Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Spécial Internet (n°71/72)

320 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 février 1997
Lecture(s) : 0
EAN13 : 9782296332621
Signaler un abus

terminal

. . .. . . .. . .. .. . . . . . .. .. ..... ............... .... ........... ..... .......... . . . .. . . .. . . . .. ... . . . .. .

.................

.

.':':':':':';'

..:.:.' ... ... ..... ... ... ... ...... ... .. ...... :.:.:.: ..:.:.'

.., ... ... ... ... ... ...... ... ...... .., ... ... ..' ... ... ... ... ..,

. .. . . . . . . .. .. .. . . . . . . . . .

............. ................................ ...................................... . . . . . . . .. . . .. . .. . . .

..........

.

........ ....... ........ ....... ....... ....... ....... ....... ....... .............. ....... ....... ....... ........ ........ ......... ......... ......... .........
::;:::::::::::::::. ........ ........ ....... . ........ ........

../~~t?.
.::::::::::'

.:::::::::::::::::

........

..:::::{:?::::::.:....

English summary EDITO Grand ongle sur Internet ENJEUX DE SOCIETE Internet, un récit utopique Fout-il appliquer le principe de laïcité à Internet? Les autoroutes de l'information ou miroir de 10problématique des moero-systèmes techniques Pascal Robert Blaise Galland Comité de rédaction Jean-Louis Weissberg Philippe Breton Jacques Vétois

317

3

7 23

33 71 89

De l'urbanisation à 10glocalisation Le mythe Internet: interview d'Asdrad Torrès CITOYENNETE
ET LIBERTES

Foire confiance à 10 technique: Cyber-interview de Christian Huitemo auteur de "EtDieu créa l'Internet"

Comité de rédaction

97 103
123

Démocratie et réseaux. Les prénotions Jacques Le Bohec d'un débat prophétique
~La sécurité sur les réseaux C. Richard, D. Naulleau

\0 0\

~~.s

~Cyber-escroquerie Les Etats face à Internet

Dominique

Desbois

133

~.
~~.5

Danièle Bourcier

135 149

Communautés virtuelles ~oucommunautés hybrides

Dominique Lestel

DES VISITES D'INTERNET

Informations techniques et scientifiques en économie Un coupable idéal? Pédagogie sur le Net Premiers pas L'apprentissage des longues
En IUTprojet Europa -journal

D. Desbois Eric Guichard

157 181 191 195 197 203 207 209

Jean Marie Fouquer J. Vidal et F.Kerneis Gerald Schlemminger V. Susbielle-Nouasria Alex Lafosse Stéphane Chaudiron

Au lycée de Lormont Quelques sites WEBintéressants
Réflexions sur Internet et le plurilinguisme
USAGES ET PRATIQUES SOCIALES

Les réseaux: plein technique, Débat avec Pie"e Musso

vide politique. Comité de rédaction

223

Les autoroutes de l'information et le multimédia: vers quelle société? L'influence des nouveaux outils informatiques sur la publication des travaux en physique Démocratie dons un réseau multi-notional d'échange d'informations Autoroutes de l'information et avantage concurrentiel des entreprises
\0 ~ ~ ~

Nadine Richard

237

Jean Zinn-Justin

259

Georges Festinger

267

Sergio Vasquez

275 291

DES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES NOUVELLE Virtual Spy

E: ~
::!
I

~
~

~

~
~ .~ ~

Denis Dienstag

301 309 319

~

De /' origine française du mot Gopher Carol Léonard Bulletin d'abonnement
2 @ L'Haimattan, 1997 ISBN: 2-7384-4991-3

lJacques

Vétols

.......... ......................................... . .. .. . .. . . .. . . .. .. . . . ... .. . . . . . . . . .. . .. .. . I

... ......... .. .... ....................

...... ..

Terminal

sacrnierait-iI

à l'air du temps en publiant à son tour un
risque de se tromper, prédire que le qui y sont dédiées va continuer des réseaux à

.................. .. .................. ...........

numéro spécial consacré à Internet? Certes celui-ci a déjà fatt couler
beaucoup d'encre et on peut sans et d'informations flot de discussions grossir.

.'. ...................... .. .' .. .................. ... .............. . .. . .. .. ... ................. .............. ....... ..' ....... ....... ... .......
.......................................... .. .. . . .. . .. . .. .. . . . . .

.... .. .. . .... ...... ...............

.... .. .. ... .. .. ....... .. .. ..... .. . .. . . .. .. .. .. .... . . .. . . .. . .. .. ..........................................

Mais il est difficile de nier que la généralisation

..... .. ........ .. ........ u ......... ......... .......... .....................................
..... .. . .. . . . .. . .. .. . .. . .......................................... . .................. .. .................. . .. .................. .. .................. . . .. .................... . .................. . .................. ... . . . .. .. .. .. ... .... . .. . . . . .. . .. . .. . . . . . .. . . . . .. .. . . . ...... . .. o. .. .. ... ... ...... ... .... ... ..... .. .. .. .. .... .. . .. .. .... .. .. . .. .. . . .. . . .. ...... ....... ............ .... .......... ....... . .. . . .. ....... ...... ..... ... ... ............ .. .. '" ........................................... ...................... . .. .. .. . ... . .. . .. . .. .. . .. .. .. . . . . . .. .. . . . .. . . .. . .. .. .. .... ... ... .... ... ... ..... ....... . . . .. .. ..........................................

r':rmmmf=Itmmr

informatiques des pays occidentaux remodèle nos sociétés. Il y a plusieurs débats possible sur Internet. Nous ne reviendrons ni sur les aspects scientifiques et techniques qui sont à l'origine de ce

. ..

Il Réseau de réseaux", ni sur une analyse historique des différentes étapes et des acteurs qui ont fan d'Internetla réalitéque nous connaissons. Rappelons seulement qu'il n'est pas un réseau physique mais un ensemble de protocoles de communicationqui permettentà tout un
chacun d'être à la fois récepteur et émetteur de textes, d'images fixes, et de plus en plus de vidéos et de sons en mettant en oeuvre des procédures simples et souvent interactives. Aujourd'hui, sciences Internet quitte l'enceinte des laboratoires de

. .

. .. . . . . .. . . . . . . .. . . . . .. ........... .. ... ... ..... ...... .... . . . . .. .. . . .. ................... .................... . ................... ..................... . .. .. .. .. . . . . . . . . . . . . . . .. .
. .. ...... .. ...... . ............ .... .... .. ........... ... .. ....... .. ....... ....... .... . . . .. . .. ....... .. . .... .. . .. . . . ..... . .. .. .... .. .. .. .. ... . ...... .. .... . .. .. . .. .. ..
.......................................... .... .... .... . . ... . ... . ... . ... ... . . . . . . . . . .

. .'.

................. .........

........

. .. . .. .. . .. . . . . . . . . . .
=~j~ f t ~~~~~~f i~ ~~~t ~r: ~~~

.

~

................... .................... ................... .................... ...................

.. .. .. .. .. . .. .. .. ..... .. .. .. ....... .. ... ............ ... .. .. .. .. . .. . .. . . .

.. .. ... .... ........... ........... .. .. .. . . .. . . .. ............. .. ... .. ... ........ .. . . .. . .. .. .... ..... .. ... ... .. .. .. ... .. . . .. .. . . . .... . ..

dures où il s'est développé

et se trouve confronté à son

.. ................. ., ....... ....... .. ................ ... .. .. ................ .. ... ... . .. .. ... . .. . . .. .. . . .. . .. .......... ... ... ............ .... .. .. .
.. . . . . .. .. . . . . . . . . . . .

extension à la société tout transforme déboussolée en une nouvelle

entière. Le débat devient alors polnique. utopie pour l'humanité quelque peu

........... . ... .. . ... .. .. . . .. . . . . ., .. .. .. .. .. . . .. . .. .... ,

Internet apparaît comme un espace démocratique et égalnaire et se en cette fin de millénaire. Les tenants de ce projet uto-

, . . . . . . . . . , .... .. .. . .. ... .. .. . .. ..... ... . ..., , . . .. ... ..... ... .......... ...... ....... .., . . .. . ... . .. . .. .. .. . .. .. .. .. .. . . .. . .. . . . . .. . . . ... .. .. .. .. .. ... ... . ............. .. .. ..................... ..... ..... ....... ... . . . ... ... . .. .

.. .. .

......... ......... ......... ......... .........

.. ................. .. ................. ................ . ................ ................
.. . .

.. .. .. .. ... ... .. .. ... ..... .. . .. .. . .. .. .. .. . .

. .. .. . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. .. . . . .. . . . . . . . . . . . .

.

pique (Pierre Lévy, dans son dernier ouvrage, par exemple) pense que la dynamique d'Internet va bouleverser tout notre système symbolique et par delà l'ordre existant. Un peu comme la révolution qu'a connue le XVlème siècle à travers l'invention de l'imprimerie. Blaise Galland, Jean-Louis Weissberg et Philippe Breton tentent d'en cerner les enjeux culturels, voire philosophiques dans la première partie de ce numéro. Autre vision antinomique, celle-là: Internet comme phare et et des

.. . . . . . . .. .. . . . . . . .. ..

. .. ..

......... .. ......... ......... .. ......... . ......... . .. .. .. .. . . . .. .. ......... ...... ............ .... .. .. ........... .. .. .. .. . . . . .. ......... ......... .. ......... ......... ... ".. ...... .. .. .. .... .. . ... . .. .... ..................... .... ........ ....... ...... ....... . .. .... ... .. .. . .. .. ... ... ... ..... . . . ....... .. ................. ....... .. ................ ....... ..... .... ... .... .... ... ........ ... ... .. .. ... . .. . ..
.. .. . .. . .. .. . . .. . . . . . .

vitrine de la mondialisation des échanges à la fois cutturels et économiques. Un nouvel instrument de la domination américaine grandes firmes muttinationales disent certains. Comme preuve, le fan que l'une des contributions majeures des réseaux informatiques à l'économie est l'accélération merce est encore des mouvements des capitaux. Le comsur Internet et son développement balbutiant

3

achoppe d'une part sur le problème de la sécurité des réseaux, d'autre part sur 'la difficuRé de définnion de normes juridiques dans ce nouvel espace. Chantal Richard et Daniel Naulleau font le point sur tll'état de l'arr dans ce domaine là tandis que Danièle Bourcier nous fournn une première analyse des contradictions auxquelles est confronté le droit avec Internet

joué par des milliersd'informaticiens sans lesquels Internet serait resté une possibilné purement théorique. la fibre
militant'

Il faut insister sur le rôle"

démocratique et libertaire de ces pionniers l'anime encore en partie comme le tI montre l'interview de Christian Hunema, auteur de Et Dieu créa l'Internet'. Elle entre souvent en contradiction avec les logiques établies que ce soient celles de l'État ou celles des grandes firmes commerciales pour lesquelles l'information est avant tout une marchandise. Cnoyenneté et libertés restent la pierre de touche de l'évolution d'Internet et c'est un enjeu majeur pour le siècle prochain. Il est escamoté en faisant miroiter les richesses du nouvel âge d'or de la démocratie électronique: J. Le Bohec en analyse les difficuRéset souligne les impensés de ces tentatives. Enfin peut-être faut-il revenir à des choses plus concrètes, moins spéculatives et nous demander quel rôle joue Internet aujourd'hui dans la pratique sociale. Dans les milieux scientifiques d'abord où Internet a un rôle décisif. La vie quotidienne des laboratoires, la communication entre chercheurs ont été complètement bouleversées et il modnie progressivement la diffusion des travaux scientifiques par la généralisation des revues tlélectroniques" et peut transformer l'évaluation de ceux-ci comme le préconise Jean Zinn-Justin. Qu'en est-il du côté des Sciences de l'Homme? Dominique Desbois nous invne à la découverte des principaux serveurs dans le domaine des sciences économiques et sociales. Des laboratoires à l'école, il nly a qulun pas et les expérimentations dans les établissements scolaires se muRiplient Dépassera-t-on le stade des expériences pilotes? Certains de nos auteurs en sont convaincus qui retracent dans

ce numéro leur "aventure

pédagogique"

avec le Net L'avenird'Internet se joue
pour qu'un

dans les entreprises. Il nlen reste pas moins qu'il faudra autre chose que les
\0 '"~ ;::

succès éphémères de quelques IIstart-up"1
'I économie

virtuelle"

mouvement vers une son amorcé. Pourtant celles qui ont sauté le pas peuvent en

~
'\)

e .s ~

.

tirer des avantages substantiels, nous affirme Sergio Vasquez. Cette troisième partie du numéro se veut comme le début d'un travail de terrain indispensable si nous voulons comprendre le phénomène Internet.

~

~
~ .;:: ~

Il
1. Ce terme
4
désigne des entreprises émergentes et innovantes qui düfusent matériels et logiciels pour Internet et deviennent la coqueluche des marchés boursiers (par exemple Netscape)

~

I

Guy Lacroix

.. .
I

... .............. .............................................. .............................................. ...... :.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:. . ....................... ....................... .. ...................... ............... .. ..... .. ........ ..................
~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~:~;

.. ............ ............... ...... ... .

;:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

..

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::;::::::

......... .. ... ... .. . .. .. . ... .. . . .. .....................
.............................................. :::::::::::::::::::::::::::::::::::::;:::::::; .............................................. :.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.

......... ....

....................... . ....................... ... ....................... .:. .. ... : ................ .. .:.:.: :.:.:.:..:.:.:.:.:.:.":.:.:.:.: .. ":.:;::::::::::::::::::::::". ::: :::::::::::::: ::::::::::::::: ::: .. .. . ........................ ...... .............. . :::.:.:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

.. .. .. .. .. .. . . .. .. .. .. .

. . .. .. . .. ... .. .... . .. ... ... .. .. .. ... . .. ... .. .. . .. ...... .... .... .... .... ..... ........... ...... ....... .......... .... ..... ..... .. .. .... .. " .. .. .. ..... . .. . ....
.

. .. . . .. . .. . .. . .. . .. . . . . . .. .. .. . . . . .. .. . .. . . .:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:. .. . . .. .. .. .. .. .. .. . . . . . .

.. ........................................ .................... ... ........................................ .'. . ... .................... ..

.................... ........................

... .... .. .. .. .... .. ... .... . . .......................... . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. .. . .. .. . .

.. . .. .. . . .. .. . .. .. .. ... .. ... ... ........................ ........................... ........................ .. ....................... .. .. .. .. . . .. .. . .. .'. .'. .. ... .. .. .. .. ......................... .... .. ... ......................... ... .. .. ......................... .. ......................... .. .. .. .. .. . .. . ...... .. . . . . ............................... ... ......................... ... .. . .. .. .. . . .. . . . . . . . . . . . ... .. '.' .. .. . .. '.' . ...... .. .. ....... .
............ .. ..... .................... .... ...... .... .... ........... ........ .... . ... . ... ... ... . .. . .... ... . ..... ... . ....... . . . .. .... ... ... ..... . . .. .. .. . . . . . . . . . .. .. .. . . .. ..
...............................................

. ......... .. .. .............................. ....................... .. . . . .. .. .. .. . . . . .. .. .. .. ............................................. .... .. .. .......................................................... . .. ... .. ......................... .. ......................... ..

. ..

.. .. . .. . . . . . . . . .. . . .. . .. ..............

.. ..

............... . . . ........................... .... .. .. .. . . . . . .. ..... .. .. .. .. . . . .. .. ..
............................................... . . .. . .. . . . .. . . . . . . . . .. .

....... .. .. .. .

.:. :.:.:.:.:.:.:. .. . .. ... ... . . . . . . . .. ..

. . .. .. . .. .. .. . .. .. .. . . . :.: .:.:.:.:.:.:.: :.:.:.:.:.:.:. :.: :.:.:.:.:.:.:.: .:. .. . . . .. . . . . . .. ..

Un objet aussi complexe

que l'Internet ne peut être appréhen-

.. . .. . . .. . . . .. . . . . . . . . . .

dé d'un bloc. Il faut plutôt s'y prendre à la manière des impressionnistes, en juxtaposant des tâches de couleur. Cette première partie a pour objet de mettre en lumière quelques aspects singuliers d'Internet. Chaque touche, chacun des textes, en éclaire une facette sans espérer en épuiser les contours.

... .. . . . ..... . . . . . .. . . . . . . .. . . . . . . . .. .. . . . .. .. . ....... .. .. . . .. . . .. .. . . . ..... .. .. .. .. . . .. .. . . .. .. . . .. .. . .. .. .. . .. . . .. . .. .. .. . . .. . . . . .. . . .. .. .. . .. . . .. . . .. . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .

.. .. .. .. .... .

Jean-Louis Weissberg l'extension de la télé-présence

nous parle du projet utopique qui porte la mannestation d'un désir d'ubiquité. Il de doublage systématique des lieux

Internet en l'enracinant dans la corporalné. Il voit (entre autre), dans y pointe également le processus

sociaux et terrnoriaux et il l'interroge. Pour lui, cette élection du virtuel corn me représentant de la vraie-vie ne fonctionne pas sur le mode de la séparation mais sur celui d'une hybridation. Elle échange l'ailleurs et l'ici en de nouvelles figures. Plutôt que d'utopie, Philippe Breton préfère parler de discours d'accompagnement d'Internet, et il se penche sur ce mouvement les TIC ont été un décryptage. d'idéologisation des techniques, qui s'affirme, en parallèle au retran de l'idéologie du monde polnique. Depuis leur naissance portées par l'idéologie. d'idéologies concurrentes dont il nous propose Derrière Internet, il distingue l'affrontement

Aujourd'hui le courant libertaire -très prégnant chez les informaticiens depuis l'origine de cette discipline-, passe une alliance, avec la tendance, ultra-libérale contre l'Etat. Il plaide pour une désidéologisation d'Internet. Une laïcisation des techniques permettrait une approche

5

plus pragmatique et une évaluation in situ de leurs effets.
Pour sortir, lui aussi, de l'écueil de l'idéologisation, mais aussi d'une présentation exclusivement technique des autoroutes de l'information, ou encore d'un économisme événementiel, Pascal Robert a choisi d'insister sur leurs dimensions infrastructurelles. Il se réfère à la sociologie des Macro-Systèmes
Techniques (M.S.T.) qui s'attache à rendre compte d'une manière assez formali-

sée des caractéristiques de systèmes tels que les chemins de fer, l'électricité, l'astronautique ..etc. C'est en comparant systématiquement les autoroutes de l'information au modèle MST qu'il cherche à faire saillirles points communs et aussi les singularnés propres à Internet. Cela pour en saisir les différents risques sur les plans à la fois techniques et polniques. Les TIC n'ont pas une seule fonction de flux (risque de panne), mais elles ont aussi des fonctions de contrôle (risques anti-démocratiques). Enfin, Blaise Galland a choisi la ville comme référent pour jauger du cyberspace. C'est à l'aune de l'espace public de la cné, comme noeud d'échange d'informations, qu'il ausculte les possibilnés et les caractéristiques de cet immense réseau d'ordinateurs, sans centre ni périphérie. Il formule l'hypothèse de l'émergence d'un nouveau processus d'appropriation de l'espace qu'il explicite sous le terme de "glocalisation". Celui-ci renforcerait les réseaux sociaux locaux, tout en diluant la centralisation économique et informationnelle caractéristique des Cités. Ce qui nous pose une question crnique: celle de la naissance de nouvelles identités Upolyspacialiséesu, interrogeant la légitimné du lien social et territorial traditionnel. Cette partie se clôture par une discussion avec Astrad Torrès qui fait transition avec la partie suivante portant sur Internet et la démocratie. Pour lui, le principal danger serait de penser qu'il existe une autonomie du système symbolique telle, qu'avec la mise en place des réseaux, s'engendreran une dynamique suffisante pour déstabiliser l'ordre existant et se suffire à elle-même. Au contraire, de nouvelles médiations vont s'avérer nécessaires et elles peuvent être porteuses de projets sociaux divergents.
\0 0\

Il

\,)

~

~
:::s

e

~,
"'\,)

~

] ~ ~

6

Internet,
Jean-Louis Weissberg

un récit

utopique

u projet utopique qui {XJrte Internet à la description d'applications concrètes tendant à accroître la qualité des perceptions sur le réseau (images, sons, relief, etc.), cet article tente de saisir les redéfinitions en cours des notions de télé-présence, de localisation géographique et d'instantanéité. L'écart entre les discours et les pratiques laisse entendre que le dynamisme d'Internet ne se mesure pas seulement à l'aune de ses applications concrètes, mais à celle de la feIVeur utopique qui le soutient. Et l'utopie ne doit pas être comprise comme une illusion, mais comme une force qui accompagne et pennet le déploiement de l'expérience Internet. Cette force s'exprime dans un mot d'ordre: annihiler la distance, transfonner le lointain en proche. Nous donnons un aperçu de ces tentatives qui visent toutes à enrichir les caractères charnels de la communication sur les réseaux, afin de faire coïncider au maximum le "virtuel" des réseaux avec le "réel" de la vie ordinaire. Mais la distance ne se dissout pas si facilement, même si les réseaux redéfinissent les notions de proximité, d'espacement temporel, de durée. Nous avons enfin tenté de faire jouer cet écart entre "vie virtuelle" et "vie réelle" sur le terrain de la ville, en discutant la thèse qui, énoncée schématiquement, attribue aujourd'hui aux différences temporelles les fonctions de hiérarchisation sociales qui étaient, auparavant, surtout spatiales. La fonnule "plus près du centre, plus près du pouvoir" se transfonnerait en : "plus rapide, plus puissant". L'affiliation pertinente au réseau remplacerait la localisation stratégique. Tout en accordant sa part de vérité à cet adage, nous tentons de montrer que le réseau ne supprime pas l'importance du positionnement géographique, mais qu'il s'y surajoute. Tout en diminuant la portée de la localisation, il ne dissout pas son principe. fi le domine sans l'assujettir.

D

\0 <:1\ 'W ~

L'utopie d'Internet.
Prenons le terme "utopie" au sens propre. Internet réaliserait-il le "non-lieu" d'un espace géographique non territorial? Si c'est le cas, cette réalisation serait, bien sûr, une dégradation de l'utopie, l'essence de l'utopie 7

~
~
~

.s :::t
I

£:

~
.~
~

~

e
c....

consistant à demeurer le récit d'un projet à venir. C'est en effet de cette manière qu'Internet s'impose, développant simultanément sa "toile" et les discours prophétiques. "Utopie réalisée" signifierait ici projection imaginaire sur une réalité existante. Car Internet et ses millions d'usagers existent bel et bien. La distance qui sépare l'Internet "réel" du récit qui l'accompagne - ou le précède - constitue l'espace utopique qui nous intéresse ici. On peut faire le parallèle avec les projets utopiques du dix neuvième siècle (les phalanstères) ou du vingtième (la cité radieuse de Le Corbusier). Ce sont des utopies non pas parce qu'elles sont restées lettre morte - elles ont
bel et bien été construites, ces villes "sociales"

- mais

parce que leur fonc-

tionnement n'a jamais correspondu à leur projet. Ville virtuelle, communauté par réseaux, abolition des distances, cOlnmunication immédiate, tels sont les titres de l'affiche. Or pour qui a passé, ne serait ce que deux ou trois heures, à "suifer-sur-le-Net", à lire d'obscures nomenclatures et des adresses électroniques absconses, la confusion avec une rencontre ordinaire ne saurait durer. Pourtant cette analogie avec la vie réelle se fortifie au gré des annonces des perfectionnements futurs: augmentation des vitesses de transfert, affichage de fIlms, multiplication des seIVices, simulation comportementale par avatars virtuels, etc.

Vue, audition, odorat, toucher, efforts physiques: vers la télé-présence.
Dans la quincaillerie du cyberespace, de nombreuses réalisations et projets actualisent la tendance fondamentale à l'enrichissement charnel des télécommunications vers la télé-présence virtuelle en gestation. Quotidiennement, sur Internet, les fameux "smiley"l indiquent la manière dont il convient d'intetpréter les énoncés qui les suivent. lis manifestent, de manière très schématique, l'exigence d'une communication moins désincarnée que les simples messages textuels. Cette méta-communication affective, empruntant à une iconicité sommaire, demeure encore assez
éloignée d'une véritable participation non verbale qui transmettrait les intonations, les mimiques et les postures cotpOrelles.

\0 0\, ~ I::

~

.s ~

~

~ ~ .1::

~
r....

VRML (pour Virtual Reality Modeling Language) franchit un pas dans cette direction. Devenu une "coqueluche" du Web, VRML est un lan1. Des signes - à lire en les faisant pivoter de quatre-vingt-dix "je souris" ou :-1, "je suis contrarié". 8
degrés - comme :-), signifient

~

~

gage qui pennet de créer des espaces virtuels tridimensionnels interactifs, que l'on peut meubler d'objets, et dans lesquels on peut circuler. Mark Pesce, inventeur du VRML : "Je peux, par exemple, écrire un livre, représenter virtuellement ce livre et le poser sur une table virtuelle, puis à partir des éléments de contenus de ce livre, créer de multiples liens sur le Web"2. Les visées sont parfois pharaoniques. L'affinnation d'objectifs sociaux est, par ailleurs, une donnée récurrente chez nombre de promoteurs du réseau, {X>uresquels l'extension du réseau est un enjeu inséparablement politique l et technique: "Nous sommes en train de modéliser tout un quartier de San Francisco en VRML, avec le projet de s'étendre à plusieurs autres districts en 1996. L'intérêt est d'étudier l'impact de cette expérience sur la communauté des citoyens de San Francisco. Je me demande si un tel outil peut servir à aider les communautés à prendre elles-mêmes en charge l'organisation et la planification de la cité"3. Avec les dernières versions de VRML en cours d'élaboration4, plusieurs visiteurs pourront séjourner, dialoguer, coopérer. On ira chercher un

livre en explorant les rayonnages d'une bibliothèque tridimensionnelle simulée. Lorsqu'on posera le livre sur une table, le livre se "sachant"
pesant tombera sur la table, celle-ci se "sachant" résistante le retiendra. On le donnera à un autre visiteur qui pourra le feuilleter et engager une discussion, ou passer directement dans un autre site en conservant les fichiers nécessaires. Mais une difficulté majeure, soulignée par les concepteurs, limite les usages prévisibles de VRML : "On ne rencontre pas de difficultés pour créer des pages HTML5, il en est tout autrement pour créer un espace Web (VRML) parce que cet espace doit être pensé et conçu en 3D"6. En effet, on peut facilement émettre de la parole et du texte, moins

facilement de l'image enregistrée,encore moins facilement du dessin, et beaucoup plus difficilementdes espaces numériquementmodélisés, car il
2. Interview de M. Pesce par Jean Segura, Planète Internet, N°5. 3. Loc. cit. 4. Dans cette perspective, à l'exception de Microsoft (tenté par une solution maison), les grands opérateurs dont. Netscape, mM, Silicon Graphies et Sony développent un véritable système de réalité virtuelle, "Moving Worlds". Apple développe un procédé (QTVR) basé sur la circulation dans des environnements préalablement photographiés (évitant ainsi les laborieuses modélisation en 3D) selon les principes des visites interactives sur CD-Rom (vision panoramique, zoom, etc.). 5. HTML (pour Hypertextuel Mark-up Language) est un langage qui pennet de concevoir des pages contenant textes, images et sons sur le Web et de chaîner ces pages à d'autres sites. 6. Mark Pesee interviewé par Jean Segura, Planète Internet, N°5.
9

\0 \,) '"
t:

~
'\.)

.s ~
I

E:

.........

~
~ ~

I;::i .t:

~

est nécessaire de bâtir un modèle comportemental du micro-monde et non plus seulement visuel. D'où la probabilité que de tels espaces soient, dans un premier temps, produits professionnellement selon la logique de l'édition des jeux vidéos, par exemple, et non pas en suivant celle de la communication interindividuelle ou collectivement médiatisée. Les futurs dispositifs de capture automatique de scènes tridimensionnelles viendront peut-être, plus tard, diminuer l'obstacle. Quelles nouvelles compétences exigera et diffusera l'usage élargi du multimédia? Vers quels horizons expressifs doit s'élargir la culture alphabétique? C'est bien parce qu'Internet est un espace public d'expression, et non pas seulement de réception, que ces questions se posent. Avant que ces perspectives ne se réalisent, le spectre sensoriel s'élargira probablement à un vecteur jusqu'à présent délaissé: l'odeur. Dans son livre sur Internet7, C. Huitema décrit la chaîne de transfert qui, d'un mode de description de molécules chimiques compréhensibles par un ordinateur, produira un code transmis sur Internet. Ce code sera analysé et traduit par un programme. Celui-ci interfacera un émetteur odorant qui combinera des molécules en stock, diffusant ainsi l'odeur programmée. On sait déjà produire des odeurs en communiquant leur fonnule chimique à des appareils qui disposent de produits de base comme le carbone, l'hydrogène, l'oxygène, l'azote, certains métaux et gaz. On pourra donc, en perfectionnant la chaîne décrite ci-dessus, transmettre des odeurs par les voies du réseau. Couplé au fameux "nez électronique", dispositif qui reconnaît les odeurs, la production et la perception des odeurs progresseront vers leur synthèse numérique8. Tous les projets mentionnés jusqu'ici ont un point commun: ils sont destinés à s'épanouir sur Internet. Souvent, ils acclimatent à ce media des expériences menées sur des réseaux spécifiques, ou conduites dans le cadre de la Réalité Virtuelle.
L'expérience
\0

"Habitat"9 au Japon, "communication

médiatisée par

ordinateur",

ainsi que la définissent ses concepteurs,

a initié la présence

~ ~
~
~
~
:::s I

visuelle des intervenantssur un réseau.Ceux-cicomposentleur "avatar",
sortes de marionnettes graphiques, habillées, personnalisées, sexuées. Ces
7. c. Huitem~ "Et Dieu créa l'InJernet...", Ed. Eyrolles, Paris, 1995, p. 141. toutes les de base simples, selon un processus similaire à la numéri-

.......... I:;:i

~
.~

8. Il semble toutefois que cette perspective se heurte à la difficulté de recomposer odeurs à partir de composants 9. Pour une description sation des paramétres physiques définissant l'image ou le son.

