//img.uscri.be/pth/1542d94d695c72cfbd23fc06834f61d3247a8ebf
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 27,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les maladies à prions : problèmes épistémologiques (Volume 1)

De
358 pages
Cet essai décrit les étages d'analyses menées par le biologiste depuis le milieu du XIXe siècle pour nommer, définir les troubles neurodégénératifs transmissibles et conceptualiser leurs causes biologiques. Il montre que la recherche de leurs causes s'est effectuée dans un cadre d'analyse édifié en Égypte Nègre, à l'intérieur duquel le vivant est susceptible de changer. Il présente les outils techniques et conceptuels de la biologie moléculaire ayant attribué à ces maladies une cause moléculaire commune : le prion.
Voir plus Voir moins
ROBERT EKWA
LES MALADIES À PRIONS : PROBLÈMES ÉPISTÉMOLOGIQUES V ol u m e1 Diculté à nommer et dénir les maladies à prions
LES MALADIES À PRIONS : PROBLÈMES ÉPISTÉMOLOGIQUES
Volume 1
Difficulté à nommer et définir les maladies à prions
ROBERT EKWALES MALADIES À PRIONS : PROBLÈMES ÉPISTÉMOLOGIQUES
Sur la couverture, Madame Nicole Becker, a interprété dans son dessin une photographie qui provient d’une collection d’images biomédicales réalisées par la fondation Wellcom Trust. Je lui en suis très reconnaissant. Cette photographie est celle d’un cerveau humain, obtenue au moyen de l’imagerie par résonance magnétique nucléaire. © L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01409-8 EAN : 9782343014098
À nos illustres anciens… Cet ouvrage est la versionin extenso d’unethèse sur les problèmes épistémologiques soulevés par les troubles neurodégénératifs humains et animaux transmissibles, baptisés "maladies à prions" dans les années 1980. Elle fut soutenue le 13 janvier 2012 à l’Université Paris 1 Panthéon -Sorbonne. Le lecteur se rendra vite compte que l’objectif de départ ne fut guère de traiter des relations entre la science comtemporaine et le legs exceptionnel de l’Égypte antique. Loin d’une volonté de se tourner vers le passé, nous y avons été conduit, paradoxalement, en tâchant d’éclaircir la difficulté posée à la biologie et à la médecine moléculaires contemporaines par lesprions. De la sorte, une dédicace est associée à l’ouvrage et une préface rajoutée dans chacun des deux volumes qui le constituent. L’ouvrage est dédié à nos illustres anciens qui nous ont précédés sur le chemin de la science. L’histoire des sciences révèle qu’il s’agit des anciens Égyptiens. Par ailleurs, "les Grecs, si fiers de leur supériorité sur les autres peuples, […] reconnaissent hautement, […] la part prédominante de l’Égypte dans la naissance et le développement de leur propre civilisation et ne font aucune difficulté pour avouer qu’à la base même de la culture grecque, on trouve des racines égyptiennes. […] ; [celles d’]un pays, […] arrivé à un très haut degré de civilisation alors que ses voisins en étaient encore à l’état primitif, […] ; tous ont puisé à cette source la force nécessaire pour se développer, et s’ils ont transformé ce qu’ils ont emprunté, chacun suivant son génie naturel, il n’en est pas moins vrai que c’est la civilisation égyptienne qui a le plus contribué à faire prospérer les autres, et que par suite nous avons envers elle 1 une lourde dette de reconnaissance".Dès lors, pour retrouver les fonde-ments de la science, susceptibles de nourrir une réflexion sur certains pro-blèmes de la bio-médecine contemporaine, "il faut tourner le dos à la Grèce 2 et regarder vers l’Égypte" . Mais, desfaitsarchéologiques irréfutables indi-quent que le terme "Égypte pharaonique africaine et nègre", peut se subs-tituer au terme "Égypte" ; le terme "Égypto-nubien" à celui d’"Égyptien". Cesfaits etles préconisations qui leur sont attachées, qui s’accordent avec les conclusions auxquelles aboutissent la biologie et la médecine des prions, soulignent à quel point la science contemporaine aune lourde dette de reconnaissancenos anciens. L’enquête menée sur les prions envers montre que leurs majestueux préceptes, d’une formidable exactitude et justesse, s’avèrent féconds tant pour la compréhension du fonctionnement de l’être vivantque pour la compréhension desêtres quiengendrent les ma-ladies émergentes actuelles (ex. forme humaine de l’ESB) et celles du futur.
1 G. Jéquier,Histoire de la civilisation Égyptienne des origines à la conquête d’Alexandrie, (1925), p. 9 sq. 2 J. Jeans, Sir,L’Évolution des sciences physiques, (1950), p. 41.
SOMMAIRE
PRÉFACE………………………..……………………………….11 REMERCIEMENTS………………………..…………………….15 AVERTISSEMENT……………………………….……………... 19 ABRÉVIATIONS….……………………………………………...  23 INTRODUCTION GÉNÉRALE………………………………...25 Contexte d’occurrence de l’ESB………………………...25 Problématique du sujet………………….……………….29 VOLUME 1 DIFFICULTÉ À NOMMER ET DÉFINIR LES MALADIES À PRIONSIntroduction de la première partie……………………….35 Chap. 1Comment nommer une "obscure maladie de mouton" ?...39 Chap. 2Que signifie le terme "maladies à prions" ?....…………..123 Chap. 3Des "sarcocystes" à une "protéine seule"en passant par des "virus lents" : Évolution de la conceptualisation de la cause des troubles neurodégénératifs transmissibles….....147Chap. 4Du concept de "la protéine seule" à la théorie du prion :Renversement de paradigme ?...........................................229 CONCLUSION DE LA PREMIÈRE PARTIE………………...282 BIBLIOGRAPHIE……………………………………………….287SOURCE INTERNET…………………………………………...313 INDEX NOMINUM……………………………………………... 323 LISTE DES FIGURES…………………………………………...343