//img.uscri.be/pth/b7f7e237db2757e83b3da36ce55b1f75958ad936
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les recherches sur les migrations africaines

De
252 pages
Les diverses contributions illustrent de quelle façon plusieurs méthodes peuvent contribuer à identifier les migrations en Afrique dans des environnements peu propices à la recherche. Elles montrent comment ces méthodes peuvent aider à obtenir de précieuses données empiriques dans des contextes où manque un cadre d'échantillonage adapté, et où il est difficile d'identifier et d'approcher les populations. L'ouvrage aborde aussi des questions d'ordres méthodologique et épistémologique.
Voir plus Voir moins
 
 
 
 
   
 
Les recherches sur les migrations
africaines
Études africaines Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa  Dernières parutions  Aimé MPEVO MPOLO, Les quatre tournants manqués de lUniversité congolaise. Analyse des réformes académiques du Congo-Zaïre (1971-2011) , 2012. Samuel NGUEMBOCK, La politique européenne de sécurité et de défense en Afrique centrale , 2012. B. MUREME K., Manuel dhistoire politique et sociale du Rwanda contemporain suivant le modèle Mgr Alexis Kagame , Tomes 1 et 2 ,  2012 .  François Claude DIKOUME, Le service public du sport en Afrique noire, Lexemple du Cameroun , 2012. Robert AKINDE (sous la dir. de), Les acquis économiques du Bénin de 1960 à 2010 , 2012. Christian EBOUMBOU JEMBA, Transports et développement urbain en Afrique , 2012.  William BOLOUVI, Un regard inquiet sur lAfrique noire , 2012. Julien COMTET, Mémoires de djembéfola. Essai sur le tambour djembé au Mali. Méthode dapprentissage du djembé (avec partitions et CD) , 2012. Juan AVILA, Développement et lutte contre la pauvreté, Le cas du Mozambique , 2012. Jean-Serge MASSAMBA-MAKOUMBOU, Politiques de la mémoire et résolution des conflits , 2012. Apollinaire-Sam SIMANTOTO MAFUTA, La  face occulte du Dieu des Congolais , 2012. Toavina RALAMBOMAHAY, Madagascar dans une crise interminable , 2 e édition, 2012. Alphonse Zozime TAMEKAMTA, Eric Wilson FOFACK (dir.), Les urgences africaines, Réécrire lhistoire, réinventer lEtat , 2012. Henri-Pensée MPERENG (avec la collab. de Jerry MPERENG), Histoire du Congo Kinshasa indépendant. Politique économique , 2012. Julien BOKILO, La Chine au Congo-Brazzaville. Stratégie de lenracinement et conséquences sur le développement en Afrique , 2012.
  Mohamed Berriane Hein de Haas     Les recherches sur les migrations africaines     Méthodes et méthodologies innovantes                         LH ARMATTAN
         
 
  
    
                 © L'H ARMATTAN , 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96245-3 EAN : 9782296962453
Sommaire    Introduction  : Nouvelles questions pour un travail de recherche innovant sur la migration africaine 9  Méthodologie et méthodes : Enjeux conceptuels   23  Flux migratoires et profils des migrants marocains en Espagne : éléments méthodologiques pour une analyse quantitative de lémigration marocaine vers lAndalousie (Espagne) 45  Comprendre les transferts de fonds des migrants : Enseignements dune enquête sur la migration USA-Nigeria 73  Dune une étape à lautre : Transit et transport dans les migrations (trans)sahariennes  Rapport dincident : Méthodes expérimentales de collecte des données et gouvernance de la migration  Analyse comparative des migrations congolaises vers lAfrique, lEurope, lAmérique et lAsie  Les tendances migratoires de deux ethnies maliennes, les Sonraï et les Dogon, vers le Ghana. Etude comparative  Collecter des données sur les migrants par le biais dONG prestataires de services  Les jeunes et les enfants balisent les voies en Afrique de lOuest (Ethnographie sur les axes Bénin-Togo-Ghana-Nigeria)  Les auteurs          
 
