//img.uscri.be/pth/9d5401c28201aa6b6e1b485e81dc8a468aeaf6c2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Faire la fête sans détruire la planète

De
65 pages

Et si, au lieu de voir les mouvements zéro déchet, la consommation locale, la récup’ comme des limites créant des frustrations, on se mettait à les regarder comme des sources de créativité ? Une reconquête de sa liberté. Et l’air de rien, tout en préparant et en faisant la fête avec ceux qu’on aime, on a avancé, en douceur, vers un mode de vie plus respectueux de la terre. Comment faire ? On mange avec les doigts ou dans des contenants comestibles pour éviter la vaisselle jetable, on boit de la bière locale et du vin naturel qui ne donne pas mal à la tête, on invente des recettes aux légumes pour son barbecue… On peut encore, pour l’occasion, découvrir les initiatives de consigne des bouteilles, aller à la rencontre des producteurs près de chez soi, apprendre à cuisiner les restes…


Voir plus Voir moins
couverture

Quand les rythmes s’accélèrent et que la vie s’emballe, une fête entre amis est un répit : lâcher-prise, éclats de rire et temps suspendu, enfin ! Mais elle est aussi, bien souvent, synonyme de gabegie : malbouffe, goinfrerie, gâchis. Pourquoi ? Parce qu’en ces moments qu’on voudrait différents, nous nous laissons malgré nous rattraper par nos vieux démons : vitesse et précipitation.

Chips, vaisselle en plastique et poubelles débordantes ne sont pas une fatalité. Pour que fiesta ne rime pas avec Attila, il suffit de peu de chose : une manière légèrement décalée de penser la convivialité. Une reconquête de sa liberté.

Du buffet aux cadeaux, en passant par la musique et la déco, la fête est une belle entrée pour découvrir, et faire découvrir à ses proches, une multitude de pistes vers la transition. Car ces voies nouvelles, simples et souvent ludiques, ont toutes cela en commun : lorsqu’on ose les tester, elles se révèlent enthousiasmantes.

Journaliste spécialisée dans l’écologie, les alternatives et la consommation responsable, Emmanuelle Vibert est l’auteur d’une douzaine de guides pratiques qui invitent à passer à l’action au quotidien.

Dessinateur de bandes dessinées, Le Cil Vert travaille depuis plus de dix ans pour des magazines écolos et/ou sociaux (Village, Kaizen…) et pour des ONG (CCFD, AVSF…). Son ouvrage autobiographique, Un faux boulot (Delcourt, 2015), a été récompensé par le prix du Jury œcuménique à Angoulême en 2016.

 

Emmanuelle Vibert

Illustrations de Le Cil Vert

 

 

FAIRE LA FÊTE

SANS DÉTRUIRE LA PLANÈTE

 

 

 

 
ACTES SUD | KAIZEN
 

Vous trouverez plus d’informations sur les notions marquées d’un astérisque dans la rubrique “Pour en savoir plus”.

 

Série dirigée par Marie-Noëlle Himbert.

 

Conception graphique : Anne-Laure Exbrayat, studio graphique d’Actes Sud.

 

© Actes Sud | Kaizen, 2017

ISBN : 978-2-330-08426-4

www.actes-sud.fr

 

Depuis quelques années, on sent un frémissement : plus personne ne nie qu’il va falloir changer, beaucoup commencent à croire que cela est possible. Par une multitude de petites (r)évolutions dans notre quotidien, chacun de nous a le pouvoir de construire le monde de demain.

Le succès du film Demain, de Cyril Dion et Mélanie Laurent, et les initiatives citoyennes qu’il a suscitées confirment que nous sommes prêts à nous lancer. Oui, mais comment faire ?

 

C’est pour répondre à cette demande croissante d’outils pratiques pour oser passer à l’acte qu’est née cette collection. Elle s’adresse à tous : convaincus, hésitants ou sceptiques. Elle aborde tous les domaines de nos vies quotidiennes : consommation, alimentation, logement, transport, loisirs, éducation, etc. Avec un objectif : accompagner ce désir de changement, l’étayer ainsi que le motiver et l’aider à aboutir.

 

Forme d’expression pratique des valeurs défendues par la collection “Domaine du possible”, “Je passe à l’acte” en est le prolongement logique, aujourd’hui indispensable.

