Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Un iceberg dans mon whisky. Quand la technologie d

De
191 pages

On n'arrête pas le progrès, dit le proverbe. L'histoire de la technologie, elle, tient un autre discours : le progrès connaît des coups de frein et parfois de spectaculaires échecs dont les ruines hantent encore nos paysages. Qui n'a vu le rail de béton du défunt aérotrain, entre Paris et Orléans, ou la carcasse de la raffinerie de Lavéra, censée fabriquer des " steaks de pétrole " à l'époque où ce dernier était bon marché ? Qui n'a jamais entendu parler du glorieux projet de remorquer des icebergs jusqu'en Arabie Saoudite, des promesses de la voiture à propulsion nucléaire, des richesses des nodules de manganèse des grands fonds ou des mirages de l'énergie thermique des océans ? Autant de sujets passionnants pour ce livre truffé d'anecdotes qui analyse les causes – souvent complexes – qui mènent au succès ou à l'échec d'une technologie.


Nicolas Chevassus-au-Louis, docteur en biologie et historien, est journaliste. Il a publié au Seuil Savants sous l'Occupation, en 2004, et Les Briseurs de machines, en 2006.








Voir plus Voir moins
Un iceberg dans mon whisky
DU MÊME AUTEUR
100 Mots pour juger les InventIons quI vont changer le monde (avec Catherine Ducruet et France Niedercorn) Les Empêcheurs de penser en rond / Les Échos, 2003
Quand meurent les neurones (en collaboration avec William Camu) Dunod, coll. « Quai des sciences », 2003
Savants sous l’OccupatIon Enquête sur la vIe scIentIique françaIse entre 1940 et 1944 Seuil, coll. « Science ouverte », 2004 et Perrin, coll. «Tempus », 2008 (poche)
es BrIseurs de machInes e ed udd À José Bové Seuil, coll. « Science ouverte », 2006
Nicolas CHEVASSUS-AU-LOUIS
Un iceberg dans mon whisky
Q Uà N D L à T É C H N ô L ô G î É D È R à P É
ôUVRàGÉ PUbLîÈ àVÉC LÉ CôNCôURŝ DU CÉNTRÉ NàTîôNàL DU LîVRÉ
É D I T I O N S D U S E U I L e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
ÇertaIns de ces textes sont parus entre 2007 et 2009, sous une forme prélImInaIre, dans la rurIque « étrovIsIon » du quotIdIenLibération.
ïSB : 978-2-02-1-
© èdItIons du SeuIl, septemre 2009
e Çode de la proprIété Intellectuelle InterdIt les copIes ou reproductIons destInées À une utIlIsatIon collectIve. oute représentatIon ou reproductIon Intégrale ou partIelle faIte par quelque procédé que ce soIt, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est IllIcIte et constItue une contrefaçon sanctIonnée par les artIcles . 335-2 et suIvants du Çode de la proprIété Intellectuelle.
www.seuIl.com
Avant-propos
es promesses n’engagent que ceux quI y croIent, aImaIt À dIre Jacques ÇhIrac. es promesses technologIques ont cecI de sIngulIer que tout le monde semle y croIre. ïl n’y a pas de dupeurs et de dupés, de manIpulateurs et de nafs, d’affaulateurs et de crédules. ous, décI-deurs, IngénIeurs, grand pulIc, communIent avec le même enthou-sIasme. ares sont les sceptIques, les dIssIdents, les fortes têtes, et quand Ils exIstent, leurs crItIques n’atteIgnent jamaIs le grand pulIc. SI nul téléspectateur n’Ignore plus l’exIstence d’avIs dIvergents au seIn de la communauté scIentIique sur de grandes questIons envIronne-mentales et sanItaIres, les déats sur les programmes technologIques parvIennent tout