Régulation en génie climatique - 2e éd.

De
Publié par

Les systèmes de régulation des installations énergétiques (froid, chauffage ou climatisation) permettent de maintenir les différents paramètres d'ambiance (température et hygrométrie notamment) à des valeurs fixes ( thermostat). Ils constituent par conséquent un élément essentiel pour gérer le fonctionnement, les performances et donc le coût de ces installations. Après un rappel des bases techniques nécessaires, cet ouvrage donne tous les éléments méthodologiques et technologiques pour concevoir, mettre en oeuvre et maintenir des systèmes de régulation. L'ouvrage est abondamment illustré par des études de cas issues de l'expérience terrain de l'auteur. Cette seconde édition actualise les différents matériels ainsi que les différentes technologies utilisés dans le domaine de la régulation en génie climatique; elle aborde également la régulation numérique.
Publié le : mercredi 13 janvier 2010
Lecture(s) : 166
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782100547579
Nombre de pages : 368
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1ÉLECTROTECHNIQUE APPLIQUÉE
1.1 Conducteur terre
1.1.1 Définition La terre est électriquement neutre. Par convention, son potentiel est de 0 V. Si une machine y est convenablement reliée, son potentiel doit dans tous les cas être le plus près possible de celui de la terre, à savoir 0 V.
1.1.2 Rôle de la mise à la terre Une machine et un appareil électroménager non reliés à la terre et présentant un défaut disolement sont à un potentiel qui nest plus nul ; en cas de contact physi que entre un individu et cet appareil, il va sétablir un courant. Ce courant va être proportionnel à la tension et inversement proportionnel à la résistance. Supposons une masse franche telle que la tension entre lenveloppe métallique de la machine et le sol soit de 220 V. Lindividu en contact avec cette machine présente une résis tance de 1 000Ω. Lintensité qui va traverser cet individu est donc : U220 I=== 0,22 A R1 000 Ce courant est supérieur aux valeurs supportables : il y a risque délectrocution.
1 220 V
Figure 1.1 Défaut disolement (machine non reliée à la terre). © Dunod  La photocopie non autorisée est un délit.
1
1  Électrotechnique appliquée
1.1 Conducteur terre
Cette même machine est maintenant reliée à la terre par un conducteur de faible résistance (par exemple 10Ω). Une masse franche va alors provoquer un courant de fuite important : U220 I=== 22 A R10 qui va provoquer le déclenchement du disjoncteur différentiel. En second lieu, si les fusibles sont correctement calibrés, ils doivent fondre. En résumé, grâce au conducteur « terre », en cas de défaut disolement, la machine est normalement rapidement mise hors tension.
Courant de fuite
1 220 V
Figure 1.2 Défaut disolement (machine reliée à la terre).
1.1.3 Valeur de la résistance de terre Les valeurs maximales de la prise de terre dépendent de la sensibilité du dispositif différentiel. Il convient dans tous les cas de respecter léquation simple suivante : RI50 V AΔn avecRla valeur maximale de la résistance de la prise de terre etIle courant de AΔn déclenchement du dispositif différentiel.
2
Tableau 1.1
CourantIde déclenchement du Δn dispositif différentiel (sensibilité)
650 mA
500 mA
300 mA
Valeur maximale de la résistance Rde la prise de terre A
77Ω
100Ω
166Ω
1  Électrotechnique appliquée
1.1.4 Section des conducteurs de protection
1.1 Conducteur terre
Tableau 1.2 Section des conducteurs de protection (terre).
Section des conducteurs actifs du 2 circuit (mm )
S<16
25<S35
1.1.5 Schéma de principe
S>35
Répartiteur de terre
4
1
Section des conducteurs 2 de protection (mm )
S
16
0,5S 2 Limitée à 25 mm (cuivre) en schéma TT
3
Barrette de répartition
Barrette de mesure
2
Figure 1.3 Schéma de principe des circuits terre en bâtiment individuel. 1: boucle en fond de fouille (solution préférable à un piquet de terre) ; la section mini 2 male de ce conducteur est de 25 mm en cuivre nu.2: canalisation principale de terre de 2 section minimale 16 mm en cuivre.3: voir tableau 1.2.4: liaison équipotentielle princi pale ; sa section est la moitié du conducteur principal de protection avec un minimum de 2 2 6 mm et un maximum de 25 mm en cuivre. © Dunod  La photocopie non autorisée est un délit.
3
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.