 

Lendemain de fête… classique. On se réveille avec une gueule de bois monumentale. Les invités sont arrivés les bras chargés de cadeaux bien emballés, on a bu un verre, puis deux, puis… Le son est monté, et… On a complètement oublié la suite. Trou noir. Mais les vestiges de la soirée sont là pour nous livrer des indices de ce qui s’est passé.

 

Les jolis paquets cadeaux forment une montagne de papiers roulés en boule dans un coin. Partout, vraiment partout, sont venus se nicher des gobelets, des assiettes et des couverts en plastique. Ici et là, on aperçoit les restes du buffet. Saucisson, jambon cru, chips, cacahuètes…

 

À croire que les invités n’ont pas mangé le buffet, mais ont joué à l’étaler un peu partout pour remporter un concours de gaspillage alimentaire.

Chaque Français consomme en moyenne 5 kg de gobelets en plastique par an1.

Vous ne leur aviez pas dit que le bilan carbone des tomates cerises était particulièrement lourd en hiver, puisqu’elles poussent sous des serres chauffées, avec force pesticides. Ils ne savaient pas non plus que les avocats du guacamole – dont la consommation explose depuis quelques années – concouraient à la déforestation au Mexique et à l’assèchement des nappes phréatiques en Afrique du Sud.

Pas sûr que ça aurait changé quoi que ce soit.

 

Le tout était acheté au supermarché du coin dans des emballages en plastique non recyclables, qui débordent maintenant de la poubelles de la cuisine. En fourrant tout dans de grands sacs-poubelle, en même temps que les bouteilles d’alcool et de Coca (que vous n’irez pas recycler parce que vous n’êtes plus à ça près), vous culpabilisez en pensant à cette conférence de Vandana Shiva* entendue il y a peu. La célèbre activiste indienne y racontait sa lutte menée en 2004 contre une usine Coca-Cola du Sud de l’Inde (à Plachimada), qui pillait et polluait les réserves d’eau de la région.

 

C’est décidé, à la prochaine fête vous ferez différemment.

Et vous serez gagnant(e).

Vous miserez sur les légumes bios cuisinés maison, plutôt que sur la charcuterie sous vide. Vous viserez des quantités plus justes et les invités se régaleront sans se goinfrer.

Faire mieux avec moins : tel sera votre nouveau mantra. Vous allez cultiver la sobriété heureuse : faire la fête sans détruire la planète !

UNE LISTE D’ÉCOUTE “ÉCOLO”

Écolo et rock’n’roll… Mais si, c’est possible ! La preuve : le magazine Les Inrocks a créé une liste d’écoute à l’occasion de la COP 21 de Paris en 20152.

Les militants la goûteront au premier degré, les sceptiques au second :

 Radiohead, Fake Plastic Trees (“De faux arbres en plastique”) ;

 Björk, Nattura ;

 Michael Jackson, Earth Song (“La Chanson de la terre”) ;

 Talking Heads, Nothing But Flowers (“Rien que des fleurs”) ;

 Public Enemy (avec Ziggy Marley), Don’t Give Up the Fight (“N’abandonne pas la lutte”) ;

 Depeche Mode, The Landscape Is Changing (“Le paysage change”) ;

 Eurythmics, When Tomorrow Comes (“Quand demain viendra”).

Adieu, l’apéro triste et sans vie débarqué tout droit du supermarché. Bonjour, le joli buffet couvert de mets fabriqués avec amour par des artisans, agrémenté de délicieuses petites inventions concoctées de vos mains, avec des produits de saison colorés.

Au revoir, les amas déprimants de détritus après la soirée. Bravo pour la belle organisation en amont qui a permis de les éviter : achats en vrac dans les magasins, savante communication auprès de vos amis pour leur faire comprendre quel cadeau vous ferait vraiment plaisir…

 

En posant de nouvelles règles du jeu, vous allez découvrir des recettes simples et ludiques, frapper à la porte de vos voisins pour leur emprunter du matériel, imaginer une décoration avec les moyens du bord, qui ne ressemblera à aucune autre. Et non, ça n’aura rien de baba cool ni de rétrograde. Au contraire, ce sera chic, raff iné, peut-être même hyper-tendance ! Ce sera décontracté et plein de vie… Ça vous ressemblera.