~

~

c...

approfondie de ce projet, patronné par Fujitsu, voir Alsuya Yoshida 1994, pp. 249/254.

et Hajime Nonogaki, Habitat, in "Actes d'Imagina"

10

avatars effectuent des actions comme se déplacer librement, mettre un objet, en prendre un autre, demanderune infonnation au système, "murmurer" un message à l'attentiond'un autre avatarprésent dans la ville. Le micro-monderassemblequatrecent scènesgroupéesen dix régions (centre ville, parc, zone résidentielle, école, marché, etc.). L'environnement est conçu pour accueillir certains rapports sociaux quotidiens: fonnation,
courses, petites annonces (il suffit d'épingler son texte sur un panneau situé dans le marché), possession d'argent virtuel, nommé "Token". Mais surtout, les concepteurs ont commencé à représenter les dimensions émotionnelles de la présentation de soi: expressions non-verbales, mimiques faciales, marques exprimant les visées stratégiques. "La communication dans
Habitat prend un tour particulier dLlns la mesure où les sujets et les styles s'écartent de ceux de la vie réelle et s'accompagnent d'une foule d'expressions pseudo-émotives"10. Ils ont construit une "proxémique" virtuelle, encore assez fruste, basée sur les notions d'intimité, de distance et de protection, allant même jusqu'à défmir un concept de "personnalité électronique" nommé KANSEI. Malgré les problématiques comportementalistes qui guident l'évaluation de cette expérience, et qui altèrent la portée de ses enseignements, il faut souligner les directions de perfectionnement envisagées, telles que la capture des expressions sur les visages des participants pour les afficher sur leurs avatars virtuels. Renforcer l'incarnation des participants semble bien, là aussi, être l'objectif central.

On remarquera que les programmes de télé-bureautique virtuelle
(comme DIVE, en Suède), prolongent cette tentative en tentant d'objectiver les mouvements relationnels muets dans la communication collective11. D'autres recherches dans le monde de la Réalité Virtuelle visent les mêmes objectifs12. Ainsi au Japon, plusieurs centres de recherches étudient des dispositifs pennettant une communication avec sensations réalistes. Se débarrasser des visio-casques et autres équipements encombrants nécessaires à l'immersion virtuelle est rune de leurs préoccupations communes. L'A.T.R. (pour "Advanced Telecommunications Research Institute"13) met au point des instruments de poursuite du regard pennettant de suivre des acteurs dans une réunion virtuelle, sans que leurs visages
10. Op. cit., p.24 7. 11. Voir note N° 10. 12. Les informations 13. L'A.T.R. qui suivent proviennent de H. Rheingold, "La réalité virtuelle", de NEC, DunocL Paris, 1993, pp. 230/269. est un laboratoire créé au Japon par NTT avec la participation Toshiba et Hitachi.

\0 '"\,) ~ e:

.a ~ ~,

~ ~ ~ ~ .~ È ~"

11

soient masqués par des casques, en les immergeant totalement dans une salle de réunion, grâce à des affichages holographiques flottant devant les écrans ou des dispositifs laser affichant des images tridimensionnelles directement sur la rétine. L'objectif visé est la coopération d'équipes dispersées travaillant dans des environnements partagés (télé-bureautique, télé-médecine) ou encore la réalisation d'outils d'exploration visuelle de banques d'images. n s'agit, comme le dit Akira Tomono, l'un des responsables d'ATR, d'intégrer "les sensations communes propres à la compréhension et à la communication des intentions" 14. Un autre centre spécialisé dans le même domaine, le Laboratoire des Perceptions Visuelles de NIT, se donne pour objectif:

- d'identifier
sions faciales,

des personnes à distance et d'interpréter leurs expres-

- de comprendre la confonnation spatiale tridimentionnelled'objets composantune scène,

- de synthétiser

en temps réel l'image d'un utilisateur. tels que des de couplées à des systèmes de reconnaissances

Pour cela, il fait appel à une panoplie de dispositifs, caméras stéréoscopiques

fonnes modélisant de manière synchronisée des traits du visage et animant un clone virtuel. S'y ajoutent des synthétiseurs de paroles par lecture labiale, des combinaisons d'images vidéos preenregistrées d'un visage et d'animations synthétiques obtenues grâce à des algorithmes spécialisés, ou encore des réseaux neuronaux "apprenant" la fonne d'un visage. Ces projets se heurtent encore à de nombreux obstacles et ils sont loin de pouvoir être mis sur le marché. Mais, quelque soit le rythme et la fonne finale des réalisations, la voie qu'ils tracent est credible. C'est celle du télé-portage -la Rolls-Royce de la présence à distance- que la fonnule journalistique suivante resume. "On réalise un clone virtuel de soi-même par scanning laser, on comprime le tout et on l'expédie à 128 mégabits par seconde dans des petits trains ATM pour le redéployer grâce à une caméra holographique en 3D, à 10 000 km de là"15.

\0 0\,

~
~
"""'""

~ e .s ::

Evidemment, si la présence est forte, l'énergie de liaison doit l'être aussi. Dans cette hypothèse, on peut prévoir la coexistencede plusieurs
types de services et d'usages. lis gradueront les niveaux d'interaction, des

~ .~ ~

faibles énergies - pennettant une commutationfacile - aux fortes,nécessitant un engagementplus vigoureuxcomme dans la Réalité Virtuelle.Les
14. Cité par H. Rheingold, op. cit., p.240. 15. Raphaël Elig, Regards croisés, in "Univers InJeractif', N°?, Fév/Mars 1996, p.10.

~'"

12

énergies faibles ne sont pas condamnées. Elles continuent à véhiculer une part de la télé-présence: téléphone sans vision, courrier sans voix, images fixes sans mouvements. L'augmentation tendancielle du taux de présence n'est qu'une tendance sutplombante, elle n'a pas vocation à se concrétiser systématiquement.

Un deuxième monde?
Ce qui est remarquable sur Internet, c'est le doublage systématique des lieux sociaux tenitoriaux. Aucun secteur d'activité n'est délaissé: travail, banque, école, marché, casino, petites annonces, sexe, justice, etc. Le livre de Howard Rheingold, "Les communautés virtuelles", hymne à la vie virtuelle, est très représentatif de ce processus. "Les membres des communautés virtuelles font sur le Réseau tout ce qu'on fait "en vrai'''' nous dit Rheingold, mais il ajoute: "Il y a juste le corps physique qu'on laisse derrière soi", ce qui, on en conviendra, n'est tout de même pas rien. Dans un vibrant et prosélyte appel à plonger dans le "cyber-monde", l'auteur nous dira que sa vie s'en est trouvée "radicalement" changée. A ce titre, son essai condense les idées et les espoirs majeurs qui s'investissent aujourd'hui dans la cyber-socialité. fi ne faudrait pas soustraire à un examen plus SCIU-

puleux l'engouement qui saisit l'auteur. D'autres usagers
WELL16, pourrait notamment

- du

réseau
.-

être que de sa durée mais il nous semble parfaitement refléter l'esprit conquérant qui anime les Internautes, et pouvoir constituer, à ce titre, une solide référence pour analyser la cybersocialité . Or ce qui frappe dans ce panégyrique, c'est l'insistance mise à relier la vie" réelle" à la vie virtuelle. "Partout où je suis allé physiquement... j'ai retrouvé des gens que je connaissais déjà par contact électronique... C'est maintenant une habitude: je rencontre des gens et apprend à les connaître des mois ou des années avant de les rencontrer physiquement" 17. Evoquant le pique-nique estival annuel du WELL: "C'était la réunion bien réelle d'une communauté virtuelle." Une inflation de tennes "sociétaux" émaille le panorama, tels que: "communautés, vie sociale, contre-culture, contrat social, normes établies, contestées, modifiées, joyeuse compagnie, mélodrames passionnés". L'expression "en vrai", rapporte H. Rheingold, est abrégée sur le réseau WELL, en "EV2". Comme

- n'ont pas dissimulé leur lassitude. questionné - tant sur le plan de son intensité

Cet emballement

\c 0\,
\,)

~

~

.a ::::i
I

~

~

~
c::t .~

'\.)

16. Le WELL (pour Whole Earth Electronic Link), est un village virtuel en vogue dès les années 87, fréquenté essentiellement par des Internautes habitants autour de la baie de San Francisco. 17. Bonnes feuilles publiées dans Univers Interactif, N°l, Février 1995, Paris, p.71.
13

~
c...

