Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le guide de la nature en ville

De
83 pages

Au détour d’une rue ou dans un parc, regardez attentivement autour de vous : la nature est bel et bien présente en ville et ne se cantonne pas au pigeon ou au platane ! À travers 55 fiches détaillées et une centaine de photos, ce guide vous propose de partir à la découverte de la faune et de la flore urbaines, un patrimoine naturel méconnu et fragile : écureuil roux, lézard des murailles, chouette hulotte, martinet noir, azuré commun, gendarme, érable sycomore, if, laiteron maraîcher, plantain lancéolé, etc.

Avec ce guide, votre regard sur la nature en ville ne sera plus le même… La biodiversité urbaine est notre richesse, protégeons-la !


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Michel Luchesi

la nature est partout

Grâce à ce guide, explorez votre environnement avec le regard du naturaliste curieux de tout, même de ce qui se passe au pied d’un immeuble.

Un nouveau terrain de découverte

Les amoureux de la nature ont pour habitude de se rendre à la campagne pour découvrir la faune et la flore. Les zones urbaines réservent pourtant bien des surprises. Un grand nombre d’espèces y vivent : dans les espaces verts, au bord de l’eau, au coin d’une rue, dans les égouts, dans les habitations et leurs dépendances. Chaque parcelle de terrain constitue un habitat potentiel.

Une vie plus foisonnante qu’il n’y paraît

Parmi la faune, certains animaux sont là depuis belle lurette. C’est le cas du pigeon de ville et du moineau domestique. Peu farouches, ces oiseaux s’approchent volontiers des hommes. Il y a aussi des animaux plus sauvages, comme la fouine, qui partagent notre environnement avec discrétion. Parmi les végétaux, on trouve bien sûr des plantes ornementales, dont les beaux arbres de nos parcs et jardins, mais également des espèces spontanées, disséminées çà et là grâce au vent et aux oiseaux.

Des conditions favorables

Chose à peine croyable, certaines espèces trouvent plus d’avantages que d’inconvénients à s’installer dans les villes et leur périphérie : des conditions climatiques relativement clémentes tout au long de l’année, une nourriture abondante et des abris providentiels offerts par les bâtiments. L’utilisation des pes­­- ticides et autres produits chi­miques néfastes aux insec­tes est par ailleurs moins importante en milieu urbain que dans certaines zones rurales.

Le cas des abeilles

Elles vivent mieux en ville. Plusieurs études le confirment et montrent un lien étroit entre la quantité de miel produit et l’emplacement des ruchers. Aussi étonnant que cela puisse paraître, plus ils sont proches de l’espace urbain et plus les apiculteurs ont des chances d’obtenir de bonnes récoltes. Le taux de mortalité des abeilles citadines est par ailleurs inférieur à celui des abeilles campagnardes.

Des corridors écologiques

Autrefois, la création des espaces verts était surtout motivée par un souci d’esthétisme. Aujourd’hui, l’objectif est également de préserver la biodiversité. Plusieurs régions se sont lancées dans la mise en place de trames vertes et bleues qui constituent des corridors écologiques et des refuges pour la faune et la flore. Elles reconnectent la ville à la campagne en permettant la libre circulation des espèces.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin