Histoire de la pollution atmosphérique en Europe et en RDA au XXe siècle

De
Publié par

La RDA, le pays le plus pollué d'Europe, où l'abscence d'efficacité contre les atteintes à l'environnement a fini par miner le régime et par engendrer une opposition intérieure... Pourtant, dans les années 1950, ce pays pratiquait une politique innovante en matière de lutte contre la pollution de l'air contrairement à la RFA... Mais d'autres éléments entrent en jeu : la culture, l'économie, l'idéologie, ... Après avoir exposé comment la pollution de l'air d'un problème local est devenue un phénomène global, l'auteur explique comment la RDA a abouti à une situation désastreuse en matière d'environnement.
Publié le : lundi 1 septembre 2003
Lecture(s) : 450
EAN13 : 9782296331754
Nombre de pages : 158
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Histoire de la pollution atmosphérique en Europe et en RDA au XXe siècle

~ L'Harmattan, 2003 ISBN: 2-7475-4946-1

Michel DUPUY

Histoire de la pollution atmosphérique en Europe et en RDA au XXe siècle

L'Harmattan 5-7, nIe de l'École-Polyteclmique 75005 Paris

FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

Collection Allemagne d'hier et d'aujourd'hui dirigée par Thierry Feral
L' Histoire de l'Allemagne, bien qu'indissociable de celle de la France et de l'Europe, possède des facettes encore relativement méconnues. Le propos de cette collection est d'en rendre compte. Constituée de volumes réduits et facilement abordables pour un large public, elle est néanmoins le fruit de travaux de chercheurs d'horizons très variés, tant par leur discipline, que leur culture ou leur âge. Derrière ces pages, centrées sur le passé comme sur le présent, le lecteur soucieux de l'avenir trouvera motivation à une salutaire réflexion.

Dernières parutions Georges SOLOVIEFF, une enfance berlinoise (1921-1931), 2002. Christian GREILING, La minorité allemande de Haute-Silésie 19191939, 2003. Thomas ROSENLOCHER, La Meilleure Façon de Marcher, 2003. Andréas RITTAU, Interactions Allemagne-France, Les habitudes culturelles d'aujourd'hui en questions, 2003. ThierryFERAL,La mémoireféconde. Cinq conférences,2003. Martin IMBLEAU, La négation du génoscide nazi, 2003.

INTRODUCTION

La photographie illustrant la première de couverture a été prise en 1998 à Kahleberg, dans les Monts métallifères de Bohème, non loin de la frontière tchèque. Aucuns grands arbres n'encombrent la vue. Ceux qui sont présents (bouleaux, épicéas d'Engelmann) n'ont pas dix ans. Ce sont des essences résistantes à la pollution. Elles sont là pour se substituer aux forêts d'épicéas communs qui régnaient encore en maître au début des années 1960 et qui ont disparu sous l'action corrosive de la pollution malgré de multiples tentatives de la part des forestiers est-allemands, cette fois, avec de meilleures chances de succès, le taux de pollution au dioxyde de soufre ayant chuté de près de 90 % depuis 19921. Cette photographie représente bien ce que fut la pollution au XXe siècle: un effet désastreux sur l'homme et la forêt, pouvant aller jusqu'à l'éradication de cette dernière de certaines portions du territoire, mais également une réaction des hommes, en l'occurrence ici des forestiers et des politiques, pour en contrecarrer les effets. Au-delà de cet espace symbolique que sont les Monts métallifères en matière de pollution atmosphérique, lorsque I'historien retrace I'histoire de la lutte contre les atteintes à l'environnement, il apparaît que le législateur a manifesté la volonté d'écarter les eaux usées et d'assurer une eau potable aux populations urbaines depuis le XIXe siècle avec le soutien des ingénieurs. La pollution de l'air restait au second plan. La ville « humide et organique» fut transformée en un

Bundesministerium für Umwelt, Naturschutz und Reak:torsicherheit, Ministerium für Umwelt (Hg.), Luftreinhaltebericht Erzgebirge, Tschechiches Amt für Katasterwesen und Geodasie, 1998, p. 46.

1

espace sec et minéral2. Toutefois, nous avons assisté au siècle dernier à un retournement dans les pays industrialisés au profit de la lutte contre la pollution de l'air. En effet, l'accès à l'eau potable a été en partie assuré en Europe. Le succès est moindre en ce qui concerne les rejets industriels et domestiques dans les eaux fluviales. La crainte des eaux stagnantes, des miasmes et de leur cortège de maladies contagieuses explique cette politique. En revanche, bien que la pollution atmosphérique ne soit plus aussi élevée que dans les années 1950, elle reste pourtant une préoccupation essentielle avec le bruit pour des citadins toujours plus nombreux à fréquenter les forêts périurbaines à la recherche d'un air supposé sain. Elle est même devenue un enjeu politique et économique majeur. Toutefois avant d'évoluer en une préoccupation mondiale, la pollution atmosphérique sous sa forme moderne, c'est-àdire issue de la combustion du charbon, a surtout concerné les pays industrialisés et en premier lieu l'Angleterre. Elle n'a pas épargné l'Amérique du Nord, mais les représentations scientifiques dominantes en Europe jusqu'à la seconde guerre mondiale ont eu pour centre l'Angleterre et l'Allemagne. Après 1945, les États-Unis sont intervenus dans le débat. En effet, leur poids dans les réseaux scientifiques a fini par imposer leur conception systémique de la nature et finalement l'idée de l'effet de serre. Dans cette histoire, l'Allemagne tient une place centrale. Les conceptions de la pollution atmosphérique exposées par ses scientifiques dès 1850 ont longtemps prévalu en Europe centrale. Elle fut aussi mêlée à toutes les controverses qui ont vu le jour au XXe siècle: portée et utilité de l'érection de hautes cheminées pour éloigner la pollution, pollution
2

Bartes s., La ville délétère.. Médecins et ingénieurs dans l'espace urbain

XVIlr -XIr

siècle, Seyssel : Éditions Champ Vallon, 1999, p. 373. 8

transfrontalière dans les Monts métallifères, et l' acidification des lacs suédois, etc. Dans les années 1980, elle a fait partager sa conception du dépérissement des forêts ou
Waldsterben à ses partenaires européens.

De l'Allemagne à la RDA, le pas est vite franchi. Nous sommes là aussi en présence d'un État symbole en matière de pollution atmosphérique. La chute du mur de Berlin a libéré les archives et les paroles dévoilant les paradoxes de ce pays né par la volonté des Alliés et de Staline. Nous avions affaire à l'une des nations les plus polluées au monde, avec des dirigeants parfaitement informés. Ceci n'était pas sans contradiction, car la RDA était à la pointe de la lutte contre la pollution au début des années 1950 par rapport au monde « capitaliste ». Cette incapacité à venir à bout de ces questions environnementales a miné le régime et formé la base d'une opposition. Ainsi qu'elle soit divisée ou unifiée, il n'est guère envisageable d'ignorer la contribution de l'Allemagne à I'histoire de la pollution atmosphérique. Si cet État a construit sa puissance sur son industrie et la science notamment la chimie, elle a aussi bâti son identité sur la forêt, espace qui, dès 1850, fait l'objet d'investigations au sujet de dégâts commis par les fumées des usines de Freiberg (Saxe) sur les terres agricoles et forestièreg3. En fait, avec la forêt se pose la question d'un indicateur fiable témoignant de la présence d'une pollution. En d'autres termes, quels sont les éléments qui reflètent le mieux les effets nocifs des rejets dans l'atmosphère?

3

BortÎtz S., Dassler H.-G., « I. A. StOckhardts grundlegende Beitriige zur Immissionsforschung und deren heutige Bedeutung », Wiss. Zeitschrift technische Universitlit Chemnitz-Zwickau, 34, 1992, pp. 281-292; Harrison R., For2ts. Essai sur l'imaginaire occidental, Paris: Flammarion, 1992, pp. 241-257. 9

L'homme Les animaux Les végétaux

Etlets Maladies res imtoires, cancers, réactions cutanées, etc. tiolement, maladies, dé rissement Coloration anormale du feuillage, chute des feuilles et

(plantes, arbres, des aiguilles, perte de croissance,maladies,attaquesde
lichens rava ems, dé rissement . Les édifices Noircissement des fa es, érosion des erres Tablea 1. Effets de la poUution atmosphérique sur les êtres vivants et les édiJkes.

Parmi tous ces éléments, les atteintes à la santé et aux récoltes ont d'abord attiré l'attention des victimes et des autorités. La pollution relevait de l'urbain, d'entreprises qui furent reléguées aux franges de la ville, au voisinage de la campagne touchant l'agriculture et les forêts avoisinantes. L'attention s'est portée sur la forêt surtout en Europe centrale. La proximité d'une académie forestière (Tharandt) et d'un important centre industriel (Freiberg) a facilité l'intérêt des forestiers allemands pour cette question. À ceci, il faut ajouter l'action de grands propriétaires forestiers, membres de la noblesse, qui ont également exercé des pressions sur l'industrie qui menaçait leur bois. L'arbre est aussi un précieux indicateur. Présent en ville (allées et parcs), en périphérie (forêts péri urbaines) et dans le monde rural, il révèle les effets et l'extension de la pollution. Sa stabilité et sa longévité font qu'il est sensible aux expositions sur le court, moyen et long termes. Indicateur en matière de pollution, il est également un remède, filtrant les poussières, retenant le gaz carbonique dans la lutte contre l'effet de serre. Cette importance accordée à la forêt reflète aussi l'histoire de la pollution de l'air, qui est passée de normes formulées selon des critères de santé publique, pour finir, dans les années 1980, par s'aligner sur des critères de santé végétale. L'être humain n'est plus seulement responsable de ses congénères mais également de la nature, qu'il se doit de protéger au nom du principe suivant: ce qui est néfaste pour 10

l'arbre peut s'avérer dangereux pour l' homme. Ainsi en envisageant l'histoire de la pollution sous deux angles, l'un retraçant son évolution d'un problème local à un phénomène global, l'autre en se concentrant sur un État, la RDA, cette étude a pour fil d'Ariane les scientifiques, leur rôle, leur attitude vis-à-vis de l'économique et du politique4. En effet, rendre compte d'un état est un fait, le modifier en est un autre, il faut alors composer avec le politique, l'économique et le culturel.

4

Sous le mot de scientifique, je regroupe aussi bien les chercheurs
(chimistes, biologistes, pédologues), que les

produits de l'université ingénieurs.

Il

PREMIERE PARTIE

LA POLLUTION DE L'AIR
AU XXe SIECLE :

D'UN PROBLEME LOCAL A UN PHENOMENE GLOBAL

Au début du siècle dernier, la pollution atmosphérique est considérée comme un problème local, circonscrit à un lieu précis impliquant une ou plusieurs entreprises, les victimes (citadins, propriétaires forestiers et agriculteurs) étant situées aux alentours. À la fin du xxe siècle, les médias et les scientifiques parlent de changement climatique et de trou dans la couche d'ozone. La biosphère semble perturbée par les émissions de gaz carbonique, faisant planer une menace sur la planète: violentes tempêtes, inondations, sécheresse, etc. L'équilibre « écologique» et politique du monde est en suspens. En un siècle, les pollueurs ont changé. Ils étaient immobiles (fonderies, briqueteries, etc.), ils sont devenus mobiles (voitures, camions). Ils étaient limités à l'industrie et aux foyers, désormais il faut y ajouter l'agriculture. Auparavant, les citadins participaient à la pollution par le chauffage au charbon, aujourd'hui par la circulation. Pour quelles raisons sommes nous passés d'un problème local à un phénomène global? Déjà à la fin du XIxe siècle, quelques scientifiques avaient annoncé un réchauffement possible de la planète, mais sans succès. La théorie du réchauffement climatique ne s'est propagée parmi la communauté scientifique qu'à partir des années 1980, à l'issu du «Dépérissement des forêts» ou Waldsterben. Ce changement de perspective marque une rupture par rapport à la conception scientifique dominante jusqu'alors: la pollution partait d'une source précise et s'étendait sur un cercle défini. Depuis la fin de la décennie 1980, les dégâts ne sont plus limités dans Itespace. Ds sont diffus au même titre que les sources. Nous sommes entrés dans l'ère de la globalité. Si l'adoption de ce paradigme signe la fin du xxe siècle en

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.