Vivre avec les mathématiques

De
Publié par

Oui, on peut vivre avec les mathématiques, contrairement au fort préjugé qui oppose les mathématiques à la vie et plus généralement à la condition humaine, ce qui conduit souvent à considérer le mathématicien comme un animal d'une autre espèce ou une machine, au mieux comme un mutant. Ce livre voudrait montrer que les mathématiques sont au contraire une ressource parmi d'autres pour " être humain ".


Sont ici campées plusieurs figures de vie avec les mathématiques – successivement : l'apprentissage scolaire, la recherche, l'enseignement des mathématiques et enfin leur rapport avec la pensée en général, tout particulièrement avec la philosophie.


La force et l'originalité de ce bref essai viennent de l'engagement personnel intense qu'y manifeste l'auteur. C'est à partir de son expérience vécue de mathématicien, réfléchie par le philosophe qu'il est devenu, que se déroule, sans formalisme spécialisé et sans jargon théorique, cette méditation profonde et parfois émouvante.



Jean-Michel Salanskis est mathématicien et philosophe des sciences. Il est professeur à l'université Paris-Ouest Nanterre-La Défense.


Publié le : jeudi 25 septembre 2014
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021224450
Nombre de pages : 159
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Vivre avec les mathématiques
D U M Ê M E A U T E U R
L’Herméneutique formelle Éditions du CNRS, 1991 Heidegger Les Belles Lettres, 1997 Le Temps du sens Éditions Hyx, 1997 Husserl Les Belles Lettres, 1997 Le Constructivisme non standard Presses universitaires du Septentrion, 1999 Modèles et pensées de l’action L’Harmattan, 2000 Sens et philosophie du sens Desclée de Brouwer, 2001 Extermination, Loi, Israël Ethanalyse du fait juif Les Belles Lettres, 2003 Herméneutique et cognition Presses universitaires du Septentrion, 2003 Talmud, science et philosophie Les Belles Lettres, 2004 Levinas vivant Les Belles Lettres, 2006 Territoires du sens. Essais d’ethanalyse Vrin, 2007 Usages contemporains de la phénoménologie (en collaboration avec F.D. Sebbah) Sens et Tonka, 2008 Philosophie des mathématiques Vrin, 2008 La Gauche et l’égalité PUF, 2009 Heidegger, le mal et la science Klincksieck, 2009
J E A N  M I C H E L S A L A N S K I S
Vivre avec les mathématiques
É D I T I O N S D U S E U I L e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
ISBN9782021225327
© ÉDITIONSDUSEUIL,SEPTEMBRE2009
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.editionsduseuil.fr
À Malgosia Ma gratitudepost vitamà Georges Reeb
Les mathématiques et nous
L ESCHOSESsont ainsi faites que, pensant aux mathéma tiques, nous pensons d’abord à une dureté. Nous avons rencontré les mathématiques comme ce que nous ensei gnait parfois notre instituteur, ou comme la discipline aux exigences de laquelle s’efforçait de nous rattacher le professeur de mathématiques de l’enseignement secon daire. Pour beaucoup, le visage des mathématiques se confond avec le sérieux, la cruauté, la rigueur d’un péda gogue unique et mythique, synthèse réussie par la mémoire en dépassant les particularités de tous ceux qui furent effectivement subis. Pour beaucoup aussi, cette dimension scolaire de la mathématique s’identifie au souvenir d’un échec, plus ou moins cuisant : c’est par les mathématiques qu’ils ont appris la posture infiniment désagréable de l’incompétence, c’est au nom des mathé matiques qu’ils ont été de manière récurrente convoqués à un exercice dont ils se savaient ou se sentaient inca pables. Il y a des variations personnelles et des degrés qui font que cette figure peut avoir été stockée avec une composante douloureuse plus ou moins lourde, plus ou moins contrebalancée par d’autres éléments. Mais le rapport résiduel aux mathématiques ici décrit reste le rapport de base, le plus courant, je crois.
9
VIVRE AVEC LES MATHÉMATIQUES
De façon concomitante, selon l’image usuelle des mathématiques, cellesci ne sont pas un aspect, une dimension ou une modalité de la vie. Au mot « mathé matiques » s’associent plutôt la perfection inhumaine des machines, la froideur impersonnelle des combina toires, l’abstraction désespérante de ce qui ne se rac corde avec rien de sensible et rien d’affectif. Ou encore, on voit les mathématiques comme le registre intem porel, omnitemporel, éternitaire par excellence. En fai sant des mathématiques, les sujets humains rejoignent le divin, l’infini, l’éternel peutêtre, mais du même coup ils perdent tout lien avec l’existence, en tant que celleci tout au contraire est dans le temps : en tant qu’existerse situe toujours à la pointe d’un présent qui s’échappe d’un passé, et dans l’évanescence duquel tremble la promesse d’un avenir. De là il résulte que l’importance sociale des mathé matiques est en même temps leur déconfiture dans le registre de l’amour. Si, dans notre monde, on fait étu dier les mathématiques aux jeunes esprits, si on sélec tionne dans les filières au moyen des mathématiques, si on valorise la science et la technique, et si les mathé matiques sont célébrées comme la cheville ouvrière de l’une et de l’autre, tout cela les rend en quelque sorte d’autant moins aimables : ce serait seulement le symp tôme que notre vie sociale est prisonnière de l’autorité d’un soleil noir. Les formes de la notoriété sociale des mathématiques révéleraient l’emprise d’une pétrifica tion mortifère sur la vie essayant de vivre. On part donc de très loin ou de très bas quand on essaie de raconter les mathématiques comme vie,
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.