L'Homme et les animaux domestiques

De
Publié par

Depuis des millénaires, l’homme voue aux animaux domes-tiques une passion qui s’est rarement démentie. Pourtant, les bêtes, même les plus fidèles, trahissent leur maître, livrant à l’anthropologue les ressorts les plus secrets de l’action et de la pensée, bref, de la nature même de l’homme.
Par domestication, il faut entendre l’action que l’homme exerce en permanence sur les animaux qu’il détient, ne serait-ce qu’en les élevant. Corollairement, il n’y a pas des espèces domestiques et des espèces sauvages, mais des animaux – appartenant à quelque deux cents espèces, du chien au bombyx du mûrier (ver à soie) – sur lesquels l’homme a exercé, à un moment ou à un autre, d’une manière ou d’une autre, une action de domestication. Celle-ci
repose avant tout sur un désir plus ou moins inconscient, lié à l’hominisation, d’appropriation et de transformation de la nature et des êtres vivants. En domestiquant des animaux, l’homme
établit avec eux des rapports de pouvoir et/ou de séduction qui ne sont pas, au fond, si différents de ceux qu’il entretient avec ses semblables. D’où les sentiments passionnés que les animaux domestiques inspirent si souvent aux humains, citadins modernes aussi bien que chasseurs-cueilleurs, pasteurs nomades ou paysans.
A travers l’inventaire exhaustif d’un domaine traditionnellement réservé aux archéologues, aux zoologues et aux zootechniciens, c’est donc une véritable anthropologie de la domestication animale qui est ici fondée.

Directeur de recherche émérite au CNRS, Jean-Pierre Digard a développé deux spécialités : l’ethnologie de l’Iran et l’anthropologie de la domestication animale. Il a été coresponsable de l’équipe Ecologie et anthropologie des sociétés pastorales de la Maison des sciences de l’homme (1976-1987), directeur de l’unité propre de recherche Sciences sociales du monde iranien contemporain du CNRS (1981-1993) et président de la section d’anthropologie du Comité national de la recherche scientifique (1995-2000). Il a enseigné à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, à la Sorbonne nouvelle et à l’université de Provence à Aix. Une première version de L’Homme et les animaux domestiques a reçu en 1990 le prix Jacques Lacroix décerné par l’Académie française.

Publié le : mercredi 6 mai 2009
Lecture(s) : 57
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213658179
Nombre de pages : 328
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Depuis des millénaires, l’homme voue aux animaux domes-tiques une passion qui s’est rarement démentie. Pourtant, les bêtes, même les plus fidèles, trahissent leur maître, livrant à l’anthropologue les ressorts les plus secrets de l’action et de la pensée, bref, de la nature même de l’homme.
Par domestication, il faut entendre l’action que l’homme exerce en permanence sur les animaux qu’il détient, ne serait-ce qu’en les élevant. Corollairement, il n’y a pas des espèces domestiques et des espèces sauvages, mais des animaux – appartenant à quelque deux cents espèces, du chien au bombyx du mûrier (ver à soie) – sur lesquels l’homme a exercé, à un moment ou à un autre, d’une manière ou d’une autre, une action de domestication. Celle-ci
repose avant tout sur un désir plus ou moins inconscient, lié à l’hominisation, d’appropriation et de transformation de la nature et des êtres vivants. En domestiquant des animaux, l’homme
établit avec eux des rapports de pouvoir et/ou de séduction qui ne sont pas, au fond, si différents de ceux qu’il entretient avec ses semblables. D’où les sentiments passionnés que les animaux domestiques inspirent si souvent aux humains, citadins modernes aussi bien que chasseurs-cueilleurs, pasteurs nomades ou paysans.
A travers l’inventaire exhaustif d’un domaine traditionnellement réservé aux archéologues, aux zoologues et aux zootechniciens, c’est donc une véritable anthropologie de la domestication animale qui est ici fondée.

Directeur de recherche émérite au CNRS, Jean-Pierre Digard a développé deux spécialités : l’ethnologie de l’Iran et l’anthropologie de la domestication animale. Il a été coresponsable de l’équipe Ecologie et anthropologie des sociétés pastorales de la Maison des sciences de l’homme (1976-1987), directeur de l’unité propre de recherche Sciences sociales du monde iranien contemporain du CNRS (1981-1993) et président de la section d’anthropologie du Comité national de la recherche scientifique (1995-2000). Il a enseigné à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, à la Sorbonne nouvelle et à l’université de Provence à Aix. Une première version de L’Homme et les animaux domestiques a reçu en 1990 le prix Jacques Lacroix décerné par l’Académie française.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.