~

si les participants devaient déjouer un risque - imaginaire - de confusion entre ce qui se passe en dehors du réseau et ce qui s'y trame. A quoi servent ces réassurances prises contre le sentiment qu'il pourrait s'agir d'une pure vie parnllèle ? Exorciser un désir intangible? Outre l'effet prosélyte (vous voyez bien, il ne s'agit pas d'un isolement domiciliaire, ce dont on conviendra sans peine), on peut conjecturer qu'elles protègent contre la crainte ilTationnelle d'une cybervie indépendante de la vraie vie. D'où l'intelTOgation suivante : pourquoi la réalité des usages ne dément -elle pas les farouches espérances qui s'y expriment? Comment se fait-il que la sécheresse du média ne disqualifie pas l'assurance d'une véritable intensification relationnelle par réseau? fi y a probablement un désir de croyance dans les vertus d'une déterritorialisation 18. Pourquoi résisterait-on à la promesse de telles propositions? Supprimer la grisaille et la sécheresse de nos villes au profit de circulations diaphanes dans des représentations graphiques simples, toujours disponibles, aux couleurs chatoyantes? Fonner une communauté immédiatement mondiale, effaçant les obstacles culturels, les écarts sociaux, les contraintes linguistiques, pourquoi bouder ce plaisir? Effacer la prédominance des grands réseaux industriels de production et de validation de l'infonnation au profit d'une production à la source, par les acteurs même. Quelles motivations profondes sont activées? Un contact protégé, "safe" qui pennet de conseIVer une certaine distance avec l'autre. Une société sans contact énergétique, un lien social a-hiérarchique, sans intennédiaires. Avec, à l'horiwn, les rivages radieux du cyber-communisme dont on nous raconte parfois la fable. Le projet significativement intitulé "Le deuxième monde" exprime la vocation d'Internet à créer une néo-réalité. Laissons son promoteur19 présenter ce projet. "Le CD-Rom, qui proposera une connexion à Internet, contiendra un Paris contemporain entièrement redessiné... Une fois connectés, les abonnés pourront se promener de l'île de la Cité q, Notre-

Dame, des Champs-Elysées aux quais en passant par la place de Grève.
évoluer dans Paris, dialoguer, visiter les monuments, aller dans les cabarets de jazz ou au cinéma..." Le visiteur dessinera son apparence grâce à une bibliothèque de fonnes : visage, peau, yeux, cheveux, costumes. fi séjournera dans un appartement confonne à son style. L'obsession du doublage va jusqu'à imaginer une monnaie, une circulation financière, la perception
18. Ces vertus ont déjà été analysées, dans les années 80, à propos des messageries Télétel où l'anonymat de la communication rôles sociaux et psychologiques, 19. Philippe Ulrich, co-fondateur de Libération, 24 mai 1996, p.I se dédoubler, se "spectraliser". de Cryo Interactive, interview au supplément multimédia roses de

\c ~
\) s:.:

~
I '\)

e
::::t

"-t::

~

~
~ .s:.:

~
~

est mise à profit pour sortir de l'unicité des

~

14

d'aide sociale, voire une Constitution et des codes de comportement moraux. fi est même envisagé de faire un enfant qui sera incarné par un nouvel avatar. Tenant à la fois du jeu vidéo, du jeu de rôle, de la messagerie visuelle et de
l'agora, ce "deuxième monde" est appelé à

se perfectionner

constamment:

"Demain, j'aimerai numériser Berlin, New-fork...superposer les villes. On passera de l'une à l'autre par des sas". Du projet de duplication du monde ordinaire, on passe donc à l'invention de nouveaux univers, compactant ici des métropoles en une gigantesque cité universelle. fi serait trop facile de souligner l'hétérogénéité entre la vie virtuelle et la vie réelle. Cette différence est vécue comme telle par les Internautes les plus acharnés. Pour se
convaincre, pour suturer la coupure, il leur faut accumuler une telle quantité de discours, qu'on rapporte inévitablement l'énergie déployée à l'imJX>ssibilité de combler le fossé. En revanche, il nous revient de prendre la mesure d'une telle virulence, comme d'un fait social, et de nous interroger non pas sur les éventuelles opérations de substitution, mais sur le retour des forces virtuelles, sur la manière dont la vie virtuelle transfonne la vie réelle directement, mais surtout indirectement Le modèle social, s'il existe, ne serait pas la vie virtuelle, mais la vie qui élit le virtuel comme sa représentation, son modèle. On parlera donc d'hybride vie/cybervie. La ville est l'un des terrains où cette hybridation s'exprime nettement

Ville et réseau: les rétroactions de l'utopie.
Le réseau repose sur les chaînes de transmission qui échangent railleurs et l'ici. Les châmes sont les mailles du réseau: sentier, chemin, routes, fleuves et aujourd'hui câbles et ondes. Ces mailles ont vu s'affaiblir notablement leur dépendance aux contraintes topographiques, et ceci grâce à rétablissement d'un lien pennanent, toujours disponible à l'établissement d'une commutation. Le "télé" des télécommunications marque autant la simultanéité que la fixité, le caractère pennanent du lien qui relie à l'ailleurs. Mais les récepteurs, eux, ne sont jamais délocalisés. Le système "Euteltracs", par exemple, localise, à cent mètres près, un camion grâce à un système GPS installé dans la cabine du conducteur20.Couplé à une cartographie assistée par ordinateur, ce système {X>sitionnenstantanément le camion i sur l'écran d'un ordinateur situé, par exemple, dans le bureau du transporteur. La couverture s'étend à toute l'Europe, au Moyen-Orient, à l'Afrique du Nord.
20. Ce type de système permet de réorganiser et d'optimiser rapidement le déplacement d'une flotte de poids lourds. Voir Francine Aizicovici, L'ordinateur et le satellite bouleversenJ l'organisation du tram port routier, in "Le Monde", 23/01/1996, p. IT. 15

\0 '"\) s;:

~
~
~

~ ::::!
t

s:

~
~ .s;:

~
f....

~

Paradoxe de la communication mobile: elle se resserre toujours plus vers l'assignation territoriale. Joindre quelqu'un où qu'il soit, c'est le localiser indépendamment de sa situation géographique. Le réseau domicilie. C'est une émanation du territoire, mais il positionne indépendamment de la géographie. (Celle-ci demeure cependant son arrière-fond.) L'affiliation à Internet, comme à d'autres réseaux, est un acte qui situe dans l'espace infonnationnel. Elle intensifie une localisation non locale. Les désignations spatiales couramment employées sur Internet ne sont peut-être pas que des métaphores. Le "site" renvoie à l'archéologie, exhumation des vestiges des cités anciennes, la "salle" de discussion au café de quartier, le "petit salon" au salon littéraire rassemblant un nombre limité de personnes. La notion abstraite de cyberespace cède la place à des dénominations précises, socialement situées. Le réseau est un méta-lieu. Celui d'où se déclenche la présence à distance. Parler de déterritorialisation pourrait faire croire que l'exportation de présence est totalement avérée, alors qu'il ne s'agit que d'un processus toujours incomplet: l'ubiquité est le partage de plusieurs lieux, pas la flottaison "immatérielle". C'est la poly-présence qui est intéressante parce qu'elle se confronte avec les contraintes d'une uni-présence physique avec une présence médiatisée multiple. Ces contraintes sont productives. Elles poussent à l'invention d'interfaces matérielles et logicielles pennettant les commutations, les hybridations, les combinaisons entre mondes réels et mondes virtuels. Le réseau, c'est le mouvement qui convoie l'ailleurs, ici. (C'est la condition humaine d'être ailleurs qu'en soi-même, dédoublé par le langage, la culture, l'argent, la technique.) Ailleurs désigne le non-localisé, non pas ce qui est toujours éloigné, mais ce qui peut être toujours relié au proche et où le proche puise sa pertinence. L'argent, par exemple, n'est monneyable que plongé dans une aire de validité. Le réseau se confond avec ce qui ne peut avoir de lieu propre: la circulation en soi, c'est-à-dire le processus d'échange, et non pas le contenu de l'échange. Le non-localisé et non pas simplement la localisation multiple.
\0 '"\) ~

~
'\)

.s :::i
I

~

~

~
.~
~

La ville n'est pas directementsoumise aux mécanismesde présence à distance. Les dynamiques urbaines ne dépendent pas mécaniquement des télé-transports (téléphone, télévision, télématique, etc.), même si le vocabulaire de certains architectes ou aménageurs se colorent de métaphores empruntées à l'univers de la communication automatisée ("circulation immatérielle", "réseaux informationnels", "temps réel", par exemple). Mais la ville est le siège de la mutation de la présence.
16

~
c....

~

Comment concevoir qu'elle ne puisse en être redéfinie. fi ne s'agit pas ici d'évaluer les effets éventuels du télétravail, de l'organisation des entreprises en réseaux, du raccourcissement des durées de transport (autoroutes, R.E.R., T.G.V.) comme phénomènes participant de la tendance à la présence instantanée. En revanche, il nous échoit de percevoir comment les fonnes de proximité traditionnelles (voisinage, vie de quartier, activités associatives locales, etc.) sont remodelées par la présence technique du lointain (téléphone, télévision, Internet, etc.) Non pas supprimées cela n'aurait aucun sens - mais redéfinies. On peut, à cet égard, obseIVer que les communautés virtuelles d'Internet jouent de rapports complexes entre le proche et le lointain, non pas en les opposant mais en échelonnant les liens: rencontres locales, assemblées d'associations, voyages et rencontres d'Internautes en relation épistolaires, etc. Le tenne de glocalisation a été forgé pour désigner l'utilisation locale d'un média global. Ainsi certaines études ont-elles montré que les cybernautes d'une même institution utilisent le média plus pour communiquer entre eux qu'avec des inconnus lointains21. Le local ne s'effondre pas. il se construit dans cette nouvelle fonne de voisinage lointain. On ressent le besoin d'un modèle de changement, où l'ancien, comme milieu non directement exposé aux télétechnologies, accepte -parce qu'il ne peut pas les rejeter - des gennes nouveaux et de ce fait entre en mutation lui aussi, co-évoluant avec ce qui l'affecte. L'utopie est une force active. Internet et tous les réseaux en gestation, ne se contentent pas de doubler leur référent (ville, école, marché,...), ils redéfmissent ces entités. Cette interférence entre réalité sociale première et doublage infonnationnel constitue une réalité seconde, disponible, elle-même, pour de nouvelles combinaisons. Les discours critiques qui diagnostiquent et pronostiquent un recouvrement de notre réalité préinfonnationnelle, pré-simulatoire par l'ingéniérie de la virtualité, ignorent ce statut de réalité seconde.22
\Q 0\
\) s:::

21. Voir l'article de Blaise Galland, "De l'urbanisation à la "glocalisation'''', dans ce même numéro de Tenninal. 22. Les diagnostics de Jean Baudrillard, par exemple, sont typiques du refus de distinguer les niveaux de réalité: "Ainsi nous ne pouvons même pas imaginer combien le virtuel a déjà transformé comme par anticipation toutes les représentations que nous avons du monde. Nous ne pouvons pas l'imaginer car le propre du virtuel est de mettre fin non seulement à la réalité mais à l'imagination du réel, du politique, du social". Libération, 6 mai 95. 17

£::

~ ~ ~
I

~

~
.~
~

'\)

è
f...

