'homme a une responsabilité particulière de sauvegarde et de sage gestion de l'héritage de la vie sauvage et de son habitat... la conservation de la nature doit donc se voir attribuer une place importante dans la planification du développement économique.»2

Ecologie et développement économique ont été combinés dans le concept d'«écodéveloppement», qui signifie que le but du développement n'est pas seulement de permettre la croissance économique. Le développement doit être durable, afin de préserver et d'améliorer les conditions environnementales du développement économique. Une politique de développement qui respecte la nature et l'environnement: c'était là l'objectif évident de la Conférence des Nations Unies sur l'envi-

1 UNCHE, 1973, p. 19. 2 ibid.

16

ronnement humain (UNCHE) et de la Déclaration de Stockholm de 1972: une politique de développement en accord avec la nature et l'environnement. La Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement de 1992 (UNCED) a reconnu le fait que les relations de l'humanité à la nature, l'utilisation des ressources et des services écologiques, n'ont jamais été considérées comme importantes. La discipline scientifique de l'écologie humaine fournit des cadres de recherche et de réflexion selon ces axes, non seulement dans une perspective politique mais également dans une perspective théorique et éthique. Le présent volume traite de certains aspects philosophiques et sociologiques de l'écologie humaine et examine certains cas de réalisation politique. La première partie traite des aspects théoriques, proposant une introduction au sens profond de cette matière ainsi qu'une vue d'ensemble de l'appareil conceptuel spécifique de l'écologie humaine. La deuxième partie passe des questions théoriques, historiques et méthodologiques à celles qui concernent le comportement et l'action de l'homme. La relation entre l'éthique et la politique environnementales est explorée à partir de la justification et de la réalisation des interactions de l'homme avec la nature et l'environnement dans une perspective d'écologie à long terme. En troisième partie, deux exemples illustrent ce qu'on entend par un développement écologique global: l'exposé de la politique environnementale dans la République populaire de Chine depuis 1949, et l'étude d'un cas régional en Inde, accompagné d'une recommandation politique. Alors que le premier cas met en perspective historique les intentions et réalisations effectives, le second s'ouvre vers l'avenir en ce qu'il examine les possibilités de planification environnementale en fonction des peuples autochtones et de leurs assises culturelles spécifiques. Les projets d'avenir sont envisagés sur une base plus générale dans la dernière partie du livre. Le chapitre concernant la culture agraire critique les relations Nord-Sud actuelles, notamment l'histoire et le développement de la colonisation, et il se prononce en faveur de la diversité écologique et culturelle en matière d'agriculture. Le dernier chapitre revoit la relation nature-culture d'un point de vue théorique. Il soutient qu'à strictement parler il n'y a pas de «crise de la nature», mais qu'au contraire la surexploitation de l'environnement - entraînant la destruc-

tion des conditionsnaturelles de survie - reflète un état de crise culturelledans
les sociétés humaines «malades». Pour résumer, mon approche des problématiques précédentes, en particulier celle des relations entre l'éthique et la politique environnementale, s'enracine dans la tradition intellectuelle, philosophique et sociologique allemande. A l'exception

17

d'Immanuel Kane pour lequel nous utilisons les traductions françaises existantes, les autres auteurs sont traduits au fil du texte par ma tradœtrice française. L'analyse des modèles théoriques et pratiques de l'écologie humaine aux Chapitres 1 et 2 repose en grande partie sur une étude menée de front avec Kevin D. Phillips-Howard (Sections 1.3 et 2.2 spécifiquement).4 Je remercie Ulrich Loening5, Kevin Phillips-Howard6, Bill Puka7 et Maryvonne Bodiguel8 pour leurs commentaires extrêmement féconds sur la version manuscrite de ce texte, Sophie Ludwig pour la traduction française et l'inestimable assistance de mes éditeurs Niarnh Warde, Michel Veys et Monique Chajmowiez dans l'identification et l'élimination des incohérences et des redondances et pour leur habileté à raboter les rudesses de ce livre. Il va de soi que les erreurs qui subsistent m'incOOlbent. Berlin, juin 1995
Bernhard Glaeser

3 Les traducteurs français changent souvent - à tort - le prénom de Kant en Emmanuel. 4 Phillips-Howard, K D. et Glaeser, B. 1983: «Comparative investigation of conceptual models in human ecology», Science and Public Policy, February, pp. 10-20. 5 Centre ofHuman Ecology, University ofEdinburgh, Royaume-Uni. 6 Department of Geography, University of Transkei, Umtata, Afrique du Sud. 7 Department ofPhilosophy, Rensselaer Polytechnic Institute, Troy, États-Unis. 8 Centre National de la Recherche Scientifique / Groupe de Recherches Sociologiques, Université de Paris, France.