juste, au mIeux, À accéder aux pages « trIune » de la presse. Où trouver aujourd’huI une InformatIon sérIeuse et contra-dIctoIre sur les vertus de l’European ressurIzed eactor (E) par rapport aux réacteurs nucléaIres antérIeurs ou À d’autres en cours de développement ? OpacIté propre au nucléaIre, dIra-t-on. MaIs sur les énergIes renouvelales ? Que penser des projets d’exploItatIon des énergIes de la houle, des courants ou des vagues ? e ces centrales photoélectrIques géantes quI semlent Ien être motIvées autant par une polItIque iscale trs avantageuse pour le kIlowattheure solaIre que par un réel Intérêt technologIque ? es voItures À hydrogne plutÔt que des voItures électrIques ? e cette asence de déat pulIc découle un certaIn unanImIsme technologIque. â un moment donné, tout le monde est peu ou prou persuadé de la même chose. ans les années 50, que la matrIse de la issIon atomIque va rendre l’électrIcIté tellement on marché qu’Il n’y aura plus esoIn de compteurs ; dans les années 60, que l’avenIr du
7
U N I C E B E R G D A N S M O N W H I S K Y
transport aérIen sera aux avIons supersonIques ; dans les années 70, que l’humanIté tIrera IentÔt l’essentIel de son alImentatIon, de son énergIe et de ses matérIaux des océans ; dans les années 80, que la thérapIe génIque fera de l’A un médIcament comme un autre ; ou, de nos jours, que les nanotechnologIes vont ouleverser les télé-communIcatIons, la médecIne et l’IngénIerIe des matérIaux. Çes convIctIons sont tellement partagées qu’Il devIent dIficIle de dIstInguer la prose des dIrIgeants polItIques de celle des chercheurs, des journalIstes ou des auteurs de scIence-ictIon, tant Ils formulent les mêmes prédIctIons enthousIastes. Ûn exemple ? QuI a dIt, en 1946, que « la issIon de l’atome peut apporter des IenfaIts InestImales tels que la vIctoIre sur la maladIe, le recul de la vIeIllesse, et la pro-longatIon de la vIe » ? En 1949, qu’« une source d’énergIe IllImItée [tIrée de l’atome] sIgnIie qu’on pourra produIre, en grande quantIté et pour tous, des alIments, des vêtements, des logements et autres nécessItés aInsI qu’une myrIade de produIts de luxe. a pauvreté et la famIne, les taudIs et la malnutrItIon dIsparatront de la surface de la erre » ? En 1954, que « les hommes se servIront des merveIlles de l’atome pour átIr une exIstence plus rIche, plus comlée pour eux-mêmes et leurs famIlles » ? En 1955, que l’énergIe nucléaIre engendrera un monde « dans lequel Il n’y aura pas de maladIes, où la faIm sera Inconnue, où les alIments ne seront jamaIs avarIés, où le terme même de “saleté” sera passé de mode » ? espectIvement, le journalIste scIentIique et prIx ulItzer WIllIam . aurence, le conseIller du présIdent EIsenhower arold E. Stassen, le présIdent de la SocIété amérIcaIne de chImIe arry M. FIsher, et le journa-lIste du magazIne de vulgarIsatIon grand pulIcPopular Mechanics1 WIllIam Mcermott . On épargnera au lecteur la compIlatIon de récentes déclaratIons du même acaIt À propos des nanotechnologIes ou des cellules souches. our essayer de sortIr de ce panurgIsme Intellectuel, Il nous a semlé utIle de nous pencher sur le passé pour y oserver quelques
1. Çes exemples sont empruntés À Stephen el Sestro, « Qu’Il étaIt eau l’avenIr de l’énergIe nucléaIre »,Culture technique, n° 28, p. 66-83, 1993.
