Journal de botanique

r*^-' - f V ' . ->^V'..^ A' > r^ ^ : « T K tt^f^ ,-^v.-i"t ^> >^^ --^i -•^r)' .".-*w/ ^C- >^-&«38S»S— DE14 JOURNAL BOTANIQUE EMPLOI DE L'HYDRATE DE CHLORAL POUR DISSOUDRE LA MATIÈRE COLORANTE DE L^ORCANETTE ET LE SUDAN Par M. L. GUIGNARD. —L A l'occasion de recherches dans lesquelles l'emploi de la teinture d'orcanette m'avait tout en raisonparu indiqué, de la de colorer les matièrespossèdepropriété qu'elle grasses, les les enessences, résineux, etc.,corps j'ai signalé, 1900 (i), un mode de de cette teinture a rendu,préparation qui je dans les laboratoires deservicescrois, quelques micrographie. Il essentiellement àconsiste la racine d'orcanetteépuiser réduite en de l'alcool àabsolu,poudre grossière par évaporer ensuite à le résidu de l'acidel'alcool, reprendre par acétique cristallisable dissout la matière à enfinqui colorante, ajouter de l'alcool à et à filtrer un de50° après jour repos. La solution ainsi obtenue est bien à la teinturepréférable l'action directe de l'alcool à sur l'orcanette etpréparée par 50° aux réactifs du même lel'on trouve dans commerce.genre que Elle se conserve colore très bien les diverses sub-longtemps, stances mentionnées haut en raison de son faibleet,plus degré elle ne de dissoudre les huiles essen-alcoolique, risque pas tielles on les colorer.quand l'emploie pour M.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 24
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 526
Voir plus Voir moins

r*^-'
-
f V
'
. ->^V'..^
A' > r^
^ : «
T K
tt^f^ ,-^v.-i"t
< A^'i^, /

1' «'>^> >^^ --^i
-•^r)'
.".-*w/
^C- >^<
JK^^tKAi'^
JOURNAL
DE
BOTANIQUEJOURNAL
DE
BOTANIQUE
Directeur : M. Louis MOROT
es assistant au Muséum d'Histoire naturelle.Docteur sciences,
—I I I ± O -^TToixie 3S: AT Q
BUREAUX DU JOURNAL
rue du 99, Regard,
VI« ARR^PARIS,N» i.i8' ANNEE. JANVIER 1904.
JOURNAL DE BOTANIQUE
Directeur : M. Louis MOROT
PREMIERS INDICES
DE CHEZDIODOGÉNIE LES ARHIZOPHYTES
ET DERNIERS VESTIGES
DE TOMIOGÉNIE CHEZ LES RHIZOPHYTES
Par M. Ph. VAN TIEGHEM.
la ou l'absence de racines dans leD'après présence corps
le se comme on en deuxadulte, règne végétal partage, sait,
: les ont aussi dessous-règnes Rhizophytes , qui vaisseaux, qui
sont des et les n'ont nonVasculaires, ,Arhïzophytes qui pas
de sont des Invasciilaires. Lesvaisseaux,plus qui premières
forment leur œuf le adultetoujours indirectement, corps y pro-
duisant d'abord des cellules nommées diodes
,spéciales, géné-
ratrices d'autant de sur naissent ensuiteprothalles, lesquels
les dont l'union donne l'œuf: en un ce sonttoutesgamètes mot,
des Diodées. Les secondes forment leur œuf direc-toujours
les naissance immédiatement sur letement, gamètes y prenant
adulte : en un ce sont toutes des Adi'odées.mot,corps
Si l'on considère ensuite le ultérieur dedéveloppement
ainsi lieul'œuf ait tout de suite ou seulementformé, qu'il
un ou moins à l'état de vieaprès passage plus long latente,
on voit les ou Adiodées sepeu importe, que Arhizophytes
à cet de deux manières très différentes. Lescomportent égard
unes leur œuf directement en une adultedéveloppent plante
les autres d'abord unnouvelle, indirectement, produisant plus
ou moins nombre de cellules nomméesgrand spéciales, tomies,
tard chacune une adulte nouvelle :qui plus engendrent plante
d'où une ou moins abondante au cours dumultiplication plus
Les secondes sont donc des lesToniiées, pre-développement.
mières des Atontiées. Les ou Diodées n'offrentRhizophytes6 DE BOTANIQUEJOURNAL
le de l'œuf estde différence semblable
; développement ypas
des Atomiéeselles sont donc toutestoujours direct; (i).
si cesil m'a intéressant de rechercherCeci rappelé, paru
dans la formation de ladeux la l'œuf,différences, première
sont en réalité aussi absoluesseconde dans son développement,
les faits actuellementle semblent tout d'abord. Parmiqu'elles
chezdans la ne s'en trouverait-il d'un côtéconnus Science, pas,
être commeles quelques-uns pouvant interprétésArhizophytes
de avec deune formation indirecte diodes,l'œuf, production
de l'autreet comme la de la diodogénie,première origine
chez les autres être considérésRhizophytes quelques pouvant
un indirect de l'œuf et comme le derniercomme développement
C'est la affirmative à cettede la réponsevestig-e tomiogénie?
Note.double fait de laquestion qui l'objet présente
— Arhizophytes.I, Premiers indices de diodogénie chez les
com-C'est les d'un vertparmi plantes aquatiques pur qui
dans ce à tort la classe des cequ'on appelle Algues,posent,
à tort l'ordre desnomme, aussi, Chlorophycées (2),qu'on
d'une formationl'on observerpeut plusieursque exemples
indirecte de l'œufavec de diodes. Le phénomène s'yproduction
manifeste mêmede deux manières l'unedifférentes, plus simple,
la forme son œufl'autre suivantplus compliquée, que plante
ou parpar isogamie hétérogamie.

1° Diodie avec de Considéronsl'œuf.formaiioii isogante
d'abord une enEndosphère {Endosphasra Klebs), particulier
bisannuelle biennis vit en dans lesl'E. {E, qui parasiteKlebs),
encoreI. Diodes et tomies étaient universellement et sontnaguère aujourd'hui
confondues avec les ce dernier nom. Il asous y long-tempsfréquemment spores,
contre cette double confusion. Voir notamment l'article intitulé:que j'ai protesté
diodes et tomies de[Journal Xlll, p. 127, 1899).Spores, Botanique,
le nom2. Le vaste ensemble d'Adiodées est de réunir sousqu'il d'usage
le conserverest désormais^Algues beaucoup trop hétérogène pour qu'on puisse
en le comme le démembrer. Decomme une classe il faut même,tel, regardant ;
celles de ces où la est non d'un pigmentplantes chlorophylle pure, mélangée
offrent entre elles de différences soitétranger, grandes pour qu'il permistrop
de les sous le nom de dans un mêmelongtemps grouper, Chlorophycées,plus
on l'a ce :comme fait il faut les Voir surordre, jusqu'ici; séparer. point L'œuf
considéré comme des Scienc.des base de leurplantes classification (Ann.
8° XIV, 213,nat., Série, Bot., p. 1901).

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.