Logistique - 5e éd.

De
Publié par

Cet ouvrage offre une synthèse complète et opérationnelle de la logistique, en donnant toutes les clés pour concevoir et mettre en oeuvre une stratégie logistique adaptée aux enjeux actuels de la supply chain: piloter les flux et les stocks, en production et en distribution, concevoir et gérer des entrepôts, mettre en oeuvre une politique de transport, organiser la logistique de soutien et maîtriser les outils informatiques utilisés en logistique.

Publié le : mercredi 1 octobre 2008
Lecture(s) : 250
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782100535613
Nombre de pages : 768
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1  Logistique et supply chain
1LOGISTIQUE ETSUPPLY CHAIN
Il existe de multiples définitions de la logistique et il en est de même de la supply chain (en français « chaîne dapprovisionnement » ou « chaîne logisti 1 que », mais les logisticiens préfèrent utiliser lexpression américaine). Il est impossible actuellement den donner une définition acceptée par tous et dans tous les pays ; aussi estil préférable den examiner les divers sens. La logistique désigne soit un domaine technique tel que celui dont on trouvera ici une analyse, soit un certain nombre de fonctions que lon trouve dans les entre prises, armées, administrations, etc. Bien entendu, même sil existe une plage commune de recouvrement, les fonctions regroupées sous le nom de logistique changent dune entreprise à lautre et le domaine technique couvert par le mot « logistique » est différent dans chaque ouvrage ou programme universitaire. Au niveau universitaire, il est possible didentifier plusieurs courants au sein du champ logistique dont il faut reconnaître a priori les difficultés de délimita tion de champ. Ces courants sont essentiellement de deux natures :  Le poids de la recherche opérationnelle, le recours aux modèles économi ques appliqués en particulier au processus doptimisation des transports. Ce courant est particulièrement bien représenté par les écoles dingénieurs et les universités américains telles que le MIT ;  La prise en compte de la dimension marketing qui identifie la logistique comme un levier complémentaire au traditionnel marketing mix et qui applique les notions de fonction dutilité pour le consommateur, celle du service ajouté aux produits et qui se focalise souvent sur les problèmes de logistique de distribution. Ce sont plutôt les écoles de management, de gestion et les busi ness schools telles que la Michigan University, Cranfield et en France lEssec qui fût sans aucun doute précurseur en la matière. Enfin dans cette première approche introductive, il faut reconnaître un écart entre le monde anglosaxon très pragmatique centré sur les opérations, les systèmes dinformation et le recours systématique aux « metrics » et le monde européen qui sinterroge sur la place de la logistique au sein des organisations et sa contribution aux enjeux business. Lintégration et la combinaison de ces deux approches constituent un must qui donne un avantage concurrentiel aux entreprises qui réussissent cette fusion. En ce qui concerne lexpressionsupply chain, on peut distinguer lexpression supply chain qui désigne le domaine technique et celle « management de la
1. La norme française NF X 50600 préconise lexpression « chaîne logistique » qui reste cependant peu utilisée.
3
A
HISTORIQUE ET ÉVOLUTIONS : LE CONCEPT DE SUPPLY CHAIN
supply chainlogistique »» qui désigne la fonction. En France, le terme « recouvre assez souvent le termesupply chainet les universités enseignent le plus souvent, mais pas toujours, le management de lasupply chainà lintérieur de programmes de logistique entendue dans un sens très large. Aux États Unis, les deux expressions sont distinguées et le management de lasupply chainest plus souvent enseigné à lintérieur de programmes relatifs auxopera tionsà l ou industrial management alors que lenseignement de la logistique renvoie plutôt au transport et au magasinage. Avec beaucoup duniversitaires français et quelquesuns nordaméricains, il nous paraît préférable de rassem bler ces deux aspects sous le même nom de « logistique » et nous verrons quil y a bien des raisons de le faire. Nous restons donc attachés au terme logistique.
La logistique recouvre toujours des fonctions de transport, stockage et manu tention et, dans les entreprises de production, tend à étendre son domaine en amont vers lachat et lapprovisionnement, en aval vers la gestion commerciale et la distribution. On cite souvent la définition dorigine militaire : « La logisti que consiste à apporter ce quil faut, là où il faut et quand il faut. » On peut cependant distinguer plusieurs logistiques différentes par leur objet et leurs méthodes : une logistique dapprovisionnementqui permet damener dans les usines les produits de base, composants et sousensembles nécessaires à la produc tion ; une logistique dapprovisionnement généralqui permet dapporter à des entreprises de service ou des administrations les produits divers dont elles ont besoin pour leur activité (fournitures de bureau par exemple) ; une logistique de productionqui consiste à apporter au pied des lignes de production les matériaux et composants nécessaires à la production et à plani fier la production ; cette logistique tend à absorber la gestion de production tout entière ; une logistique de distribution,celle des distributeurs, qui consiste à appor ter au consommateur final, soit dans les grandes surfaces commerciales, soit chez lui en VAD par exemple, les produits dont il a besoin ; une logistique militairequi vise à transporter sur un théâtre dopération les forces et tout ce qui est nécessaire à leur mise en uvre opérationnelle et leur soutien ; une logistique de soutien, née chez les militaires mais étendue à dautres secteurs, aéronautique, énergie, industrie, etc., qui consiste à organiser tout ce qui est nécessaire pour maintenir en opération un système complexe, y compris à travers des activités de maintenance ; une activité dite de service après vente assez proche de la logistique de soutien avec cette différence quelle est exercée dans un cadre marchand par celui qui a vendu un bien ; on utilise assez souvent lexpression « management de services » pour désigner le pilotage de cette activité ; on notera cependant que cette forme de logistique de soutien tend de plus en plus souvent à être
1  Logistique et supply chain
1.1 Définitions des logistiques
1.1 Définitions des logistiques
4
1  Logistique et supply chain
1.2 Le paradigme de la supply chain
exercée par des spécialistes du soutien différents du fabricant et de lutilisateur et ditsThird Party Maintenance; desreverse logistics, parfois traduites en français par « logistique à lenvers », « rétrologistique » ou encore « logistique des retours », qui consiste à reprendre des produits dont le client ne veut pas ou quil veut faire réparer, ou encore à traiter des déchets industriels, emballages, produits inuti lisables depuis les épaves de voiture jusquaux toners dimprimantes. Une distinction commode est celle que lon fait souvent entre les logistiques de flux, production et distribution dune part, et les logistiques de soutien dautre part. Ces deux catégories de logistique ont en effet des caractéris tiques assez différentes, les premières étant plus liées aux techniques de gestion de la production et aux techniques de marketing et de ventes, les deuxièmes étant plus liées à des méthodes de maintenance et de gestion de rechanges, particulièrement développées dans le domaine militaire ou dans celui de la maintenance des équipements techniques. Il y avait donc bien des logistiques différentes jusquà ce que le concept de supply chainne vienne apporter une certaine unité en ce domaine.
1.2 Le paradigme de lasupply chain
1.2.1 Le concept desupply chain Cest un concept relativement récent  une quinzaine dannées  même si les militaires utilisent la même expression depuis beaucoup plus longtemps. Il décrit des activités et les fonctions de management de ces activités. On pour rait le traduire par « chaîne dapprovisionnement », mais le mot « approvision nement » ne permettrait pas dexprimer le sens que lon veut donner àsupply chainil est préférable dutiliser lexpression américaine pour décrire ce et 1 concept nouveau . On a vu quaux ÉtatsUnis, ce concept positionne des enseignements que lon regroupe plus volontiers en France sous le terme de « logistique ». Mais cest aussi un « concept moteur » en ce sens quil véhicule une certaine conception de lorganisation et du management des entreprises et quà cet égard il est loin dêtre neutre. Ceux qui lutilisent cherchent à promouvoir, soit la vente doutils tels des progiciels, soit la vente de conseils pour accéder à certaines formes de management, soit une certaine dimension du management dans leur propre entreprise, ou parfois même une certaine conception de léconomie qui mérite réflexion. On définit assez souvent lasupply chain comme « la suite des étapes de production et distribution dun produit depuis les fournisseurs des fournisseurs du producteur jusquaux clients de ses clients » (définition duSupply Chain Council1.1 est assez caractéristique de ce quétait autrefois la). La figure chaîne des intervenants nécessaires dans la distribution classique pour amener un produit jusquau consommateur final.
1. On pourrait aussi bien parler, comme le fait remarquer Nathalie FabbeCostes, dedemand chain puisque cest désormais la demande qui en principe tire lasupply chain(FabbeCostes N., Le pilo tage dessupply chains: un défi pour les systèmes dinformation et de communication logistiques, Gestion 2000, vol. 19, n° 1, 2002, pp. 7592).
5
A
HISTORIQUE ET ÉVOLUTIONS : LE CONCEPT DE SUPPLY CHAIN
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La logistique

de presses-universitaires-de-france