93 113 145 171 195 225  247  
 
Introduction : Nouvelles questions pour un travail de recherche innovant sur les migrations africaines  Mohamed Berriane et Hein de Haas  Au cours des 15 dernières années, la migration africaine est devenue un sujet brûlant de débat et de recherche, aussi bien en  Europe quen Afrique. Cet intérêt reste toutefois principalement confiné aux flux migratoires en provenance dAfrique subsaharienne et en direction du Nord, soit vers les pays du Maghreb soit, à travers ces derniers, vers lEurope. Ce fait est frappant pour deux raisons. Dune part, parce que la plupart des migrations africaines nont pas pour destination les pays du Nord mais plutôt les autres pays africains et, dautre part, parce quune partie importante de ces migrations se dirigent également vers dautres régions du monde, telles que les pays du Golfe et les Amériques (cf. Bakewell and de Haas, 2007). La couverture médiatique excessive réservée aux migrants africains supposés atteindre lEurope après avoir traversé le Sahara et la Méditerranée constitue un facteur-clé pour expliquer la surreprésentation de ce flux migratoire dans les esprits des chercheurs et des responsables de lélaboration des politiques. Elle occulte des formes de migration bien plus importantes numériquement au sein du continent et vient alimenter le « mythe de linvasion » (de Haas, 2007). Ce mythe se fonde sur limpression que des « hordes » de migrants subsahariens « affamés » tentent « désespérément » de pénétrer Ceuta ou Melilla, les deux enclaves espagnoles situées sur la côte nord du Maroc ; sur des arrivées « en masse » imaginaires sur lîle italienne de Lampedusa ; et sur les images de linterception de nombreux migrants subsahariens le long des côtes des Îles Canaries. Le mythe de linvasion est fréquemment et communément ravivé au cours des campagnes électorales européennes et par la nature généralement journalistique et, aux mieux, anecdotique des preuves apportées. Ceci nous a menés à une situation dans laquelle de nombreux chercheurs universitaires basent eux aussi leur perception de la migration africaine sur les images médiatisées. En conséquence, ils finissent par sabstenir dappliquer rigoureusement les méthodes et méthodologies qui pourraient permettre de mieux comprendre la nature, le volume et les tendances des migrations africaines. Il nous faut toutefois reconnaître les multiples défis méthodologiques auxquels se heurtent les chercheurs en migration africaine basés hors dAfrique et, plus encore, en Afrique. En raison des contraintes financières et institutionnelles et du manque de financements pour les recherches universitaires indépendantes, la majeure partie des travaux de recherche sur 9
 
la migration africaine est définie, orientée et financée par les institutions et les intérêts des pays riches « du Nord » ou des organisations internationales. Cest pourquoi les recherches et leurs résultats tendent à épouser les programmes de ces pays et institutions, qui portent principalement sur le court terme et demeurent axés sur le contrôle et la sécurité. En effet, la recherche sur la migration africaine a toujours eu tendance à reproduire et justifier les préoccupations du  Nord vis-à-vis de la migration, comme le révèle la vision unilatérale de la traite des personnes, de la contrebande et de la migration illégale en direction de lEurope dans de nombreuses explications scientifiques et dans la plupart des interprétations politiques de la migration africaine. Un autre problème, plus général, de la recherche sur les migrations provient du taux important de recherches commanditées dont elle dépend. Ces recherches sont souvent guidées par les intérêts politiques à court terme visant à résoudre les « problèmes » ou les « défis » de la migration tels quils sont perçus, plutôt que de chercher à comprendre plus profondément la nature, les causes et les conséquences de la migration. Comme le financement de recherches axées sur les politiques est généralement limité et de courte durée, il laisse peu de place à lexploration de conceptualisations et de méthodologies différentes qui permettraient pourtant de remettre plus fondamentalement en question la manière dont la migration est généralement appréhendée dans les politiques et la recherche. La nature biaisée et la fragilité de la base empirique de la plupart des recherches sur la migration africaine sont la motivation première de la compilation de ce volume. Le but de cet ouvrage est de contribuer au développement de réflexions indépendantes sur les méthodologies  de recherche et, en particulier, sur la relation entre les méthodologies et notre conceptualisation des questions migratoires aussi bien en  Afrique quhors dAfrique. Ceci devrait contribuer à lélaboration dun programme de recherche sur la migration qui soit motivé par des questions empiriques et théoriques pertinentes plutôt que par des préoccupations politiques focalisées sur le contrôle de limmigration ou par une vision hystérique et sans fondement dune soi-disant migration « en masse » de lAfrique vers lEurope. La recherche sur la migration africaine se heurte également à une autre difficulté importante : l absence  de données scientifiques sociales et officielles adaptées ainsi que la fréquente absence de cadres déchantillonnage adaptés sous forme de données de recensements ou denquêtes. Les statistiques migratoires officielles sont soit irrégulières soit tout simplement inexistantes et ne parviennent généralement pas à identifier la plupart des flux. Lon constate une absence généralisée de recherches systématiques sur les émigrants et, en particulier, sur les immigrants dans les 10