8
A V A N T- P R O P O S
soufés technologIques ayant goné rapIdement et s’étant affaIssés plus vIte encore. Çe lIvre en propose une sélectIon allant de la in de la Seconde uerre mondIale À nos jours. En choIsIssant cette pérIode récente au détrIment de plus ancIennes quI n’auraIent pas été moIns éclaIrantes, on espre que le lecteur s’exclamera de temps À autre : « Ah ouI, c’est vraI, qu’est-ce que c’est devenu, cette hIstoIre ? » Çar nous avons voulu décrIre des ulles technologIques, comme on parle de ulles spéculatIves, quI ne sont pas restées cantonnées dans la dIscrétIon des laoratoIres et des centres de recherche IndustrIels. BIen au contraIre, c’est en parcourant les collectIons des maga-zInes de vulgarIsatIon scIentIiqueScience et Vie,Sciences et Avenir, La Rechercheet ses ancêtresAtomesetScience Progrès La Natureque nous avons rassemlé les pIces de ce lIvre organIsé comme une petIte anthologIe de la rétro-prospectIve technologIque – comment voyaIt-on l’avenIr autrefoIs ? e choIx n’a pas été facIle, tant le ouIllonnement Innovateur dans la pérIode quI nous Intéresse a suscIté de projets fauleux que leurs promoteurs se sont empressés de dIvulguer dans une presse quI n’en demandaIt pas tant. ’ImagInatIon des IngénIeurs est au moIns aussI fertIle que celle des artIstes, et a esoIn de la ferveur du pulIc pour mener À Ien ses créatIons, pour « nouer des allIances » – sI l’on reprend les termes des socIologues de la technIque MIchel Çallon et Bruno atour, quI soulIgnent l’Importance, pour un Inventeur, de s’Insérer dans des réseaux polItIques et économIques. Çomme l’o-e servaIt un aron othschIld du XîX sIcle, Il exIste troIs manIres de dépenser son argent : les femmes, le jeu, et les IngénIeurs. ïl n’entre pas dans notre propos de dIscuter les mérItes des deux premIres, maIs nous montrerons en revanche le succs qu’a connu la troIsIme e durant la seconde moItIé du XX sIcle. otre sélectIon porte sur des projets quI ont commencé À être mIs en œuvre, et donc ont nécessIté un inancement conséquent. On ne ren-contrera IcI que des technologIes quI ont atteInt le stade du prototype, du pIlote, de la versIonbêta, voIre pour certaInes d’une éphémre commercIalIsatIon. es technologIes quI auraIent pu exIster, quI auraIent pu se développer et se répandre sI elles n’avaIent rencontré
9
U N I C E B E R G D A N S M O N W H I S K Y
des ostacles quI, nous le verrons, n’avaIent souvent rIen de tech-nologIque. e même que l’évolutIon naturelle « rIcole », comme le dIt FrançoIs Jaco, l’hIstoIre des technologIes est faIte d’essaIs, de fausses pIstes, et aussI d’Idées prometteuses que seul un chan-gement drastIque de l’envIronnement scIentIique, polItIque ou éco-nomIque a empêché de se concrétIser. On peut aInsI voIr l’hIstoIre des technologIes comme un arre du vIvant, uIssonnant, avec des 1 ramIicatIons, des ranches mortes et de multIples nœuds . Ou une faune étrange avec ses espces dIsparues, ses monstres oulIés, et même ses serpents de mer quI rejaIllIssent de temps À autre avant de replonger vers les profondeurs. Çe choIx ImplIque d’exclure les projets quI n’ont jamaIs quItté le stade de la planche À dessIn ou des déclaratIons d’hommes polI-tIques en mal de nouvelles frontIres. ous nous astIendrons aInsI de nous demander comment le présIdent amérIcaIn Ichard Ixon 2 entendaIt en 1971 élImIner le cancer en moIns de vIngt ans , tout comme nous évIterons de décrIre les voyages sur Mars, les statIons 3 solaIres orItales ou les vIlles sous-marInes quI occupent pourtant une onne part des colonnes des magazInes de vulgarIsatIon de la pérIode quI nous Intéresse. a seule exceptIon que nous nous soyons permIse est celle de l’IngénIerIe clImatIque (voir chapitre 4), jugeant que son récent regaIn de popularIté mérItaIt que l’on se penche sur son hIstoIre. ’ordre suIvI IcI est grossIrement chronologIque. rossIrement, car nomre des technologIes que nous décrIvons ont été développées
1. our une dIscussIon crItIque de cette analogIe entre hIstoIre du vIvant et hIstoIre des technologIes, voIr Bruno Jacomy,L’Âge du plip. Chroniques de l’innovation technique, SeuIl, p. 147-168, 2002, et Stephen Jay ould, La Foire aux dinosaures. Réexions sur l’histoire naturelle, SeuIl, coll. « oInts ScIences », p. 57-70, 1997. 2. Jean-aul audIllre et ïlIana öwy, «ans vIngt ans nous aurons vaIncu le cancer ! es retomées Imprévues des grands programmes de thérapIe du cancer »,La Recherche, n° 315, p. 72-75, 1998. 3. ucIen eschamps, « es centrales solaIres spatIales des années 1900 À demaIn »,Bulletin d’histoire de l’électricité, n° 35, p. 79-100, 2000.
1 0
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin