Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 4,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Coran

de fayard

Vise le soleil

de fayard

suivant
© Librairie Arthème Fayard et Collège de France, 2012.
ISBN : 978-2-213-67285-4
Les Leçons inaugurales dans la collection Collège de France / Fayard

Depuis 2003, les Leçons inaugurales du Collège de France sont publiées dans la collection Collège de France / Fayard. Quelques leçons antérieures y ont été également republiées.

164. Serge Haroche
Physique quantique (2001)
165. Jacques Livage
Chimie de la matière condensée (2002)
166. John Scheid
Religions, institutions et société de la Rome antique (2002)
167. Roland Recht
L’objet de l’histoire de l’art (2002)
169. Christine Petit
Génétique et physiologie cellulaire (2002)
170. Édouard Bard
Évolution du climat et de l’océan (2003)
171. Stuart Edelstein
(2003)Les mécanismes de la transduction du signal en biologie
172. Mireille Delmas-Marty
Études juridiques comparatives et internationales du droit (2003)
173. Pierre-Louis Lions
Équations aux dérivées partielles et applications (2003)
174. Jayant Vishnu Narlikar
Faits et spéculations en cosmologie (2003)
175. Michael Edwards
Étude de la création littéraire en langue anglaise (2003)
Les Leçons inaugurales du Collège de France

Depuis sa fondation en 1530, le Collège de France a pour principale mission d’enseigner, non des savoirs constitués, mais « le savoir en train de se faire » : la recherche scientifique et intellectuelle elle-même. Les cours y sont ouverts à tous, gratuitement, sans inscription ni délivrance de diplôme.

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 1er décembre 2011 par Gilles Clément professeur
Leçon inaugurale no 222

Parler du jardin ou du paysage dans le cadre du Collège de France, c’est envisager le jardin et le paysage comme un ensemble susceptible d’être enseigné sous la forme de cours. De mon point de vue, le jardin ne s’enseigne pas, il est l’enseignant. Je tiens ce que je sais du temps passé à la pratique et à l’observation du jardin. J’y ajoute les voyages, c’est-à-dire la mise en comparaison des lieux que l’homme habite et dans lesquels il construit à chaque fois un rapport au monde, une cosmologie, un jardin. J’y ajoute encore les rencontres, la diversité des pensées, la surprise, l’ébranlement des certitudes. Ces pratiques de terrain auxquelles je dois tout s’appuient néanmoins sur un alphabet du savoir, ce à quoi chacun de nous devrait avoir accès et que, précisément, on appelle des cours, nécessaires pour accéder à l’expérience.