//img.uscri.be/pth/41d6707aefa989503f435ad5bf2c41ce4579e8a2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La vision verte de Denis Sassou-Nguesso face à un monde en danger et aveugle

De
272 pages
L'auteur consacre ce livre au combat de Denis Sassou-Nguesso, qui ne cesse d'alerter et de prévenir le commun des mortels des dangers liés à la destruction de l'environnement et au changement climatique. Il prône une gouvernance mondiale verte et inclusive en vue d'assurer au profit de la Terre une transition et une intégration écologiques qui épargneraient à notre planète la catastrophe.
Voir plus Voir moins
Michel Innocent Peya
La vision verte de Denis Sassou-Nguesso face à un monde en danger et aveugle Évangile du management de l’environnement et du développement durable
LA VISION VERTE DE DENIS SASSOU-NGUESSOFACE À UN MONDE EN DANGER ET AVEUGLE
Michel Innocent Peya La vision verte de Denis Sassou-Nguesso face à un monde en danger et aveugle Évangile du management de l’environnement et du développement durable L’HARMATTAN
© L’HARMATTAN, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr/ ISBN : 978-2-343-12529-9 EAN : 9782343125299
ÉPIGRAPHE
La nature mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer et nous refusons de l’admettre ; l’humanité souffre. Elle souffre de mal-développe-ment, au nord comme au sud, et nous sommes indifférents. La terre et l’huma-nité sont en péril et nous en sommes tous responsables. Il est temps, je crois, d’ouvrir les yeux. Sur tous les continents, les signaux d’alerte s’allument. L’Europe est frappée par des catastrophes naturelles et des crises sanitaires. L’économie américaine, souvent boulimique en res-sources naturelles, paraît atteinte d’une crise de confiance dans ses modes de régulation. L’Amérique latine est à nouveau secouée par la crise financière et donc sociale. En Asie, la multiplication des pollutions, dont témoigne le nuage brun, s’étend et menace d’empoisonnement un continent tout entier. L’Afrique est accablée par les conflits, le sida, la désertification, la famine. Certains pays insulaires sont menacés de disparition par le réchauffement cli-matique. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas. Prenons garde que le e XXI siècle ne devienne pas, pour les générations futures, celui d’un crime de l’humanité contre la vie. Notre responsabilité collective est engagée.Extrait du discours de Jacques Chirac, ancien Président de la France, pro-noncé à Johannesburg en Afrique du Sud au sommet mondial du développe-ment
5
PRÉFACE
« Encore un ouvrage sur le développement durable ! », s’interrogerait pro-bablement le lecteur au regard de nombreuses publications portant sur ce thème sous divers formats : livresque et/ou numérique. Pour contribuer à l’avancement de la recherche dans ce domaine, le scientifique Michel-Inno-cent Peya soulève la problématique du paradoxe africain ; un continent doté de multiples potentialités naturelles, mais le peuple africain demeure scanda-leusement pauvre. Ce constat est à la fois inquiétant, évocateur et interpella-teur pour tout esprit lucide. L’avenir et le devenir de l’Africain deviennent une menace et des perspectives heureuses, un rêve lointain. Pourtant, depuis l’introduction du développement durable dans les débats publics, il y a une trentaine d’années, le contexte a fortement changé : le monde actuel ne ressemble plus guère à ce qu’il était à la fin des années 1980. Les préoccupations sur le climat se sont ajoutées à celles qui concernent la fin des énergies fossiles, notamment, du pétrole, les menaces pesant sur la biodi-versité et bien d’autres enjeux actuels. Le développement durable n’est plus seulement l’affaire d’experts – si tant est qu’il ne le fût jamais – mais il mobi-lise le commun des mortels, dont beaucoup ont acquis leur expertise au fil du temps. Aujourd’hui encore, il est l’objet de controverses ou de divisions diffé-rentes. Mais quelle notion clé (telle que la démocratie ou la mondialisation) ne l’est pas ? À travers trois parties réparties respectivement en chapitres, à savoir : La vision verte de Denis Sassou-Nguesso, Président de la République du Congo : un évangile de l’environnement et du développement durable en Afrique ; La géopolitique et la géostratégie du développement durable en Afrique : entre renaissance et mondialisation écologique ; Ainsi que l’Afrique face aux enjeux stratégiques du développement du-rable. Michel-Innocent Peya nous enseigne combien l’Afrique est un continent qui est frappé par les conséquences du changement climatique qu’elle n’a pas elle-même cherché. Complexe, le développement durable l’est indéniable-ment, mais au sens strict du terme (et non au sens de « compliqué ») : il invite à traiter un problème en prenant en compte toutes ses dimensions ou, pour le dire autrement, à toujours réfléchir aux effets à plus ou moins long terme d’une action individuelle ou collective. L’erreur serait d’y voir la solution, clés en main, à toutes nos préoccupations. Le développement durable, c’est davantage un état d’esprit, qui incline à se poser les bonnes questions, plutôt qu’un sys-tème figé qui impose des réponses toutes faites. Cet ouvrage va aider les Africains, non seulement à comprendre le déve-loppement durable, mais aussi et surtout à appréhender les grandes leçons de
7
cette problématique qui ne cesse d’impliquer tout le monde. L’auteur s’est encore une fois de plus engagé à interpeller la conscience des Africains sur les effets pervers du changement climatique sur l’environnement mondial, en gé-néral, et celui de l’Afrique, en particulier. Il exhorte aussi la communauté in-ternationale à honorer son engagement en rapport avec la répartition ration-nelle et équitable du Fonds vert compensatoire pour permettre aux pays du bassin du Congo, poumon écologique à l’instar du Brésil, de disposer de moyens alternatifs pour la protection de l’environnement et de l’écosystème tant il est vrai que les grands pollueurs sont dans l’hémisphère Nord pour la grande majorité. Pour relever les défis de ce troisième millénaire, le Président Denis Sassou-Nguesso ne ménage aucun effort pour mener un plaidoyer en faveur de l’Afrique tout entière mais aussi et surtout un lobbying auprès de la commu-nauté internationale pour des mesures compensatoires. C’est d’ailleurs avec raison que l’auteur de la présente œuvre lui attribue une grande partie de ses recherches. Ainsi, ce livre va immerger tous ses lecteurs dans une appréhen-sion des réalités liées à l’Afrique tout en comprenant les différentes interven-tions du Président Sassou qui ne résigne pas sur les moyens pour la protection de l’Afrique contre le danger de la pollution. Jean-Marie EWENGUE Ancien ambassadeur, maire de la ville d’OYO
8
INTRODUCTION GÉNÉRALE
L’Afrique est une partie du monde qui est entrée sans le vouloir dans le changement climatique. En effet, ce continent qui n’a pas pu se développer, à cause des colonisateurs qui y avaient instauré la colonisation d’exploitation et non celle du peuplement, est obligé de respecter la protection de l’environne-ment qu’il n’a pas lui-même détruit. Entre le développement tout court ainsi que le développement durable, notre continent est à la croisée des chemins. D’une part, l’introversion économique passe inéluctablement par l’industria-lisation, gage de création d’emplois durables et d’amélioration du pouvoir d’achat des ménages, et le développement durable ne s’accommode pas avec des industries émettrices de gaz à effet de serre et de pollution de l’environne-ment. Le changement climatique s’accompagnera d’effets néfastes sans précé-dent. On assistera, par exemple, à une baisse des rendements agricoles, des saisons de végétation brèves et les modifications du régime des précipitations rendront l’accès à l’eau difficile. Pourtant, la population en Afrique devrait atteindre deux milliards dans moins de 37 ans et, dans 86 ans, trois naissances sur quatre se produiront sur le continent. La baisse des rendements agricoles et l’accroissement démographique exerceront une pression supplémentaire sur un système de production alimen-taire déjà fragile. Dans un tel contexte, les experts signalent que, si la situation actuelle perdure, l’Afrique ne pourra subvenir qu’à 13 % de ses besoins ali-mentaires d’ici à 2050. Cela fera également peser une nouvelle menace sur les quelque 65 % de travailleurs africains dont la subsistance dépend de l’agricul-ture, y compris sur les enfants et les personnes âgées – premières victimes de l’insécurité alimentaire. Des changements climatiques tels que la hausse des températures et la ré-duction des réserves en eau, ainsi que la perte de biodiversité et la dégradation des écosystèmes, ont un impact sur l’agriculture et l’environnement. Selon la célèbre revue scientifique internationaleScience, l’Afrique australe et l’Asie du Sud seront les deux régions du monde dont les productions agricoles seront les plus affectées par le changement climatique d’ici à 2030. À titre d’exemple, les variétés de blé se développent bien à des températures com-prises entre 15 et 20 °C, mais la température moyenne annuelle en Afrique subsaharienne dépasse aujourd’hui cette plage pendant la saison de végéta-tion. Si ces tendances climatiques se poursuivent, la production de blé pourra donc enregistrer une baisse de 10 à 20 % d’ici à 2030 comparée aux rende-ments des années 1998-2002. L’insécurité alimentaire pourrait également être source d’instabilité so-ciale, comme cela a déjà été le cas par le passé. Les mauvaises nouvelles ne s’arrêtent pas là pour l’agriculture africaine : d’ici le milieu du siècle, la pro-duction de blé pourrait enregistrer une baisse de 17, 5 % pour le maïs, 15 %
9