UN PARADIGME THÉORIQUE

1

L'ÉCOLOGIE HUMAINE DANS SES GRANDES LIGNES

Ce chapitre se propose de fournir une introduction à l'écologie humaine. Il s'agit de familiariser le lecteur avec la substance et les problèmes de cette science encore jeune. Au fil de ce travail, référence sera faite à une science dite «établie», mais aussi au point de vue particulier de l'auteur. Les questions suivantes seront traitées en détails: Qu'est-ce que l'écologie humaine? La section 1.1 «Le concept et sa délimitation» traite de l'enracinement de l'écologie humaine dans la «science de l'environnemenb> d'un côté et dans l'écologie, à laquelle elle doit son concept, de l'autre. De plus, la Section 1.1 montre la façon dont l'écologie humaine peut être intégrée à diverses autres disciplines scientifiques. Que peut l'écologie humaine? Que fera-t-elle? La section 1.2 «Objectifs et méthodes» traite du sujet de l'écologie humaine - la relation entre les hommes et l'environnement, son application à divers domaines de travail, et les méthodes utilisées dans le traitement de problèmes d'écologie humaine. Les modèles conceptuels sont souvent nécessaires quand il s'agit de combler le fossé entre enjeux méthodologiques et théoriques. La section 1.3 en examine divers modèles, depuis ceux qui ne recouvrent qu'une orientation biologique, d'une utilité limitée pour l'écologie humaine, jusqu'aux modèles plus pertinents en ce qu'ils considèrent les aspects sociaux.

1.1

Le concept et sa délimitation
-

La science de l'environnement

le point de départ

Les sciences naturelles appliquées ont rencontré quelque succès dans la découvertes de solutions techniques des problèmes environnementaux - notamment pour ce qui concerne la contamination de l'air, de l'eau et du sol - qui furent les premiers portés à l'attention publique. Aux Etats-Unis, la conscience de l'environnement s'est implantée dès le milieu des années 60, ensuite en Europe de l'Ouest, à la fin des années 60, mais ce ne fut le cas dans les pays socialistes et les pays en voie de développement qu'après la première Conférence des Nations Unies sur

22

l'environnement hwnain de 1972. Les sciences sociales ne sont intervenues dans le domaine de la recherche environnementale que plus tard encore, mais pour produire des résultats considérables, par exemple dans le domaine de l'économie et de la conscience de l'environnement, pour ce qui concerne les indicateurs sociaux, et la réalisation et la médiation politico-administratives entre les groupes d'intérêts concernés. Tous ces domaines font apparaître au premier plan les actions curatives entreprises en réparation des dommages exi;tants. Depuis les crises pétrolières des années 70, la pression politique pour l'introduction de mesures préventives est en croissance constante. Cela s'est manifestéentre autres choses - par un effort accru en matière de recherche environnementale de base. Les exemples tirés des sciences naturelles comprennent l'utilisation de l'énergie, l'impact des recherches sur les économies d'énergie et sur l'écosystème. Les sciences sociales entament à peine la recherche fondamentale sur l'environnement. Considérons par exemple la question des impacts sociaux des mesures de politique de l'environnement, ou la portée des théories qui vont de l'étude des coûts sociaux jusqu'à celle des coûts de la protection de l'enviramement. C'est ici que s'ouvre le domaine de l'écologie hwnaine, discipline de recherche de base située quelque part entre les sciences de la nature et les sciences sociales. Elle a pour sujet la structure des relations entre les hommes et la nature, ou entre la société et l'environnement. Si l'on souligne l'aspect société/environnement, en partant d'une référence particulière aux atteintes à l'environnement, l'économie hwnaine est tout d'abord écologie politique et en tant que telle, sa méthodologie suivra celle des sciences sociales, même si certains éléments des sciences de la nature y conservent un rôle important. C'est le concept que nous défendons ici. Inversement, si c'est l'aspect écologique qui est souligné dans l'écologie hwnaine, laquelle serait ainsi plus proche des sciences biologiques, ce sont alors les éléments méthodologiques de l'étude scientifique de la nature qui deviendront prépondérants. Il est clair toutefois que l'écologie hwnaine ne saurait être regardée comme une discipline typique, analogue aux disciplines compartimentées de la recherche scientifique universitaire conventionnelle; elle introduit au contraire un élément épistémologique, un intérêt intellectuel (Habermas: Erkenntnisinteresse), qui tend à unifier les disciplines scientifiques. Les affirmations critiques de Enzensberger soulignent cette différence: «L'écologie hwnaine est avant tout une discipline hybride dans laquelle il faut appliquer de concert les catégories et les méthodes des sciences sociales et de la nature, sans explication théorique sur les complications qui en résultent.»1 Cela signifie que le sujet de l'écologie hwnaine doit être défini
1 H. M. Enzensberger, 1973 p. 1; voir également Bruhn, 1974; Young, 1974.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.