~

Urbanité et temporalité.
Les différences de temporalité liées aux réseaux sont à l'image des rapports de pouvoirs tels que l'organisation urbaine les spatialise. ~ Virilio rappelle que" la politique ancienne se bâtit sur des intervalles"23 (centre/périphérie, ghetto, banlieue: lieu des bannis). En prolongeant son propos, on déduirait que la politique actuelle se construit sur des différences temporelles. Qui accède à quoi, en combien de temps (T.G.V., aéroports, télé-ports) ? On ne suit plus, en revanche, P. Virilio lorsqu'il diagnostique une primauté du "temps intensif sur le temps extensif' ,primauté identifiée à l'avènement du "temps réel". fi est effectivement tentant de considérer que le temps a supplanté l'espace dans la distribution politique actuelle. "La continuité territoriale ne se ferait plus (seulement) par l'espace mais par les technologies du temps réel"24. Ce concept de "temps réel" véhicule pourtant une ambiguïté. Né dans l'univers de l'infonnatique pour qualifier des systèmes dont les temps de réponse sont compatibles avec les phénomènes qu'ils contrôlent, il est devenu synonyme d'instantanéité. Or l'instantanéité est l'apanage de la logique de flux qui régit les médias audiovisuels classiques (radio, télévision), bien plus que de la logique du traitement qui caractérise l'infonnatique. Regarder une émission de télévision, c'est se brancher sur un flux à durée détenninée qui se déroule indépendamment de nous et où la réception coïncide avec l'émission. Allumer une console d'un jeu vidéo, ou consulter un CD-Rom présentant un musée nous engage dans une activité à durée indéfinie, où l'on est tour à tour émetteur et récepteur: émetteur d'actes interprétés par le programme consigné dans le jeu ou sur le disque numérique, et récepteur de propositions élaborées par le programme. Emission et réception se succèdent et se co-détenninent. La diffusion sociale de programmes quasi-réflexifs, assez fiables, reproductibles et peu coûteux est, rappelons-le, l'effet majeur de l'infonnatique. Or l'effet temporel de la diffusion de tels programmes qui encapsulent des savoir-faire, est double. D'une part ils intensifient la recherche, la consultation et le traitement de l'infonnation. Mais de l'autre, ils ralentissent la communication en exigeant, à la différence des logiques de flux (radio, télévision), un patient effeuillage des automatismes, un traitement local et non plus une réception instantanée. L'automatisation accélère le traitement de l'infonnation, mais ralentit son appropriation.
23. Entretiens parus dans Dossiers de l'audiovisuel, 24. Op. cit., p.55. N° 26, Juillet-Août 1989, INA, p.58.

\0 C'\ \,) ~

.:::
~
~
I

s:
::::i

~
.~
~

"->

~
c....

~

18

fi est vrai que la masse d'infonnationspertinentes disponibles sur un sujet entre en contradiction avec la disponibilité humaine mobilisable. Mais cette contradiction n'est pas absolue. L'intensification temporelle prend en charge ce conflit. Pour l'assouplir, on invente des dispositifs de compactage temporel: tables de matières, résumés, abstracts, index, fichiers, fichiers de fichiers, et avec l'informatique, programmes de recherches automatiques dans les bases de données, dont les robots chercheurs sur Internet (voir plus en avant) sont le dernier avatar. Le multifenêtrage, par exemple, est une vision en surplomb de la simultanéité. fi pennet de conjuguer la fixation momentanée et la disponibilité générale. Amener une multitude d'objets, ou les images parcellaires d'un seul objet, sous un seul regard (la fenêtre), c'est raccourcir les délais de commutation entre eux. La fenêtre, dans ce sens, est un opérateur à la fois spatial et temporel. Elle permet de naviguer dans la complexité: établir des chemins de comparaison, des analogies, des différences qu'il serait trop long de construire "manuellement", telle que la recherche d'occurrences stylistiques dans un texte, et afortiori dans un corpus.

Pourquoi parle-t-on de "virtuef' à propos d'Internet?
L'utilisation du concept de "virtuel" à propos d'Internet (communautés virtuelles, ville virtuelle, visite virtuelle) appelle quelques précisions. Le "virtuel" de la modélisation numérique (CAO, simulation informatique, Réalité Virtuelle) était un déplacement d'existence. Dans les réseaux, ce concept devient déplacement de présence. La notion de communauté virtuelle", par exemple, est adossée à celle d'annulation d'intervalle séparateur (temps et espace). L'autre (individu, groupe, lecteur potentiel, etc.) est nommé "virtuel" tout simplement parce qu'il n'est pas immédiatement présent. Ces deux acceptions (modélisation numérique et présence à distance) ne sont pas contradictoires. La deuxième figure exige la première. Pour convoyer une fonne, il faut préalablement en extraire un modèle numérique. Interrogeons l'évidence: ce qui est déplacé se conserve-t-il dans le déplacement? Et l'entité sujette au déplacement demeure-t-elle indemne après l'extraction d'un avatar et son expédition au loin? Le dédoublement dans le cyberespace est un déplacement d'existence sous plusieurs aspects. La fonnation d'un avatar est une production d'un original confectionné avec des matériaux imposés: ceux qui peuvent transiter dans le réseau. L'avatar n'est pas un double. fi possède des qualités supplémentaires (fluidité, mobilité, plasticité) et se trouve dépourvu
It

\Q ~
\,)

~
'\.)

e .s ~
I

~

~

~
~ .~

~
c....

~

19

d'autres (intentionnalité, autonomie, possibilité d'être affecté). De plus, la création d'un milieu artificiel pennettant le déplacement (espace sonore téléphonique, cyberespace, environnement virtuel) ouvre à de nouveaux jeux identitaires : la mobilité des avatars, leur plasticité rend possible des mélanges où les identités s'interpénètrent et constituent des agrégats (groupes de discussion d'Internet, MUDS25). Fonner une communauté, c'est accepter de se déposséder d'un propre pour le mettre en commun et accueillir en contrepartie des élémentsexogènes. Affecter et être affecté: non pas simplement comme sujet psychologique, mais comme structure. Se transfonner, non pas seulement par influence, mais plus radicalement par incorporation de la présence d'autrui. Incorporer ne signifie pas fusionner, mais reconnaître la présence d'autrui en soi. Ce qui est très différent de l'idée d'un cortex collectif, parfois préconisée par les apôtres des cybercommunautés, où l'intériorité psychologique individuelle est déniée. La présence à distance n'est pas réalisation de la présence. Être présent à distance exige toujours une médiation, même si paradoxalement, la fonction de cette médiation est de nier son existence. Plus on cherche la transparence, plus on mobilise des dispositifs opaques, dissimulés et mystérieux.

Internet comme récit mythique de la présence à distance.
Le réseau est une topo-chrono-graphie. ur Internetet sur les réseaux S qu'il préfigure, s'inscrivent les lieux du non-lieu, ainsi que des régimes temporels spécifiques. L'espace public des méta-cités contemporaines épouserait les fonnes d'une hypersphère,où chaque point est en contact avec tous les autres. Un espace à haute compacitéde liens - non plus un à un ou un à tous, mais tous à tous - favorisantle mythe d'une communication transparente,sans intennédiaireni distance. Si on pouvait faire abstraction des références implicites et incontournables aux localisations
25. Les MUDS (pour Multi User Dungeon) sont des jeux d'aventure en réseau qui se déroulent dans des mondes imaginaires reliés à des bases de données. Le jeu peut être défini grâce à des logiciels spécialisés. Dans ces jeux de rôles, un avatar incarne chaque participant. Le destin du personnage imaginaire qui le représente influe sur l'existence virtuelle des autres personnages engagés dans le jeu. Dans certains MUDS, les règles du jeu sont elles-mêmes un enjeu et peuvent être modifiées par la communauté des joueurs participant à un même MUDS. 20

\0 '" '\)

~

.s ::::
I

s:: ~

~

~
t;:S

"\)

.~

~

~

territoriales, l'espace Internet serait d'ailleurs plutôt a-topique (sans notion de lieu) qu'utopique (privé de lieu, mais éventuellement en attente d'en recevoir un). Les descriptions de séquences de vie d'Internautes nous font croire à une temporalité unilatérale. Tout se passe sur le réseau: travail, fonnation, discussion, jeu, relations sexuelles, etc. C'est une plongée apparemment sans inteIValles et sans retour, une navigation sur une terre qui ne serait qu'océanique. L'espace du réseau devient alors unidimensionnel. Ce n'est pas un espace complexe, si on considère qu'un tel espace ne se définirait
pas seulement par la topologie

- celle

d'un réseau a-centré et hyper-relié -

mais inclurait une pluralité de niveaux et d'intensités relationnelles. Non pas seulement être relié à un selVice ou à autrui, mais pouvoir graduer l'intérêt d'une telle liaison en l'exprimant concrètement26. Ici la fonne du rap-

port demeure prisonnière de l'instance symbolique: échange de signes, mais "il y a juste le corpsphysique qu'on laisse derrièresoi". Ce type de lien contraintà refroidirl'échangesocialpour qu'il puisse se couler et commuter dans les voies numériques. Le contact devient une commutation, c'est-à-dire, dans les fonnes technologiques actuelles (téléphone, visiophone, e-mail, Web) un lien à faible énergie. Mais, comme on l'a vu, et c'est ce qui compliquel'analyse,l'augmentationde l'énergie de liaison est en cours.
Topographie à haute densité, l'espace public prendrait fonne sur les écrans du virtuel, défini comme recomposition de la présence à distance (synthèse de la présence par simulation et transport, sur le réseau, de la présence ainsi recomposée). Tout mythe raconte une histoire en poursuivant des récits déjà entamés. Non pas histoire que l'on déchiffre, mais récit qui, dans sa fonne de transmission, nous inscrit dans l'histoire, nous destine. Quelle serait le mythe que prolonge Internet? Tout simplement celui de la présence à distance ou télé-présence. Il
\0 ~
\,)

~ ~ ~
:::.t I .........

~

26. On a ici en vue des projets comme "DIVE' visant à concrétiser, par les moyens de la télé-virtualité, l'interaction sociale (affinité, attention, intérêl,...) à l'œuvre dans la coopération d'acteurs participant à distance aux mêmes projets. Pour une description ciu projet DIVE et de ses enjeux, voir Lennart E. FabIen, Actes d'Imagina 1994, INA, p.219.

~ .~
~

~

~

21

Faut-il appliquer le principe de laïcité à Internet?
Bref plaidoyer pour une séparation de l'idéologique et du technique
Philippe Breton

A

ssiste-t-on à la fin des idéologies 1 La question a été active il y a quelques années, à propos de la parution de l'article, devenu
célèbre, de Francis Fukuyama. Depuis, un silence pudique s'est

abattu sur cette interrogation. n est sûr en tout cas que le débat politique, depuis quelques années -et disons, plus largement, depuis l' après-guerrea progressivement
ment le plus visible,

changé de nature. L'un de ces changements,
a consisté à poser les questions idéologiques

pas forcéà travers poli-

d'autres secteurs de la société que celui, traditionnel,
Il

des institutions

tiques. L'un de ces secteurs investi -à son corps défendant 1- par l'idéolo-

gique est celui que l'on a appelé les nouvelles technologies de
communication"
.

Internet constitue aujourd'hui -c'est du moins ce que je voudrais montrer dans un premier temps- l'exemple même d'un outil technique à

propos duquel et au sein duquel non seulement se posent des questions
idéologiques, mais où s'affrontent des idéologies concurrentes. TI suffit en effet de gratter un peu la couche d'apparente neutralité qui recouvre ce nouvel objet mondial pour voir immédiatement affleurer
\0 '"\,)

des positions idéologiques fortes. Bien sûr celles-ci ne s'assument pas toujours comme telles, ce qui rend la tâche de décryptage ardue, mais surtout passionnante.

s:: E ~
:::s
'\)

Cet investissement

de la technique par l'idéologie,

une fois constaté,

~,

peut-il être considéré comme souhaitable 1 On répondra ici clairement par la négative. Que les techniques soient le nouveau lieu du débat idéologique est le signe d'un déplacement du problème, d'une tentative de "désidéolo-

.........

~
t::i .s::

~ r...

gisation" du politique, parallèlement à une idéologisation de la technique. Aussi je plaiderai, dans un deuxième temps, pour une séparation -c'est à
23

~

dire une laïcisation- qui renvoie l'idéologie au politique et, au sens fort, neutralise la technique pour la rendre, enfin, moderne.

Le déplacement de l'idéologie
Qu'est-ce que l'idéologie? Il s'agit au fond d'une manière de se représenter globalement la société, ce qu'elle est, mais aussi ce qu'elle devrait être, ou ce qu'elle devrait rester. L'idéologie constitue le prolégomène obligé, au plan de la représentation, de l'action, ou de l'absence d'action -qui en est une fonne particulière. L'idéologie se reconnaît facilement à ce qu'elle fournit les raisons du préférable. La grande mutation de la deuxième partie du XXème siècle est sans doute le retrait de l'idéologie du monde politique où on avait I'habitude, au moins depuis les Lumières, de la voir nichée. Le politique se présente de plus en plus comme l'instance gestionnaire d'une société qui obéirait par ailleurs à des lois ou à des cycles, économiques par exemple, qui échapperaient à tout contrôle et sur lesquels on ne pourrait intervenir qu'au niveau des effets. Certains y verront, pas tout à fait à tort, la main d'une idéologie particulière, ainsi décrite comme dominante: l'idéologie du laissez faire, du moindre politique possible: l'idéologie libérale. Mais justement, la caractéristique de l'idéologie libérale n'est-elle pas son projet de dépolitiser la société? Parallèlement à ce retrait de l'idéologie du monde politique, on assiste à un mouvement d'''idéologisation'' des techniques, notamment des techniques de communication. Dans un article que je cite souvent, on annonce, dès 1948, que la montée de l'infonnatique naissante est corrélée à la "descente" du politique: on y évoque "l'incapacité croissante des
têtes et des appareils coutumiers de la politique" pour justifier la mise en place -déjà- d'un gigantesque réseau infonnatique le vocabulaire de l'époque:
\0 '"~ f::::

mondial, baptisé, dans en fait une machine

"machine à gouverner"l,

à s'auto-gouverner.

~
I

~

L'acte de naissance de ce qui sera plus tard Internet, ou les futures

autoroutes de la communication,est clairementun ordre de mission
adressé aux techniciens de prendre en charge, non pas le domaine du poli-

~ tique, mais celui de l'idéologie: ce que nous décriventles premiers infor.f::::
~ ~
1. Dominique Dubarle, Le Monde, 28 décembre 1948

~

24

maticiens ne sont pas tant les dispositifs techniques qu'ils vont mettre en place que le type de société qu'ils appellent de leurs voeux. J'ai longuement insisté, dans un ouvrage récent2, sur une description des débuts de l'informatique et du monde des réseaux -les deux sont d'emblée indissociables- à travers les conceptions que cristallise Norbert Wiener. fi n'est pas nécessaire d'y revenir ici, sinon pour rappeler qu'il s'agissait d'un véritable montage utopique autour du thème, nouveau alors, d'une société de communication reconstruite autour des réseaux. J'aimerai souligner dans cet article le fait qu'Internet est aujourd'hui devenu le terrain privilégié de l'affrontement entre des idéologies qui ne trouvent plus à s'opposer sur le terrain politique, d'où elles sont pour l'instant bannies.

Internet: lieu d'affrontement

des idéologies

Pour développer cette thèse, il faut établir dans un premier temps
une distinction, sans doute très artificielle, entre les "discours d'accompa-

gnement" des nouvelles technologies, et les techniques elles-mêmes qui sont développées. La distinction est artificielle, car l'innovation technique dépend étroitement, à mon sens, du rôle social qu'on veut leur faire jouer, donc du discours qui l'accompagne et souvent le précède (comme j'ai tenté de le montrer par ailleurs). Mais le discours d'accompagnement offre cet avantage de pouvoir être saisi plus rapidement et de façon plus compréhensible pour qui ne connaît pas dans le détailles techniques qui, concaténées, fonnent ce que l'on appelle Internet (alors qu'Internet est une réalité globale, qui inclut les discours d'accompagnement, mais aussi les effets idéologiques qu'il produit). Le corpus constitué par ces discours d'accompagnement est composé d'éléments très hétéroclites. fi est fonné aussi bien des discours, prononcé sous une forme plus classique par les responsables politiques, comme par exemple les fameux discours d'Al Gore qui énoncent toutes les bonnes raisons de développer les autoroutes de la communication. (Le vice-président américain évoque le Il janvier 1994 à Los Angeles3 "ces
modes de communication
2. "L'utopie de la communication,

\0 '" '-> t:

.s
:::s

~

qui vont divertir et informer, mais surtout vont
le mythe du village planétaire", Editions La Découverte,

~, ~
~

~
~ .t:

~

Co..

~

1995 (seconde édition revue et augmentée) 3. Cité par Le Monde du 14 janvier 1984, page 14 25

éduquer, promouvoir la démocratie et sauver des vies. Ils vont aussi créer de nouveaux emplois". D'autres propos clairement idéologiques sont tenus par les animateurs spirituels de groupes comme l'Electronic frontier fondation. Des messages sont fabriqués par certains entrepreneurs du domaine, comme le patron de Microsoft, Bill Gates. Retenons à cette occasion la naissance d'un nouveau genre de discours, dont il faudrait mieux saisir que je ne le fais ici la spécificité, un dis-

cours qui est un mélange de publicité, de propos sur l'avenir de l'homme et des sociétés, de science-fiction et de vulgarisation. Ce discours nourrit abondamment les pages, nombreuses, consacrées par les médias du monde entier - ou presque - à la "révolution des communications". Ce discours d'accompagnement est également produit par de nombreux intelVenants, à l'intérieur des groupes de discussion sur Internet, qui construisent à leur manière une légitimité de leur action. Bref, tout le monde, ou à peu près, a maintenant quelque chose à dire, non pas sur Internet, mais sur ce qu'Internet pennettrait de changer, ou de maintenir, dans la société actuelle. fi n'est pas jusqu'au débat sur le sexe et sur les rapports entre hommes et femmes qui s'accommode de cette nouvelle cuisine4. n suffit de lire ces discours au niveau de sens qui est le leur, c'est-àdire un niveau en dessous de la surface, pour retrouver des catégories idéologiques plus familières. L'inconvénient de cette lecture est son caractère" défrisant" par rapport à la nouveauté apparente dont Internet est porteur. On peut même comprendre qu'il y a quelques chose de démoralisant pour ceux qui voyaient à travers tout cela, une occasion de faire neuf, une manière élégante et stimulante de sortir de l'impasse actuelle. Il y a même un effet de déguisement des nouvelles technologies, qui ont toujours besoin de se présenter comme "nouvelles" pour asseoir leur légitimité, là où, comme le proposait un auteur inspiré, il vaudrait mieux parler -au lieu de "nouvelles"-, de "dernières technologies".
\Q C'\ \,)

~

~
~

.s ~
I

E:

On distinguera ici, brièvement, fXJurrester dans les limites d'espace d'un tel article, trois grandes influences, trois écoles idéologiques qui structurent ces discours d'accompagnement.

~
"""""'"

~ .~

~"

~
4. Divina Frau-Meigs, "Technologie Réseaux, mai-juin 1996, n° 77 26 et pornographie dans l'espace cybernétique",

Une société libertaire
La première école est celle des militants libertaires de la "société de communication" largement inspirés par Norbert Wiener, qui développe, la plupart du temps sans le savoir, de véritables théories anarchistes qui rappellent celles de Bakounine à la fin du XIXè siècle. Wiener appelle de ses voeux une société sans Etat, auto-régulée grâce aux nouvelles technologies (qui restent encore à inventer à l'époque). fi souhaite aussi que la vie sociale se déroule dans des petites communautés et que la communication soit le moteur essentiel du lien social. n rêve d'une société transparente où la liberté de parole serait complète. Cette idéologie, après avoir inspiré les fondateurs de la micro-informatique (et qui devait déjà, rappelons-le quand même, pennettre dans les années 70, de "lutter contre le capitalisme" et d'instaurer une" contre-culture" faite de démocratie directe et d'échanges pennanents) va elle aussi inspirer directement une large partie des promoteurs d'Internet, qui le voient comme un réseau d'échange pennettant une expression libre et sans entrave. Le "cyberespace" constitue dans cet esprit un nouveau lieu universel de liberté, sans frontières, présenté comme une alternative aux
contraintes en tout genre du monde" réel" .

Les lois du marché
La deuxième école est, plus classiquement, fonnée par les représentants de la tendance libérale. Confiants dans les lois du marché et hostiles aux inteIVentions des Etats nationaux vécues comme contraignantes, ses promoteurs voient dans les nouvelles techniques de communication le moyen de relancer la machine économique en investissant des secteurs de l'activité humaine épargnés jusque là par les rapports marchands. Là où l'éducation, la connaissance, la communication évoluaient jusqu'à présent en dehors des lois du marché, leur basculement dans un vaste réseau de communication universel va pennettre de les transfoI!Iler en richesses et en profits pour les nouveaux entrepreneurs qui s'imposent dans ce domaine. Ces nouvelles techniques de communication sont ainsi l'occasion de reprendre à l'Etat, dans un esprit ultra-libéral, les dernières prérogatives qui sont les siennes. Bill Gates, après avoir commencé sa carrière au sein du courant libertaire, incarne assez bien cette nouvelle génération d'entrepreneurs libéraux néo-anarchistes.

\0 ~

c:: E: ~ :::t ~
I

\:)

~
........

~

~ .~ Ë

~ ""

27

L'intérêt général
La troisième école est plus diffuse. Elle est fonnée des partisans d'un usage des nouvelles technologies de communication dans le cadre de l'intérêt général, tel qu'il peut être incarné principalement par l'Etat. Cette école a été notamment portée par ceux qui voient dans les applications militaires des nouvelles techniques de communication un usage essentiel. Le Minitel en France a été conçu initialement, par France Telecom, entreprise nationale, comme un réseau de communication correspondant à l'intérêt général. Dans cet esprit, les lois édictées par les Etats nationaux doivent s'appliquer aux infonnations qui circulent dans les réseaux. La récente affaire du livre du Docteur Gubler, diffusé sur Internet contre les décisions de la justice française, ou tous les débats au sujet de la "censure" des serveurs sur Internet illustrent bien la volonté de cette école "étatique" de ne pas considérer les nouvelles techniques de communication comme extra-territoriale. Les discussions sur la responsabilité juridique des "providers", vis-à-vis des messages qu'ils diffusent, est une autre illustration de cette volonté étatique de soumettre à l'intérêt général, dans un cadre national, les nouveaux médias.

Le jeu des alliances idéologiques
Il serait évidemment très intéressant et très profitable d'analyser l'histoire des nouvelles techniques de communication jusqu'à présent comme la résultante des alliances changeantes et des conflits entre ces trois courants idéologiques. On comprendrait mieux à mon sens le mouvement de l'innovation, y compris les soubresauts contradictoires que ce
domaine a connu

- et

connaîtra encore sans doute. Par exemple les tech-

\0 ~
\)

~

.a
~
~
~
:::s

E:
I

~
t;;:t .~

~ ~"'-

nologies des années 50 et 60 (les gros ordinateurs centraux, les premiers réseaux de communication militaires et civils) n'ont-elles pas été une combinaison d'investissements privés et publics dans le contexte de la guerre froide, au profit à la fois de l'institution militaire et des grandes entreprises privées, dans le cadre du régime" libéral-étatique" qui caractérise la société américaine des années de guerre froide? C'est la grande époque où le Pentagone et IBM travaillaient la main dans la main au sein d'un complexe industrialo-militaire, qui produira par exemple le fameux IBM 360.

28

La naissance de la micro-infonnatique, portée par le courant libertaire, s'est faite dans un premier temps en réaction explicite à ce COffiplexe,et à la coalition des idéologies libérale et étatique qu'il représentait. L'incroyable développement anarchique tout azimut d'Internet a correspondu à un investissementmassif de ce réseau par le courant libertaire, auquel on doit d'ailleurs une partie importante des innovations techniques. On a vu converger vers l'informatique les enthousiasmesde ceux qui voulaient"changerle monde" dans les années 60 et 70

L'union sacrée entre libéraux et libertaires
La nouveauté actuelle, c'est-à-dire celle qui est en train de se nouer sous nos yeux depuis quelques mois, est l'alliance entre le courant libertaire et le courant libéral, au détriment du courant étatique. L'enjeu à terme de cette alliance n'est ni plus ni moins que l'affaiblissement, sinon la disparition sous les fonnes que nous lui connaissons aujourd'hui, de l'Etat comme instance de régulation des sociétés. Pour qui sait lire et écouter ce qui se dit sur Internet, c'est même là l'enjeu essentiel de toute l'affaire: supprimer l'Etat. Certaines innovations, par exemple, sur les "réseauxde savoir" vont dans ce sens, celui de la mise en place d'un système de validation et de transmission des connaissances dans des réseaux

de communication reconnus par les entreprises, court-circuitant ainsi les systèmes d'éducation publics. Le jeu actuel des alliancesne doit pas dissimulerle fait que les nouvelles techniques de communication constituent de formidables outils, dont une éventuelle dictature étatique et nationalistepourrait s'emparer à son profit. Le "bracelet informatique" actuellement expérimenté en France, qui permet de localiser les délinquantsen liberté surveillée,n'est qu'un tout petit exemple des possibilités immensesde la technique dans ce domaine.
La mise en fiche généralisée, actuellement en cours de réalisation,

\0 0\

est actuellement sans effet sur les libertés publiques,mais uniquement du
fait de l'affaiblissement actuel des Etats. Elle constitue néanmoins une

~
'\)
~

~
~
t....

~ ~

menace potentielle forte pour les individus.

~
~ .c:::

~

29

Une laïcisation des techniques
Les quelques remarques qui précèdent montrent en tout cas tout l'intérêt qu'il y aurait à appliquer une grille de lecture classiquement idéologique à l'innovation technique. Une telle situation (l'idéologisation de la technique) est-elle souhaitable? Je quitte ici le terrain de la description (évidemment un peu engagée) pour celui de l'engagement (qui n'est pas pour autant non descriptif), et je réponds clairement par la négative. Ce faisant, j'ai conscience de tenir un propos très abstrait, puisque sans idéologie (c'est du moins ce qui découle logiquement de la première partie de cet article), il n'y aurait pas eu d'innovation technique dans ce domaine, du moins pas à cette échelle (pendant la guerre froide les Soviétiques ont payé très cher -c'est-à-dire un retard irrattrapable-Ie fait de ne pas avoir "idéologisé" leurs techniques dans ce domaine). Mais justement, le coeur du problème pour moi est là. Je voudrais le poser à un double niveau nonnatif : part, il me semble que la disjonction du politique et de l'idéologique n'est pas une bonne chose. Non pas qu'il faille à tout prix une confusion des deux -ce que certains ont pu souhaiter à une certaine époque-, mais parce que le politique sans représentation du monde, c'està-dire sans vision, au sens fort, ne peut être qu'un désaisissement pris dans la fausse alternative de la démagogie ou de la technocratie. Pour faire vite, je dirais que la désidéologisation du politique conduit tout droit à laisser le terrain libre à ceux qui ont l'air d'être les derniers et les seuls à faire idéologiquement de la politique: l'extrême-droite ; - d'autre part, et c'est plutôt sur ce point que je voudrais insister ici, la conjonction de l'idéologique et du technique ne me paratI pas souhaitable, au nom même de ce que la technique pourrait apporter comme progrès à l 'Humanité. On dira, à juste titre, que la technique n'a jamais été neutre, qu'elle a toujours été investie par le symbolique, qu'elle a toujours été le support dr mythologies diverses. La question est plutôt: faut-il que cela continue? La modernité ne se signalerait-elle pas, justement, par cette capacité à disjoindre l'idéologique du technique, de la même façon que nous avons séparé l'Eglise de l'Etat, la religion du politique?
Lucien Sfez rappelle que "la laïcité c'est le régime de la séparation~ Être laïque, c'est couper en deux, séparer. Séparer le civil du militaire, le politique de l'administratif, le droit constitutionnel du droit administratif, l'Eglise de l'Etat, la société civile de la société politique, l'économique, 30 le

- d'une

\0 '"

E: ~ ~ ~,

~

~
.........

'\)

.~

~

~
c....

~

social et le politique, l'Etat et le local, le privé et le public. On en passe. La laïcité sépare ce qui fut un jour confondu. Et la question dépasse infiniment la seule question de l'autonomie religieuse. Car la séparation fondatrice est celle du représentant et du représentéff5.

Quel intérêt y aurait-il à "désidéologiser" la technique? J'y vois pour ma part une raison centrale: l'idéal de la technique n'est-il pas qu'elle selVe, que ses développements soient pensés en fonction de ses usages et que ses usages soient rapportés aux besoins? Est-il utopique de réclamer un regard réaliste sur les outils, qui soit guidé par des choix et qui implique donc des évaluations (pour fournir des critères de décision). fi est paradoxal de constater que ces techniques, dont on nous répète à satiété qu'elles vont transformer en profondeur notre vie, ne sont jamais l'objet d'aucune évaluation dans leurs effets. Dans ce sens, l'introduction des réseaux dans la société se fait finalement assez brutalement, voire sauvagement, et on laisse le soin d'apprécier les fausses voies empruntées, les dégâts commis, aux futurs historiens. Les techniques aujourd'hui sont transformées en annes idéologiques, en outil non pas d'un usage concret et pragmatique, mais en moyen de transformer la société dans un sens ou dans un autre. Nous nous servons des techniques, non pas pour communiquer mais pour faire croire que la communication est la valeur centrale qui va assurer le progrès des sociétés. Le risque que nous prenons à encourager une telle attitude est qu'un public lassé des "dégâts du progrès", ou frustré de l'échec répété des promesses associées aux nouvelles technologies, ne finissent par croire que ce sont les outils eux-mêmes qui sont responsables de la situation, et non les idéologies qui aujourd'hui s'en servent comme d'un paravent commode. Il

\0 ~

\,,)

~

~

.s :::i
I

f:

~

~
.~
~

~

~
5. Lucien Sfez, Dictionnaire critique de la communication, page 1419, PUP, 1993

~ r...

31

t

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin